• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 23 septembre 2013

Archive journalière du 23 sept 2013

Biennale d’art contemporain

Biennale d'art contemporain dans Trièves culture & cinéma biennale

Ach François…

Ach François... dans Politique nationale bayrou-copier

 

Tu ne sais pas rassembler, tu ne seras jamais président mais ce que tu dis à du sens…

http://www.leparisien.fr/politique/francois-bayrou-il-faut-savoir-finir-la-guerre-de-cent-ans-22-09-2013-3158571.php

Le traitement des eaux : réponse de Jérome Fauconnier

On se rappelle mon échange avec Frédéric Puissat, vice présidente de la CDC du Trièves, concernant le traitement des eaux => Le débit de l’eau.

Aujourd’hui la réponse de Jérôme Fauconnier, lui aussi vice président de ladite CDC, en charge des ressources naturelles, de l’eau et de la chaufferie bois.

De : Jérôme Fauconnier
À : ododinot@yahoo.fr
Envoyé le : Dimanche 22 septembre 2013 23h08
Objet : Communauté locale de l’eau

Bonjour,

je me permets de vous écrire car j’ai lu sur votre blog un sujet concernant une délibération que j’ai portée au dernier conseil communautaire du Trièves, ainsi que le commentaire qu’en a fait Frédérique Puissat.
Avec elle, je partage (entre autres…) un goût très modéré pour les superstructures technocratiques qui nous sont imposées depuis plusieurs années par des gens persuadés qu’il vaut faire de façon coûteuse et compliquée ce qui était jusqu’à alors pris en charge sobrement par des élus motivés. Ces structures dépouillent petit à petit les collectivités de proximité de leurs compétences au profit de techniciens éloignés des réalités de terrain et d’élus professionnels qui se partagent les postes de responsabilité. Leur nature expansionniste leur fait s’étendre à plusieurs dizaines, puis centaines de communes, rendant leur gouvernance tout à fait théorique : quelques « happy few » y fixent en toute opacité les contributions (généralement à la hausse) ou les taxes, commandent avec cette manne de coûteuses études à des bureaux privés qui concluent généralement à la nécessité de fixer de nouvelles normes. Comme les collectivités de terrain sont incapables d’y faire face, on leur enjoint de transférer de nouvelles compétences, et la boucle est ainsi bouclée.
Ces dernières années ont ainsi vu des compétences comme l’électrification, la gestion des cours d’eau, de l’urbanisme passer à de telles technostructures où le seul rôle encore dévolu aux élus de terrain est de venir quelques fois l’an s’assoir dans un gymnase au milieu de plusieurs centaines de leurs pairs pour sagement écouter un PowerPoint lénifiant qu’on appelle Assemblée Générale, ou Conseil Syndical. Ils peuvent alors lever le bras quand on le leur demande pour approuver un budget et un programme d’action totalement opaques, et éviter de poser des questions s’il veulent pouvoir faire accepter quelques dossiers de travaux pour leur collectivité, ou adopter quelques modifications marginales en leur faveur.
Or, la délibération qui était présentée lors du dernier conseil communautaire me semble relever d’un tout autre type de coopération intercommunale : il s’agit, dans la Communauté de l’Eau Potable, sans abandonner la moindre compétence, de faire des travaux collaboratifs entre collectivités ayant les mêmes préoccupations, mais pas forcément les moyens en temps ou en personnel pour les régler seules : faire le règlement d’un service des eaux juridiquement sécurisé, mettre en place une tarification sociale de l’eau, faire un bilan des besoins et des ressources, rédiger un rapport de service à partir des indicateurs de performance, échanger ses expériences… Toutes ces actions permettent aux participants de s’enrichir mutuellement et outre leur participation, une contribution annuelle leur est demandée qui sert à couvrir le salaire d’une animatrice et de stagiaires (généralement subventionnés) qui assurent les recherches documentaires ou les rapports de ces actions.
Faire ensemble ce qu’on ne peut pas faire seul, sans forcément en abandonner la compétence à une autre collectivité, voilà qui me semble l’esprit véritable de la collaboration entre communes, et je veux croire que c’est encore possible. Je reconnais que ce n’est pas la vision dominante, et ceci explique sans doute le manque de conviction de certain(e)s de mes collègues au dernier conseil communautaire.
L’avenir nous dira qui de nous avait raison, et je suis prêt à venir en discuter dans quelques années, quitte à mettre un peu d’eau (du Trièves) dans le vin de mes contradicteurs.
Bien cordialement
Jérôme Fauconnier
Mairie d’Avignonet
38650 Avignonet



Vivre la République du Progrès |
l'avenir vue par un militan... |
LCR Section Calaisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rassemblement des français
| Les lumières en héritage
| L'Afrique de toutes nos forces