Archive pour la Catégorie 'Histoire'

Cueilleurs de pierres

cueilleur

Un livre d’histoire familiale d’une figure du Trièves, Agostino LONGO.

Sa fille Conchettine PERLI avait fait éditer un premier ouvrage intitulé   « L’enfant berger de Calabre » qui décrivait l’enfance et l’adolescence jusqu’au départ pour la France.

Voici le second volet de cette aventure familiale,  » Les cueilleurs de pierres » à découvrir dès samedi prochain au Château de Passières à Chichilianne.

Une nouvelle page dans les archives du Trièves et un hommage à l’homme à l’accordéon !

 

La photo du siècle

Plus : https://fr.wikipedia.org/wiki/Photo_du_si%C3%A8cle

Une belle rencontre

Plus : https://fr.wikipedia.org/wiki/Maurice_Leenhardt

Aux Champs Elysées…

30 ans !

Il y a 30 ans, le tremblement de terre d’Arménie. C’était l’union soviétique…

https://www.storybeyondtheruins.com/en/home

Et une sympathique centrale nucléaire, plus vieille que notre Fessenheim :

https://www.monde-diplomatique.fr/2017/11/CASTELIER/58106

Europe

Une innovation bienvenue à la cérémonie du centenaire aujourd’hui à Mens : l’hymne Européen, sur la musique de l’ode à la joie de Beethoven. Avec une proposition de parole, encore non officiel, nettement moins sanglante que notre Marseillaise…

1
Chantons pour la paix nouvelle
De notre Europe unifiée,
Quand l’Histoire nous rappelle
Les massacres du passé.

Quand nos peuples dans la tourmente
Vivaient dans la haine et le sang,
Oh ! Quelle joie nous enchante
Plus de guerre pour nos enfants. (x2)
2
Sans que les frontières anciennes
N’entravent leurs destinées,
Nos filles seront sereines
Et nos fils épris de paix.

Quand ensemble ils sauront dire
En toutes langues « bienvenue »
Et pourront enfin construire
Ce monde tant attendu. (x2)

3
Démocratie notre rêve
De plus haute antiquité
Pour toi notre chant s’élève
Europe et fraternité.

Nous chanterons pour que progressent
Les idées de l’humanité,
Et pour que jamais ne cessent
La joie et la liberté. (x2)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Hymne_europ%C3%A9en

Cette guerre infame…

Emouvante petite cérémonie hier soir place du monument aux morts à Mens. Le centenaire de la dernière soirée de guerre. La chanson de Craonne…

Cérémonie officielle aujourd’hui. Les cloches sonneront la volée pendant 11 minutes comme un certain 11 novembre 1918…

No comments…

 

Vous allez vous calmer !

« Vous allez vous calmer » : les mots qui disqualifient définitivement Méluch pour tout projet présidentiel !

Un peu comme le pétage de plomb de Marine Le Pen face à Macron.

On vous le dit, les extrêmes se ressemblent !

 

La Guerre dans le ciel

 

zep11

Au matin du samedi 20 octobre 1917, les habitants de Saint-Andéol, de Château-Bernard, et surtout de Clelles, ne pouvaient qu’être fort surpris d’entendre, puis de voir, la Guerre passer au-dessus de leurs têtes, sous la forme d’un énorme aéronef fuselé, un ballon dirigeable  dont tout le monde connaissait le nom, devenu générique, de zeppelin. Car,  bien avant la guerre, les journaux avaient souvent parlé de ces produits de l’aventure industrielle et commerciale du Comte Von Zeppelin, et des nombreux et spectaculaires accidents qui en avaient ralenti, et endeuillé, la mise au point.

Dès le début des hostilités, les journaux en avaient fait mention régulièrement, comme la Une de La Dépêche de Toulouse du  24 août 1914 : «Encore un Zeppelin détruit» (le Z.8, dans les Vosges). Après cette période d’utilisation tactique, pour des opérations en liaison avec les combats au sol, était venue celle des bombardements, stratégiques, de l’Angleterre d’abord, dès janvier 1915,  sur des objectifs industriels, avant que le Kaiser, bientôt, n’autorise de bombarder les grandes villes elles-mêmes, «sans précautions particulières» : on découvrit alors des images de la capitale anglaise très semblables à celles qui seraient vues en 1940. On avait aussi fait état d’opérations diverses, sur différents théâtres d’opération jusqu’en Turquie et même en Afrique

C’était donc un de ces vaisseaux aériens mythiques, le L45, qui ce matin-là, «8h ½»  il faisait grand jour,  car on était revenu depuis deux semaines à l’heure d’hiver- survola Saint-Andéol après avoir franchi la barrière du Vercors au-dessus du pas Morta, puis le hameau de la Combe, à Château-Bernard,  avant de revenir au sud, vers Gresse et le Mont-Aiguille… il apparut au-dessus de celui-ci, «à une hauteur relativement assez élevée, se dirigeant vers le col de la Croix-Haute», étant alors entendu, puis distingué de Clellois alertés par le bruit des moteurs.  En début d’après-midi, aurait été aussi aperçu un  second «monstre du ciel»,  suivant sensiblement le même itinéraire.

Journaux d’abord, puis magazines, s’emparant à l’envi d’un sujet aussi spectaculaire, les Triévois, Témoins visuels ou non, en surent un peu plus les jours suivants sur cette affaire, le contexte de cette expédition de bombardement sur Londres, et les circonstances qui l’avaient amenée à se terminer, pour le L45, au bord du Buêch asséché, près de Laragne.

C’est cela, avec bien d’autres informations sur l’aventure des Zeppelin, qui constituera l’objet de la conférence du 8 novembre 2018 (18h00), au Musée du Trièves à Mens, qui serait bien plus complète si l’on disposait de la moindre information sur les réactions des Triévois de l’époque.

Michel HELLY – Cornillon en Trièves

12345...23



Vivre la République du Progrès |
l'avenir vue par un militan... |
LCR Section Calaisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rassemblement des français
| Les lumières en héritage
| L'Afrique de toutes nos forces