Archive pour la Catégorie 'Ecologie'

Page 120 sur 120

Saison perdue

                            Page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/    

                                      L’Obiou en 2006

                                      obiousmall.jpg 

 Une nouvelle de Yann Petrucci parue dans les Nouvelles du Pays, il y a quelques mois.

Hiver 2325 – Cité du Mont Obiou.

La chaleur devenait insupportable. Certes Djino était habitué depuis sa plus tendre enfance à ne plus vivre que dans une fournaise quasi-permanente mais jamais il n’avait connu de mois de février aussi chaud. Très vite il quitta les balcons de surface qui lui permettait d’avoir une vue impressionnante au loin sur les ruines d’une ville que ses grands parents avaient autrefois appelée Guenobe. Ils lui avaient même raconté que les grands parents de leurs propres grands parents y avaient habité, à une époque où il y faisait encore bon vivre.

Il retourna dans les dédales au sein de la montagne en tentant d’imaginer ce que pouvait vouloir dire « bon vivre » à la surface d’une terre pelée, grillée, brûlée. Cette pensée céda cependant rapidement la place à l’objet de ses préoccupations depuis plusieurs jours déjà. En cheminant dans les galeries légèrement rafraîchies de la ville souterraine il se remémora le plan qu’il s’était fixé, et qui, si tout se déroulait bien, lui permettrait d’enfin espérer un avenir meilleur. Il dépassa sans s’arrêter les habitations précaires de son quartier où les populations les plus pauvres vivaient proches des ouvertures brûlantes donnant à l’extérieur. Finalement il déambula nonchalamment devant le magasin de luxe sur lequel il avait jeté son dévolu. Malgré l’heure tardive, il y avait toujours autant de badauds en admiration devant les produits inaccessibles qui s’étalaient dans la vitrine. Le moins cher équivalait à près de 10 ans d’un salaire moyen de la plupart d’entre eux. Djino, lui, savait que dans les coffres de cette boutique, des richesses encore plus importantes étaient enfermées, et que ce soir il en serait le richissime possesseur.

Il n’y avait pas si longtemps, à la recherche d’un nouveau filon aquifère dans les profondeurs de la roche, il avait découvert une ancienne galerie minière partiellement refermée. Laissant de côté ses recherches d’une hypothétique source non répertoriée par les services de la défense de l’eau il avait parcouru cette galerie qui très vite s’était transformée en un boyau putride. Au moment où il désespérait d’aboutir quelque part il entendit le bruit sourd d’un ventilateur. Sans croire à sa propre chance, il observa pendant de longues minutes au travers des pales produisant un vent rafraîchissant les allées et venues des gardiens dans la salle des coffres d’un magasin qu’il localisa plus tard grâce à l’insigne qu’il distingua sur la porte d’entrée. Des trésors inimaginables devaient être contenus dans ces coffres.

Après des heures passées à surveiller cette salle, il avait acquis la certitude qu’il pourrait y accéder facilement, cette nuit même, par l’ouverture de ce ventilateur. Il s’était donc mis en place dans la nuit attendant la sortie du dernier garde et le claquement de la serrure de sécurité. Rapidement, il dévissa le ventilateur et se laissa glisser dans la salle dans un silence qu’une vie passée à fureter dans l’obscurité des cavernes avait développé.

Les yeux brillants il repéra la dizaine de tubes en verre métallisé dans leur enceinte frigorifiée. Il savait que ces tubes pourraient résister pendant au moins 24 heures à la température extérieure ce qui lui laisserait largement le temps de refourguer sa marchandise. Sa main tremblante ouvrit l’enceinte, frémit sous l’effet d’un froid inconnu et effleura chaque cylindre : « San Lorenzo – Chili – 2019″, « Mac Kinley – Alaska – 2032″, « Vinson – Antarctique – 2075″, « Mounkou Sardik – Sibérie – 2043″,  » Elbrouz – Géorgie – 2015″… Des lieux magiques qui réveillaient dans sa conscience des histoires qu’il associait à des légendes, aussi irréelles que l’idée de « bien vivre » dans les ruines de Guenobe. Mais les dates accolées à ces lieux prouvaient que ce qu’il n’avait cru être que des contes avait en fait réellement existé.

Son regard s’arrêta, émerveillé, sur le dernier tube : « Obiou – France – 2006″. C’était l’année la plus ancienne de toute. Et à l’endroit même où il habitait! Sa valeur serait inestimable. N’hésitant qu’un instant il prit fermement le cylindre sentant avec une appréhension fugace ses doigts geler au contact du verre. Réprimant sa peur il le glissa dans son sac et sans plus s’attarder se dirigea vers l’ouverture du mur.

Au moment de s’y glisser une lueur brusque le fit se retourner. La porte venait de s’ouvrir sur une meute de gardiens, arme au poing.

« - Arrête-toi !

- Attention aux cylindres!

- Attrapez le ! »

Pris de panique Djino recula vers l’enceinte ouverte. Se méprenant sur son geste un des gardiens tira… et toucha Djino qui dans un mouvement ralenti s’écroula sur l’étagère supportant les cylindres.

Dans une ultime vision il aperçu au travers de pieds qui couraient en tout sens les tubes se fracasser au sol. Il sentit la poudre glacée se répandre dans ses narines, lui picoter les yeux. Il vit avec délice l’or blanc se répandre sur le sol et déjà commencer à fondre. Et il se demanda dans un surprenant sursaut de lucidité comment les anciens avaient pu laisser disparaître la neige.

Yann Petrucci, 37 ans

Fourchon

38710 Saint Baudille et Pipet

                                    tassilihoggar.jpg

                                    L’Obiou en 2325 ?

Pour en savoir plus sur l’auteur…

http://dodiblog.unblog.fr/2007/04/28/soiree-sanglante-a-lolagne/

Retour page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr

La foire bio de Mens 2007

                     Page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/

11 ème FOIRE BIO DE MENS ‘Le Bio dans L’plat’ 

                                  affichefoirebio2007.jpg

samedi 15 et dimanche 16 septembre 2007

Résolument axée sur l’écologie pratique, la 11ème Foire bio de Mens offre un large panel de ce qui se fait de mieux aujourd’hui dans les domaines de la vie quotidienne : produits alimentaires, vêtements, cosmétiques, jardinage, éco-construction…

La foire bio de Mens 2007 dans Ecologie petitepuce

une centaine d’ exposants venant des 4 coins de France et d’ailleurs, invitent à la découverte au fil des ruelles et places du centre historique de Mens. Ambiance inimitable dans un cadre d’exception, le Trièves.

petitepuce dans Trieves evenements

Cette année, le thème de la Foire est Le Bio dans L’plat.
 
 
Des conférences…
Samedi 15 septembre

petitepuce

15h30/17h – Manger bio et changer de menus ?
Par Claude Aubert, ingénieur agronome et le Dr Nicolas Le Berre, auteurs de nombreux ouvrages sur l’alimentation saine

petitepuce

17h/18h30 – Fruits et légumes pour créer vos cosmétiques
Par Sylvie Hampikian, pharmacologue et toxicologue et auteur du livre « 
Créer vos cosmétique Bio « 

petitepuce

17h/18h30 – Le poisson : guide d’achat écologique
Par Claude Aubert, ingénieur agronome et auteur du livre
 » Il est bon mon poisson ! Guide d’achat écologique et recettes  » à paraître en septembre 2007
Dimanche 16 septembre

petitepuce

11h/12h30 – OGM, j’en veux pas ! Guide d’action pour le consommateur
Par Arnaud Apoteker, scientifique et responsable OGM de Greenpeace France

petitepuce

15h30/17h – Soyons moins lait
Avec Nicolas Le Berre, docteur en médecine et auteur du livre « 
Soyons moins lait « 

petitepuce

16h30/18h – Santé et environnement: l’impact de notre assiette
Par Lilian Le Goff, médecin nutritionniste et auteur du livre  »
Manger bio c’est pas du luxe « 

… pour comprendre les enjeux d’une alimentation saine

Des tables rondes…
Samedi 15 septembre

petitepuce

15h30/17h – Pourquoi devenir agriculteur bio aujourd’hui ?
Avec des agriculteurs du Trièves. Animée par Antoine Bosse-Platière, rédacteur de la revue  »
Les 4 saisons du jardin bio « 
Dimanche 16 septembre

petitepuce

14h/15h30 - Le vrai prix de la bio
Avec Lilian Le Goff, médecin nutritionniste et auteur, Jacques Minelli de l’enseigne de magasin bio Satoriz,
Vincent Leras, agriculteur bio dans le Trièves. Animée par Marie Arnould rédactrice en chef des  » 4 saisons du jardin bio « 

… pour mieux consommer Bio !

Des ateliers cuisines…
Samedi 15 septembre

petitepuce

14h30/16h – Cuisiner les légumineuses
Avec Jean Montagard et Lionel Goumy, chefs cuisiniers bio

petitepuce

16h15/17h45 – Cuisiner les légumes oubliés
Avec Brigitte Gros, cuisinière
Dimanche 16 septembre

petitepuce

10h30/12h – Accommoder les fruits
Avec Farida Rémila, cuisinière bio

petitepuce

15h30/17h – Soyons moins lait
Avec Nicolas Le Berre, docteur en médecine et auteur du livre  » Soyons moins lait « 

petitepuce

12h45/13h45 – La cuisine des enfants
Avec Lionel Goumy et Isabelle Frioud, cuisiniers bio

petitepuce

14h/15h30 – Cuisiner les algues
Avec Marika Parisse, cuisinière

petitepuce

16h/17h30 – Pâtes et pâtes à tartes
Avec Sylvain Truffet, cuisinier et glacier bio

… pour goûter, déguster et apprendre des secrets de recettes !

mais aussi…

 

petitepuce

Une exposition mycologique à l’espace culturel

petitepuce

Un espace enfants

petitepuce

Un service restauration

petitepuce

Un espace « Compost » explication et démonstrations
Et encore bien d’autres animations sur le feu !
   


Horaires : samedi de 14h à 19h et dimanche de 10h à 18h

Entrée : 3€/personne – gratuit pour les – de 18 ans

  

La Foire Bio est organisée par
Terre vivante (Tél. 04 76 34 80 80)
et par l’Office de Tourisme du canton de Mens (Tél. 04 76 34 84 25
)

Situation :

 * Mens, 50km au sud de Grenoble, 65km au nord de Gap.

Accès par la RN75 jusqu’à CLELLES ou bien par la RN85 jusqu’à LA MURE, puis la RD526.

En train par la gare de Clelles – Mens

Le site de l’office du tourisme de Mens: http://www.alpes-trieves.com/mens/

 * Centre Ecologique TERRE VIVANTE, à 10 mn de la foire. Ouvert dès 10h et jusqu’à 18h tout le week-end.

Le site de Terre vivante: http://www.terrevivante.org/

Retour page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/

Notre planéte le vaut bien !

                     Page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/ 

    alainjuppesmall.jpg    ===>    320pxborloochiracsmall.jpg

Osons le dire, je suis plutôt surpris en bien jusqu’à présent par la politique écologique de Nicolas Sarkozy. Il est vrai que sa campagne ne laissait pas espérer grand chose de bon dans ce domaine!

La formation du premier gouvernement Fillon avait déjà été une bonne surprise. Sarkozy avait donc repris l’une des principales propositions du pacte écologique de Nicolas Hulot. Alain Juppé était numéro deux du gouvernement, ministre d’État, ministre de l’Écologie, du Développement et de l’Aménagement durables. Ministre d’état, c’est indiquer une priorité politique forte. Il était aussi ministre des transports, transports qui générent 25 % des gaz à effet de serre.

Certes on pouvait être septique sur sa soudaine conversion à l’écologie à son retour du Canada. Mais je préfére toujours laisser le bénéfice du doute avant de juger sur les actes. Et Alain Juppé est un point lourd de la politique, ancien président du RPR, ancien ministre des affaires étrangères puis premier ministre, maire de Bordeaux.

Il faut souligner que sous les gouvernements précédents de gauche comme de droite, le ministère de l’écologie était plutôt un ministère de la parole, doté d’un budget dérisoire et sans grande autorité transversale notamment concernant les transports. Sous la gauche, il était traditionnellement confié à un responsable des verts, parti de plus en plus croupion des socialistes. Sous la droite, c’était généralement un(e) illustre inconnu(e). Qui se souvient de Nelly Ollin, la dernière ministre de l’écologie sous Chirac?
 

La défaite d’Alain Juppé aux élections législatives a entrainé sa démission du gouvernement. Le lendemain, j’ai eu une discusssion avec certains de mes amis de gauche tendance écolo. J’ai été surpris de les voir ricaner en annoncant à l’avance le dépecage de ce super ministère de l’écologie. Peut on vraiment détester le gouvernement au point de souhaiter son échec dans ce domaine et une pollution maximum pour les 5 prochaines années?  

Jean Louis Boorlo récupére donc un ministère d’état ayant exactement le même périmétre. Il est flanqué de 2 secrétaires d’état,  Dominique Bussereau, chargé des Transports et Nathalie Kosciusko-Morizet,  chargée de l’Écologie. Cela ajoute encore à son poids au sein du gouvernement.

Boorlo était ministre de l’Emploi, du Travail et de la Cohésion sociale sous Chirac puis ministre de l’économie, des finances et de l’emploi dans le premier gouvernement Fillon. Ce n’est donc pas un poids plume! Il a participé à la création de Génération Ecologie en 1990 avec  entre autres, Noel Mamère, Brice Lalonde et Haroun Tazieff. 

Donc l’instrument politique est là, espérons qu’il en sera fait bon usage et que la volonté politique sera au rendez vous. Notre planéte le vaut bien.

Oliver Dodinot

Juppé et Wikipédia: http://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Jupp%C3%A9

Borloo et Wikipédia: http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Borloo

Retour page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/

 

Ces verts qui virent à l’orange

                                       Page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/ 

                          orange4small.jpg

Les ralliements de Verts au parti de François Bayrou s’accélèrent

LE MONDE | 31.05.07 | 14h47  

Ce n’est pas encore une hémorragie mais déjà une petite saignée. Après le départ de trois élus Verts parisiens, Olivier Pages, Danièle Auffray, Violette Baranda, ralliés au Mouvement démocrate (MoDem), c’est un quatrième, François Flores, conseiller de Paris, qui vient d’annoncer son transfert. Dans la foulée de Jean-Luc Bennahmias, député européen, un certain nombre de cadres écologistes suivent le mouvement. D’autres semblent attendre l’après-élections législatives. 

« Je reçois tous les jours des mails qui me disent : « Moi aussi », constate M. Bennahmias. S’il se défend d’organiser les sorties, ses amis recensent tous les Verts qui souhaitent être de l’aventure centriste. Ainsi dans les Bouches-du-Rhône, Christophe Madrolle, responsable local des Verts, assure que plus de la moitié de sa fédération – soit « environ 150 personnes » – souhaite adhérer au mouvement de François Bayrou. « Cela vient d’un peu partout dans la région », s’enthousiasme M. Madrolle. Le phénomène concerne des militants mais aussi des élus, insiste-t-il.

« EFFET DE MODE »

D’autres groupes locaux seraient touchés comme en Poitou-Charentes, dans l’Aisne, les Yvelines, le Béarn ou en Seine-et-Marne, où le conseiller général Jean Calvet se présente aux législatives sous l’étiquette MoDem.

A Paris, c’est Raymond Pronier, conseiller d’arrondissement du 15e, qui s’occupe des recrutements. « Beaucoup attendent encore mais viennent à nos réunions », confie-t-il. « De nombreux militants en ont marre d’attendre la rénovation interne et se rendent compte que le MoDem est plus capable d’intégrer nos thématiques que le PS », renchérit François Flores.

La lassitude à l’égard d’un parti au fonctionnement interne chaotique n’explique pas tout. On compte parmi les ralliés de nombreux postulants à la candidature pour les élections législatives ou pour les élections municipales qui ont été recalés. Comme Syrine Catahier, adjointe au maire du 18e arrondissement à Paris. Si elle n’a pas encore franchi le pas de quitter le parti, elle avoue y songer fortement : « Les Verts ne sont plus à la hauteur des enjeux écologiques. Et c’est plutôt enthousiasmant comme perspective de créer un nouveau mouvement et d’y développer un pôle écolo », assure-t-elle.

D’autres responsables du parti écologiste attendent les résultats des Verts mais aussi du MoDem aux législatives pour voir si leur voie militante doit bifurquer. C’est le cas de Jean-Félix Bernard, conseiller régional d’Ile-de-France, qui se demande « si les Verts restent le bon endroit pour l’écologie politique ». Ou Nicole Guillaudin, adjointe au maire de Chambéry, qui organise jeudi avec son alter ego de Haute-Savoie une rencontre avec le MoDem local « pour ouvrir une réflexion ».

Pour M. Bennahmias, décidément, « c’est une affaire qui marche ». « Si le MoDem fait entre 8 % et 10 % nationalement, on peut entraîner un quart des Verts ! », s’emballe-t-il.

Au siège des Verts, on préfère faire le gros dos et minimiser les départs. « C’est très limité », jure Cécile Duflot, secrétaire nationale. « Seuls huit adhérents se présentent sous l’étiquette Modem et ils ont été suspendus. » Le député de Paris Yves Cochet, lui, ne nie pas la réalité. « Il y a un effet de mode et une déception interne. Et puis la faiblesse humaine qui fait que quand le MoDem vous appelle pour être candidat… »

Article paru dans l’édition du 01.06.07

                                —————————————————

Vidéo: Jean Luc BENHAMIAS et le MoDem

http://www.dailymotion.com/video/x22nee_itw-de-jeanluc-benhamias

                         —————————————————

Pour en savoir plus sur le MoDem et l’écologie (merci Greg!):

http://modem-ecologie.over-blog.com/

Retour page d’accueil: dodiblog.unblog.fr/

Projet de développement des Régions Sud Isère

                         Page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/ 

La valorisation de nos identités par

« LE TOURISME DOUX »

 chevalmontaiguillesmall.jpg

Le projet R.S.I.

Nous voulons mettre en place un véritable maillage humain, culturel, promotionnel et économique, par un réseau trans-régional, spécifiquement réservé au « tourisme doux« , respectueux de l’économie locale et non agressif : Cyclistes, Marcheurs, Joggeurs, Cavaliers, VTTistes, etc.

Quelqu’un qui désire, partir de Turin ou d’ailleurs, doit pouvoir venir visiter les RSI, et avoir la possibilité d’obtenir un véritable support logistique lui permettant :

* D’avoir les itinéraires spécifiques et les cartes d’état major de nos circuits trans-régions.

* D’avoir les points de rencontre, les étapes « gîtes » avec les chambres d’hôtes, les campings et les hôtels estampillés, les relais « bricolage et réparations », les expositions et manifestations sportives ou culturelles, les bons restaurants, les activités sportives spécifiques (accro-branches, canyonning, parapente,…), le prix des repas à la ferme, d’une nuit chez l’habitant, les relais infirmerie, les N° de téléphone de secours de garde, la carte qui lui permet d’avoir les voies vertes de passage entre la Matheysine, le Trièves, l’Oisans ou le Vercors.

* D’avoir des propositions d’offres de plusieurs types de circuits, comme « monomodal » [(un seul mode de transport (vélo, rando, ...)] ou « multimodal » (rando puis cheval, puis V TT, puis train de La Mure, etc.), avec associés et intégrés à chaque circuit, les chambres d’hôtes, les hôtels, les campings,… les correspondants. Par exemple, l’un des circuits pourrait être celui des Gorges et des Lacs », un autre le circuit du souvenir en Vercors, etc.…

Nous créerons un Label R.S.I. Toute maison d’hôtes, de relais, de support divers, tout participant devra déposer un dossier, et sera après étude, labellisé par nos soins. Il lui sera imposé de signer une charte d’accueil de convivialité et un engagement de qualité.

Nous créerons un bureau central de promotion de toutes les R.S.I., qui aura son propre site Internet, qui fera la publicité sur toute la France, mais aussi à l’international, éditera les guides et brochures, collectera les subventions éventuelles, recueillera les projets d’entreprises locales, de clubs et d’associations souhaitant s’intégrer dans le projet. Apportera son aide financière et logistique. Ce même bureau ira chercher aussi des financements privés.

Nous créerons un bureau central de réservations. Par exemple, un Espagnol pourra acheter sur Internet un seul ticket, qui lui permettra d’arriver à l’aéroport de Grenoble, de prendre un bus déjà payé qui l’amènera dans les RSI, qui lui permettra de passer une semaine réservée, d’avoir son V TT prêt, d’être réservé sur le circuit des Gorges, d’avoir ses chambres d’hôtes réservées, sa place sur le bateau du Monteynard, etc.

Toutes les Régions du Sud Isère, derrière UN SEUL et MEME PROJET, managé et dirigé par une société autonome et indépendante des structures publiques !

- ECONOMIQUE : Car création d’emplois locaux nombreux, gîtes, repas à la ferme, ateliers multi activités (faire réparer un vélo, fax, point Internet, recoudre un bouton, panser les pieds, acheter des chaussettes, etc.), webmasters, secrétaires, hôtesses d’accueil, guides, etc.…).

-SOCIAL et CULTUREL : Car nécessairement, et de fait, une nouvelle dynamique basée sur les identités locales sera mise en œuvre. Nous ferons se rapprocher les hommes !

-APOLITIQUE et MODERNE : Car nous dépasserons les clivages politiques !

Nous comptons sur votre soutien pour ce projet !

Retour page d’accueil: dodiblog.unblog.fr/

Corinne Lepage à Moirans le lundi 4 juin

                         Page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/ 

lepagesmall1.jpg 

Corinne LEPAGE, Présidente de CAP 21 et co-fondatrice du MODEM sera à Moirans sur Centr’alp le lundi 4 juin pour soutenir Jacqueline JOANNON et son suppléant Bernard ZAMORA.

Vous pouvez participer au déjeuner débat au “CLOS ROMAIN”, restaurant situé sur la zone économique de Centr’Alp à Moirans entre 12h30 et 14h30. Merci si possible d’annoncer votre venue en envoyant un mail à Laurence VEYRON: laurenceveyron@wanadoo.fr

Fondé et présidé par Corinne LEPAGE, CAP 21 est un jeune parti politique qui se reconnaît dans le réformisme écologique en défendant une conception républicaine de l’écologie.

Face aux multiples défis à relever, en particulier le réchauffement climatique et la fin annoncée du pétrole, CAP 21 souhaite remettre la France en mouvement en faisant le pari de l’intelligence collective et de l’innovation. La question à venir n’est plus celle de la gauche ou de la droite mais plutôt celle du choix entre l’action et l’immobilisme, car nos sociétés ne peuvent continuer à ignorer les conséquences écologiques et sociales de leur développement.

Dans le domaine politique, CAP 21 propose que les principes de précaution et d’innovation deviennent des principes politiques majeurs. Afin de réduire le fossé entre les citoyens et leurs représentants, une revalorisation du rôle de la société civile est devenue impérative.
Grâce au renforcement de la démocratie de participation, le citoyen doit pouvoir exprimer son opinion en dehors des consultations électorales et sur toutes les questions le concernant en particulier dans les domaines technoscientifiques.

Dans le domaine économique et social, CAP 21 place les notions d’éthique et de responsabilité au cœur d’un projet économique soutenable qui favorise les investissements dont le bénéfice écologique et social est au moins égal au bénéfice économique escompté.
Face à l’exclusion économique et à la pauvreté, la société doit exprimer sa solidarité par la reconnaissance du droit au logement, à la santé et au travail. Nul ne peut être exclu de sa participation au bien commun qui doit être réparti équitablement selon la capacité et la volonté de chacun à y participer.
La promotion d’une société écologiquement et humainement soutenable doit être basée sur les valeurs du pacte républicain à commencer par la laïcité, le respect de l’égalité des droits des hommes et des femmes, à continuer par la probité et la morale la plus élémentaire.CAP 21 est convaincu que le moment est venu de rendre espoir à tous ceux qui souhaitent bâtir, ensemble, l’avenir de la France dans l’Europe et dans le Monde par un projet politique conjuguant liberté et responsabilité, solidarité et égalité, réformisme et innovation. cap21small.jpg

Le site de Cap21: http://www.cap21.net/

Retour page d’accueil: dodiblog.unblog.fr/

Le pacte écologique

                         Page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/ 

pactecologiquesmall.png 

René ROBERT, candidat UDF-Mouvement démocrate dans le 4ème circonscription de l’Isère et Olivier DODINOT suppléant ont signé le pacte écologique. 

Le pacte écologique de Nicolas Hulot en quelques points :

  • Considérer les enjeux écologiques comme une priorité commune qui dépasse les clivages entre partis politiques et faire de la France un pays exemplaire en matière de développement durable.
  • Faire de la lutte contre le changement climatique et de la préservation de la biodiversité les déterminants majeurs de l’action publique.
  • Engager immédiatement une révision fondamentale des politiques de l’énergie, du transport et de l’agriculture.
  • Défendre des propositions en cohérence avec les objectifs et propositions du Pacte écologique.
  • Mettre en place les outils économiques, juridiques, technologiques et éducatifs pour adapter ou réduire notre consommation en fonction des exigences écologiques et sociales actuelles et futures.
  • Me prononcer sur la proposition concrète visant à adapter le fonctionnement des assemblées parlementaires aux objectifs du Pacte (notamment par la création d’une commission permanente et/ou d’une délégation au développement durable).
  • Prendre des positions sur les problématiques locales en cohérence avec le Pacte écologique.
  • Accepter et maintenir un dialogue régulier sur les grands enjeux écologiques avec les ONG environnementales.
  • Pour en savoir plus sur le pacte écologique:

    http://www.pacte-ecologique.org/

    Pour voir les signataires du pacte écologique:

    http://www.pacte-ecologique.org/legislatives/carte.php

    Pour les voir en Isère:

    http://www.pacte-ecologique.org/legislatives/departement.php?id=038

                                —————————————————– 

    Déclaration de René ROBERT 

    J’ai signé le pacte écologique comme maintenant 145 candidats du Mouvement Démocrate!
    L’un des objectifs est de réduire par 4 nos consommations d’énergies fossiles et donc d’émission de CO2 d’ici 2050. Pour cela, je pense qu’un élu qui s’engage c’est aussi un élu qui s’applique à lui même ce qu’il préconise; je m’engage par exemple à aller à l’assemblée nationnale en train (TGV) et non en avion comme le font encore aujourd’hui des députés de l’Isère.

    En effet, l’électricité est à moins de 20% composée d’énergie thermique alors que l’on consomme au moins son poids en kérosene à chaque vol .

    Retour page d’accueil: dodiblog.unblog.fr/

    1...116117118119120



    Vivre la République du Progrès |
    l'avenir vue par un militan... |
    LCR Section Calaisienne |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rassemblement des français
    | Les lumières en héritage
    | L'Afrique de toutes nos forces