Archive pour la Catégorie 'Politique nationale'

Page 90 sur 92

Grêve RATP, SNCF, universités, fonctionnaires: infos du jour et commentaires…

« ][/gv]serviceminimumsmall.jpg

Mercredi 21 novembre

SNCF: 22.8% de grévistes, 400 TGV, 50% des TER. RATP: 16.4% de grévistes, 1 métro sur 4 et 1 bus sur 2. Le dernier carré doit commencer à se sentir isolé! Une autre triste nouvelle: la CFTC et la CGC appellent à suspendre la grêve. Ca sent la fin! Des petits rigolos se sont amusés à saboter les lignes. Sans doute une façon de continuer à perturber le trafic quand il y aura 0% de grévistes!

Entendu le discours d’un leader socialiste intelligent ce matin sur France Inter. Ça existe donc! Emmanuel Valls y admettait sans détour que les régimes devaient devaient être réformé et que l’université devait se rapprocher du monde de l’entreprise même si elle n’a pas vocation à être contrôlé par lui. Un candidat sérieux pour 2012?

Mardi 20 novembre

350 TGV et 1 métro sur 4 tout de même, ça monte lentement mais sûrement…

Les syndicats de cheminots sont contents. Ils ont réussi la « jonction » avec le mouvement des fonctionnaires. Détail intéressant, les fonctionnaires ont l’air nettement moins satisfaits de ce télescopage avec un mouvement corporatiste extrêmement impopulaire.

Que pensez des revendications des fonctionnaires: effectifs et salaires?

Les salaires:d’abord suggérons un petit tour içi: http://cluaran.free.fr/dette.html

On comprendra aisément que les agents de l’état ne peuvent s’attendre à de grosses augmentations… et que le premier d’entre eux aurait sans doute du éviter d’augmenter le sien de 140%. Qu’il aurait pu également nous épargner un « paquet fiscal » de 15 milliards d’Euros!

Les effectifs: la France n’est pas la moins bien lotie en nombre de fonctionnaires

nombrefonctionnaires1.jpg

Par suite d’une décentralisation mal menée, la fonction publique territoriale de cesse d’enfler sans que les effectifs de la fonction publique d’état ne se réduisent. Il faudrait donc songer à réduire le « mille feuilles » administratifs en supprimant les doublons (département-régions, communes-communautés de communes).

En place de cela, on se contente d’une réduction comptable ne concernant que la fonction publique d’état. On supprime 22 000 postes en 2008, l’éducation nationale représente la moitié des fonctionnaires d’état => on supprime 11 ooo postes dans ce ministère.

Lundi 19 novembre

Côté SNCF, les choses s’améliorent peu à peu: 26% de grévistes et 300 TGV aujourd’hui contre 32.2% de grévistes et 250 TGV vendredi.

A la RATP, seulement 18% de grévistes contre 23.3% vendredi. CEs 18% réussissent néanmoins la « performance » de ne laisser circuler qu’un métro sur 5 et presque pas de RER. Mais tout s’explique: vendredi 81% des conducteurs de métro et 92% du RER étaient en grêve.

Winston Churchilldira en 1940 des pilotes de la Royal Air Force qui résistent au blitz Allemand : « Jamais un aussi grand nombre depersonnes n’auront dû leur salut à un si petit nombre. »

On peut dire aujourd’hui à propos des grévistes SNCF & RATP: « Jamais un aussi grand nombre depersonnes n’auront dû leurs ennuis à un si petit nombre. » Merci à eux!!!

Source:http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/social/20071119.OBS5454/sixieme_journee_de_greve_dans_les_transports.html

http://www.latribune.fr/info/Greve-reconduite-a-la-RATP-mardi-283-~-AP-SOCIAL-RETRAITES-RATP-GREVE-$Db=News/News.nsf-$Channel=Economie-$SubChannel=France

Dimanche 18 novembre

Entre 6500 et 10 000 manifestants anti grêve aujourd’hui à Paris. Un mouvement certes à l’initiative de la mouvance UMP mais certainement suivi par des usagers de tous bords, exaspérés par la durée du mouvement. Pendant que d’autres récupérent en prévision d’une deuxième semaine de galère… Bon courage à eux!

http://www.leparisien.fr/home/info/economie/articles.htm?articleid=291373930

Samedi 17 novembre:
La grêve est terminé à EDF-GDF ou les négociations ont repris. Egalement fin de la grêve des trains en Allemagne après 42… heures de conflit. Un exemple à suivre pour nos chers cheminots???

http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?news=4815497

Vendredi 16 novembre:

Les chiffres sont assez parlants, le mouvement s’essoufle. Voici les taux de participation à la grêve.

SNCF RATP EDF

18 octobre 73.5% 58% 52%

Mercredi 61.5% 44% 36,7%

Jeudi 42.8% 27,2% 4,4%

Vendredi 32.2% 23,3%

Source: http://fr.news.yahoo.com/afp/20071116/tfr-social-retraites-transport-greves-fo-b7b6525_5.html

Par ailleurs, la CFDT cheminot a appelé à la suspension de la grêve. Elle n’est que le 4ème syndicat à la SNCF avec 11,6%des voix mais c’est le début de la fin de l’unité syndicale pour ce mouvement.

Source: http://fr.news.yahoo.com/afp/20071116/tfr-social-retraite-greve-transports-rai-b7b6525_1.html

Rappelons qu’une majorité écrasante de Français juge normal l’alignement des régimes spéciaux. Certains commencent à manifester leur ras le bol assez clairement.

velibgreveparis.jpg

Source: http://sondages2007.over-blog.com/article-12410122.html

On saura bientôt si les syndicats de cheminots sont aveugles et sourds…

Sondage retraite

Petit sondage qui restera en « tête de gondole » de ce blog jusqu’à la fin de la grêve SNCF.

Exprimez vous !

grevesncfsmall.jpg

 

 

La réforme des régimes spéciaux de retraite

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Lien: Les régimes de retraite: comparatif et sondage

Les régimes de retraite: comparatif

Les salaires

Ils s’échelonnent entre 1 219,59 Euros (8 000 F brut : SMIC) à 3 048,98 Euros (20 000 F brut) par mois. Le travail de nuit, des dimanches et fêtes, les déplacements peuvent augmenter le salaire de 304,90 Euros (2 000 F) à 457,35 Euros (3 000 F) parmois.

Source: Ressources humaines SNCF  http://www.orientation.ac-versailles.fr/visites/comptesrenduspdf0102/57-58sncf.pdf

Comparaison des modalités de liquidation et de revalorisation des pensions des régimes spéciaux avec celles des principaux régimes

retraitesncf.jpg

Blocage

blocagefac.jpg

Quelques phrases extraites d’un article de Libération (journal pas précisément Sarkozyste) sur la grêve dans les universités. Ou la vision de la démocratie selon certains…

«Face aux referendums, nous affirmons la seule légitimité des AG.»

«Les votes à bulletins secrets doivent être empêchés car ils nuisent au mouvement.»

«La démocratie, c’est ceux qui sont en lutte.»

Et la conclusion:

 «Dans tous les cas, on va perdre, se désespérait par avance une étudiante en licence de psychologie opposée au blocus. Même si une majorité se prononce pour la reprise, au final il y aura un blocage sauvage.»

L’article: http://www.liberation.fr/actualite/politiques/291040.FR.php

11 Novembre

img2928small.jpg     img2924small.jpg     img2932small.jpg  

Une cérémonie du 11 novembre un peu particulière aujourd’hui à Mens comme ailleurs. Peut être, sans doute, la dernière en présence de poilus de la grande guerre.

casenavejeunesmall1.jpg     casenavevieuxsmall1.jpg                        lazaresmall.jpg    

   Louis de Casenave                                      Lazare Ponticelli

 Un regret: personne, ni nos élus locaux dans leurs discours, ni les associations d’anciens combattants, ni le ministère à travers leurs messages n’a prononcé le mot d’Europe.

14182small.jpg   1418aveuglesmall.jpg   1418small.jpg

Soyons Européen !

Liens: http://fr.wikipedia.org/wiki/Derniers_poilus

http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_de_Cazenave

http://fr.wikipedia.org/wiki/Lazarre_Ponticelli

Les pensées du chef

bayrousmall.jpg

Extrait d’un message de Bayrou aux adhérents du MoDem à l’occasion de son congrés fondateur. Les commentaires sont bienvenus…   

                              ——————————————————–

La politique suivie actuellement est tournée vers la mise en lumière, le spectaculaire pour ne pas dire le spectacle, du président de la République, acteur qui monopolise tous les rôles du gouvernement. Nous avons toujours été persuadés que la centralisation et la concentration du pouvoir étaient une faiblesse de la France. Cette faiblesse est aujourd’hui accentuée jusqu’à la caricature.

La lutte contre le déficit et la dette est passée au deuxième plan. Beaucoup de nos partenaires européens s’en inquiètent. Dans le même temps, le « paquet fiscal » a conduit à des facilités en direction des Français déjà favorisés, ce qui ne facilitera pas l’acceptation des décisions rigoureuses le jour où elles deviendront inévitables.

Le projet de société est peu lisible. Ce qui émerge, c’est l’affirmation répétée qu’il faut « réconcilier les Français avec l’argent », parce que « l’argent, c’est la réussite ». Pour beaucoup d’entre nous, la confusion entre argent et réussite est une régression : que peuvent entendre dans une telle affirmation les éducateurs, les scientifiques, les classes moyennes, les retraités, les femmes et hommes de culture ?…

Bien des réformes sont éludées : on annonçait que la loi sur les universités serait le texte le plus important du quinquennat, qu’en reste-t-il ? On prévoyait un service minimum de plein exercice pour les services publics, on avoue aujourd’hui que ces dispositions ne changeront rien à la situation actuelle… Le déficit de la sécurité sociale n’a été en rien diminué par les lois des gouvernements précédents, et les franchises, socialement discutables, sont annoncées comme devant financer la recherche sur la maladie d’Alzheimer, le cancer, et autres soins palliatifs. Évidemment, cette affirmation est une présentation de façade, mais l’idée qu’on demanderait aux seuls malades de financer la recherche contre la maladie apparaît en soi comme un problème.

La seule réforme effectivement en cours est celle de la retraite des régimes spéciaux. C’est un passage obligé, non pas seulement en termes financiers (les régimes spéciaux représentent seulement 5 % des besoins de financement des caisses de retraite), mais en termes d’équité. Nous pensons que l’on peut trouver le chemin d’une réforme juste. Cela demande une capacité de négociation, beaucoup de fermeté, et un effort de compréhension en direction des salariés qui ne sont pas des privilégiés et vont nécessairement voir ainsi changer leur contrat de travail. En tout état de cause, si le chemin de cette réforme juste est trouvé, nous y apporterons notre soutien.

Il importe d’ajouter que le rendez-vous de la retraite se présentera après les élections municipales. Il ne s’agira pas là des 5 % de régimes spéciaux, mais de 100 % des besoins de financement. Je maintiens, même si le gouvernement n’est pas de cet avis, que la réflexion sur les retraites par points était une approche plus globale, plus juste, plus équilibrée que les éternels ajustements auxquels nous assistons. Mais il est vrai que c’est un travail de grande ampleur, et qui demande une démocratie sociale pleinement active et responsable.

Nous avons apporté notre soutien au Grenelle de l’environnement. Mais une fois passée la phase consensuelle, la question est maintenant celle des mesures concrètes : c’est le véritable rendez-vous. Et c’est à ce rendez-vous que nous serons attentifs, avec tous ceux, dans nos rangs, qui ont une profonde connaissance de ces sujets.

La réforme des institutions n’a pas pris le bon chemin. Il y a, bien sûr, dans le texte du comité Balladur des pistes qui doivent être retenues, notamment pour la procédure parlementaire. Mais pour l’essentiel, l’autonomie du pouvoir législatif par rapport au pouvoir exécutif, on a choisi d’aller vers l’aggravation des dérives de la Ve République. Quelle autonomie, en effet, peut-on imaginer pour une Assemblée dont le premier tour de l’élection serait organisé le jour même… du deuxième tour de l’élection présidentielle ?… Quelle représentation honnête du pluralisme de notre démocratie quand on prétend que la proportionnelle (souhaitée par les deux tiers des Français) ne devrait représenter que 20 à 30 sièges sur 577 ?… Il est à craindre que, contrairement aux espoirs que nous avions mis dans cette instance, la direction prise n’aboutisse à une impasse, voire à une aggravation de la situation actuelle.

Tous ces sujets donnent la vraie dimension du défi qui est devant nous : il s’agit de construire un projet de société qui permettra à la société française et aux sociétés européennes de trouver un autre horizon que celui, purement matérialiste, d’une société d’inégalité croissante. Une société efficace, et de justice croissante, une société où la démocratie n’est pas un vain mot, où le citoyen n’est pas seulement la cible d’une communication de tous les instants, mais considéré comme conscient et responsable, une société où l’État n’est pas seul, mais entouré de partenaires actifs et légitimes (entreprises, associations, collectivités, familles, etc.) Une société où le système de valeurs privilégie l’éducation, la formation, la recherche, l’épanouissement de l’individu, le pluralisme. Si ce sujet du projet de société vous intéresse, permettez-moi de vous renvoyer à l’article que j’ai écrit durant l’été dans la revue Commentaire : Du centre au projet démocrate…

Cette recherche d’un projet de société alternatif, et d’un mode de gouvernement nouveau, nous sommes seuls, me semble-t-il, à pouvoir en être aujourd’hui les promoteurs. Le parti socialiste traverse en effet une crise lourde, parce qu’elle est à la fois une crise de leadership et une crise d’inspiration. Cette crise l’empêche de suivre le chemin qu’ont emprunté il y a des années les socio-démocrates européens, eux-mêmes désormais (on l’oublie trop souvent) en interrogation sur leur modèle d’état providence. C’est notre responsabilité d’entrer de plain pied dans ces questions, sur lesquelles les Français ne manqueront pas de rejoindre les pionniers que nous aurons osé être.

De ce devoir de construction, en tout cas, je veux vous assurer qu’avec vous, si nombreux, je ne me laisserai pas détourner.

Pour tout cela, je vous donne rendez-vous les 30 novembre (pour les adhérents de l’UDF) 1er et 2 décembre, pour tous les MoDem, à Paris-Villepinte.

Affectueusement à vous tous.

François Bayrou

Pour vous inscrire au(x) congrès, rendez vous sur le site www.congres-udf-modem.fr

Sondage: le traité simplifié européen

questionsmall.jpg

La ratification du traité simplifié européen:

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Chargement ... Chargement ...

Sondage: Grenelle de l’environnement

banquisesmall.jpg 

Les résultas du Grenelle de l'environnement. Cela vous parait:

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Lien: http://www.legrenelle-environnement.fr/grenelle-environnement/

Petites magouilles des centroSarkozystes

http://www.dailymotion.com/video/1YrSGPWp37yYNn9x6

                                         Pas content, François !

Nos députés osent tout…

Le « Nouveau Centre », c’est-à-dire les anciens députés UDF ralliés à M. Sarkozy, ne remplit pas les conditions pour bénéficier du financement public de la vie politique. En effet, malgré les efforts de M. Morin (qui a présenté des membres de sa famille, les secrétaires, son chauffeur, etc) et autres, il n’a pas eu au moins 50 candidats aux élections législatives à dépasser le seuil de… 1 % des suffrages.

C’est embêtant, mais tout peut s’arranger.

Son groupe à l’Assemblée nationale vient de déposer une proposition de loi  »relative au pluralisme et à l’indépendance des partis politiques », qui a pour unique objet de changer les règles en la matière : désormais, pourraient aussi recevoir l’argent public les partis qui ont au moins quinze députés (http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion0296.asp).

Cela tombe assez bien, puisqu’ils en ont, comme par hasard, un peu plus. Si elle était adoptée, cette proposition profiterait exclusivement au… « Nouveau Centre ». 

On n’est jamais si bien servi que par soi-même… surtout quand on vote la loi, censée incarner l’intérêt général !

Si la mesure a reçu sans surprise le soutien de l’UMP, elle emporte également l’adhésion des communistes. Si d’aventure ils étaient concernés à l’avenir…

Pendant ce temps, du côté du Nouveau centre, on se préparait à trinquer. Pas uniquement parce que cette proposition de loi a toutes les chances d’être adoptée, mais aussi parce que ce mardi était jour d’inauguration du siège du parti, rue de Grenelle, dans le VIIe arrondissement de Paris. 140 m2, 5000 euros de loyer mensuel. Bonne affaire. La manne financière prévue (1,8 million d’euros) devrait aussi permettre de garnir les murs blancs d’affiches aux couleurs du parti.

Certes, depuis 1988, la loi sur le financement des partis a déjà été modifiée à huit reprises. Et les modifications antérieures étaient déjà intervenues après les élections. Mais, pour la première fois, le changement intervient avant que l’enveloppe publique ne soit répartie. Répartition qui sera définie le 30 novembre. Il y avait urgence.

► Addendum le 24/10/2007 à 23h50: l’examen du texte à l’Assemblée nationale a été ajourné mercredi, après de nombreux incidents de séance intervenus au moment de la discussion de la proposition de loi.

Le traité simplifié

europesmall.png

Une bonne nouvelle qui passe bien inaperçu entre le drame du couple Sarkozy, la grève de la SNCF et les larmes de Chabal: le traité simplifiésur les institutions Européennes vient d’être signé à Lisbonne. Cela intervient une peu moins de 2 ans après l’échec du référendum avec une mise en oeuvre rapide au 1er janvier 2009. Voyons cela plus en détails. 

Ce qui est conservé du projet de constitution:

Le Conseil européen aura un président permanent, qui assurera la représentation extérieure de l’Union, mettant fin à l’aspect le plus ubuesque de la rotation semestrielle des présidences par pays. Actuellement chaque pays préside l’union pour 6 mois tous les… 13 ans et demi !!! Mais la rotation restera pour la présidence des conseils des ministres sauf pour celui des affaires étrangères qui sera présidé par le haut représentant (voir plus bas).
La cohérence de la politique étrangère et de sécurité commune sera renforcée par la nomination d’un haut représentant, qui sera en même temps vice-présidentde la Commission européenne et disposera d’un important service diplomatique. L’UE disposera d’un véritable ministre des Affaires étrangères, même s’il n’en aura pas le titre, chose qui était prévu dans la constitution. Il remplacera le haut représentant actuel et le commissaire européen aux affaires étrangères qui faisaient double emploi. Il présidera le conseil des ministres des affaires étrangères de l’union.

Pour plus d’efficacité, la Commission, qui fait les propositions législatives, comptera, à partir de 2014, un nombre de commissaires égal à deux-tiers des État membres, alors qu’actuellement chaque État a « son » commissaire.

Le Parlement européenva étendre son pouvoir de co-décision législative avec les États membres sur les questions sensibles de justice, sécurité et d’immigration légale. Les Parlements nationaux pourront demander à la Commission de revoir une proposition s’ils jugent qu’elle empiète sur leurs compétences.

Le traité intégre la Charte des droits fondamentaux, 54 articles sur les droits du citoyen (liberté, égalité, droits économiques et sociaux).

Par pétition, un million de citoyens européens peuvent « inviter » la Commission européenne à « soumettre » une proposition législative dans un domaine donné.

En matière de coopération judiciaire et policière, la plupart des décisions seront prises désormais à la majorité, et non plus à l’unanimité.

L’unanimité demeure cependant la règle pour la politique étrangère, la fiscalité, la politique sociale ou la révision des traités.

Pour les décisions prises à la majorité, le vote à la double majorité- 55% des États représentants 65% de la population – remplacera l’usine à gaz actuelle de triple majorité.

 Clause de sortie: le traité introduit la possibilité pour un pays de quitter l’Union dans des conditions à négocier avec ses partenaires.

Ce qui a été abandonné

 Les références – hymne, drapeau ou devise- qui auraient selon lui permis aux citoyens de s’identifier à une construction européenne désincarnée.

De facto, le vote à la double majorité n’entrera en vigueur qu’en 2017et l’Union devra donc vivre dix ans de plus avec des mécanismes de décision qui datent d’il y a 50 ans, lorsqu’elle ne comptait que six États membres. Merci Attac !

Le Traité constitutionnel remplaçait tous les Traités existants par un document unique et lisible. Le nouveau texte conserve le Traité de Rome et le Traité de Maastricht, eux-mêmes déjà modifiés par les Traités d’Amsterdam et de Nice, en y apportant près de 300 modifications supplémentaires. C’est un mille feuilles législatifs! Les partisans du non parlaient d’un texte compliqué, on ne les entend plus…

Les concessions aux récalcitrants

Comme on pouvait s’y attendre, le rejet du projet de constitution obligeant à la réouverture des négociations a relancé le marchandage des Euro-sceptiques. Ceux ci ont eu gain de cause sur certains points mais on pouvait s’attendre à pire! 

Une bonne partie des discussions de la soirée à Lisbonne a tourné autour de la demande italienned’obtenir au moins un poste d’eurodéputé supplémentaire, afin de ne pas décrocher des pays de taille voisine, comme la France et le Royaume-Uni. Cela a été accordé à Romano Prodi, sous pression dans son pays. L’Italie disposera de 73 élus, comme le Royaume-Uni, contre 74 à la France. Du coup le nombre total de membres du Parlement européen passera de 750 à 751. Impressionnant !

A deux jours de leurs élections législatives, les Polonais, qui contestaient le nouveau système de vote prévu par le traité, ont obtenu le renforcement du mécanisme de « Ioannina », qui permet à quelques États, même s’ils n’atteignent pas la minorité de blocage, de geler pendant quelque temps une décision approuvée par la majorité. Ce mécanisme fera l’objet d’une déclaration jointe en annexe au nouveau traité, et un protocole précisera qu’il ne pourra être modifié qu’à l’unanimité. Pitoyable! Varsovie a arraché aussi la désignation d’un avocat général polonais auprès de la Cour européenne de justice. Si ça leur fait plaisir !!!

Le Royaume-Unia obtenu un statut d’exception. Il ne sera pas dans l’euro, choisira à la carte les coopérations policières et judiciaires auxquelles il souhaite adhérer et ses citoyens ne bénéficieront pas de la Charte des droits fondamentaux: c’est un « self-service », a regretté le député européen Andrew Duff, un libéral-démocrate britannique.

La mise en oeuvre:

Signature:Le 13 décembre à Lisbonne par les chefs d’État et de gouvernement.

Ratification:Elle sera organisée dans chaque État, au cours de l’année 2008, par la voie parlementaire ou référendum. L’accord de tous les États est requis. La phase de ratification pourrait être risquée dans certains pays. Ainsi Gordon Brown, le premier ministre britannique, doit-il faire face à une violente campagne des milieux euro-sceptiques qui demandent l’organisation d’un référendum. Seule l’Irlande est tenue par sa Constitution d’organiser un tel référendum. En France, le président Sarkozy a annoncé durant sa campagne qu’il opterait pour un vote du Parlement.

On peut regretter une ratification par voie parlementaire mais peut on faire autrement? Actuellement le rejet d’un seul pays sur 27 suffit à bloquer le processus. Et les votes négatifs sont souvent suscités par un rejet de la politique intérieur. On pourrait s’inspirer à terme de l’exemple Suisse qui valide un référendum moyennant majorité du peuple et des cantons. Bel exemple d’intégration Européenne si l’on comptait l’ensemble du corps électoral comme une entité unique tout en exigeant un vote favorable dans une majorité de pays de l’union.

Entrée en vigueur:Le traité s’appliquera à partir du 1er janvier 2009 si les procédures de ratification sont terminées. Clauses particulières. La réduction du nombre de commissaires n’aura lieu qu’à partir de 2014. Comme signalé plus haut,  le nouveau système de vote sera appliqué à partir de 2014 ou, si un État le demande, de 2017.

Ensuite:

Il faudra se mettre d’accord avant 2009 sur les noms des présidents de la Commission et du Conseil européen, ainsi que sur ceux du « ministre » des Affaires étrangères et du prochain président de l’Eurogroupe, fonction assumée pour l’instant par le Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker.

Nicolas SARKOZY a déjà son idée: il verrait bien José Manuel Barroso rempiler à la Commission et estime qu’il serait « intelligent » que Tony Blair préside le Conseil européen.

Lorsque cette épreuve sera surmontée, les détenteurs des nouveaux postes devront se créer un espace pour exister, comme le montre la lutte incessante de Juncker pour parler au nom de l’euro dans les enceintes internationales comme le G7.

 Le président du Conseileuropéen devra se battre face à 27 chefs d’État et de gouvernement qui n’entendent pas, Nicolas Sarkozy en tête, lui céder les premiers rôles.

Le responsable des Affaires étrangèresde l’UE, qui sera enfin doté d’un service diplomatique et d’un budget à sa mesure, devra jouer des coudes face à des ministres et à leurs administrations jalouses de leurs prérogatives.

Le Royaume-Uni a mené une bataille de tranchées pour limiter son pouvoir et il faudra une véritable révolution culturelle pour que la diplomatie française cesse de faire cavalier seul.

Enfin, la durée de vie du traité n’est pas définie et certains arrangements, comme le nombre de sièges au Parlement européen de commissaires, devront à court ou moyen terme être révisés, ce qui laisse présager d’autres querelles.

Et au delà ?

Dans quelques années, sous la pression du Parlement européen et des citoyens, on regroupera l’ensemble de ces dispositions dans un seul texte, qui donnera à l’Union européenne sa charte fondatrice, cohérente et lisible.

  ——————————————————– 

Pour finir dans l’allégresse, vous pouvez écoutez l’ode à la joie, l’hymne de l’union Européenne qui n’est autre que la neuvième symphonie composée en 1823 par Ludwig van Beethoven: http://europa.eu/abc/symbols/anthem/index_fr.htm

Source: http://vge-europe.eu/

1...8889909192



Vivre la République du Progrès |
l'avenir vue par un militan... |
LCR Section Calaisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rassemblement des français
| Les lumières en héritage
| L'Afrique de toutes nos forces