Train Grenoble Veynes: l’autre coup de gueule…

http://www.dailymotion.com/video/x58iyd 

Depuis 1997, les activités ferroviaires ont été scindé entre

 - Réseau Ferrés de FRance (RFF) financé par les péages de la SNCF et une dotation de l’Etat 

 - La SNCF financée pour le trafic régional par la Région et les recettes usagers.

 L’investissement de la Région en faveur de la ligne Grenoble-Veynes est très important : le développement de l’offre a été de 15% en décembre 2007 ; le service (trains modernes, cartes OùRA, …) est nettement amélioré par rapport aux années précédentes. Logiquement la fréquentation de la ligne a  augmenté de 15% depuis décembre.

Pour 2009, la coordination avec PACA permettra de cadencer l’intégralité des trains de la ligne ; offrir un temps exact de 1h entre Grenoble et Clelles ; proposer des correspondances correctes à Grenoble vers Paris, le sillon alpin, Lyon (en pointe) ; proposer 2 AR en correspondance à Veynes vers PACA.

 Parallélement l’état de la ligne devient préoccupant en plusieurs endroits. Les rails ont été posés en moyenne en 1938.  D’ après les dernières études, 20M€ seraient nécessaires d’ici 2013 pour maintenir les performances de la ligne, puis une autre série d’investissements entre 2013 et 2020.

Récemment RFF et la SNCF ont informé la Région que des ralentissements devaient être posés en urgence sur la ligne Grenoble-Veynes en raison de la détérioration importante d’une section entre Clelles et St Michel les Portes. Cette mesure de sécurité amènerait à revoir la grille dès juillet 2008 et aurait des conséquences sur la grille étudiée jusqu’ici pour 2009.

2M€ ont été investis l’an dernier sur la ligne, mais n’ont pas suffi pour traiter cette zone dont le ballast tend à s’affaisser. La limite sur cette section doit passer de 70 à 50 km/h. La prochaine inspection, prévue pour le 2èmesemestre 2008, pourrait trouver de nouvelles zones touchées par des dégradations imprévues. 1,4M€ d’investissement sont nécessaires pour lever ce ralentissement, non budgétés par RFF.

Et là, je m’étonne! 1,4 millions d’euros de réparations immédiates, 20 Millionsd’euros d’investissement sur 5 ans, la somme peut paraitre importante mais elle est ridicule par rapport à ce que l’on envisage de mettre pour l’aoutoroute Grenoble-Gap. Les chiffres annoncés pour celle ci lors des réunions publiques il y a plusieurs années étaient de 2.3 milliards d’euros pour l’option par l’est de Gap et 1.8 milliard pour le passage par Lus. Gageons que ces chiffres n’ont pas diminué…

Rappelons que cette autoroute sera achevée dans le meilleur des cas en 2025. Quid du prix du barril de pétrole à cette date? Une modernisation sérieuse de la voie ferrée permettrait peut être d’éviter ce chantier gigantesque et de se contenter d’un aménagement sérieux (3-4 voies) de la nation… pardon, départementale 1075!

Ci dessous, une lettre ouverte de Gérard Leras, président de la commission transport de la région. Il est vert, je suis orange mais je ne peux que le soutenir sur ce point…

——————————————–

Gérard LERAS Président de la Commission « Transports et déplacements » Président du comité de ligne Grenoble-VeynesMadame, Monsieur

Vous le savez sans doute, les améliorations nettes de services mises en œuvre depuis décembre 2007 sur la ligne Grenoble-Veynes sont remises en cause brutalement. Je vous demande de vous mobiliser pour que RFF, gestionnaire au nom de l’Etat d’un réseau longuement délaissé assume ses responsabilités. Il n’est pas admissible, au moment où la fréquentation augmente fortement et où un accord avec la Région PACA permettait un vrai cadencement à partir de décembre 2008, que le niveau de service régresse juste après avoir commencé à progresser.

La situation d’abandon du réseau national secondaire n’est pas propre à notre ligne. C’est un problème général et en tant que Président de la commission Transports et Déplacements, je porte les exigences d’un aménagement du territoire équilibré pour toute la Région. Pour autant plus localement, je suis également porteur d’une volonté claire de report des déplacements de la route sur le rail en particulier pour l’accès quotidien vers l’agglomération grenobloise mais aussi pour d’autres usages, touristiques par exemple. Cette volonté est très partagée sur tout le sud Isère, dans la Drôme et les Hautes-Alpes.

C’est le moment pour nous tous de le manifester fortement. Je vous adresse avec ce courrier le compte-rendu du dernier comité de ligne et le courrier que Bernard Soulage, 1er Vice-président du Conseil régional, délégué aux transports, déplacements et infrastructures et moi-même avons adressé à Monsieur De Mester, Directeur régional de Réseau Ferré de France.

Comptant sur votre action, je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur l’expression de mes meilleures salutations.

Gérard Leras

11 Réponses à “Train Grenoble Veynes: l’autre coup de gueule…”


  • @Dodiblog
    Dodi, tu dis « sur des rails dont certaines sont encore d’origine (1876!) » et là je dis non. Les rails les plus anciens sont de réemploi certes, mais le dernier renouvellement en ligne remonte à 1985, siècle dernier certes, mais pas 1876 quand même. La durée de vie d’une traverse en chêne est de 25 ans, en béton 50 ans, et un rail ne s’use que si l’on s’en sert ;) La voie a été entièrement remise à neuf entre Vif et Monestier de Clermont par des travaux commencés il y a deux ans, et certains tronçons entre Monestier de Clermont et Clelles.
    La particularité de cette ligne est qu’elle est entre deux régions au sens SNCF: Chambéry et Marseille et donc deux régions aux objectifs contradictoires Rhones-Alpes et PACA. La voie est encore plus pourrie entre Aspres et Veynes.

    Bon courage à tous les utilisateurs de cette ligne merveilleuse.

  • Le problème vient en partie de la complexité du mille feuille administratif français. Les régions sont en charge du matériel roulant et comme il y a des élections de proximité au bout, elle le soigne en modernisant leurs trains. Mais les rails sont gérés depuis Paris par RFF qui se contrefiche de ces trains déficitaires. On voit donc des trains ultramodernes circuler (au ralenti) sur des rails dont certaines sont encore d’origine (1876!).

    Pour faire simple, on peut encore préciser que l’exploitation des cars revient au département. Ainsi dans ce grand chaos, chacun peut se renvoyer la balle en cas de probléme.

    La solution serait peut être de pousser la logique jusqu’au bout. Confier le matériel roulant ET le personnel et l’entretien des rails aux régions, charge à l’électeur de juger au final si l’état des trains lui convient.Tant que nous y sommes, donnons aussi les bus à la région.

    Cette simplification semble être dans l’esprit du comité Balladur que je soutiens de tout coeur comme notre président du conseil général André Vallini.

  • Nous sommes usagers réguliers de la ligne Clelles-Grenoble, et en ce moment il faut vraiment être motivé …! J’en veux pour preuve 3 événements qui se sont produits ces derniers jours:

    Annulation du train de 18:13 au départ de Grenoble, remplacé par un car parti avec près d’une demi-heure de retard, le chauffeur ne connaissant visiblement pas le trajet a tout simplement fait un « léger détour » par… La Mure !!! Donc Grenoble-La Mure-Mens-Monestier de Clermont et arrivée à Clelles sur les coups de 21 heures…

    La machine à billets (bien pratique habituellement) en panne un autre jour…

    Et pour finir une anecdote rapportée par les clients de notre gîte qui se sont vu refuser (demande faite par téléphone quelques jours avant depuis la Belgique…) la prise en charge par un taxi à l’arrivée en Gare de Clelles alors que ceci est prévu et mis en avant sur les plaquettes de la SNCF (2.44 € le trajet à destination des communes du canton)

    Si j’ajoute que le train est quasiment systématiquement en retard (donc correspondances impossibles à prévoir en gare de Grenoble…) alors oui vraiment il faut être motivé… Bon, nous le sommes toujours, donc nous continuerons à prendre le train !

  • En 2025?2050? malheureux, la circulation aura peut être doublée en volume par rapport à nos jours.
    Il n’y aura plus, depuis belle lurette, de fret ferroviaire, le peu qui subsistera aura, pour ce qui concerne la France, été sauvé de justesse par le privé.
    Les véhicules de cette époque à venir fonctionneront, ne vous en déplaise, toujours à l’essence -au besoin synthétique- lélectricité étant cantonnée aux flottes captives, ainsi qu’au domaine urbain ou péri-urbain.
    Les voitures à venir seront équipées de systèmes de sécurité redondants, pilotage semi automatique par boucles d’induction sous la chaussée, radars anticollisions, etc.
    Bref, une avancée technique identique à celle qu’à connu l’aéronautique, toutes proportions gardées évidemment;
    Depuis longtemps placés en asile de vieillards, les cacochymes écologistes, s’ils existent encore, pourront contempler, depuis leur fauteuil roulant, la circulation sur l’ A51, se disant « Ha si j »avais été moins con, j’aurais compris celà tout de suite »…..

  • ah bon! fantastique!
    vous en savez, des choses.
    merci.

  • Comment peut-on comparer un train qui circule à vide et une départmentale dangereuse qui sature à chaque weekend quand les beaux jours reviennent…
    L’autoroute et le train sont deux problèmes différents.

    1- Le train:
    - RFF a le devoir de mettre ses voies aux normes de circulations actuelles (50km/h c’est trop peu pour un train)
    C’est bien pour ça que j’applaudis à deux mains G. Leras sur ce point.
    - RFF a le devoir d’électrifier la ligne, vis à vis du Grenelle de l’environnement, histoire d’éliminer les trains au gasoil.

    2- L’autoroute:
    - 30 ans qu’on nous bassine avec l’A51.
    - C’est débile que 2 tronçons d’autoroutes débouchent sur… une départmentale qui ne peut même pas accueillir le trafic. Autant la finir, plutôt que de perdre les gens dans une zone d’indiens.
    J’ai une petite anecdote sur un fameux vendredi neigeux du mois de mars: 25cm de neige lourde sur la route, autoroute fermée, seul sur la RD1075, dépassé un chasse neige de l’autoroute: une vraie réserve sauvage ce Trièves!!!

    Reblochon, tu débloques! on peut faire des voitures qui roulent à l’éthanol à l’huile ou à l’hydrogène (histoire de faire un moteur qui fait vroum-vroum, comme dans Mad Max): la voiture a de beaux jours devant elle, sans pétrole.

  • Blochon et Reblochon, il faudrait que tu lises les commentaires en entier, et pas un mot sur deux, si tu veux répondre. Qui te parle de voiture à pétrole ? Sais-tu que d’autres techniques (solaire par exemple) fonctionnent déjà, et leurs performances sont sans cesse améliorées ? Seul problème, on ne sait pas encore comment les taxer. On sait remplacer le pétrole techniquement, mais pas encore fiscalement.

  • bah oui, tu m’en veux de m’emballer?
    zon ka po dire tant de balivernes quoi.

  • Tout doux Rebloch, je sens encore que tu t’énerves…

  • olivier dodinot a mis le doigt sur la raison principale pour laquelle l’autoroute est totalement inutile:
    en 2025, 5% de la population pourra s’offrir des déplacements en automobile à pétrole.
    les autres 95% n’y auront plus du tout accès!( source: D I E R )
    alors battu abattu abattu battu, sois un peu moins arrogant, je te prie.

  • Un vert, un orange ? Attention les extra-terrestres ont débarqué !
    Plus sérieusement, d’accord sur la nécessité de moderniser la ligne grenoble/Veynes, mais cela n’empêche pas la construction de l’autoroute. Les 2 moyens de transport sont complémentaires, et le désenclavement du département des Hautes Alpes doit passer par là. (Hé non, les Hautes Alpes n’ont pas bénéficié des largesses de l’état à l’occasion des JO d’Albertville en 92…).
    D’autant que la ligne Briançon / Veynes présente également des très graves lacunes.
    Quand à la question du pétrole, même s’il est vrai qu’elle se pose sérieusement à l’échéance 2025, gageons que nos dirigents l’auront remplacé par une énergie plus propre pour nos véhicules « personnels ».

Laisser un Commentaire




Vivre la République du Progrès |
l'avenir vue par un militan... |
LCR Section Calaisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rassemblement des français
| Les lumières en héritage
| L'Afrique de toutes nos forces