Archive pour la Catégorie 'Massacre de Novye atagi'

Novye Atagi : 20 ans…

Image de prévisualisation YouTube

Une pensée pour Fernanda, Hans, Ingeborg, Nancy, Gunhilld, Sheryl.

Mes amitiés à Christoph.

http://cicr.blog.lemonde.fr/2016/12/16/une-journee-mondiale-en-hommage-aux-humanitaires-tues-en-mission/

http://www.romandie.com/news/Marche-du-CICR-a-Geneve-20-ans-apres-le-meurtre/762055.rom

http://blogs.icrc.org/law-and-policy/2016/12/15/novye-atagi-hospital-attack-20-years/

https://www.linkedin.com/pulse/humanitarian-workers-risk-lives-help-others-deserve-more-hensch?trk=hb_ntf_MEGAPHONE_ARTICLE_POST

 

В Чечне почтили память погибших врачей МККК

Сегодня
Международный Комитет Красного Креста (МККК) провел в селе Новые Атаги церемонию, посвященную скорбной дате: пятнадцать лет назад здесь были убиты шесть делегатов МККК. Сотрудники организации и представители местных властей побывали на месте трагедии и возложили цветы, тем самым почтили память по гибших.

Все они работали в больнице, открытой МККК с целью оказания помощи больным и раненым в военное время. Ранним утром 17 декабря 1996 г. Фернанда Каладо (1947г.р. гражданка Испании, старшая медсестра больницы), Нэнси Мэлой (1945 г.р. Канадский Красный Крест, медицинский администратор), Гуннхильд Мюклебюст (1941 г.р. Норвежский Красный Крест), Шерил Тайер (1956 г.р. медсестра Красный Крест Новой Зеландии), Ханс Элкербут (1949 г.р. инженер – строитель Нидерландский Красный Крест) и Ингеборг Фосс (1954г.р., медсестра Норвежский Красный Крест) были убиты во сне неизвестными вооруженными лицами.

Глава представительства МККК в Чечне и Дагестане Жак Барберис поблагодарил местных жителей и администрацию села за то, что они чтят и помнят, отдавших свои жизни во имя спасения безвинных людей.

Далее он зачитал письма двух сотрудников МККК в ту роковую ночь находившихся в Новоатагинской больнице вместе c погибшими:

«Я искренне счастлив, что мне довелось работать в Чечне. Очень ценю то, что сотрудники (МККК) и жители Новых Атагов должным образом чтят память о трагических событиях 1996 года. Несмотря на то, что я уже не работаю в МККК, эти поминовения имеют для меня огромное значение и действительно трогают мое сердце. С уважением Кристор Ханш (Швейцария) (был ранен в ту ночь, но по счастливой случайности остался жив)».

И еще одно не менее значимое письмо:

«Я хочу поблагодарить персонал больницы и представителей власти, оказавших мне помощь пережить и преодолеть те
страшные события. В памяти у людей определенные дни становятся датами, которые влияют на всю дальнейшую жизнь. Именно17 декабря 1996 года является для меня таковой, и никогда не сотрется из моей памяти. Память о наших друзьях навсегда запечатлелись в стенах домов вашего села, в эти каменные таблички, в ваших сердцах и в моем сердце тоже. Я разделяю скорбь семей погибших и жителей Новых Атагов. Миссия в Чечне для меня была самой значимой, благодаря вашей доброте, вашей работе, вашему присутствию до конца. Большое за это спасибо. Я бы хотел
однажды снова с вами встретиться и помолиться вместе с вами, а пока прошу присоединиться к моей молитве. С уважением Рене Каравель (Франция)».

Здесь, учащимися Новоатагинской

ОШ – интерната №10 были продекламированы стихи, письма, посвященные близкими и друзьями погибших.

- Это был тяжелый удар не только для близких погибших, но и для нашего села и для всех чеченцев, – говорит Айна Шайхидова, сотрудница МККК, которая в 1996 году была администратором Новоатагинской больницы.

Заведующая воспитательной частью СОШ – интерната №10 Тамара Музаева со слезами на глазах вспоминает о том, что она в то время никуда не уезжала, а работала в школе и была знакома с сотрудниками МККК.

- Они были очень добрыми, чуткими людьми. Они попросили нас помочь им поставить елку, чтобы как-то отметить Новый
год. Конечно, мы согласилась. В ту ужасную ночь брат меня повез к себе в гости в другое село. Наутро привез в школу на работу. Возле школы собралось много людей, вот так я и узнала об этой страшной трагедии. Было конечно невыносимо больно. Эту картину, наверное, никогда забудут жители нашего села,- завершила с грустью Тамара Музаева.

Представитель районной администрации поблагодарил сотрудников МККК за помощь и внимание, оказанное всему чеченскому народу.

Необходимо отметить, что больница в Новых Атагах была открыта всего за три с половиной месяца до трагических событий, но ее сотрудники успели принять более 300 пациентов, провести около 600 хирургических операций и предоставить более 1700 медицинских консультаций
населению Чечни.

Шукран Якумова

www.grozny-inform.ru

Информационное агентство « Грозный-Информ »

PS: Vous n’avez qu’à apprendre le Russe !

Quinze ans

On célébrait il y a quelques jours, à Genève et en Tchétchénie, le quinzième anniversaire du massacre L’hopital CICR de Novye Atagi

Ci dessous, un texte en Anglais pour se souvenir…

Quinze ans dans English rad4C09A

Remembrance Day: time passes, memory stays

Today, colleagues are lighting candles and laying flowers at the Remembrance Garden of the ICRC’s headquarters in Geneva to commemorate the killing of six of our own in the Chechen village of Novye Atagi fifteen years ago. It has become the Day of Remembrance for all ICRC staff who have died on mission or on duty.

« What happened in Novye Atagi was one of the most tragic events in the history of the ICRC, » says Pascale Meige Wagner, head of operations for Eastern Europe and Central Asia. « The quiet contemplation observed each year on this day is part of a long and difficult healing process. »

In the early morning hours of 17 December 1996, Fernanda Calado (the hospital’s head nurse), Hans Elkerbout (a construction technician, from the Netherlands Red Cross), IngebjØrg Foss (a nurse from the Norwegian Red Cross), Nancy Malloy (a medical administrator from the Canadian Red Cross Society), Gunnhild Myklebust (a nurse from the Norwegian Red Cross), and Sheryl Thayer (a nurse from the New Zealand Red Cross) were murdered in their bedrooms by unidentified gunmen. Our colleague Christoph Hensch, the ICRC head of office, was wounded, but survived the attack.

For the ICRC, Novye Atagi became the symbol of a new era of humanitarian action, in which humanitarian workers themselves have become potential targets.

OCHA estimates that at least 100 humanitarians get killed every year. The ICRC has not been spared; we have lost 28 colleagues since 2,000, national and international staff combined. That is against the backdrop of a significant expansion of our ‘operational surface’ in the world’s most dangerous countries.

The institution takes all the measures it can to keep risks to a minimum whilst discharging its humanitarian mandate. Each death is a tragedy, however, for both the victims’ colleagues and their families.

« The fact that the ICRC commemorates its dead means a lot to me », says Sophie Maurice, daughter of Frédéric Maurice, who died in shelling as he led a humanitarian convoy through Sarajevo in 1992. « It means that the institution does not forget. The ICRC acknowledges the risks taken and the sacrifices made by its staff and their families for its humanitarian mission. »

rad3DEBE dans Massacre de Novye atagi

The ICRC hospital in Novye Atagi had opened just three months and a half before the attack. Its staff had already received over 300 patients, conducted about 600 surgical operations and provided more than 1,700 medical consultations.

« It was a terrible blow not only for the families of our assassinated colleagues but also for all the villagers and all the Chechens, » says Aina Shaikhidova, who used to work as an administrator at the hospital.

Despite the ICRC’s relentless efforts to shed light on the causes and circumstances of the incident, the investigation did not lead anywhere and was eventually suspended in 2011.

« We have never stopped and will never stop our efforts to obtain information on the tragedy, » says Pascale Meige Wagner. « This is our responsibility vis-à-vis all of our colleagues assassinated in Novye Atagi and especially their families. »

Commemorations are held each year, not only at headquarters but also in Chechnya and Moscow.

« The memories of your beloved ones are still vivid among us! », say our staff in Chechnya to the victims’ families in a joint letter. « Their commitment and energy, patience and good nature, conscientiousness, care and kindness were really an example and will always remain in our hearts. »

Although today commemorates the deaths of those six brave men and women who accepted to go to Chechnya in 1996 despite the dangers because they were needed, it also honours the memory of all our colleagues who dedicated, and lost, their lives to helping others.

Sébastien Brack and Vassili Fadeev

Massacre de Novye Atagi : la vérité !!!

Massacre de Novye Atagi : la vérité !!! dans Massacre de Novye atagi rad5115E

Un article d’Aleksandr Cherkasov que j’ai traduit aussi bien que j’ai pu

http://sites.google.com/a/rightsinrussia.info/www/hro-org/novyeatagikillings

à propos du massacre de Novye Atagi dont j’ai beaucoup parlé récemment suite aux « révélations » d’un défecteur des services secrets russes. Voir : Massacre de Novye atagi

On voit que Cherkasov est encore beaucoup plus affirmatif que moi sur la responsabilité des Tchétchénes, et non des Russes dans cette affaire.

Or Cherkasov travaille au centre mémorial pour les droits de l’homme qui surveille quotidiennement la situation de ceux-ci en Tchétchénie. On ne peut donc pas le soupconner de collusion avec les autorités russes!

http://www.memo.ru/eng/index.htm

————–

L’article : Aleksandr Cherkasov du centre mémorial des droits de l’homme, un visiteur fréquent de la Tchétchénie, qui a travaillé dans le village de Novye Atagi, estime que les allégations de l’ancien commandant Alexeï Potemkine du Service fédéral de sécurité (FSB) , faisant suite à sa récente défection à l’Ouest, selon lesquels six International médecins de la Croix-Rouge ont été tués par une unité spéciale des forces du FSB, ont très peu à voir avec la réalité. « Cependant, il ya des gens en Tchétchénie qui connaissent la vérité sur ces événements», dit le défenseur des droits humains.

Aleksandr Cherkasov: Je me souviens très bien de ces événements. C’était vraiment un événement horrible: certaines personnes sont venues à l’hôpital de la Croix-Rouge à Novye Atagi et ont tué six médecins. La description de M. Potemkine ne correspond pas,  pour parler poliment, à ce qui est connu au sujet de cet incident en général, ni à la situation dans le sud de la Tchétchénie à la fin de 1996. Dans la version Potemkine, il  s’agissait d’une opération menée par une sous-division de la FSB. Soi-disant qu’ils poursuivaient certaines personnes en fuite qui se cachaient dans l’hôpital. En Décembre 1996,  les troupes russes étaient sur le point d’être retiré de la Tchétchénie. Certaines unités se trouvaient à Grozny, à l’aéroport Severny, et à Khankala, mais il n’y avait pas beaucoup d’activité dans le sud de la Tchétchénie. Par ailleurs, il n’y avait aucun rapport concernant des opérations actives ou des affrontements militaires avec les forces fédérales à l’époque. Et nous étions, rappelons le, en pleine campagne électorale pour l’élection du président de la République tchétchène indépendante d’Ichkeriya. La concurrence entre les candidats a été très intense. Les relations avec la Russie ont été une question clé. S’il y avait eu la moindre preuve que les forces militaires russes poursuivaient leurs activités sur le territoire de la Tchétchénie, cela aurait sans doute été utilisés dans la campagne. Pour autant que je me souvienne, un assez grand, solide et fortement barbu contingent séparatiste était stationné à Novye Atagi à l’époque. Cependant, il n’y avait pas de rapports d’activités des forces fédérales. Bien sûr, il y avait des rumeurs non officielles que l’une des formations extrémistes armés, en réalité Tchétchène, était responsable de ces meurtres. Bien entendu, la version officielle tchétchène a été que c’était le travail de certaines unités de l’ombre du gouvernement fédéral, les services de sécurité. Mais bien sûr, personne ne pouvait présenter aucun élément de preuve. Et last but not least, M. Potemkine dit que certaines cartes d’identité tchétchènes ont été éparpillées autour des bâtiments de l’hôpital pour donner l’apparence d’une attaque par des Tchétchénes. Eh bien, on n’a pas trouvé ces soi-disant cartes d’identités. On a trouvé aucune preuve étayée qui aurait permis d’accuser qui que ce soit. Donc, ce camarade a probablement inventé des choses, sans trop se soucier de savoir si son histoire pourrait être confronté avec les faits. D’ailleurs, je pense qu’il est tout à fait possible que ceux qui ont affirmé à plusieurs reprises que tous les crimes sur le territoire tchétchène ont été commis exclusivement par les forces fédérales ne seront que trop heureux de saisir le « témoignage » de M. Potemkine   et incluront ce fantasme dans leurs dossiers. - Radio Liberty: Après avoir rencontré Potemkine, les correspondants du Times ont conclu que si les meurtres ont été commis réellement par les membres des services de sécurité russes, les proches des victimes seraient en mesure de porter plainte. Pensez-vous qu’une enquête dans cette affaire soit possible? - Dans la Tchétchénie d’après guerre une enquête était assez peu probable, pour parler poliment. Kazbek Makhashev, alors ministre de l’Intérieur, a fait un effort honnête pour maintenir la situation sous contrôle, ou au moins poursembler l’avoir sous contrôle. Je pense qu’aujourd’hui il ya des gens qui pourraient être en mesure de dire qui était derrière ce crime. Tout simplement parce que c’est précisément ce genre d’extrémistes et des bandits qui ont plongé la Tchétchénie dans un trou noir qui ne  suscitait plus aucune sympathie du monde extérieur. Il est finalement devenu clair pour beaucoup de gens que ce genre de régime ne peut pas exister à l’intérieur de la Russie ou à l’extérieur de ses frontières. Plus tard, il y a eu le cas de ces travailleurs internationaux en Tchétchénie qu’on a retrouvé décapités. Un grand nombre d’otages ont été pris, en particulier des étrangers. Il est très tentant de blâmer l’extérieur pour tout cela : ce n’est pas nous qui sommes à blâmer d’avoir échoué dans notre tentative d’établir un Etat indépendant, ce n’est pas nous qui n’avons pas réussi, c’est avant tout le résultat de l’action de certaines forces du mal . Mais il ya des gens responsables qui comprennent que, malheureusement, une partie de la responsabilité de ce qui s’est passé, pour la seconde guerre, repose sur eux, du fait qu’ils n’ont pas été capable de profiter de l’occasion d’établir un pays indépendant.

Aujourd’hui, il peut être une chance que quelqu’un désigne les assassins. Après tout, les gens en Tchétchénie chuchotaient entre eux à ce sujet, même à l’époque.

Les doutes de Christoph Hensch

 La traduction en Francais d’un article que m’a fait parvenir Christoph Hensch concernant les « révélations » sur le massacre de Novi Atagi

L’article en anglais : http://www.stuff.co.nz/the-press/news/christchurch/4399881/Christoph-Hensch-doubts-claim

Les « révélations » : Massacre de Novi Atagi : la vérité ???

 Les doutes de Christoph Hensch dans Histoire rad874EA

La photo :Laissé pour mort: Christoph Hensch, le seul survivant d’une attaque de type exécution sur une équipe de la Croix-Rouge en Tchétchénie en Décembre 1996, tient la balle de calibre spécial KGB qui lui a transpercé l’épaule gauche et le poumon.

Le texte : Christoph Hensch, un homme de Christchurch espère encore d’identifier l’homme qui a tiré sur lui, mais  doute des nouvelles allégations selon lesquels cela aurait été un soldat russe.

En 1996, Hensch faisait partie d’une équipe de la Croix-Rouge attaqués par des hommes armés et masqués alors qu’il dormait dans une enceinte de l’hôpital de Novy Atagi, près de la capitale tchétchène, Grozny. Six collègues sont morts, y compris l’ infirmière néo zélandaise Sheryl Thayer. Hensch a été laissé en sang, avec un poumon perforé et une balle dans l’épaule gauche. À l’époque, la Russie avait accusé les rebelles tchétchènes de l’attaque. Cependant, s’exprimant au quotidien britannique The Times la semaine dernière, un défecteur du bureau fédéral de sécurité, le major Alexeï Potyomkins affirme qu’une unité Russe  »chercher et détruire » a effectué l’attaque, confondant les travailleurs la Croix-Rouge avec les rebelles tchétchènes. Potyomkins dit qu’il faisait partie de l’unité, qui venait de s’engager dans une fusillade avec les rebelles tchétchènes. L’unité cru que les rebelles s’étaient retirés à l’hôpital et est entré l’arme au poing.

Quatorze ans plus tard à Christchurch, Hensch natif de Suisse se souvient douloureusement de cette nuit. Il dormait quand sa porte s’ouvrit, révélant un homme au visage masqué, avec un pantalon de camouflage, une veste en cuir et un fusil.

« Il a juste sorti un pistolet et tiré sur moi sans dire un mot. »

Hensch veut toujours des réponses, mais n’est pas convaincu que le tireur était un Russe.

«Ce gars-là [Potyomkins] peuvent faire cette affirmation, c’est très difficile de vérifier. »

Pour Hensch, le scénario le plus probable est que l’une des factions tchétchènes a été responsable,  méfiante à l’égard des nombreux observateurs étrangers à l’approche des élections régionales.

« L’idée était d’effrayer les étrangers pour qu’ils s’en aillent.

«J’aimerais avoir une réponse définitive pour savoir qui était ce gars et pourquoi il a essayé de me tuer. »

Le frère de Thayer, Lloyd Thayer, de Wanaka, a déclaré hier que cette affirmation n’était pas nouvelle.

Thayer dit que la famille avait été informée par la Croix-Rouge internationale que l’hypothèse avait été de nouveau soulevée par un journaliste de Londres.

«C’était il y a longtemps et les chances de quelque chose de concret ressorte de cela sont probablement assez mince, dit-il.

«Ce n’est aucunement une révélation, et jusqu’à ce qu’il y ait quelque chose qui confirme ou infirme cette théorie … il n’y a pas grand chose qu’on puisse faire.

« Nous n’avons pas besoin de tout ça. Ca ne disparaitra jamais de nos mémoires. »

 

 

 

 

 

Massacre de Novi Atagi : la vérité ???

http://www.dailymotion.com/video/xb8mfq

Un article en anglais paru dans le Time du 24 Novembre : http://freedomsyndicate.com/fair0000/times0046.html

et dont voici la traduction que j’ai faite tant bien que mal en Français. J’ai rajouté mes sentiments personnels à la fin. En effet, j’ai travaillé pendant de longues semaines dans cet hôpital et ai rédigé un rapport pour le président du Comité International de la Croix Rouge (CICR) suite à ce massacre  :

 L’ARTICLE

 Une escouade secrète Russe a tué du personnel de la Croix Rouge en Tchétchènie.

Roger Boyes. Le Times. 24 Novembre 2010

Une unité de services secrets russes a été responsable de l’assassinat de six infirmières occidentales dans un hôpital de Tchétchènie, a déclaré un agent déserteur du Service fédéral de sécurité au Times lors un rendez-vous secret en Allemagne.

Le meurtre de ces travailleurs médicaux – une Espagnole, deux Norvégiennes, une Canadienne, une Néo-Zélandaise et un Néerlandais – est l’une des pires catastrophes dans les 150 ans d’histoire du Comité international de la Croix-Rouge. Bien qu’il ait eu lieu il y a 14 ans, en Décembre 1996, le crime n’a toujours pas été résolu et l’opinion générale a toujours été que c’était le travail des sanguinaires insurgés tchétchènes.

Cependant, selon le Major Aleksi Potyomkin, les Occidentaux ont été les victimes de forces spéciales « recherche et détruire »du Service fédéral de sécurité (FSB) , unité qui a enfreint les conditions d’une trêve négociée peu avant, mettant fin à la guerre de deux ans entre la Russie et la région séparatiste. Masqués et lourdement armés, ils s’étaient livrés à un échange de tirs avec un groupe de Tchétchènes, avant de recevoir l’ordre d’entrer dans l’hôpital de la Croix-Rouge mis en place dans le complexe de l’ancienne école de Novye Atagi, au sud de Grozny.

Comment le Major Potyomkin sait il cela? Parce qu’il était là, lieutenant à l’époque, en charge de la protection de l’arrière de la colonne qui s’avançait dans la neige. Maintenant, il vit dans la clandestinité, avec sa femme et trois petits enfants, dans une petite ville d’Allemagne, en essayant d’organiser sa défection vers l’un des deux services de renseignement occidentaux.

La vérité sur les assassinats de Novye Atagi est juste l’un des cadeaux qu’il a apporté avec lui, renforcé par une transcription volé du trafic radio du FSB de cette nuit-là. Ce n’est manifestement qu’un simple avant-goût: durant les sept dernières années, le major Potyomkin a travaillé dans le cadre d’une opération d’infiltration russe en Europe occidentale.

Pour lui, et pour le FSB – le successeur du KGB soviétique – l’attaque contre l’hôpital a été une erreur, une erreur d’identification. Petite erreur dans une sale guerre.

« Il n’y a eu pas d’enquête sur l’opération, bien sûr que non », a déclaré le Major Potyomkin. « Pourquoi les généraux se seraient inquiétés pour quelques étrangers morts alors qu’il y avait des milliers et des milliers de victimes? »

Un grand homme avec une mèche blonde dans la barbe, le major Potyomkin fait une pause, peut-être en se demandant si ses paroles sont difficiles à entendre  pour un étranger. « En fin de compte, il aurait été trop coûteux de nous punir. Ils avaient beaucoup investi dans notre formation, alors tout a été enterré.  »

Cela pourrait toutefois couté cher maintenant. Si une enquête plus approfondie montre que ce fut une atrocité commise par la Russie, les familles des infirmières mortes seraient dans leur droit pour porter plainte contre Moscou.

Les parents ont été désespérés par le piétinement de l’enquête. Le mystère entourant l’attaque a empoisonné depuis des années la Croix-Rouge basé à Genève.

Suivant les principes de neutralité de l’organisation, les gardes de l’hôpital n’étaient pas armés et les infirmières, tuées d’une balle dans leurs lits, n’avaient pas fermé les portes de leurs chambres. « Les meurtres ont été profondément choquants et traumatisants », a déclaré hier la Croix-Rouge dans un communiqué au Times . « Ils ont eu un impact durable. L’organisation maintient ses opérations dans le Caucase du Nord, y compris en Tchétchénie, et cherche régulièrement à clarifier les circonstances de l’attaque ».

La première hypothèse – que l’attaque était liée à un chef de guerre arabe combattant du côté tchétchène – s’est avéré être un faux-fuyant. Le commandant, connu sous le nom de Khattab, avait insisté pour que la Croix-Rouge recouvre ses croix de peintures, parce qu’elles étaient associées aux croisades chrétiennes. Faute de quoi il bombarderait l’hôpital, même si celui ci fournissait déjà des soins à des centaines de Tchétchènes. Les croix avaient été dûment peintes, ne laissant aucun coupable évident pour les meurtres.

L’unité du major Potyomkin avait été transportée par avion de Moscou vers la Tchétchènie peu avant l’opération. « C’est quelque chose que nous aurions pu laissé à l’intelligence militaire, sauf que nous savions qu’ils ratent habituellement même la plus simple des missions », dit-il, montrant un éclair de fidélité à l’unité qu’il a maintenant déserté. « Donc, nous l’avons fait – et nous l’avons raté, nous aussi, à notre propre manière. »

Comme il le dit, la mission était de détruire les combattants, surnommés « Borodative » ou « Barbus ». L’unité a été fractionnée en deux, avec 14 hommes dans le groupe avancé sous les ordres du capitaine A.N Sevastyanov (nom de code Trofim). Le lieutenant Potyomkin (nom de code Blue Eye) devait suivre à environ 700 mètres derrière, avec deux hommes, pour couvrir leurs arrières. Il avait 23 ans à l’époque, frais émoulu de l’école du FSB, et utilisé du matériel de vision nocturne. « J’ai vu une vingtaine de combattants tchétchènes qui traversaient les champs, juste devant nous. . Il semblait qu’ils portaient un « 300″ vers l’hôpital « (Depuis l’invasion soviétique de l’Afghanistan, l’argot militaire pour un soldat blessé a été « 300″; pour un cadavre, il est « 200″. C’est ce qu’on avait pris l’habitude de griffonner sur les caisses contenant les cercueils d’étain des soldats soviétiques renvoyés au pays.)

Un échange de tirs s’en est suivi. Environ une douzaine des Tchétchènes ont été tués et le reste s’est enfui. Le capitaine a reçu l’ordre de fouiller l’hôpital. Le lieutenant Potyomkin monta sur une colline proche ou se trouvait un cimetière – « les tombes sont toujours une bonne couverture » – pour couvrir les Russes qui se ruaient à l’intérieur. Les commandants voulaient que l’unité descende tous les combattants tchétchènes se cachant dans le complexe. En cas de contact, l’unité avait été instruite de « faire le tri sur place, de la manière habituelle ».

Ensuite, selon le major Potyomkin, tout a mal tourné. Le capitaine Sevastyanov envoya un message radio désespéré à ses commandants. Le point essentiel était que les objectifs qu’ils avaient rencontrés à l’intérieur n’étaient pas des « fantômes », le terme d’argot pour les combattants tchétchènes. « Pas des barbus – Seulement des étrangers » criait-il.

Lorsque les tirs cessèrent, l’unité dispersa autour de l’enceinte des cartes d’identité tchétchènes dont elle s’était emparé afin de donner l’apparence d’une attaque par des Tchétchènes. Les hommes du FSB se retirèrent, en vol direct vers Moscou, en laissant le chaos derrière eux.

Pour la Croix-Rouge, cela a constitué une terrible violation et a provoqué une réflexion pour savoir s’il fallait des gardes armés dans certaines zones de combat. C’est le moment où les organisations internationales à travers la Tchétchènie se sont retirés, craignant pour leur personnel. La guerre, techniquement terminé, continuait toujours mais sans règles.

Tout ne soutient par le récit du transfuge, il faut bien le dire. L’avance rapide des hommes du FSB dans les couloirs de l’hôpital, le tir sur les infirmières à bout portant, la possession bien pratique des cartes d’identité tchétchènes – même le major Potyomkin l’admet, cela sent l’attaque planifiée.

«Peut-être que l’unité avancée avait été informé séparément, je ne sais pas. Tout ce que je sais, c’est qu’il a toujours eu un principe de base dans les unités spéciales du FSB: si quelqu’un te voit, tu l’élimine. Pas de témoins.  »

Quel que soit le motif, cela semble clair: la Russie doit répondre de cette affaire.

Jusqu’à la nuit dernière, le FSB n’avait pas répondu aux allégations.

D’après la transcription: comment l’attaque s’est déroulée

 » Commandement, commandement ! Merde ! Blue Eye – couvrez nous! Nous avons des problèmes, nous sortons. Nous avons un « 300  »
C’est Trofim qui parle, en essayant d’obtenir de nouveaux ordres. Un « 300″ est le terme d’argot pour un soldat blessé

« Centre! Merde, ce ne sont pas tous des fantômes à l’école!  »
Fantôme est le terme d’argot pour les combattants tchétchènes

« Nous avons un f *** ing « 300″. Centre, qu’est ce c’est que cette connerie? Ils n’étaient pas tous russes là-dedans! Qui était-ce? Aucun Barbu, seulement des étrangers. Ils ont des « 200″ [mort], trois d’entre eux à coup sûr. . . vous m’avez compris?  »

Le commandant lui répond: « Vous n’êtes plus capable de distinguer les Tchétchènes des autres? Avez-vous des documents Tchétchènes avec vous? Jetez en quelques un. Dans le complexe – vous m’avez compris ? »

Trofim répond: « J’ai compris, commandement. Nous allons le faire  »

COMMENTAIRE PERSONNEL :

Une bien étrange histoire, qui me paraît peut crédible.

  • L’hôpital de la croix rouge se trouvait à la place d’une ancienne école composée de nombreux bâtiments. Les salles de soin, ou auraient pu se réfugier d’éventuels blessés Tchétchènes, étaient disposées dans les bâtiments principaux. La résidence des expatriés se trouvait dans deux petits bâtiments un peu à l’écart. Bizarre que l’unité russe se soit dirigé droit sur ceux-ci et seulement sur ceux-ci.
  • Les infirmières ont été abattues à bout portant. Certaines ont entendus du bruit, ont tenté de fermer leur porte et ont crié. Difficile de les confondre avec des combattants masculins en tenue de combat.
  • Les assaillants ont rencontré dans le bâtiment une femme Tchétchène. Ils ne l’ont pas abattu contrairement aux instructions décrites ci dessus. Ils lui ont parlé en tchétchène et pas en russe pour lui dire qu’ils ne lui voulait pas de mal, qu’ils étaient venu pour tuer des étrangers. Tout le contraire de « l’erreur d’identification » qu’on nous suggère.

Cet assassinat a eu lieu le 16 décembre 1996, peu avant les élections présidentielles Tchétchènes qui se sont tenues le 27 janvier 1997. Les deux principaux concurrents pour ces élections était Aslan Maskhadov, le premier ministre de Tchétchènie et Zelimkhan Iandarbiev le président qui se représentait. Maskhadov était le grandissime favori.

Ces élections était supervisée par une équipe de l’OSCE (Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe) très protégée et donc difficile à atteindre. L’opinion générale était jusqu’à présent qu’on avait cherché à faire fuir cette équipe de surveillance afin de pouvoir « arranger » ou faire annuler ces élections. Assassiner des infirmières de la Croix rouge était chose facile.

Lors des cérémonies qui se sont tenues à Genève en décembre 2006 pour le 10 ème anniversaire du massacre, les soupçons se portaient clairement sur Iandarbiev, mort dans un attentat depuis lors. Celui ci sentant qu’il allait perdre aurait cherché à perturber les élections. Nous avons visionné un film ou le maire de Novi Atagi exprimait cette conviction.

Pour ma part, je pourrais croire à une attaque délibérée des Russes sur nos collègues afin de jeter le discrédit sur les autorités Tchétchènes, j’ai bien du mal à admettre la version des faits du Major Potyomkin.

Cependant si la transcription des échanges radio était authentifiée, il me faudrait revoir mon opinion !  

Novi atagi

http://www.dailymotion.com/video/xb8mfq

Il y a treize ans, le 17 décembre 1996, six de nos collégues de la croix rouge international se faisait lachement assassiner pendant leur sommeil à Novi Atagi, Tchétchénie. J’ai déjà passé cette vidéo il y a quelques temps, la voiçi en bien meilleur définition.

Pour en savoir plus, un article que j’ai écrit dans wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%B4pital_du_CICR_de_Novye_Atagi

17 décembre 1996

Une pensée pour nos collègues du Comité International de la Croix Rouge assassinés pendant leur sommeil dans l’hôpital CICR de Novye Atagi, Tchétchénie durant la nuit du 16 au 17 décembre 1996.

na1.gif      na4.gif       na2.gif

Gunnhild Myklebust           Fernanda Calado         Ingehjorg Foss

Norvégienne                      Espagnole                     Norvégienne

na6.gif    na5.jpg    na3.gif

Sheryl Thayer      Johan Joost Elkerbout      Nancy Malloy

Néo Zélandaise              Hollandais               Canadienne

 

img1453large.jpg

Cérémonie à Genève pour le 10 ème anniversaire, il y a un an

img1455small.jpg

Avec Christophe Hensch au centre, rescapé de la tragédie

http://www.dailymotion.com/video/4gnfivxYRAKiEo3yc

Le film réalisé par le CICR pour le 10 ème anniversaire

En anglais et russe sous titré anglais, pas mal de craquements dus à la compression mais regardez!

Pour en savoir plus:

L’hopital CICR de Novye Atagi

Testimony (en anglais)

http://www.icrc.org/web/fre/sitefre0.nsf/html/5FZG7F




Vivre la République du Progrès |
l'avenir vue par un militan... |
LCR Section Calaisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rassemblement des français
| Les lumières en héritage
| L'Afrique de toutes nos forces