• Accueil
  • > Recherche : claude brand mens

Résultat pour la recherche 'claude brand mens'

Coquet première : l’intégrale !

C’est fini. On peut lire jusqu’au bout…

hebergeur d'image

 

Salle Chatel pleine avec des chaises jusque dans l’entrée pour la première réunion de la liste Coquet. Environ 80 personnes dont pas mal d’opposants notoires, y compris quelques membres de la liste d’en face (Hugueny, Zanders).

Deux parties très contrastées : la présentation de la liste, la discussion sur le programme.

PRESENTATION DE LA LISTE : durée 1h20

Bernard Coquet décrit sa liste comme étant sans étiquette, il dit ne pas connaitre la couleur politique de ses colistiers. Tous déclarés comme divers au nuançage de la préfecture.

Il commence par excuser Lauriane Josserand, 26 ans, la benjamine de l’équipe, en CDD à Saint Etienne en Dévoluy. A la recherche d’un emploi stable, une petite jeune qui veut travailler ! Elle arrivera finalement en toute fin de réunion.

Les candidats se présentent en partant du fond de la liste.

Joël Gérin : né à Mens, carrière chez HP, conseiller municipal de 2001 à 2008 avec Philippe Gazin. A travaillé à la vie quotidienne, sur l’accessibilité (il se déplace en fauteuil roulant), sur la zone bleue. Président de l’association cueille la vie ,qui fait de l’animation à la maison de retraite, depuis 6 ans.

Propose de refaire le chemin pour handicapés de Châtel dont le revêtement ne permet pas de circuler en chaise roulante. Aussi un état des lieux à Mens et dans le Trièves de l’accessibilité pour handicapés, personnes agées, poussettes.

Evelyne Garnier : 72 ans, arrière grand mère, né à Oran en Algérie d’un père militaire, revenue en 1951.

Secrétaire de direction puis gérante de discothéque. A Mens depuis 1988, mariée à un vieux Mensois qui fut conseiller de 2001 à 2008.

Intéressée par l’aspect du village, les petites rues, les entrées de la commune, le fleurissement…

Jean Louis Goutel : Dans le Trièves depuis 2000, 3 filles.

Directeur adjoint de la chambre d’agriculture.

4ème adjoint à l’économie dans la municipalité sortante, en charge de l’écotourisme et du tourisme adapté.

2 ans président de l’office du tourisme, s’est occupé de la foire du 1er mai et de la foire bio devenue foire du Trièves.

Daniel Dussert : né à MENS, 67 ans, 4 enfants, agriculteur bovin, céréales.

Souhaite soutenir l’agriculture et le tourisme à travers la conservation des paysages. Et s’occuper des routes et chemins communaux.

Aurore Chauvin : 27 ans, originaire de Champagne Ardennes, étude à Lyon, à Mens depuis Aout 2010, secrétaire comptable.

Souhaite s’occuper des nouvelles solutions de transport, navettes Clelles-Mens, le covoiturage.

Bernard Chevalier : né à Mens, 59 ans, travaille à France télécom, à la retraite en mai.

Conseiller municipal de 2001 à 2008, à lancé le trait d’union Mensois et le 1er site internet de la mairie. A travaillé à la commission vie associative.

Carole Sauze : Famille de Mens, enfance à Mens, pompier volontaire, infirmière à la Mure.

Veut représenter la jeunesse Mensoise, conserver les services publics et médicaux.

Jean Paul Chabert : né à Mens, étude à Grenoble. Travail au crédit agricole de Mens de 1975 à la retraite en 2011;

A constaté les pertes d’emplois dans l’agriculture, le batiment, l’artisanat. Une certaine compensation pour les EHPAD, SIAD, ADMR et secteur associatif.

Est trésorier de l’association Trièves tourisme. Intéressé au développement économique.

Rosemary GIOVANETTI : d’origine Batave, 63 ans.

A créé une entreprise qu’elle a vendu, aussi gérante d’hôtel 4 ans. 20 ans à Grenoble.

En retraite à Menglas depuis 18 mois.

Intéressée par l’avenir des jeunes, par leur travail. Et par le développement du tourisme.

Gérard Dangles : 67 ans

A Grenoble depuis 1982 dans le secteur informatique;

Mens depuis 2005, conseiller municipal en 2008

DGS informel pendant 3 ans, s’est occupé de l’informatique municipale, du journal le TUM, des associations, a pris beaucoup de plaisir.

La voix s’élève : on a une confrontation entre 2 visions respectables mais différentes. On a une chance extraordinaire avec Coquet. Stop au ronron.

Applaudissement dans la salle, presque une bronca !

Véronique Menvielle :

D’origine Lyonnaise, 4 générations d’enseignants. Institutrice depuis 23 ans atteinte de pédagogite aigu. Aime la rigueur, le travail bien fait.

A Mens depuis 2005, conjoint Mensois.

Souhaite s’occuper de la jeunesse et des sports, créer deux conseils municipaux pour les jeunes de 8-12 et 13-17 ans pour un apprentissage de la citoyenneté et de la démocratie. Aussi un jumelage Européen pour des échanges culturels et linguistiques.

Tiens ? http://dodiblog.unblog.fr/2014/02/14/jumelage-echange-linguistique/

Marcel Calvat : né le 27-4-1943 (à quelle heure ?).

Famille modeste, progression professionnelle instit, prof d’EPS, principal adjoint puis principal d’établissement scolaire.

Fonction à la Fédération Française de ski au niveau régional, national et international.

Pour le développement du tourisme et de l’industrie. Pas de rêve et d’utopie, du réalisme et du pragmatisme.

1er adjoint de la municipalité sortante, président de la CDC de Mens pendant 4 ans.

Anne Marie Barbe : 62 ans, à Mens depuis 37 ans.

Travail administratif à la fac de Grenoble pendant 43 ans.

Motivée et disponible, souhaite s’occuper des personnes âgées.

Bernard Coquet : la tête de liste, on entre dans une autre dimension…

A commencé comme géomêtre, reprend quelques études, quelques petits postes dans des cabinets ministériels et préfet dans quelques départements…

Rugbyman , il se blesse, soigné aux Alouettes à Mens où il rencontre la future Madame Coquet, issue d’une vieille famille Mensoise, il y a 50 ans.

A bien connu Pierre Rolland, maire de Mens 1977-1983 et  Philippe Richard, maire de 1989 à 2001 auquel il a succédé à la présidence du fond documentaire Trièvois.

La liste équilibre et renouveau :

L’équilibre : besoin de mesure, éviter les conflits stériles, l’aveuglement militant.

Liste équilibrée par l’origine des candidats : 9 Mensois de souche, 6 néo Mensois depuis 18 mois à 50 ans.

7 en activité, 8 retraités, 1 agriculteur. Echelonnement des âges de 26 à 74 ans;

Pas de militants politiques déguisés !

Le renouveau : il faut faire des projections à moyen terme, le long terme est imprévisible.

Mens a une économie résidentielle, en boucle, fragile.

Les structures administratives vont changer considérablement dans les 3 ans à venir. Le futur canton s’étendera du Trièves au Valbonnais.

Mens est maintenant intégré dans le SCOT, approuvé il y a 18 mois, qui donne une vocation agricole et touristique au Trièves. Son sort est lié avec Grenoble.

L’accent devient Gaullien, un peu de tremblement dans la voix : Mens est à redresser, il faut se remettre debout, demain il sera Trottoir (au lieu de trop tard…).

Vous aurez plus de chance avec nous ! On attend presque un « Mensois, je vous ai compris », les bras en croix, qui ne vient malheureusement pas…

Applaudissements nourris de la salle.

Du grand art, de l’Enarque, la haute administration Française qui sait faire un magnifique discours sans aucune note !

Le ton se calme. Ses 2 parents sont DCD à 88 ans, il devrait donc avoir encore quelques années devant lui.

Il n’a aucun intérêt pécunier ni professionnel dans cette affaire, ce qu’on peut lui accorder.

Répond aux critiques sur sa « résidence alternée » à Mens : il sera présent autant qu’il le faudra (sans préciser combien de temps dans l’année). Le rôle d’un maire n’est pas nécessairement de s’occuper des poubelles qui débordent où des coqs qui chantent trop tôt. Il faut savoir déléguer. Il est de consulter, prendre des décisions, assumer une responsabilité juridique.

DISCUSSION SUR LE PROGRAMME :  durée 1h10

Là aussi, je met mes réflexions en italique.

Bon, vous avez notre programme en main (une feuille recto-verso), allez y posez nous des questions !

Là, ça tombe un peu à plat. Je m’attendais à une présentation du programme par thème puis à des questions en fonction. Quelque chose d’un peu structuré.

Du coup, ça part dans toutes les directions. Emmanuel se lance avec une déclamation sur la fin dans le monde et la responsabilité planétaire des Mensois. Un autre : « Vous dites faire venir du monde à Mens OK. Mais pas des écolos qui branlent rien ! »

Goutel : On peut attirer dans le secteur de l’agriculture, de l’écologie, des personnes agées. il faut créer les conditions d’accueil.

Dangles : attirer les technologies nouvelles, créer un espace pour le télétravail.

Claude Brand à Marcel Calvat : pouvez vous nous parler de votre bilan ?

Manifestement il a prévu la question le Marcel. Y sort une feuille et lit :

 - A la CDC de Mens :

Réalisation de la chaufferie bois, subventionnée à 80%,  économe en CO2, qui permet de chauffer l’EHPAD, les écoles, le centre social, le collège, la piscine et le camping.

Etude de faisabilité sur un plan d’eau biotype comme à Valbonnais. Mais il faut un espace approprié et beaucoup d’eau. Encore une étude qu’on aimerait pouvoir consulter sur internet, après tout elle a été payé avec nos impôts…

La fusion des CDC : il a pris beaucoup de temps pour y réfléchir et se décider. Temps qui n’a peut être pas été perdu. Il rappelle que le conseil de Mens avait voté contre sous Gazin. La fusion a finalement été votée à l’unanimité, avant qu’elle soit rendue obligatoire par le préfet. Cela a aussi permis de mener à bien la répartition des compétences et l’étude financière.

Il a participé au comité de pilotage d’Energie et territoire. Devant la prochaine mise en concurrence de la concession des barrages, EDF est devenue soudain très généreuse en donnant 240 000 euros par an pour les six CDC des bords du Drac. Le Trièves étant peu présent ne touche malheureusement qu’une faible part du pactole.

Travail au CDRA (Comité de Développement Rhône Alpes) dans le secteur tourisme.

Sur le dossier de l’ARB (Association de Réhabilitation de l’Herboristerie) qui compte s’installer prochainement à Beaumet.

 - Au niveau de la commune :

A travaillé au niveau du centre de gestion départemental qui gère le personnel municipal.

Mise en place du DGS (Directeur Général des Services).

Commission Vie Quotidienne, sur l’évenementiel, gestion et réhabilitation de la piscine, accessibilité pour les handicapés.

Augmentation du foncier de la commune en achetant 6500 m2 supplémentaires aux terres du Ruisseau.

Question d’Hervé Hugueny :

L’écologie créé de l’emploi, exemple de la SCOP (Société COopérative et Participative)  Terre vivante et de Trièves compostage qui est passé de 1 à 7 salariès.

Réponse Bernard Coquet : oui l’écologie créé de l’emploi, l’édition est à la peine, la structure SCOP peut provoquer des tiraillements, la commune pourra aider mais à peu de marge de manœuvre financière.

Petite digression :  la situation financière de Mens : elle est saine, taux d’investissement le plus faible et taux d’épargne le plus fort de l’Isère.

Il faut fixer des priorités, ne pas passer des mois à discuter, les discussions doivent être suivies de décisions.

Question de Nathalie Behiels : Quelles seront vos priorités ?

Réponse un peu dans tous les sens.

Faut il relancer la déviation où bricoler le stationnement dans Mens ?

Aide à la formation : le niveau à Mens est souvent CAP-BEP, les plus diplômés partent.

Le haut débit, le travail de réseau.

Question Dodiblog : les transports, Internet

Réponse d’Aurore Chauvin : c’est de la compétence du conseil général, il faut coordonner bus et train, des actions pour la foire du 1er mai…

Là, il faut encore travailler les dossiers !

Reprise par Marcel Calvat : il y a l’exemple du taxi à la demande comme sur le canton de Clelles, créé au moment de la fermeture des gares secondaires sur la ligne Grenoble-Veynes avec l’aide de la région. Mens l’a refusé, sans doute par peur de voir disparaitre le car. Ca sera difficile de récupérer cette opportunité.

Bernard Chevalier : la fibre va bientôt arriver à la Mure, pour Mens il faut se renseigner…

Bien flou, j’aurais aimé des idées sur la politique des sites, les liens entre eux.

Départ de Bernard Coquet : il faut rassembler les initiatives locales, créé un effet réseau. Le maire doit vendre sa commune.

L’effet réseau sur internet ?

Question d’Arnaud Behiels : le logement ?

Réponse Coquet : le SCOT permet la création de 5.5 logements par an.

Il y a 70% de propriétaires.

La demande à Mens est à 75% pour des T1-T2 et à 65 à 70% de célibataires, séparés, isolés, petit revenu.

Il faut un équilibre entre nouveaux logements et réhabilitation. Il faut réhabiliter le centre historique sinon risque de désertification, prolétarisation. Ne pas hésiter à y supprimer des bâtiments en ruines, des dents creuses pour faire des puits de lumière.

On évoque une opération programmée d’amélioration de l’habitat permettant aux propriétaires d’obtenir des subventions.

Calvat : il faut arriver à décider les propriétaires, les biens sont souvent en indivision.

Claude Brand : ne pourrait on pas faire payer les taxes aux propriétaires de maisons vides pour les décider à vendre.

Florian Bordenave : le travail en commission est important, le TUM ne retranscrit plus les comptes rendus des conseils municipaux

Réponse : oui, il y aura des commissions, les comptes rendus sont affichés en mairie.

Il ne serait pas idiot qu’ils le soient également sur le site internet.

CONCLUSION :

Seconde partie décevante, décousue, sans aucune structure. De belles envolées lyriques qui cachent mal un flou artistique.

Mis à part la présentation de l’équipe et celle des activités multiples de Marcel Calvat, on a fait que survoler les thèmes, entrevoir des pistes.

On espère vivement une nette reprise en main pour la prochaine réunion. Il faut une présentation du programme par l’équipe suivi de questions. Deux heures et demi sur le thème : « Allez y, posez nous des questions » serait un gag. En bon centriste, je pense également que si l’équipe Mauberret en fait trop et épuise le public avec ses 5 réunions, celle de Coquet sera un peu juste avec seulement 2.

Pour le moment, La tentation de la pêche à la ligne reste très forte.

Entre une équipe qui joue à cache cache avec sa couleur politique et une autre qui joue à cache cache avec son programme, il ne faudra pas s’étonner si l’électeur joue à cache cache avec l’isoloir…

Lettre ouverte

Mens, le 4  janvier 2014

Monsieur  le Président,

Hébergeur et ancien vice-président de l’Office de Tourisme du canton de Mens, je voudrais vous faire part de mes plus vives inquiétudes concernant l’avenir du tourisme dans le Trièves.

Je viens de constater avec une grande déception que l’Office de Tourisme de Mens est fermé pour toutes les vacances de Noël,  excepté  trois demi-journées.

Ceci arrive après l’expulsion par vos services de l’Association Trièves Tourisme de son local le vendredi 21 juin. Il y a deux ans cette association était forte de plus 120 adhérents, avec 9.900 euros de cotisations. Aujourd’hui les adhérents ne sont plus que 25 et les cotisations sont tombées à 1200 euros. Cette traduction de démobilisation des bénévoles est peut être liée au sentiment de non prise en compte par la politique de la CDC. Il semblerait que  la Communauté de Communes  ne considère pas les militants associatifs comme des partenaires mais plutôt comme des concurrents et ne cherche pas à les associer ; alors que pour eux  c’est de leur survie économique et de l’installation de leurs enfants ou de  leur  successeur dont il s’agit.

Comme vous le savez, l’association n’a plus de bureau, son matériel est stocké dans les anciens bâtiments peu sécurisés du Conseil Général, alors que le local où elle était logée rue de Breuil au centre de Mens, est toujours  inoccupé et semble servir de débarras. En juillet je vous ai adressé une pétition signée par une quarantaine de personnes, dont la moitié de commerçants de Mens demandant la restitution des locaux de l’association Trièves Tourisme, je n’ai toujours pas eu de réponse de votre part. Nous espérons toujours que l’association retrouve ce local adapté à sa fonction d’animation et de  dynamisation du tourisme local, en synergie avec les attentes des professionnels économiques.

Auparavant, dans le cadre de l’Office de Tourisme du canton de Mens, grâce à une bonne collaboration entre bénévoles, élus politiques et salariés, nous avions réussi, en quelques années, à créer une dynamique associative et un véritable pôle de compétences avec des professionnels dont certains interviennent au niveau international. La synergie professionnels/bénévoles et professionnels/salariés mettaient l’Office de Tourisme au cœur des différentes manifestations qui attiraient et retenaient plus de touristes. Cette collaboration permettait, en cas de besoin, d’élargir les plages d’ouverture de l’office avec des bénévoles motivés par la promotion du tourisme.

Hébergeur, avec d’autres, je constate, après bientôt deux années de fonctionnement de la fusion de la Communauté de Commune, qu’une seule réunion appelée « forum » a eu lieu le 26 novembre 2013 ; elle portait essentiellement sur la  taxe touristique, mais il n’y a pas eu de présentation d’une politique touristique claire ni de la liaison Trièves Vercors qui nous questionne. Nous attendons avec intérêt, comme convenu, le compte rendu de cette réunion.

Nous vous saurions gré de bien vouloir organiser, avant les élections municipales, une réunion avec les professionnels  touristiques du Trièves pour dégager des éléments de bilan sur la politique touristique conduite depuis deux ans; ceci permettrait à la future équipe qui sortira des prochaines élections de tenir compte des expériences vécues pour ne pas tout reprendre à zéro et s’appuyer sur les points positifs.

Une politique  touristique communautaire pour le Trièves devrait tenir compte des spécificités des territoires ; en effet  pour le secteur de Gresse en Vercors et des Balcons  il s’agit d’un tourisme de masse pour faire fonctionner une station touristique. Alors que pour les cantons de  Clelles et de Mens, c’est une forme de tourisme plus ciblée, que l’on peut qualifier d’écotourisme, c’est-à-dire un tourisme qui n’est pas une fin en soi, un tourisme avec de petits effectifs mais qui a un impact très fort sur  toutes les activités économiques, culturelles et sur les commerces. Ceci permet de maintenir toute l’année, un haut niveau de services, eut égard au nombre d’habitants du Canton de Mens.

Dans l’attente de votre réponse sur mes interrogations, et dans l’espoir que l’Association Trièves Tourisme retrouve ses locaux pour faire son travail d’animation touristique dans des conditions normales, avec des soutiens  financiers et humains et en synergies avec les élus de la Communauté de communes du Trièves.

Je vous assure Monsieur le Président de mes respectueuses salutations.

 

Claude Brand

Cycle de 5 rencontres agriculteurs-consomm’acteurs : mai – novembre 2012

Jeudi 25 octobre à 20 h, Espace Culturel de Mens sur le thème « L’installation  sur une ferme ».

Encore et encore des rencontres, des échanges .  Après un tour d’horizon de l’installation en agriculture dans le Trièves par une représentante de la Chambre d’agriculture, nous entendrons et échangerons avec des agriculteurs qui se sont intallés ou qui cherchent à s’installer. Comment prendre la relève d’une ferme familiale, comment élargir ses activités et contribuer à l’installation d’autres personnes, …. L’accès à la terre : quelles difficultés, quelles solutions, avec entre autres la présence du président de Terre de liens.

Bienvenues à tous : consommateurs intéressés par la question de notre alimentation et bien sûr tous les agriculteurs et candidats à l’installation intéressés même si vous n’avez pas été contactés pour parler de votre expérience personnelle.

Après chaque témoignage, la parole sera à la salle pour vos questions, vos commentaires.

Attention au changement de date pour les personnes qui avaient déjà réservé ce rendez-vous !

Réservez déjà dans vos agendas notre dernière rencontre : Jeudi 22 novembre, liens agriculteurs-consommacteurs.

Renseignements : Jérémy Light : 04 76 34 85 52 ou Claude Brand : 04 76 34 31 05

Pourquoi il serait urgent de piétonniser le Breuil

Pourquoi il serait urgent de piétonniser le Breuil dans Ecologie radC1ADB

Depuis deux trois ans nous constatons une forte augmentation du trafic automobile dans Mens. Ce qui s’explique en partie par l’avènement du GPS. En effet les automobilistes qui passent par Grenoble et veulent se rendre dans le Dévoluy sont maintenant dirigés sur l’autoroute A51 jusqu’à Monestier  de Clermont et ensuite sur Mens, ce qui peut être lourd de conséquences pour la qualité de la vie de notre bourg.

En effet jusqu’alors nous avions évité grâce à notre positionnement géographique  l’asphyxie du village, par la circulation automobile,  contrairement à la grande majorité des bourgs et villages Français.

Un élément fort de la qualité de la vie à Mens était lié à un trafic automobile limité et alimenté essentiellement par les habitants locaux : les voitures ne traversaient pas Mens  pour aller plus loin mais allaient à Mens, avec  une conduite plus adaptée à la cohabitation avec les piétons.

Cette conduite bienveillante des habitants locaux permettait dans le centre bourg qui est mal adapté à la circulation (étroitesse des rues, l’absence de trottoirs)  une cohabitation des véhicules automobiles, avec les piétons, personnes âgées, parents avec des poussettes etc . Il n’en est hélas plus de même avec une augmentation très substantielle du trafic avec des automobilistes extérieures, qui viennent parfois de très loin sont fatigués de la route et n’ont plus qu’une idée en tête, celle d’arriver au plus vite dans leur lieu de villégiature du Dévoluy ou d’ailleurs. Cette situation nouvelle génère des risques aggravés d’accidents et d’augmentation du stress pour les habitants et les touristes. Cela risque aussi d’entrainer une désaffection des terrasses des cafés.

Aussi  la piétonisation du Breuil qui donnerait la priorité aux piétons tout en laissant le passage aux véhicules mais à vitesse réduite ne serait pas une contrainte pour les locaux et quant aux  automobilistes de passage cette traversée à vitesse réduite leur donnerait une image attractive de la vie dans Mens et pourrait les inciter à s’arrêter dans les cafés restaurant ou à revenir en séjour.

Bien sûr la déviation prévue déjà depuis 10 ans qui devrait maintenant être terminée, aurait pu répondre à cette augmentation de trafic, mais le fait de son classement en route départementale en repousse la réalisation pour une durée inconnue.  Des déviations d’agglomérations financées par le Conseil Général il y en a beaucoup et nous ne semblons hélas pas être classés dans les communes prioritaires.

C’est pourquoi  si nous ne réagissons pas rapidement pendant qu’il est encore temps la qualité de la vie dans Mens  où il fait bon flâner et l’animation du Breuil pourrait si nous n’y prenons garde ne devenir  rapidement  plus qu’un souvenir et l’expression d’une nostalgie.

Claude Brand

Y pensent qu’à ça !

Y pensent qu'à ça ! dans Trièves culture & cinéma rad65BDCrad5FB0D dans Trieves evenements

L’un : Y en a qui disent qu’avec des si on peut refaire le monde ?
> L’autre : Ça, c’est pas mon affaire.
> L’un : Y en a qui pensent que si la terre est ronde, c’est quelle est usée.
> L’autre : Ça, je suis pas au courant.
> L’un : Y en a qui affirment que le bonheur est de l’autre coté de la rue.
> L’autre : Ça, je suis pas du quartier.
> L’un : Y a ceux qui sont pour et ceux qui sont contre et c’est pas les mêmes.
> L’autre : Ça, c’est à voir.
> L’un : Y a ceux qui s’aiment et ceux qui en parlent.
> L’autre : Alors ça, c’est bizarre.
> L’un : C’est bizarre mais c’est comme ça.
>
> Voilà ça parle de tout ça, de l’amour, des petites choses de la vie,
> des petits instants qui ne font pas les grands romans mais qui font la
> vie de tous les jours.
>
> Ça c’est le fond.
>
> La forme, c’est comme un chœur antique, la parole est partagée et
> circule dans le groupe. Des personnages furtifs dessinent des
> caractères et des silhouettes éphémères.
> Juste le temps de la parole qui circule dans un lieu public, des
> bribes de pensée, des morceaux de vie, des instants de tendresse
> aperçue, de violence verbale, de bonheur inachevé.
> Voilà quelques notes sur notre nouveau spectacle.
>
> Les textes sont de Jean Yves Picq. (Le même auteur que « DONC » la
> première pièce que nous avons jouée dans les bistrots et les salles
> des fêtes des villages du Trièves.)
>
> Trièves en scène vous donne rendez vous pour cette cinquième aventure
> « theàtro culinaire. »
>
> Michel Dibilio
> Metteur en scène.
>
> Toutes les représentations débutent à 20h30, sauf celle de Roissard : 18h
>
> Jeudi 23 juin à Mens, restaurant la Tour Feuillans
> Vendredi 24 à Chateau-Bernard, col de l’Arzelier, centre polyvalent
> Samedi 25 à Cordéac, salle socio-culturelle, vers la Marmottière
> Dimanche 26 à Roissard, salle d’animation à 18h
> Mercredi 29 au Percy, café de la Page
> Jeudi 30 à Prébois, salle des fêtes
> Vendredi 1 juillet à Tréminis, salle des fêtes
> Samedi 2 à Monestier de Clermont, château de Bardonnenche, en
> extérieur. Repli dans un autre lieu en cas de mauvais temps.
> Mardi 5 à Clelles, salle Giono
> Mercredi 6 à Mens, camping Pré Rolland
>
> N.B.
> Deux dates, deux lieux ont été ajoutés depuis l’impression des
> affiches : les samedi 25 à Cordéac et jeudi 30 juin à Prébois.
>
> à bientôt
>
> Trièves en scène
> et la troupe :
> Anne-Marie Bernard, Pierre et Camille Bertrand, Claude Brand, Annie
> Chemin, Joëlle Escallier-Besson, Sophie Gani, Ludovic Goujon, Pablo
> Lalouette, Cécile Suzzarini, Anne-Marie Tessier-Camara.

Le pouvoir de la Place Tahrir

Nous avons le plaisir de vous inviter vendredi 4 mars à 20h au centre culturel de Mens à une soirée de témoignage et de débat sur la révolution en Egypte animée par Andrée Schepherd qui était présente aux Caire pendant les
événements ayant abouti au départ de Moubarak.

“Le pouvoir de la Place Tahrir”

Témoignage sur la Révolution
égyptienne

Je me suis par bonheur trouvée en Égypte quand s’est déclenché le Mouvement du 25 janvier. J’étais alors à Louxor, en Haute Égypte, mais je suis rentrée au Caire le samedi 29 janvier. J’y étais accueillie par mes amis Amina et Sayed, tous les deux enseignants à l’Université du Caire.

C’est chez eux et avec eux que j’ai vécu ces journées qui ont vu le déferlement de millions d’Égyptiens dans les rues du Caire, d’Alexandrie, de Suez, et à travers tout le pays… Et la déroute du régime. Et l’émergence de l’espoir de la construction d’un régime démocratique.
Mais je suis rentrée 3 jours trop tôt (le 8 février) pour célébrer sur place la démission de Moubarak – c’est mon regret. J’aurais aimé vivre avec eux l’euphorie, après la colère.

Je ne suis ni spécialiste du Moyen-Orient, ni journaliste, et je ne parle que quelques dizaines de mots d’arabe égyptien.
Universitaire, j’ai observé avec mon expérience de l’étude de l’histoire des mouvements politiques britanniques et ma connaissance de l’anglais, ce que les chaînes de télévision (AlJazeera, Alarabya, BBC World News…) nous ont montré à jet continu. J’ai rencontré les habitants de la cité et du quartier populaire où habitent mes amis, leurs collègues et leurs étudiants. Ils ont traduit pour moi, en français ou en anglais, déclarations et témoignages. J’ai rapporté des photos, des communiqués du Mouvement. Mes yeux et mes oreilles sont encore frémissants  de tout ce que j’ai vu et entendu. Et depuis mon retour, je continue à être en lien avec ceux du Caire, et j’ai découvert l’écho qui nous en est donné, ici.

Témoigner est un moyen de les soutenir, et de soutenir cette vague de fond qui maintenant balaye, après la Tunisie, la Lybie toute proche, le Yémen, Bahrein….

Andrée Shepherd

Bien cordialement Chedly Elloumi et
Claude Brand
Rue Vitel  38710 Mens
tél : 04 76 34 31 05
06 14 40 44 15
claude.brand1@gmail.com
http://membres.lycos.fr/leviteloux/
www.surlespasdeshuguenots.eu
www.aremdt.org

Sur les pas des Huguenots

L’événement :

Une petite délégation de 2 personnes (trois à partir de Mens) accompagnée de deux ânes va refaire la partie Française du  sentier de l’exil des protestants de la région, qu’ils avaient empruntée vers l’Allemagne suite à la révocation de l’édit de Nantes en 1685.

Il s’agit d’un périple de 400 kms qui débutera de Poet Laval dans la Drôme le 1er octobre 2010 et se terminera au musée international de la réforme à Genève en Suisse, le 30 octobre 2010.

A chacune des étapes, les élus locaux, les élèves des écoles, les randonneurs, les sympathisants, les partenaires du projet, les associations et tous ceux et celles qui se reconnaissent dans les valeurs de la tolérance et d’ouverture sur le monde, pourront rejoindre le cortège pour symboliquement pendant une journée, ou  demi journée accompagner les marcheurs.

Le groupe marche entre 9h et 16h, à chaque arrivée, un accueil est organisé par un petit comité local et un texte de présentation du projet sera lu au public et à la presse, qui sera suivi d’un échange.

A chaque étape ou demi-étape, les habitants sont invités à rencontrer les trois marcheurs qui seront hébergés chez l’habitant, ceci pourra favoriser les rencontres et permettre l’implication des territoires
dans le projet. Les ânes seront parqués sur un pré à proximité.

Pour tous renseignements complémentaires, vous pouvez contacter Joannes Melsen CoordinateurGénéral  au tél. O4 75 53 37 59, et plus particulièrement pour le Trièves : Claude Brand au 04 76 34 31 05 et le site internet : www.surlespasdeshuguenots.e

Rappel historique

En 1598, le roi de France, Henri IV, signe l’Edit de Nantes, acte de tolérance, qui autorise la liberté de culte aux protestants faisant ainsi une place à une minorité religieuse.

En 1685, le roi de France, Louis XIV, révoque l’Edit de Nantes. S’ensuivent des interdits et des persécutions qui seront à l’origine d’à peu près 200 000 émigrations protestantes vers la Suisse, l’Allemagne, l’Angleterre ou encore la Hollande, terres d’accueil où le protestantisme est largement développé. Cette exode durera plusieurs décennies.

Dans le Dauphiné, où le protestantisme est très présent, les départs sont nombreux notamment vers la Suisse et l’Allemagne.

Aujourd’hui, certains villages allemands ne sont encore peuplés que de protestants dont certains sont des descendants de Huguenots français. Nombre de ces descendants sont à la recherche de leurs racines françaises et ce au-delà de l’appartenance religieuse.

Genèse du projet

Depuis plusieurs décennies, la ville de Die est jumelée avec celle de Frankenau en Allemagne, et le collège de Die mène un partenariat avec celui de Frankenberg, également situé dans un des territoires partenaires du projet, le Burgwald.

Dans un passé plus proche, des projets impliquant le Val de Drôme, le Diois et le Burgwald ont été développés dans les domaines de l’action culturelle et économique, ceci dans le cadre de la coopération transnationale.

Certains projets traitaient déjà de l’histoire huguenote : un récit théâtral ou bien une marche de 7 jours d’une dizaine de jeunes français et allemands, organisée lors de la fête de la Transhumance, partant du Diois et empruntant un itinéraire proche de celui de l’exil.

Dans le Burgwald, les 5 villages, originellement construits par et pour les Huguenots en fuite, ont voulu refaire le lien avec les villages d’origine en Dauphiné, de manière transversale et en abordant aussi d’autres sujets que l’approche religieuse.

Le projet commun de coopération « Sur les Pas des Huguenots »

Il consiste en la création d’un sentier international de grande randonnée suivant au plus près celui de l’exil des Huguenots dauphinois vers l’Allemagne et la Suisse où le sentier retrouve l’histoire des exilés Vaudois. Le tracé final est le meilleur compromis entre les données historiques, la qualité des cheminements et l’intérêt patrimonial et touristique.

De Poët-Laval dans la Drôme à Bad Karlshafen au nord du Land de Hesse, traversant aussi la Suisse, ce sentier pédestre est long de 1500 km. C’est l’un des plus longs chemins de randonnées européens. Ce projet a d’ores et déjà fait l’objet de plusieurs articles de presse et de reportage radiophoniques et télévisuels au niveau régional comme au national.

Lotissement du pré Colombon: demande de réunion publique

La lettre ci dessous, signé par différents habitants de Mens a été remise au maire de Mens, monsieur Philippe Gazin afin de lui demander d’organiser une réunion publique concernant le projet de lotissement au pré Colombon. Cette lettre est encore ouverte à d’autres signatures qui seront également remise au maire de Mens. Pour ajouter votre signature, envoyez un courriel à Claude Brand: brand.claude@tele2.fr

Lotissement du pré Colombon: demande de réunion publique dans Lotissement Pre Colombon img2759small

 Objet : Pré Colombon                          à Monsieur le maire de Mens

Copie à Monsieur le Préfet

Copie à Monsieur le Médiateur de la République

Mens, le 25 janvier 2008

Monsieur le Maire,

Informés du projet de vente d’une parcelle communale située au Pré Colombon dans une zone proche du centre-bourg et primordiale pour le futur de la commune,

Informés du projet de lotissement de cette zone porté par une personne privée,

Devant l’absence de toute information publique préalable et alors qu’une nouvelle municipalité aura à gérer dans 7 semaines les conséquences de ces décisions,

Nous vous prions instamment de convoquer une réunion publique d’information, d’urgence et en tous cas avant toute décision ou projet de décision (conseil municipal) qui engagerait la Commune.

Dans cette attente, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de nos salutations distinguées.
 

Arnaud Behiels, Corinne Bernard, Jean Bernard, Pierre Bertrand, Claude Brand, Emmanuel Carcano, Anne Clark, Sonia Depain, Claude Didier, Olivier Dodinot, Jean Faure, Frédéric Gaspard, Etienne Gérard, Claire Groshens, Ian Joiner, Nathalie Lacroix, André Leenhardt, Gayle Light, Jeremy Light, Christelle Marcon, Brigitte Michaud, Anne Parlange, Gérard Prim, Olivier Reichmuth

Habitants de Mens

Voir aussi: Le projet de lotissement au pré Colombon




Vivre la République du Progrès |
l'avenir vue par un militan... |
LCR Section Calaisienne |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Rassemblement des français
| Les lumières en héritage
| L'Afrique de toutes nos forces