• Accueil
  • > Archives pour février 2011

Archive mensuelle de février 2011

Page 5 sur 6

La situation en Tunisie

Vendredi 11 février à 18 h 00

à l’espace culturel de MENS

Réunion sur le début et la situation du processus révolutionnaire en Tunisie.

Chedli ELLOUMI qui revient de Tunisie nous livrera son témoignage et animera cette réunion.

Chedli est un travailleur social, plasticien, militant associatif habitant de Mens.

RECON.NAISSANCES

RECON.NAISSANCES dans Trièves culture & cinéma rad7EB85

Quand Voynet tire à gauche

Quand Voynet tire à gauche dans 2011 cantonales radBD2AC 

Un petit entrefilet dans le Nouvel Observateur du 27 janvier

L’eurodéputé écolo Jean Paul Besset est en colère contre les prises de position de plusieurs ex-responsables Verts insistant sur l’ancrage à gauche de la candidature d’Eva Joly. « Les déclarations de Jean-Vincent Placé, Noel Mamère ou de Dominique Voynet sont en train de coloniser la candidature d’Eva Joly et la tirent en arrière, vers un positionnement de succursale de la gauche. Cela nous ramène dix ans en arrière, dans le camp contre l’autre, au lieu de continuer la dynamique d’ouverture et d’élargissement », estime ce proche de Nicolas Hulot.

 Commentaire personnel :

Jean Paul Besset a tout compris de la stratégie actuelle d’Europe écologie qui n’est qu’une reproduction de la bonne vieille politique des verts ancienne école. Il avait d’ailleurs démissionné avec fracas de la présidence du parlement d’EE à peine trois semaine après la création du mouvement en novembre : http://www.marianne2.fr/Exclusif-Besset-demissionne-du-staff-d-Europe-ecologie_a200534.html

Tout comme moi, il est allergique à un certain sectarisme des Verts intégristes : L’écologie est à gauche… et pis, c’est tout !

Promotions d’hiver

Je reçois cette pub je ne sais trop comment sur mon blog. Et là je craque et fais une première sur le dodiblog : une pub commerciale (non payante bien entendu). SNC est une petite fabrique de vêtements située en haute savoie. Un petit poucet qui fabrique de la qualité et qui résiste encore tant bien que mal au rouleau compresseur de fringues « merde in China ». Ils ont un magasin  3 place de la liberté à La Mure, tél : 04 76 81 10 36.

Promotions d'hiver dans Trièves service rad92B53

Choucroute !

Choucroute ! dans Trièves écoles rad5F6AF

Télé Lepage

http://www.dailymotion.com/video/xgp8kz

Europe écologie, Cohen Bendit, Boorlo, Sarko, 2012, la transparence financière, l’actu etc

Bal folk

Bal folk dans Trièves culture & cinéma rad7619F

Lettre ouverte à l’attention des administrateurs et des membres du CET.

Objet: Inquiétudes sur le devenir de RMA  

L’association «les amis de Radio Mont Aiguille» en appelle au sens des responsabilités du CET (Comité d’Expansion du Trièves) et de tous ses membres.

Les demandes répétées, depuis le 10 janvier, auprès de Jean-Bernard Bellier, son président, pour organiser une rencontre entre le Conseil d’Administration du CET et  celui des Amis de Radio Mont Aiguille n’ont eu pour  seule réponse qu’une proposition de rendez-vous fin février ou début mars.

C’est beaucoup trop tard, votre assemblée générale aura déjà eu lieu, ainsi que l’AG extraordinaire annoncée pour modification des statuts.

Après notre courrier du 18 janvier, il nous semble maintenant nécessaire et urgent d’insister auprès de vous sur les points suivants:

  Depuis le premier décembre,  RMA repasse en boucle des reportages et des informations réalisés par  l’animatrice licenciée en décembre. Il y a même des interruptions totales d’émission. Cette situation prive les auditeurs et les multiples acteurs du territoire, d’un outil de mission publique qui a des obligations
d’émission.

  Le fait de ces obligations non remplies peut conduire le CSA  (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) à retirer la concession des fréquences au CET. On mesure combien il serait alors difficile d’en recouvrer l’usage.

  A la lecture du projet radiophonique du CET,  il appert que des décisions telles que le déménagement du studio de Mens à Saint Martin de Clelles,  ou la recherche d’un partenariat avec un «gros média» engagent des enjeux importants pour tout le territoire. Qu’en pensez-vous ? En avez-vous été informés ? Cela  pourrait par exemple conduire à une perte de statut de radio associative, avec tous les gages d’indépendance qu’il comporte, au profit d’une entité commerciale. Nous joignons à ce courrier quelques observations sur le projet radiophonique proposé par le CET.

  Le projet en question affirme la volonté d’une ouverture de la gestion de RMA à l’ensemble des territoires qui composent son périmètre de diffusion. Il serait incompréhensible que notre association, forte de nombreux membres de ces différents territoires et qui s’est donnée pour mission de soutenir RMA,  ne soit pas saisie comme une chance pour le CET de mettre en œuvre, sans plus tarder, cette prétendue volonté d’ouverture.

Radio Mont Aiguille est une mission publique, financée sur des fonds publics. Le CET n’est pas propriétaire de ses fréquences;  il doit en assumer la responsabilité par une gestion ouverte, transparente et concertée, comme on pourrait l’espérer dans le cadre d’une bonne gouvernance.

   A la lecture des budgets 2007, 2008, 2009 du CET et de RMA, nous constatons à partir de 2009, entre autres choses,  la fin d’une présentation de budgets clairement séparés des deux entités CET et RMA.

  Nous nous interrogeons sur le fait que le CET soit assigné pour la deuxième fois aux Prudhommes, et nous nous inquiétons des conséquences pour l’avenir de  la Radio. 

Au vu de cette situation, l’Assemblée Générale du CET revêt une importance particulière.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur,  l’expression de nos salutations distinguées.

Les Amis de Radio Mont-Aiguille
Mairie 38710 Mens, 

lesamisderma@orange.fr

Halte au mille feuille administratif !!!

Un article que j’ai envoyé aux Nouvelles du pays le 10 janvier et qui parait ces jours ci. J’ai depuis reçu les comptes du CDRA. On verra prochainement que la réalité est encore bien pire que ce que je décris ci dessous…

Halte au mille feuille administratif !!! dans 2011 cantonales rad3C5ED

La France des années 60 comptait 3 niveaux administratifs : la commune, le département et l’état. En 1972, les conseils régionaux ont été créés sans qu’on supprime l’échelon départemental.

Comme il fallait faire plaisir à tout le monde, on a progressivement « saupoudré » les compétences entre les différentes structures.

    - Ainsi la région est en charge des trains régionaux et des lycées
    - Le département du transport de voyageurs par la route et des collèges

Une merveille : un bus arrive en correspondance deux minutes APRES le départ d’un train, il faut des mois de négociations et des dizaines de réunions pour tenter d’y remédier.

De plus, les régions disposent de la clause de compétence générale. Ce qui signifie en clair, qu’elles peuvent s’occuper un peu de tout. D’où la nécessité pour un porteur de projet de multiplier les dossiers au niveau départemental, régional, national où européen afin d’espérer obtenir quelques subventions.

Le conseil général de l’Isère, trouvant ses 58 cantons trop petits, a créé 13 territoires, dont celui du Trièves, dotés chacun d’une maison du territoire mais sans bien entendu supprimer les cantons.

Toujours dans la logique du « Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? », la région a trouvé les départements trop grands et les territoires trop petits pour son action de terrain. Elle a donc créé les Contrats de Développement Rhône Alpes (CDRA). Ainsi nous nous sommes vu doté du CDRA sud Isère (http://www.alpes-sud-isere.fr/), montage abracadabrantesque qui regroupe Oisans, Matheysine, Valbonnais, Beaumont, Trièves et le sud Grenoblois et doté d’un « comité de pilotage » joufflu comptant 21 membres. Personne n’a jamais compris l’utilité d’une telle structure à part, bien entendu, les élus qui y siègent. Elus qui expliquent sans rire les convergences entre des régions aussi éloignées et disparates par la « transversalité »…

Cette structure a budget maigrichon de 1,4 millions d’euros annuel, soit la somme colossale de 21 euro 54 pour chacun de ses 65 000 habitants ! A titre de comparaison le seul budget de la commune de Mens, 1500 habitants est de plus de 3.5 millions annuels (http://mairiemens.pagesperso-orange.fr/histo/TUM108.pdf ). Elle dispose de 7 techniciens pour gérer cette « manne ». Ce qui selon mes calculs, qui restent à confirmer, doit approcher le pourcentage vertigineux de 20% de frais de fonctionnement (paiement des salaires, locaux, communications, véhicules, etc). J’attends un démenti…

Or la réforme territoriale présentée par le gouvernement ne propose que de fusionner les postes de conseillers généraux et régionaux sans fusionner les structures administratives. Les futurs conseillers territoriaux seraient amenés à siéger dans les conseils régionaux et généraux maintenus en l’état. Réforme imposée à la hussarde, vite fait mal fait, selon la traditionnelle méthode Sarkozy. Une telle réforme n’aboutira qu’à des économies de bout de chandelle sans résoudre les problèmes d’enchevétrement administratif.

Une vraie réforme consisterait à supprimer l’échelon départemental pour ne garder que la région. Ainsi bus et train seraient gérés par la même autorité, collège et lycée dépendraient de la même structure et les porteurs de projet auraient un dossier de moins à remplir. Economie garantie de temps, d’argent, de salive et de paperasses ! C’est selon moi l’une des idées que devrait porter un candidat aux élections cantonales.

Le public pourrait bien entendu garder des services de proximité, type carte grise, dans les préfectures.

Les élus à ce conseil régional pourraient l’être dans une circonscription assez petite pour rester proche des électeurs. La réforme territorial a été retoqué par le conseil constitutionnel qui a contraint le gouvernement à porter à 3485 le nombre de conseillers territoriaux pour la France. L’Isère qui comptait 58 conseillers généraux comptera encore 49 conseillers territoriaux.  Donc et contrairement aux rumeurs alarmistes qui annoncent un seul conseiller territorial pour tout le sud Isère, je suis prêt à prendre le pari que le Trièves obtiendra au moins un représentant au conseil régional Rhone alpes nouvelle version. La tache d’un tel élu ne siégeant que dans une seule assemblée serait lourde mais faisable… à condition qu’on se décide dans le même temps à interdire définitivement le cumul des mandats !
Une telle reconnaissance de l’échelon Trièves par une région devenue incontournable serait une incitation supplémentaire pour nos élus locaux, si timides pour réaliser la fusion des 3 communautés de communes du territoire.

Voir : http://cap21trieves.unblog.fr/

et http://www.cap21.net/

De l’eau dans le gaz

Image de prévisualisation YouTube

Le site de Cap21 consacré au gaz de schiste : http://www.deleaudanslegaz.com/

123456



Vivre la République du Progrès |
l'avenir vue par un militan... |
LCR Section Calaisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rassemblement des français
| Les lumières en héritage
| L'Afrique de toutes nos forces