Archive pour la Catégorie '2012 présidentielles'

Page 2 sur 15

Esprit républicain

Esprit républicain dans 2012 présidentielles rad3FCC1

Un moment d’apaisement ne nuit pas…

Mea culpa !

Mea culpa ! dans 2012 présidentielles radCD395

Je n’avais rien vu venir : un article du dodiblog de décembre 2010

Dans l’ex famille Hollande -Royal, je demande le père

Tout le monde peut se tromper, mille excuses François…

Ouf !!!

Dimanche soir ? dans 2012 présidentielles rad649ED

C’est donc Hollande. Pas d’enthousiasme débridé mais le pire a été évité. Le monsieur n’a pas promis monts et merveilles, il a bien fait car il évitera ainsi de trop décevoir. Il ne peut que piloter un atterrissage en relative douceur de la France et de l’Europe dans un monde dont le centre de gravité va se déplacer de plus en plus vers l’Asie pour les décennies à venir. Il ne faut pas s’attendre à des lendemains qui chantent mais plutôt à pas mal de sacrifices. Mais ceux ci seront mieux acceptés si on a l’impression qu’ils sont plus ou moins équitablement répartis. Ce qui était loin d’être le cas avec notre abominable président sortant & sorti.

Bon, j’espère que je n’ai pas cassé l’ambiance…

Last news

Vu sur internet…

Last news dans 2012 présidentielles radF2EB5

17h50: La fête à la Concorde est annulée

Le rassemblement des sympathisants de l’UMP qui devait se tenir à la Place de la Concorde a été annulé, annonce nos collègues de Twizz Radio.

17h45: La rue de Solférino prise d’assaut

Des centaines de sympathisants occupent déjà la rue de Solférino. Ils crient: « On a gagné », « on a gagné ». « Sarkozy a ajouté à la crise économique, la crise Sarkozy, une crise morale et politique », clame Benoît Hamon, porte-parole du Parti socialiste.

Moi, président de la république…

Moi, président de la république... dans 2012 présidentielles rad4547E

Comparatifs

Il peut être intéressant de comparer ceci :

http://www.interieur.gouv.fr/sections/a_votre_service/resultats-elections/PR2007/index.html

avec ce que disent nos amis Belges…

L’erreur de casting

L'erreur de casting dans 2012 présidentielles rad451C1

Les bureaux de vote sont ouverts depuis 8 heures ce matin…

Eva m’a tuée

Un article du Nouvel Obs de cette semaine. Un seul commentaire : on saura s’en souvenir pour les législatives…

Eva m'a tuée dans 2012 présidentielles rad32EC2

« On a tué Lepage ! ». A l’heure du bilan, l’équipe d’Eva Joly reconnait avoir au moins été efficace sur un point : la chasse aux signatures ! La candidate en a déposé 639, mais avait en fait obtenu ses 500 promesses dès janvier. Pour avoir un matelas et « assécher » celui d’autres candidats, la « cellule parrainages » a continué à appeler les maires qui avaient signé pour Dominique voynet ou José bovet en 2007 et Corinne Lepage en 2002, jusqu’au dépôt des parrainages: « On a fait le boulot à fond, même plus qu’il ne le fallait, pour ne pas laisser d’espace ». En particulier à une autre candidate écolo… Noel Mamère a pourtant failli ruiner ces efforts : ses doutes sur la candidature Joly ont fait hésiter plusieurs maires qu’il a fallu rappeler au dernier moment. « Chez nous, reconnait un des piliers de la campagne, c’est l’un des rares trucs qui a été bien organisé ». La présidente de Cap21 n’avait cessé de se plaindre, durant la campagne, des efforts déployés par EELV pour qu’elle n’obtienne pas ses signatures. Si elle a pâti avant tout de la faiblesse de son parti, elle n’était pas loin du but (476)… ni de la vérité.

Commentaire perso : la manoeuvre était parfaitement facile à ressentir dans le Trièves => http://dodiblog.unblog.fr/2012/03/15/639/

 

 

Stratégie politique

Stratégie politique dans 2012 présidentielles radD26FE

http://www.huffingtonpost.fr/corinne-lepage/francois-bayrou-inscrire-majorite-presidentielle-hollande_b_1476962.html

Bravo François

Je  l’ai suivi un temps, je m’en suis éloigné mais le type a incontestablement des certitudes et des valeurs. Bravo François.

OD

Bravo François  dans 2012 présidentielles radD10F8

« J’ai examiné depuis deux semaines l’évolution du deuxième tour de l’élection présidentielle, au travers de la lettre que j’ai adressée aux deux candidats, de leurs réponses, des interventions publiques et du débat d’hier soir.

Je l’ai fait au nom d’un courant politique qui a été soutenu au premier tour par plus de trois millions de Français. Au sein de ce courant politique, il est des sensibilités diverses, plus à droite, plus à gauche, très au centre. Et c’est naturel : le courant central du pays quand il est soumis au choix impitoyable de la bipolarisation est forcément divers.

Cette diversité, j’y tiens. Elle est notre nature propre. C’est pourquoi je ne donnerai pas de consigne de vote. Chacun de mes amis, chacun de mes électeurs s’exprimera en conscience. Je sais qu’il y aura des expressions différentes. Et je les respecterai.

Je veux donc vous dire mon jugement personnel.

Nicolas Sarkozy, après un bon score de premier tour, s’est livré à une course-poursuite à l’extrême droite dans laquelle nous ne retrouvons pas nos valeurs, dans laquelle ce que nous croyons de plus profond et de plus précieux est bousculé et nié dans son principe. L’obsession de l’immigration dans un pays comme la France, au point de présenter dans son clip de campagne un panneau « Douane » écrit en Français et en Arabe, qui ne voit à quels affrontements, à quels affrontements entre Français, cela mènera ? L’obsession des « frontières » à rétablir, comme si elles avaient totalement disparu et que nous y avions perdu notre âme, qui ne voit que cela conduit à la négation du projet européen auquel le centre et la droite, autant que la gauche modérée, ont donné des décennies d’action et de conviction ? Et quant à l’idée que l’école, ce devait être l’apprentissage des frontières, qui ne voit que c’est une déviation même de l’idée d’école, qui est faite au contraire pour que s’effacent les frontières entre les esprits, entre les consciences, entre les époques ?

La ligne qu’a ainsi choisie Nicolas Sarkozy entre les deux tours est violente, elle entre en contradiction avec les valeurs qui sont les nôtres, pas seulement les miennes, pas seulement celles du courant politique que je représente, mais aussi les valeurs du gaullisme, autant que celles de la droite républicaine et sociale.

Comment en est-on arrivé là ? Ce sera l’histoire de cette élection, de cette rupture au sein du peuple français, rupture qui vient de loin, rupture économique, sociale et morale. Je ne veux pas voter blanc. Cela serait de l’indécision. Dans ces circonstances, l’indécision est impossible.

Reste le vote pour François Hollande. C’est le choix que je fais. Il s’est prononcé, de manière claire, sur la moralisation de la vie publique dans notre pays. Il aura fort à faire.

J’ai dit ce que je pensais de son programme économique. Je ne partage pas ce programme : je pense que ce programme est inadapté à la situation du pays et encore plus à la crise qui vient, que j’ai annoncée, je crois certaine.

Mais je pense que devant cette crise inéluctable il n’y aura qu’une attitude possible : une unité nationale qui réunira des femmes et des hommes venus d’horizons différents, pour permettre au pays de se ressaisir.

Cette unité nationale, elle ne se réalisera jamais si chacun reste dans la logique des camps anciens, une opposition en embuscade contre une majorité dont le seul but est qu’elle se casse la figure. La situation de notre pays, et encore davantage la situation que notre pays va connaître est trop grave pour cela.

Je ne suis pas et ne deviendrai pas un homme de gauche. Je suis un homme du centre et j’entends le rester. Et je suis certain que le jour venu, il faudra aussi qu’une partie de la droite républicaine soit associée à ce qu’il va falloir faire pour que la France s’en sorte.

Par mon choix, je rends possible pour la première fois depuis longtemps cette union nationale, la vraie mobilisation des Français au service de la France.

Il appartiendra à François Hollande, s’il est élu, de réfléchir à la situation et de prendre en compte cette nécessité pour le pays.

S’il en reste à la gauche classique et à son programme, je serai un opposant, dans une opposition vigilante et constructive. Il faudra une opposition constructive, mais déterminée, quand il s’agira d’empêcher les erreurs annoncées.

Il est des moments dans l’histoire où l’engagement devient vital. Je crois que le moment est venu de franchir des pas décisifs : nous devons tous, où que nous soyons, nous dépasser et nous rassembler pour que la France se reconstruise. »

12345...15



Vivre la République du Progrès |
l'avenir vue par un militan... |
LCR Section Calaisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rassemblement des français
| Les lumières en héritage
| L'Afrique de toutes nos forces