Evaporation ?

Communiqué de l’ami René de Grenoble :

LA MODIFICATION DU PLAN DE CIRCULATION AU CENTRE VILLE DE GRENOBLE OU L’ART DE FAIRE S’EVAPORER LES VOITURES ???

Un nouveau plan de circulation a été présenté pour Grenoble en septembre dernier. (Cf. Le Dauphiné Libéré : http://www.ledauphine.com/isere-sud/2016/09/16/cela-faisait-de-nombreuses-annees-que-le-plan-de-circulation-du-centre-ville-de-grenoble-n-avait-pas)

Pour le défendre, la Métro a présenté un dossier à la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement) qui peut être consulté sur les adresses :

http://www.auvergne-rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr/2016-isere-a4156.html

et http://www.auvergne-rhonealpes.developpement-durable.gouv.fr/IMG/zip/dossier_partie2-3.zip

L’une des mesures clés de ce nouveau plan est la suppression de la circulation sur le boulevard Agutte Sembat et la grande question que cela pose bien évidemment est l’impact du report de cette circulation sur les autres voies parallèles à ce boulevard, en particulier l’avenue Gambetta (devenue à double sens) et le cours Jean Jaurès. Or le document (en particulier celui correspondant à la seconde référence) s’attache à montrer que l’impact sera faible et pourtant les chiffres annoncés suscitent quelques interrogations…

La figure ci-après montre l’évolution globale voie par voie tous sens de circulation confondus selon l’étude commanditée par la Métro pour la DREAL.

Hebergeur d'image

La suppression de la circulation avenue Agutte Sembat conduit à une réduction de 950 véhicules par heure en période de pointe. D’après cette figure, cette réduction considérable ne se traduit que par un faible impact sur les voies parallèles, + 110 véhicules/h cours Gambetta et + 80 véhicules/h sur l’avenue Jean Jaurès.  

Par quel miracle cet impact est-il aussi faible ? La réponse se trouve sur un autre schéma de la même étude qui décrit, en fonction du sens de circulation, l’évolution cumulée de la circulation sur les trois axes, Agutte Sembat, Gambetta et Jean Jaurès. 

Hebergeur d'image

Toujours selon ce schéma, dans le sens sud-nord, la circulation passe de 1500 à 1290 véhicules/h soit moins 210 véhicules/h et, dans le sens nord-sud, elle est réduite de 550 véhicules (passant de 1930 à 1380 v/h), soit une réduction de l’ordre de 30% alors que la diminution globale du trafic attendue en centre ville par la mesure va de -5 à -15%. D’où viennent ces chiffres hypothèse ? Comment se justifient-ils ?  C’est une question fondamentale car ils conduisent au constat d’une très faible augmentation de la circulation cumulée sur les axes Gambetta et Jean Jaurès. Mais ce n’est pas tout.

Au total, ce sont donc 760 (210 + 550) véhicules/h qui vont disparaitre de la circulation dans le trafic nord-sud dans les deux sens de circulation. Cette diminution très conséquente devrait avoir un impact fort sur l’accès nord de Grenoble, c’est-à-dire à l’arrivée de l’autoroute A48 ou sur la circulation sur les quais. Et bien non, seule une diminution de 90 v/h est constatée sur l’A48 ; partout ailleurs la circulation augmente. Les 760 véhicules se sont littéralement volatilisés.

Ce constat est grave car tous les résultats présentés par la Métro ont servi à démontrer que l’impact de la modification de la circulation au centre de Grenoble serait positif du point de vue de la pollution sonore et de la qualité de l’air. Qu’en serait-il si les résultats intégraient la présence des 760 véhicules/h qui ont été oubliés, sauf si une erreur de raisonnement apparaissait dans cette analyse ???

4 Réponses à “Evaporation ?”


  • De nombreuse études montre que OUI la fermeture d’une voie rapide n’engendre pas automatiquement la dégradation des conditions de circulation (au-delà de la période d’ajustement évidement).

    En supprimant l’effet d’aubaine le trafic global diminue(en comptant les reports sur les voies proches) mais cela n’est jamais intégrée dans les simulations de trafic.

    Le très sérieux institut d’aménagement et d’urbanisme d’ile de France revient dans son numéro 606 (http://www.iau-idf.fr/fileadmin/NewEtudes/Etude_956/NR_606.pdf) sur de nombreux projets dans des grandes villes ou il y a effectivement « Évaporation d’une partie du trafic ».

  • Faut pas être timide le GAM. Ne pas hésiter à donner les références de votre contre étude…

  • Consultez la note du GAM à ce sujet du 20 septembre. les chiffres sont plus parlants :D

  • Pour moi, ce changement de circulation provoque un report de circulation sur différents axes. Pas facile de distinguer les flux Est-Ouest et Nord-Sud.

    Mais on voit que les report de Sembat-Lyautey se font en Nord-Sud sur l’A480 +120, rue Ampère +40, cours Jean Jaurès +70, cours Gambetta +130, bd Maréchal Leclers +120, soit +480. Mais pour atteindre les -770 de Lyautey, il y a aussi du trafic Est-Ouest qui passera par les quais +40, Lesdiguière +90, les grands boulevard +140 soit un total de 270.

    Il faut voir aussi que le trafic n’est pas seulement un trafic traversant et donc il serait faux de penser que le flux arrivant à l’Est repart tout au Nord. Des habitants de L’aigle par exemple arrivant de Chambéry ne passerait plus par Lyautey puis Berriat, mais soit par Lesdiguière soit par le boulevard Foch.

    La première carte me semble donc convaincante. Elle montre que la circulation de l’axe Lyautey-Sembat pourrait se reporter de façon relativement homogène sur plusieurs autres axes plus petits de la ville. J’avais peur que tout le traffic se reporte sur Gambetta, mais ce n’est visiblement pas le cas.

    On peut espérer aussi que la traversée du centre-ville de Grenoble étant moins directe, un certain nombre d’automobilistes choisiront un autre mode de transport.

    C’est donc plutôt un résultat de simulation plutôt encourageant…

Laisser un Commentaire




Vivre la République du Progrès |
l'avenir vue par un militan... |
LCR Section Calaisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rassemblement des français
| Les lumières en héritage
| L'Afrique de toutes nos forces