Hector Delta : l’intégrale

 

hebergeur d'image

Une Belge à fond de ballon…

hebergeur d'image

Dans la montée du pont de Brion !

hebergeur d'image

Et même pas fatiguée !

hebergeur d'image

Merci l’EPO ?

hebergeur d'image

Non, merci à l’Hector Delta, révolutionnaire vélo à assistance thermique.

hebergeur d'image

Et à Yvan Pesenti, son génial concepteur. En appuyant convenablement sur les pédales, il est venu nous rendre visite depuis Grenoble à une vitesse moyenne de 34 km/h et a fait l’aller retour jusqu’au Trièves dans l’après midi en toute décontraction.

hebergeur d'image

Retour à Mens. La bête de plus près, on est encore au stade du prototype.

hebergeur d'image

La propulsion est assurée pour le moment par un moteur 4 temps de débroussailleuse, respectant les normes drastiques Américaines en terme de pollution. Il développe environ 600 watts et est entouré de ouate pour limiter le bruit qui est très faible. La consommation varie entre 0.4 L et 0.85 L/100 km en tout terrain, à fond en montagne cela reste inférieur à 0,6 L, la moyenne en randonnée tournant autour de 0,5 L et même si cela est spectaculaire, plus tard lorsque nous aurons un moteur spécifique, cela sera presque divisé par 2. Un velomoteur classique consomme entre 2,5  et 5 L/100Km

hebergeur d'image

Deux litres d’essence contenus dans la partie supérieure du cadre, assurant 400 kms d’autonomie en randonnée routière. Le cycliste fatigue avant que le vélo n’ait soif !

hebergeur d'image

La puissance du moteur est transmise par un axe communiquant avec le pédalier. Le vélo possédant 18 vitesses (2 plateaux x 9 pignons), le moteur en possède donc autant. Contrairement au vénérable Solex qui n’en possédait qu’une, ce qui fait toute la différence ! L’utilisation des vitesses est très prépondérante sur la commande de gaz, qui est finalement assez secondaire. Rien à voir avec un Solex ou un cyclomoteur ni rien de connu d’ailleurs, c’est un vélo sur lequel on pédale et justement le régime moteur est lié à notre cadence de pédalage, ce régime est idéal lorsque nous pédalons à la cadence habituelle (60-70 Trs/mn) et donc lorsque c’est trop dur, on tombe des vitesses comme en vélo mais ici l’effet est décuplé. Et il existe toujours une vitesse sur laquelle notre effort est exactement celui souhaité (quel que soit ce souhait). A la monté de Brion Yvan montait seul à 28 Km/h, mais à un moment il nous tirait tous deux (ma femme et moi), la vitesse est alors tombée à 13 Km/h mais ni lui ni le moteur ne forçaient d’avantage. Notons qu’il était alors sur le plus grand pignon mais toujours sur le grand plateau de 53 dents…

Souhaitons que cette belle invention surmonte les problèmes administratifs et financiers qui font obstacle à son développement. Voir une unité de production d’Hector Delta en France serait une magnifique façon de concilier écologie et économie.

http://hectordelta.com/

12 Réponses à “Hector Delta : l’intégrale”


  • Super rencontre aujourd’hui sur Vif
    On a pris la roue de ce VAT sur quelques kilomètres
    Puis un « exposé  » très passionnant énoncé par son propriétaire
    Longue vie à Hector Delta

  • Bonjour Serge (sierra) retraité de 60 ans.
    Je pense que votre idée est aussi géniale et constructive que celle du HECTOR DELTA.
    Maintenant avez vous un site un facebook ou on peut suivre votre progression.
    Cordialement
    Nicolas

  • bonjour le système est géniale,sans vous faire de l’ombre est adorant le bricolage, je compte équiper un VTT en titane, d’un moteur de Pocket bike, comme vous juste en assistance de pédalage, en réduisant le bruit le plus possible avec deux silencieux a dépression est la même démultiplication que vous, je suis persuade que sa va fonctionné.

    en tous cas félicitation cordialement serge 60 ans a la retraite.

  • Votre projet est sympa, il serait peut être intéressant si cela existe d’avoir aussi une version du moteur en 10cm3 .
    Ça permettrait je pense d’être dans la norme vae des 250w et aussi de pouvoir mettre le moteur dans le triangle avant du cadre (meilleure répartition des masses, et puis c’est plus joli je trouve) et enfin sans doute de réduire encore le bruit .
    Le fait d’être dans la norme VAE (aussi imparfaite soit elle) présente pas mal d’avantages : pas besoin de carte grise ni d’immatriculation ni d’assurance ni de casque moto et puis ça permet de rouler légalement sur piste cyclable (là ce n’est pas le cas vu que l’engin est dans la catégorie cyclomoteur) .
    Sans ça vous passez à coté du gros du marché (ce que je trouve dommage car votre projet y mériterai sa place avec des clients prêts à l’acheter) .

  • Bonjour lanthelme,
    Fortement interessé par ce VAT je cherche de plus amples informations est il commercialisé ?
    Comment avez vous réussi à vous en procurer un ?

    Merci.

  • Bonjour Lanthelme,

    je vous confirme que les batteries ont fait de gros progrès !

    j’ai moi même un VTT que j’ai électrifié et ma batterie me permet de faire des sorties atteignant 2000 m de D+ et jusqu’à 100km…

    Et les progrès continuent !

  • J’en suis à mon deuxième VAE J’y suis venu après la pose de deux prothèses de genoux.
    J’avais pressenti alors que ce vélo facile allait aider à l à rééducation de mes jambes. Pari gagné.
    Bons résultats en ce qui concerne les muscles et le débattement angulaire.
    Ceci dit le VAE a montré ses points faibles : Prix, autonomie, Fiabilité ; cout d’entretien poids coût exorbitant des batteries.
    Très vite j’ai pensé qu’un VAT aurait de multiples avantages. Ancien mécanicien de l’Armée de l’Air je me suis dit qu’avec quelques années de moins je me serais lancé dans l’aventure.
    Surprise en découvrant que le VAT existait sous la forme de proto déjà bien élaboré. Bon courage vous êtes sur la bonne voie !
    J’ai retrouvé mes jambes et un VTT léger, mais je ne dis pas l’âge aidant, (j’ai 75 ans),que je ne reviendrais pas à un vélo avec assistance thermique sans…à moins Que les batteries aient fait de sérieux progrès d’ici là.

  • C’est magnifique, un simple vélo avec un petit moteur d’appoint. Bravo

  • Bon concept effectivement.
    Il va juste avoir des obstacles législatifs (vitesse de l’assistance normalement plafonnée à 25 km/h pour les VAE, puissance, etc…).

    Dans le cadre actuel, il va avoir vite fait de se retrouver avec les cyclos (casques intégral, immatriculation, …).

    Souhaitons lui bonne chance !

  • Riri, j’ai expliqué que c’est un moteur 4 temps (donc à l’essence, pas au mélange) de débroussailleuse, respectant les normes drastiques Américaines en terme de pollution. De plus la consommation donc les émissions sont négligeables. J’ai pédalé un bon moment derrière, on ne sent absolument rien. L’essayer, c’est l’adopter !

  • Ok mais l echappement se fait par où ? Ca doit pas sentir tres bon tout ça !

  • Bel engin et remarquable invention technique mais quand vous dites » rien à voir avec un cyclomoteur », précisez un cyclomoteur normal; car 600watts et 57 db,c’est un cyclomoteur;un vélo à assistance est limité à 250w. Quant au solex, ça n’était pas sorcier d’ajouter des vitesses, Avec 4 vitesses sur le sien, mon grand-père a gravi une grande partie des cols alpins de 58 à 80 ans.
    Merci pour cette découverte et bonne chance à Hector Delta…

Laisser un Commentaire




Vivre la République du Progrès |
l'avenir vue par un militan... |
LCR Section Calaisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rassemblement des français
| Les lumières en héritage
| L'Afrique de toutes nos forces