Archive pour la Catégorie 'Buech, Diois'

Train Grenoble Gap

Hebergeur d'image

La société en charge du réseau n’arrive déjà pas à entretenir la voie, multipliant les ralentissements. Comme si ça ne suffisait pas, elle envisage désormais de dégrader la ponctualité des trains et la sécurité sur la voie. Elle invoque des économies, mais s’avère incapable de les chiffrer.

L’acharnement de SNCF Réseau contre la gare de Lus-la-Croix-Haute se poursuit. Alors qu’il avait fallu plusieurs mois de mobilisation pour obtenir le maintien du croisement des trains en 2014, l’entreprise récidive : elle projette d’ici le printemps 2018 de fermer le croisement en gare de Lus pendant le service dit « d’été » (d’avril à décembre), avec à la clef la suppression de 3 postes. Un document interne daté de juin 2017 indique que cette fermeture est envisagée « car il n’y a pas de croisement prévu » dans cette gare. En théorie, c’est vrai : il n’y en a aucun sur la grille horaire de la ligne. Mais en pratique, ils sont nombreux. Et la fermeture du poste entraînerait la multiplication et l’allongement des retards. Pour bien comprendre, il faut se rappeler que la ligne Grenoble-Veynes est à voie unique. Par conséquent les croisements ne peuvent avoir lieu que dans les gares pourvues de personnels affectés à la circulation, qui aiguillent manuellement les trains.

Retards multipliés

Les cheminots eux-même ont fait le compte dans un document remis à la direction : entre avril 2016 et mars 2017, 22 « reports de croisement » ont eu lieu en gare de Lus. Ces reports de croisement ont évité en tout 15 heures de retard cumulés. Sans compter tous les retards secondaires qui en auraient découlé (réutilisations de matériel et de personnel, conflits de circulations à cause du débordement des horaires prévus, etc.). Actuellement, explique un cheminot, les cantons, c’est-à-dire les portions de voie où seul un train peut se trouver à la fois, sont de « 20 minutes environ entre Clelles et Lus, et entre Lus et Aspres. Donc dès qu’un train a 40 minutes de retard, on peut faire un report de croisement dans la gare suivante pour que le train croiseur ne soit pas impacté. Avec la fermeture de Lus, le canton sera de presque 45 minutes, donc il faudra attendre des retards d’environ 1 heure et demie pour pouvoir faire un report de croisement. C’est énorme ». De manière générale, la suppression d’un croisement affaiblit fortement la fluidité de la ligne. Entre 1973 et 1997, la SNCF a fermé sept gares entre Grenoble et Veynes. « On a gagné un peu de temps », raconte Robert Cuchet, président de l’AGV. « Mais ensuite, comme il y avait moins de croisements à cause des fermetures de gares, le respect des horaires était plus difficile. Donc la SNCF a rallongé à nouveau les temps de parcours, justement à cause des fermetures » ! De fait en 1973, les trains mettaient un peu moins de 2 heures pour faire Grenoble-Veynes. C’est toujours le cas aujourd’hui, sauf que près de la moitié des gares a disparu.

Sécurité affaiblie

Non contente de voir se multiplier les ralentissements sur la ligne (limitations de vitesse dues à la dégradation de la voie insuffisamment entretenue), la société en charge du réseau fait donc le choix d’affaiblir la ponctualité. Mais ce n’est pas tout : entre Vif et Veynes, la signalisation qui garantit qu’un seul train circule en même temps sur la voie repose sur le système « CAPI »(cantonnement assisté par informatique). Ce système avait été mis en place suite à une collision entre deux trains qui avait coûté la vie à 35 personnes en 1985 à Flaujac (46). Il relie chaque gare par un signal informatique. « Comme le signal perd en intensité le long de la ligne, il est réalimenté dans chaque gare » raconte un cheminot. « Mais à Lus, il y a beaucoup d’orages qui font sauter l’électricité. Si un agent est sur place pour la remettre, le problème est résolu, mais s’il n’y a plus personne en gare, il faut trouver quelqu’un pour s’y rendre et faire le nécessaire, ça va être long et entre temps CAPI tombe en dérangement ». Problème : dans ce cas, c’est le cantonnement téléphonique qui prend le relais, le même système qu’à l’époque de l’accident de Flaujac. « Et là, il n’y a plus de boucle de sécurité : tout repose sur l’agent qui ne doit pas faire la moindre erreur ». Le risque n’est pas théorique : les cheminots ont comptabilisé cinq disjonctions à Lus depuis la seule fin du mois de juin.

Travaux compliqués, humains supprimés

En outre, la gare de Lus a réalisé 212 fermetures de voie effectuées pour travaux ou autres raisons de service au cours de l’année écoulée, soit plus d’un jour sur deux en moyenne. Elles permettent la conciliation entre travaux et circulations voyageurs, qui sera bien plus délicate avec un canton doublé. D’autant que la plupart des travaux ont lieu en période estivale, c’est-à-dire quand le croisement sera fermé. Enfin, comme le conclut le document établi par les cheminots, « la gare de Lus-la-Croix-Haute c’est aussi des groupes, des malaises, des arrêts toilettes, des personnes à mobilité réduite » qu’il faut aider à monter ou à descendre. Bref, des vrais services et des vrais contacts humains comme autant de petites touches de bonne humeur dans la vie des voyageurs. Mais « la recherche de pistes de productivité » a ses raisons qui ignorent le cœur. C’est elle qui commande le projet de fermeture de la gare, d’après l’aveu de la direction. Pourtant, dénoncent les syndicats, « le coût des détachements (pour assurer le service en hiver quand les postes auront été supprimés), des retards, de la remise en état à la réouverture (…)rend cette opération peu rentable ». En juin dernier, la direction avouait ne pas avoir encore fait ses calculs. Deux mois plus tard, elle semble n’avoir rien de neuf à dire : suite à nos questions, elle s’est contentée de répondre que « pour l’heure, aucune décision n’est prise ». Elle réfléchit peut-être sérieusement aux arguments qui s’opposent à son projet ?

Rassemblement

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

PS : J’ai écrit le 14 septembre le mail suivant au Directeur des relations extérieures et de la communication Sncf réseau Auvergne  Rhône. Jamais eu de réponse, sans doute la façon de communiquer de notre chère SNCF…

« Bonjour
Je suis Olivier Dodinot et m’occupe d’un blog assez suivi dans le Trièves, petite région au sud de l’Isère ou passe la ligne Grenoble – Gap : http://dodiblog.unblog.fr/
J’y ai commis quelques articles à propos de cette ligne dont je suis un partisan du maintien, sans être toutefois opposé à des mesures de bonne gestion et d’économie. On ne demande pas à une voie de chemin de fer secondaire d’être bénéficiaire, mais elle ne doit pas non plus faire du déficit de manière inconsidérée au nom du sacro-saint service public.
A ce propos, j’ai reçu le communiqué ci dessous d’un comité de soutien à la ligne, qui s’inquiète d’une possible suppression de 3 postes à la gare de Lus la croix haute.
Ma première réaction a été de penser que 3 postes, cela faisait beaucoup pour une petite gare, ou passe au mieux 7 trains par jour dans chaque sens. Mais leur arguments sur les retards et la sécurité semble construits.
Je serai donc intéressé de connaitre la position de SNCF réseau sur cette question, avec peut être une réponse point par point au texte ci dessous.
Je compte publier sur mon blog le texte du collectif et votre réponse, sans en modifier une virgule.
Bien cordialement
Olivier Dodinot »

Traintamarre suite

Un article du DL (édition Hautes-Alpes, rien en Isère) envoyé par :
 (https://drive.google.com/file/d/0B7XnORBoguTVaGw5OExfMTladlRRZlYyZ3ZEdDU0Nk9uOWo4/view?usp=drive_web),

- Une vidéo à voir ici :
http://www.ledauphine.com/hautes-alpes/2017/07/14/veynes-un-enterrement-ironique-pour-le-train-gap-grenoble

- Un sujet sur D’ici télé (Gap) :
http://www.dici.fr/actu/2017/07/13/hautes-alpesisere-operation-traintamarre-gare-de-veynes-1031221

Et tout plein de photos :

https://photos.app.goo.gl/pihDJmu0rUSXS1Fn2

https://photos.app.goo.gl/FhIo9drnKUB7GPKq2

Traintamarre suite…

Image de prévisualisation YouTube

Train Bagnole…

Hebergeur d'image

Ligne Grenoble Gap

gareclellessmall.jpg

Une information inquiétante pour l’avenir de la ligne Grenoble-Veynes-Gap est intervenue récemment : la région Auvergne-Rhône-Alpes a demandé à ses services de travailler sur l’hypothèse d’une fermeture de la ligne entre Vif et Aspres-sur-Buëch en décembre 2017. La décision n’est pas encore prise mais elle pourrait intervenir d’ici la fin de l’année 2016.

Cette décision politique dont les conséquences seraient irréversibles pour la ligne, va à contrecourant de la vision d’avenir que l’AGV possède de la mobilité dans nos régions et des décisions prises en 2015 par les pouvoirs publics. En effet, en 2015, côté Rhône-Alpes, le contrat signé entre l’Etat et la Région réservait une enveloppe financière pour rénover les voies des 6 lignes « fragiles », et côté PACA, une enveloppe était consacrée à l’étoile ferroviaire de Veynes. Une bonne nouvelle pour cette ligne qui souffre du manque de modernisation et d’entretien de la voie depuis des décennies.

Nous n’avons que quelques semaines pour faire valoir nos arguments et convaincre les élus décisionnaires des budgets et les techniciens de la SNCF que la solution est au contraire dans la modernisation et le développement de cette ligne.

Le travail que l’association AGV a initié depuis 2014 avec des universitaires montre que des pistes existent et qu’elles pourraient être mises en œuvre rapidement notamment dans le domaine touristique. En parallèle, une démarche citoyenne impliquant les habitants des territoires traversés par les lignes de l’étoile ferroviaire de Veynes a entrepris un travail collectif visant à assurer le maintien, la promotion et le développement du train dans les Alpes. Cette action a conduit à un manifeste pour le renouveau de l’étoile ferroviaire de Veynes que nous vous invitons à signer rapidement si cela n’a pas encore été fait : www.pays-gapencais.com/2016-vive-train

Tout récemment, le collectif pour le renouveau de l’étoile de Veynes a également lancé une pétition que nous vous invitons à signer et à partager massivement.

Face à ces nouvelles menaces de fermeture, nous devons réagir vite, montrer que nous sommes attachés à cette ligne et qu’elle est porteuse d’avenir. Aussi, l’AGV propose une Assemblée Générale extraordinaire

Samedi 5 novembre à 14h30 à Lus la Croix-Haute (salle polyvalente)

Cette réunion est ouverte aux élus, associations, syndicats, citoyens qui veulent agir dans le temps court qui est devant nous pour que la région Auvergne-Rhône-Alpes prenne la décision de maintenir les services ferroviaires entre Grenoble et Gap en 2017 et de les développer les années suivantes. Nous évoquerons la création d’un collectif pour faire connaitre nos arguments le plus largement possible et nous déciderons des actions à venir.

Parlez-en autour de vous. Venez avec vos amis, vos voisins. Plus nous serons nombreux, plus notre mobilisation aura de portée auprès des  élus régionaux.

Bien cordialement

Robert Cuchet

Président AGV

Inauguration

Hebergeur d'image

Le Veyn’art

Hebergeur d'image

Ce train touristique, historique et artistique circulera les 9, 10 ,14,
16, 17 et 18 juillet sur différents parcours de l’Etoile de Veynes.

Toutes les infos, programme et réservations sur www.veynart.fr  

04.92.58.98.32

Bon voyage !

Le loup

Hebergeur d'image

A vos fusils !

http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/isere/chichilianne-encore-sous-le-choc-apres-une-attaque-supposee-du-loup-995235.html

http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/isere/nouvelle-attaque-de-loup-contre-un-troupeau-de-brebis-chichilianne-997667.html

http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/isere/encore-une-attaque-de-loup-chichilianne-998103.html

Train et territoire

Hebergeur d'image

Mardi 12 janvier à 18h00 – Lus la Croix-Haute (26) dans les locaux du centre de vacances St Augustin* SOIREE DEBAT AUTOUR DU TRAIN

Les habitants de Lus et des environs sont invités à venir échanger avec les étudiants et les enseignants-chercheurs de l’Université de Grenoble-Alpes sur le thème : « Train et territoire : quelles perspectives de développement territorial autour de la ligne Grenoble Gap ?

Apportez une spécialité culinaire à partager !

20h00 Film documentaire « La ligne des Alpes » (La Régordane 2003)

*Le centre de vacances de St Augustin est situé près de la place de la Mairie (suivre le panneau Gîte Point virgule)

123



Vivre la République du Progrès |
l'avenir vue par un militan... |
LCR Section Calaisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rassemblement des français
| Les lumières en héritage
| L'Afrique de toutes nos forces