Archive pour la Catégorie 'Trièves'

Page 27 sur 28

Jean Pierre

jeanpierre1640x480.jpg

Une bien triste surprise pour les enfants du cours de tir à l’arc jeudi dernier. En arrivant au premier cours de l’année, ils apprennent que leur professeur, Jean Pierre Tourtet est décédé.

 

Découverte…

 

vignes.png 

l’ENGRANGEOU

JEUDI 20 AOUT à 19H

Découverte de 6 vins

2 vins bio

2 vins alpins

2 vins oubliés

Participation 8€ (prix adhérent)

10€ (prix public)

Inscriptions 04 76 34 90 19

06 84 18 14 51

COMMENT VIVRONS-NOUS A MENS EN 2020 ?

Aux habitants de Mens intéressés par l’avenir de leur village,
A l’ensemble des citoyens conscients des enjeux d’aujourd’hui
Les choix d’aujourd’hui sont les réalisations de demain.Vous avez été nombreux à répondre présents lors de la présentation du projet de station d’épuration de notre village. Aujourd’hui, nous voulons aller encore plus loin avec vous et vous associer à nouveau à la réflexion de l’équipe municipale.L’aménagement du territoire, la politique d’urbanisme, le plan d’occupation des sols … Ces termes peuvent vous paraître lointains et abstraits mais ils déterminent les règles de notre vie de tous les jours. Aujourd’hui, les contraintes d’urbanisme sont en pleine mutation.
Que vous soyez habitants de Mens, voisin de notre village, simple visiteur en villégiature, nous vous proposons de partager sur les enjeux fondamentaux qui vont conditionner  notre avenir.

L’habitat et le logement, le développement de l’activité économique, l’organisation des déplacements, la solidarité sociale …
Comment déterminer une politique d’urbanisme en tenant compte des contraintes inévitables qui vont bouleverser peut-être notre mode de vie ? (coût de l’énergie, la pénurie d’espaces agricoles, l’environnement, l’activité économique …)

Nous vous invitons à venir et partager avec nous un moment de réflexion et de  dialogue en toute liberté à la première rencontre de l’agenda 2020 pour Mens,

Nous avons besoin de vous car l’expression de vos préoccupations d’avenir, les propositions que vous pourrez formuler serviront de base de travail aux élus municipaux pour déterminer un projet d’urbanisme.

Jean-Paul Mauberret, adjoint au maire de Mens
Marie Barrault, conseillère municipale
Sophie Reichmuth, conseillère municipale

Jeudi 23 juillet 2009 à 20h30 à l’espace culturel de Mens, place de la mairie.

Grosse ficelle…

ficelle1.jpg

On aura noté que certains restaurants Trièvois viennent juste d’augmenter de manière importante leurs tarifs… pour les rabaisser très certainement au niveau initial au 1er juillet prochain lors de la baisse de la TVA sur la restauration de 19.6 à 5.5%.

Et hop: la différence de marge en trésorerie !

Petite réflexion: était il vraiment urgent en pleine explosion des déficits de prendre cette mesure à 2 milliards d’euros pour le contribuable mais dont le consommateur ne verra manifestement pas la couleur ?

Mens 2020

1habitatlogement1g640x480.jpg

 

1habitatlogement2g640x480.jpg

 

1habitatlogement3g640x480.jpg

 

2servicesequip2640x480.jpg

 

2servicesequip2g640x480.jpg

 

3activitsproducteurs640x480.jpg

 

3activitesusine640x480.jpg

 

4dplacementsparking640x480.jpg

 

4dplacementspont640x480.jpg

 

4dplacementsvelo640x480.jpg

 

5cadreviepanoramag640x480.jpg

 

5cadredeviepoubelleg640x480.jpg

Devinette n°8

 Et lui ?

Devinette n°8 dans Devinettes rad7DD3A

Indice: Cordéacou

Sondage Dodiblog

Le Dodiblog, c'est:

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Lien: http://dodiblog.unblog.fr/dodiblog-mode-demploi/

Saison perdue

                            Page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/    

                                      L’Obiou en 2006

                                      obiousmall.jpg 

 Une nouvelle de Yann Petrucci parue dans les Nouvelles du Pays, il y a quelques mois.

Hiver 2325 – Cité du Mont Obiou.

La chaleur devenait insupportable. Certes Djino était habitué depuis sa plus tendre enfance à ne plus vivre que dans une fournaise quasi-permanente mais jamais il n’avait connu de mois de février aussi chaud. Très vite il quitta les balcons de surface qui lui permettait d’avoir une vue impressionnante au loin sur les ruines d’une ville que ses grands parents avaient autrefois appelée Guenobe. Ils lui avaient même raconté que les grands parents de leurs propres grands parents y avaient habité, à une époque où il y faisait encore bon vivre.

Il retourna dans les dédales au sein de la montagne en tentant d’imaginer ce que pouvait vouloir dire « bon vivre » à la surface d’une terre pelée, grillée, brûlée. Cette pensée céda cependant rapidement la place à l’objet de ses préoccupations depuis plusieurs jours déjà. En cheminant dans les galeries légèrement rafraîchies de la ville souterraine il se remémora le plan qu’il s’était fixé, et qui, si tout se déroulait bien, lui permettrait d’enfin espérer un avenir meilleur. Il dépassa sans s’arrêter les habitations précaires de son quartier où les populations les plus pauvres vivaient proches des ouvertures brûlantes donnant à l’extérieur. Finalement il déambula nonchalamment devant le magasin de luxe sur lequel il avait jeté son dévolu. Malgré l’heure tardive, il y avait toujours autant de badauds en admiration devant les produits inaccessibles qui s’étalaient dans la vitrine. Le moins cher équivalait à près de 10 ans d’un salaire moyen de la plupart d’entre eux. Djino, lui, savait que dans les coffres de cette boutique, des richesses encore plus importantes étaient enfermées, et que ce soir il en serait le richissime possesseur.

Il n’y avait pas si longtemps, à la recherche d’un nouveau filon aquifère dans les profondeurs de la roche, il avait découvert une ancienne galerie minière partiellement refermée. Laissant de côté ses recherches d’une hypothétique source non répertoriée par les services de la défense de l’eau il avait parcouru cette galerie qui très vite s’était transformée en un boyau putride. Au moment où il désespérait d’aboutir quelque part il entendit le bruit sourd d’un ventilateur. Sans croire à sa propre chance, il observa pendant de longues minutes au travers des pales produisant un vent rafraîchissant les allées et venues des gardiens dans la salle des coffres d’un magasin qu’il localisa plus tard grâce à l’insigne qu’il distingua sur la porte d’entrée. Des trésors inimaginables devaient être contenus dans ces coffres.

Après des heures passées à surveiller cette salle, il avait acquis la certitude qu’il pourrait y accéder facilement, cette nuit même, par l’ouverture de ce ventilateur. Il s’était donc mis en place dans la nuit attendant la sortie du dernier garde et le claquement de la serrure de sécurité. Rapidement, il dévissa le ventilateur et se laissa glisser dans la salle dans un silence qu’une vie passée à fureter dans l’obscurité des cavernes avait développé.

Les yeux brillants il repéra la dizaine de tubes en verre métallisé dans leur enceinte frigorifiée. Il savait que ces tubes pourraient résister pendant au moins 24 heures à la température extérieure ce qui lui laisserait largement le temps de refourguer sa marchandise. Sa main tremblante ouvrit l’enceinte, frémit sous l’effet d’un froid inconnu et effleura chaque cylindre : « San Lorenzo – Chili – 2019″, « Mac Kinley – Alaska – 2032″, « Vinson – Antarctique – 2075″, « Mounkou Sardik – Sibérie – 2043″,  » Elbrouz – Géorgie – 2015″… Des lieux magiques qui réveillaient dans sa conscience des histoires qu’il associait à des légendes, aussi irréelles que l’idée de « bien vivre » dans les ruines de Guenobe. Mais les dates accolées à ces lieux prouvaient que ce qu’il n’avait cru être que des contes avait en fait réellement existé.

Son regard s’arrêta, émerveillé, sur le dernier tube : « Obiou – France – 2006″. C’était l’année la plus ancienne de toute. Et à l’endroit même où il habitait! Sa valeur serait inestimable. N’hésitant qu’un instant il prit fermement le cylindre sentant avec une appréhension fugace ses doigts geler au contact du verre. Réprimant sa peur il le glissa dans son sac et sans plus s’attarder se dirigea vers l’ouverture du mur.

Au moment de s’y glisser une lueur brusque le fit se retourner. La porte venait de s’ouvrir sur une meute de gardiens, arme au poing.

« - Arrête-toi !

- Attention aux cylindres!

- Attrapez le ! »

Pris de panique Djino recula vers l’enceinte ouverte. Se méprenant sur son geste un des gardiens tira… et toucha Djino qui dans un mouvement ralenti s’écroula sur l’étagère supportant les cylindres.

Dans une ultime vision il aperçu au travers de pieds qui couraient en tout sens les tubes se fracasser au sol. Il sentit la poudre glacée se répandre dans ses narines, lui picoter les yeux. Il vit avec délice l’or blanc se répandre sur le sol et déjà commencer à fondre. Et il se demanda dans un surprenant sursaut de lucidité comment les anciens avaient pu laisser disparaître la neige.

Yann Petrucci, 37 ans

Fourchon

38710 Saint Baudille et Pipet

                                    tassilihoggar.jpg

                                    L’Obiou en 2325 ?

Pour en savoir plus sur l’auteur…

http://dodiblog.unblog.fr/2007/04/28/soiree-sanglante-a-lolagne/

Retour page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr

Jean RIPERT, économiste et diplomate

                    Page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/ 

 img2371small.jpg

L’avenue Jean RIPERT à Mens s’étend de la place du Vercors à la maison médicale. L’essentiel des informations qui suivent proviennent du discours qu’à prononcé Philippe RICHARD, ancien maire de Mens de 1989 à 2001, à l’occasion de l’inauguration de cette avenue, le 9 Novembre 2002.

La famille RIPERT est installée en Trièves depuis plus de deux siècles.

L’ancêtre de Jean RIPERT, Pierre , né en 1803 était agriculteur à Masserange, hameau de la commune de St Jean d’Hérans. Il acheta la propriété de MONTVALLON en 1831, puis une maison sur le Breuil, devenue l’Hôtel Central.

Son fils, Hyppolite- François fut notaire à Mens.

Fils de celui-ci, Alfred, né en 1857 devint officier de cavalerie.

Comme fréquemment dans nos pays ruraux les enfants les quittent pour développer leurs activités ailleurs.

Ce fut le cas de Jean RIPERT. Ils conservent néanmoins leurs racines locales, grâce aux maisons ,préservées et entretenues et aux souvenirs partagés dans un cadre paysager et social attachant: Le Trièves

C’est ainsi que Montvallon est le lieu de retrouvailles de la famille RIPERT.

Jean RIPERT esr né en 1922. Ayant reçu une formation agronomique, il aborde très vite une carrière où ses aptitudes d’économiste et ses qualités de diplomate ne cesseront d’être sollicitées et valorisées.

Il participe aux négociations de la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier.

Il devient Commissaire- Adjoint au Plan en 1963 puis Directeur Général de l’INSEE (Institut National des Statistiques et des Etudes Economiques), en 1967.

Il est nommé Commissaire Général au Plan en 1974, poste qu’il occupera jusqu’en 1978.

Il a ainsi participé aux plus hauts niveaux aux grandes actions de modernisation du Pays, auprès de Jean MONNET et de Paul DELOUVRIER , créateurs de la planification à la française.

Devenu Secrétaire Général Adjoint de l’O.N.U, chargé des questions économiques et sociales en 1978,il entamera la partie internationale de sa carrière.

Nommé Directeur Général du Développement et de la Coopération Economique Internationale de l’O.N.U. en 1982, il sera élu, neuf ans plus tard ,Président du Comité Intergouvernemental de négociation sur le changement des climats, prémisse de la conférence de RIO de 1992.

Jean RIPERT était Commandeur de la Légion d’Honneur.

Disponible mais réservé, il était peu connu des Mensois, sauf de ses amis fidèles.

Jean RIPERT esr décédé en l’an 2000. 

Aujourd’hui, son fils Jean Maurice RIPERT suit ses traces en étant ambassadeur de France auprès des Nations Unies à New York.

Liens:

http://www.unspecial.org/UNS651/t21.html

http://www.rue89.com/2007/06/18/sarkozy-nomme-un-diplomate-socialiste-ambassadeur-aux-nations-unies

Retour page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/

Le docteur Paul Sénebier

                    Page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/ 

senebiersmall.jpg

Le docteur Senebier a une rue à son nom à Mens. Qui était il donc? 

Né le 11 mai 1849 à Mens fils de Jean SENEBIER né en 1790, Marchand à Mens et d’Anne BRAVE née en 1803, sans profession. Il commence ses études de médecine à 17 ans et est reçu à 19 ans à l’internat des hôpitaux de Grenoble en 1868. Désirant recevoir la meilleure formation possible pour son époque, il  » monta  » à Paris pour terminer ses études médicales. Il travaille à l’hopital du Val de Grace en  1870.

Ces études furent  interrompues par la guerre de 1870-1871  pendant laquelle il est médecin du 1er bataillon de la garde mobile de Haute Savoie. Il retourne ensuite à Paris pour terminer ses études de Docteur en médecine.

L’amour du pays l’emportant il revient à Mens en 1872 comme simple médecin de campagne, malgré l’insistance de ses confrères grenoblois qui avaient vu tout l’intérêt que pouvait représenter pour leur ordre un praticien diplômé de la Faculté de Médecine de Paris. Sa maison était située dans la rue de Mens qui porte maintenant son nom, à l’angle du  » Chareyrou « . Elle était équipé de tout le modernisme qu’il avait pu voir à Paris et encore parfaitement inconnu à Mens à l’époque. Elu maire de Mens le 20 mai 1900. Il le restera jusqu’en 1904.

Il était le neveu par alliance de  Francelin Jean Benjamin BACHASSE, maire de Mens en 1859 puis de 1867 à 1881 et de 1887 à 1889, lui même fils de Benjamin Pierre BACHASSE, maire de Mens de 1847 à 1849.

Mort à Mens le 13 mai 1923. Obsèques civiles le 15 mai 1923. Avec lui « disparaît une des plus belles et nobles figures mensoises » la dépêche dauphinoise du 20 mai 1923.

Son fils Jean fut Procureur Général près la Cour d’Appel de Lyon.

Liens:

Les maires de Mens 

http://perso.orange.fr/mairiemens/maire5.html

Un acte de décès en tant que médecin: 

http://perso.orange.fr/jean.fontenille/maires/acte_bach1887_11_d.htm

Sur son fils Jean:

http://www.institut-de-france.fr/index2.php?arbo=140&page=731

Signé: Thomas GOUJON, Olivier DODINOT + une Mensoise anonyme

Retour page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/

1...2425262728



Vivre la République du Progrès |
l'avenir vue par un militan... |
LCR Section Calaisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rassemblement des français
| Les lumières en héritage
| L'Afrique de toutes nos forces