• Accueil
  • > Recherche : clelles mens

Résultat pour la recherche 'clelles mens'

Page 6 sur 15

Coquet première : l’intégrale !

C’est fini. On peut lire jusqu’au bout…

hebergeur d'image

 

Salle Chatel pleine avec des chaises jusque dans l’entrée pour la première réunion de la liste Coquet. Environ 80 personnes dont pas mal d’opposants notoires, y compris quelques membres de la liste d’en face (Hugueny, Zanders).

Deux parties très contrastées : la présentation de la liste, la discussion sur le programme.

PRESENTATION DE LA LISTE : durée 1h20

Bernard Coquet décrit sa liste comme étant sans étiquette, il dit ne pas connaitre la couleur politique de ses colistiers. Tous déclarés comme divers au nuançage de la préfecture.

Il commence par excuser Lauriane Josserand, 26 ans, la benjamine de l’équipe, en CDD à Saint Etienne en Dévoluy. A la recherche d’un emploi stable, une petite jeune qui veut travailler ! Elle arrivera finalement en toute fin de réunion.

Les candidats se présentent en partant du fond de la liste.

Joël Gérin : né à Mens, carrière chez HP, conseiller municipal de 2001 à 2008 avec Philippe Gazin. A travaillé à la vie quotidienne, sur l’accessibilité (il se déplace en fauteuil roulant), sur la zone bleue. Président de l’association cueille la vie ,qui fait de l’animation à la maison de retraite, depuis 6 ans.

Propose de refaire le chemin pour handicapés de Châtel dont le revêtement ne permet pas de circuler en chaise roulante. Aussi un état des lieux à Mens et dans le Trièves de l’accessibilité pour handicapés, personnes agées, poussettes.

Evelyne Garnier : 72 ans, arrière grand mère, né à Oran en Algérie d’un père militaire, revenue en 1951.

Secrétaire de direction puis gérante de discothéque. A Mens depuis 1988, mariée à un vieux Mensois qui fut conseiller de 2001 à 2008.

Intéressée par l’aspect du village, les petites rues, les entrées de la commune, le fleurissement…

Jean Louis Goutel : Dans le Trièves depuis 2000, 3 filles.

Directeur adjoint de la chambre d’agriculture.

4ème adjoint à l’économie dans la municipalité sortante, en charge de l’écotourisme et du tourisme adapté.

2 ans président de l’office du tourisme, s’est occupé de la foire du 1er mai et de la foire bio devenue foire du Trièves.

Daniel Dussert : né à MENS, 67 ans, 4 enfants, agriculteur bovin, céréales.

Souhaite soutenir l’agriculture et le tourisme à travers la conservation des paysages. Et s’occuper des routes et chemins communaux.

Aurore Chauvin : 27 ans, originaire de Champagne Ardennes, étude à Lyon, à Mens depuis Aout 2010, secrétaire comptable.

Souhaite s’occuper des nouvelles solutions de transport, navettes Clelles-Mens, le covoiturage.

Bernard Chevalier : né à Mens, 59 ans, travaille à France télécom, à la retraite en mai.

Conseiller municipal de 2001 à 2008, à lancé le trait d’union Mensois et le 1er site internet de la mairie. A travaillé à la commission vie associative.

Carole Sauze : Famille de Mens, enfance à Mens, pompier volontaire, infirmière à la Mure.

Veut représenter la jeunesse Mensoise, conserver les services publics et médicaux.

Jean Paul Chabert : né à Mens, étude à Grenoble. Travail au crédit agricole de Mens de 1975 à la retraite en 2011;

A constaté les pertes d’emplois dans l’agriculture, le batiment, l’artisanat. Une certaine compensation pour les EHPAD, SIAD, ADMR et secteur associatif.

Est trésorier de l’association Trièves tourisme. Intéressé au développement économique.

Rosemary GIOVANETTI : d’origine Batave, 63 ans.

A créé une entreprise qu’elle a vendu, aussi gérante d’hôtel 4 ans. 20 ans à Grenoble.

En retraite à Menglas depuis 18 mois.

Intéressée par l’avenir des jeunes, par leur travail. Et par le développement du tourisme.

Gérard Dangles : 67 ans

A Grenoble depuis 1982 dans le secteur informatique;

Mens depuis 2005, conseiller municipal en 2008

DGS informel pendant 3 ans, s’est occupé de l’informatique municipale, du journal le TUM, des associations, a pris beaucoup de plaisir.

La voix s’élève : on a une confrontation entre 2 visions respectables mais différentes. On a une chance extraordinaire avec Coquet. Stop au ronron.

Applaudissement dans la salle, presque une bronca !

Véronique Menvielle :

D’origine Lyonnaise, 4 générations d’enseignants. Institutrice depuis 23 ans atteinte de pédagogite aigu. Aime la rigueur, le travail bien fait.

A Mens depuis 2005, conjoint Mensois.

Souhaite s’occuper de la jeunesse et des sports, créer deux conseils municipaux pour les jeunes de 8-12 et 13-17 ans pour un apprentissage de la citoyenneté et de la démocratie. Aussi un jumelage Européen pour des échanges culturels et linguistiques.

Tiens ? http://dodiblog.unblog.fr/2014/02/14/jumelage-echange-linguistique/

Marcel Calvat : né le 27-4-1943 (à quelle heure ?).

Famille modeste, progression professionnelle instit, prof d’EPS, principal adjoint puis principal d’établissement scolaire.

Fonction à la Fédération Française de ski au niveau régional, national et international.

Pour le développement du tourisme et de l’industrie. Pas de rêve et d’utopie, du réalisme et du pragmatisme.

1er adjoint de la municipalité sortante, président de la CDC de Mens pendant 4 ans.

Anne Marie Barbe : 62 ans, à Mens depuis 37 ans.

Travail administratif à la fac de Grenoble pendant 43 ans.

Motivée et disponible, souhaite s’occuper des personnes âgées.

Bernard Coquet : la tête de liste, on entre dans une autre dimension…

A commencé comme géomêtre, reprend quelques études, quelques petits postes dans des cabinets ministériels et préfet dans quelques départements…

Rugbyman , il se blesse, soigné aux Alouettes à Mens où il rencontre la future Madame Coquet, issue d’une vieille famille Mensoise, il y a 50 ans.

A bien connu Pierre Rolland, maire de Mens 1977-1983 et  Philippe Richard, maire de 1989 à 2001 auquel il a succédé à la présidence du fond documentaire Trièvois.

La liste équilibre et renouveau :

L’équilibre : besoin de mesure, éviter les conflits stériles, l’aveuglement militant.

Liste équilibrée par l’origine des candidats : 9 Mensois de souche, 6 néo Mensois depuis 18 mois à 50 ans.

7 en activité, 8 retraités, 1 agriculteur. Echelonnement des âges de 26 à 74 ans;

Pas de militants politiques déguisés !

Le renouveau : il faut faire des projections à moyen terme, le long terme est imprévisible.

Mens a une économie résidentielle, en boucle, fragile.

Les structures administratives vont changer considérablement dans les 3 ans à venir. Le futur canton s’étendera du Trièves au Valbonnais.

Mens est maintenant intégré dans le SCOT, approuvé il y a 18 mois, qui donne une vocation agricole et touristique au Trièves. Son sort est lié avec Grenoble.

L’accent devient Gaullien, un peu de tremblement dans la voix : Mens est à redresser, il faut se remettre debout, demain il sera Trottoir (au lieu de trop tard…).

Vous aurez plus de chance avec nous ! On attend presque un « Mensois, je vous ai compris », les bras en croix, qui ne vient malheureusement pas…

Applaudissements nourris de la salle.

Du grand art, de l’Enarque, la haute administration Française qui sait faire un magnifique discours sans aucune note !

Le ton se calme. Ses 2 parents sont DCD à 88 ans, il devrait donc avoir encore quelques années devant lui.

Il n’a aucun intérêt pécunier ni professionnel dans cette affaire, ce qu’on peut lui accorder.

Répond aux critiques sur sa « résidence alternée » à Mens : il sera présent autant qu’il le faudra (sans préciser combien de temps dans l’année). Le rôle d’un maire n’est pas nécessairement de s’occuper des poubelles qui débordent où des coqs qui chantent trop tôt. Il faut savoir déléguer. Il est de consulter, prendre des décisions, assumer une responsabilité juridique.

DISCUSSION SUR LE PROGRAMME :  durée 1h10

Là aussi, je met mes réflexions en italique.

Bon, vous avez notre programme en main (une feuille recto-verso), allez y posez nous des questions !

Là, ça tombe un peu à plat. Je m’attendais à une présentation du programme par thème puis à des questions en fonction. Quelque chose d’un peu structuré.

Du coup, ça part dans toutes les directions. Emmanuel se lance avec une déclamation sur la fin dans le monde et la responsabilité planétaire des Mensois. Un autre : « Vous dites faire venir du monde à Mens OK. Mais pas des écolos qui branlent rien ! »

Goutel : On peut attirer dans le secteur de l’agriculture, de l’écologie, des personnes agées. il faut créer les conditions d’accueil.

Dangles : attirer les technologies nouvelles, créer un espace pour le télétravail.

Claude Brand à Marcel Calvat : pouvez vous nous parler de votre bilan ?

Manifestement il a prévu la question le Marcel. Y sort une feuille et lit :

 - A la CDC de Mens :

Réalisation de la chaufferie bois, subventionnée à 80%,  économe en CO2, qui permet de chauffer l’EHPAD, les écoles, le centre social, le collège, la piscine et le camping.

Etude de faisabilité sur un plan d’eau biotype comme à Valbonnais. Mais il faut un espace approprié et beaucoup d’eau. Encore une étude qu’on aimerait pouvoir consulter sur internet, après tout elle a été payé avec nos impôts…

La fusion des CDC : il a pris beaucoup de temps pour y réfléchir et se décider. Temps qui n’a peut être pas été perdu. Il rappelle que le conseil de Mens avait voté contre sous Gazin. La fusion a finalement été votée à l’unanimité, avant qu’elle soit rendue obligatoire par le préfet. Cela a aussi permis de mener à bien la répartition des compétences et l’étude financière.

Il a participé au comité de pilotage d’Energie et territoire. Devant la prochaine mise en concurrence de la concession des barrages, EDF est devenue soudain très généreuse en donnant 240 000 euros par an pour les six CDC des bords du Drac. Le Trièves étant peu présent ne touche malheureusement qu’une faible part du pactole.

Travail au CDRA (Comité de Développement Rhône Alpes) dans le secteur tourisme.

Sur le dossier de l’ARB (Association de Réhabilitation de l’Herboristerie) qui compte s’installer prochainement à Beaumet.

 - Au niveau de la commune :

A travaillé au niveau du centre de gestion départemental qui gère le personnel municipal.

Mise en place du DGS (Directeur Général des Services).

Commission Vie Quotidienne, sur l’évenementiel, gestion et réhabilitation de la piscine, accessibilité pour les handicapés.

Augmentation du foncier de la commune en achetant 6500 m2 supplémentaires aux terres du Ruisseau.

Question d’Hervé Hugueny :

L’écologie créé de l’emploi, exemple de la SCOP (Société COopérative et Participative)  Terre vivante et de Trièves compostage qui est passé de 1 à 7 salariès.

Réponse Bernard Coquet : oui l’écologie créé de l’emploi, l’édition est à la peine, la structure SCOP peut provoquer des tiraillements, la commune pourra aider mais à peu de marge de manœuvre financière.

Petite digression :  la situation financière de Mens : elle est saine, taux d’investissement le plus faible et taux d’épargne le plus fort de l’Isère.

Il faut fixer des priorités, ne pas passer des mois à discuter, les discussions doivent être suivies de décisions.

Question de Nathalie Behiels : Quelles seront vos priorités ?

Réponse un peu dans tous les sens.

Faut il relancer la déviation où bricoler le stationnement dans Mens ?

Aide à la formation : le niveau à Mens est souvent CAP-BEP, les plus diplômés partent.

Le haut débit, le travail de réseau.

Question Dodiblog : les transports, Internet

Réponse d’Aurore Chauvin : c’est de la compétence du conseil général, il faut coordonner bus et train, des actions pour la foire du 1er mai…

Là, il faut encore travailler les dossiers !

Reprise par Marcel Calvat : il y a l’exemple du taxi à la demande comme sur le canton de Clelles, créé au moment de la fermeture des gares secondaires sur la ligne Grenoble-Veynes avec l’aide de la région. Mens l’a refusé, sans doute par peur de voir disparaitre le car. Ca sera difficile de récupérer cette opportunité.

Bernard Chevalier : la fibre va bientôt arriver à la Mure, pour Mens il faut se renseigner…

Bien flou, j’aurais aimé des idées sur la politique des sites, les liens entre eux.

Départ de Bernard Coquet : il faut rassembler les initiatives locales, créé un effet réseau. Le maire doit vendre sa commune.

L’effet réseau sur internet ?

Question d’Arnaud Behiels : le logement ?

Réponse Coquet : le SCOT permet la création de 5.5 logements par an.

Il y a 70% de propriétaires.

La demande à Mens est à 75% pour des T1-T2 et à 65 à 70% de célibataires, séparés, isolés, petit revenu.

Il faut un équilibre entre nouveaux logements et réhabilitation. Il faut réhabiliter le centre historique sinon risque de désertification, prolétarisation. Ne pas hésiter à y supprimer des bâtiments en ruines, des dents creuses pour faire des puits de lumière.

On évoque une opération programmée d’amélioration de l’habitat permettant aux propriétaires d’obtenir des subventions.

Calvat : il faut arriver à décider les propriétaires, les biens sont souvent en indivision.

Claude Brand : ne pourrait on pas faire payer les taxes aux propriétaires de maisons vides pour les décider à vendre.

Florian Bordenave : le travail en commission est important, le TUM ne retranscrit plus les comptes rendus des conseils municipaux

Réponse : oui, il y aura des commissions, les comptes rendus sont affichés en mairie.

Il ne serait pas idiot qu’ils le soient également sur le site internet.

CONCLUSION :

Seconde partie décevante, décousue, sans aucune structure. De belles envolées lyriques qui cachent mal un flou artistique.

Mis à part la présentation de l’équipe et celle des activités multiples de Marcel Calvat, on a fait que survoler les thèmes, entrevoir des pistes.

On espère vivement une nette reprise en main pour la prochaine réunion. Il faut une présentation du programme par l’équipe suivi de questions. Deux heures et demi sur le thème : « Allez y, posez nous des questions » serait un gag. En bon centriste, je pense également que si l’équipe Mauberret en fait trop et épuise le public avec ses 5 réunions, celle de Coquet sera un peu juste avec seulement 2.

Pour le moment, La tentation de la pêche à la ligne reste très forte.

Entre une équipe qui joue à cache cache avec sa couleur politique et une autre qui joue à cache cache avec son programme, il ne faudra pas s’étonner si l’électeur joue à cache cache avec l’isoloir…

Mauberret troisième : l’intégrale

hebergeur d'image

Petit compte rendu sur la troisième des cinq réunions de la liste Mauberret, la première à laquelle je participai, étant désormais libre des contingences de liste…

Pour être clair, je met mes propres réflexions en italique. Cela permet de distinguer le factuel de mes interprétations personnelles.

Le thème du jour : l’intercommunalité.

Environ 45 personnes dans l’assistance. Par tous des fans, on note la présence de Mister Coquet et Calvat…

3 abscents excusés parmi les 15 candidats : Joelle Escalier de garde à la pharmacie, Gérard Chevally en voyage et Hélène Blanchard pas là.

EDUCATION CIVIQUE – ECONOMIE

On nous rappelle que la CDC du Trièves, 9800 habitants et 28 communes, est issu de la fusion au 1er janvier 2012 des CDC de Monestier, Mens et Clelles et du SAT (Syndicat d’Aménagement du Trièves) qui chapeautait les trois.

Budget de 8.7 millions. Un déficit de 600 000 euros cette année, pour moitié conjoncturel mais l’autre moitié est structurelle

- Les dépenses augmentent : réforme des rythmes scolaires, harmonisation « vers le haut » des régimes différents des trois anciennes CDC

- Les recettes baissent : dotation de l’état et du conseil général.

Je pose une question : on avait parlé d’économies d’échelle au moment de la fusion.

Réponse : le bureau d’étude de l’époque a eu pour consigne de travailler sur des effectifs et une fiscalité CONSTANTS. On ajoute que moins de personnels signifie moins de service et que rompre le contrat d’agent aurait couté de fortes indemnités.

Réflexion perso : Il y avait des départs à la retraite qui aurait pu ne pas être remplacé. Par exemple, avec les trois directeurs de chacune des CDC, on aurait pu faire un directeur, un adjoint et faire profiter la troisième de sa retraite sans renouveler son poste… Et on a harmonisé par le haut les traitements. Les économies d’échelle annoncées sont devenues des dépenses supplémentaires ! Un éclairage à notre petite échelle Trièvoise du pourquoi de la dette Française au niveau national…

LA CULTURE

C’est Mister Mauberret qui s’y colle, normal il en est le vice-président. Il n’en fera pas des tonnes sur le sujet.

Budget culture de 400 000 euros, 4.7% du total. La CDC vient en aide aux 48 associations culturelles du territoire. Fermez le ban !

LE PERISCOLAIRE

Explication de Françoise Streit, directrice de l’école maternelle de Mens, assistée de Claude Didier et Myriam Garayt

La CDC ne gère que 8 écoles du Trièves, représentant 6cependant 65% des effectifs totaux avec 655 élèves. Certaines communes ont choisi de garder la compétence école.

Le gros sujet est la réforme des rythmes scolaires. Les enfants travaillant de nouveau le mercredi, tout en gardant le même nombre d’heures d’enseignement hebdomadaire, finiront les cours à 15h30. Or les bus scolaires partent à 16h30, horaire des collégiens. La CDC devra donc organiser des activités complémentaires de 15h30 à 16h30.

Elle a demandé des volontaires parmi les personnels des cantines, de l’entretien, des ATSEM (Agents Territoriaux Spécialisés des Ecoles Maternelles) et de la MEJ (Maison de l’Enfance et de la Jeunesse). Certains le sont. Disposant de contrats à temps partiels, ceux ci devront être rallongés, d’où un coût supplémentaire. Certains de ces personnels possédent déjà le BAFA ( Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur). Les autres suivront une formation de 3 jours. Dans certains cas, cela pourrait aussi être des enseignants qui seraient alors payé en extra par la CDC.

Ces activités se feront dans les locaux de l’école et ne seront pas obligatoires.

Ces activités seront elles payantes ? Il y a plusieurs hypothèses :

 - La gratuité totale

 - Ne pas imposer de paiement aux familles « contraintes », celle habitant hors de Mens, dont les enfants doivent attendre le bus.

- Un paiement minime pour tous, 5 à 10 euros par an. Mais qui serait sans doute appelé à augmenter dans le futur. On envisagerait un paiement dégressif selon le nombre d’enfant, calculé sur le quotient familial…

Quelques principes de l’équipe candidate :

 - Alterner les activités demandant une grande concentration avec d’autres plus ludiques.

- Concertation élus, enseignants, personnels, bilan et réajustement si nécessaire au plus tard à la Toussaint.

LES DECHETS

Là c’est mon copain Hervé qui s’y colle. Normal c’est un spécialiste !

Les Trièvois produisent 249 kilos de déchets gris (à la poubelle) par an et par habitant, moins que la moyenne nationale de 360 kilos, 280 kilos en décheterrie (+ que la moyenne nationale), 78 kg dans les bacs de tri sélectifs.

Le traitement des déchets est un budget indépendant des autres dépenses de la CDC. Il est de 1.35 millions d’euros par an financé par une redevance de 148 euros annuelles. Il dégage un excédent de 90 000 euros qui est réinvesti dans le renouvellement du matériel.

Objectif : faire baisser la production de déchets par :

 - Une sensibilisation dans les médias locaux notamment auprès des enfants, des professionnels, des malades (possibilité de mettre les déchets de soins dans des containers à apporter à la déchetterie).

- Le redevance incitative : elle consiste à faire payer selon le poids de déchets. Le principe : on amène son sac de 30 litres à un container muni d’un tourniquet. On l’introduit grace à une carte magnétique personnelle. On paye sur une base forfaitaire minimale + selon le nombre de sacs à l’année. En Alsace, un territoire est ainsi tombé à 77 kg par an.

Je pose la question piège : la base forfaitaire est elle fonction du nombre d’habitants du foyer ?

Hervé : euh ben, je sais pas…

Trop content… Après tant d’années, j’ai enfin une question dont il ne connait pas la réponse ! Pas de doute, il va bosser sur le problème dès la sortie de la réunion…Faudrait mieux qu’elle le soit, sinon les familles nombreuses auront du souçi à se faire pour leur redevance ordure ménagères.U n nourrisson, c’est 2 tonnes de couche !

Sur l’ex CDC de Monestier de Clermont, il  y a eu une étude sur le bien fondé de cette redevance incitative. J’en avais d’ailleurs discuté avec Christophe Drure, maire de Roissard en 2012 (http://dodiblog.unblog.fr/2012/03/05/discussion/). Cette étude n’a pas été suivi de mise en application.

Mister Mauberret : je sais que je vais me faire allumer sur le Dodiblog mais je vais proposer une étude à l’échelle du Trièves sur la mise en place de la redevance incitative.

Là Jean Paul, tu cherches ! Ne pourrait on pas utiliser l’étude déjà réalisée pour mettre en place cette redevance sur le canton de Monestier et généraliser à tout le territoire en cas de succès? Ou encore faire preuve d’audace, extrapoler les résultats de cette étude sur tout le territoire et se lancer sur les trois cantons?

Christophe Drure m’avait donné quelques chiffres pour l’ensemble du Trièves : la mise en place coûterait 1.6 million d’euros, le conseil général s’étant engagé à financer 65% (chiffre 2012). Jean Paul nous explique que le taux est maintenant monté à 85%. Le reste à charge pour la CDC serait donc 240 000 euros. De plus Christophe Drure m’avait expliqué qu’ éco-emballage prendrait en charge la communication auprès du public. On sait par expérience qu’une telle mesure provoque une baisse de 50% des volumes collectés. L’économie avait été estimé à 100 000 euros par an, rien que sur le canton de Monestier. Donc à la louche, au moins le double pour l’ensemble du Trièves. Retour sur investissement en à peine plus d’un an. CQFD ! Pas besoin d’une étude supplémentaire Jean Paul !!!

Une suggestion en passant : mettre en ligne sur le site de la CDC, toutes les études réalisées depuis une décennie. En les classant par thème (tourisme, école, déchet) pour qu’on s’y retrouve tellement elles sont nombreuses. Cela pourrait éviter d’en refaire une sur un thême déjà traité il y a quelques années mais dont l’étude a étè oublié au fond d’un tiroir… Accessoirement on pourrait faire figurer le prix de chacune d’elle.

LES TRANSPORTS

Remarque number one : ce n’est pas de la compétence de la CDC !

On ne fait donc qu’effleurer le sujet. On évoque des navettes à la demande entre les communes, un transport bimodal bus jusqu’à Clelles puis train jusqu’à Grenoble (et pourquoi pas le bus jusqu’à Monestier ce qui permet de gagner 10 minutes sur le trajet global ?)

On parle surtout de s’inspirer de l’agenda21 du Trièves qui a été mis de coté par la nouvelle direction de la CDC : http://www.alpes-sud-isere.fr/uploads/media/Agenda_21_demarche_trieves.pdf

Certains en parle encore avec des tremblements dans la voix, comme d’une sorte de Bible de l’écologie locale…

Pour ma part, ce document me laisse des souvenirs mitigés. Je me souviens notamment d’un volet de l’action transport. On y évoquait la création de pédibus dans les communes dotées d’école. Auparavant il fallait faire une petite étude (tiens, tiens), facturée 4000 euros par commune ! Or les parents d’élèves des écoles de Mens l’avaient mis en place sur la commune, sans étude préalable ni subvention d’aucune sorte. Simplement avec un peu de bonne volonté et de bon sens… http://peepdutrieves.unblog.fr/2009/03/19/le-pedibus-de-mens/

Egalement, toujours dans le cadre de ce fameux agenda21, le souvenir de la création d’un site de covoiturage local, le fameux Trièvoies. Enormément de temps et un peu d’argent perdu. La solution n’était évidemment pas celle là : http://dodiblog.unblog.fr/2014/02/06/idee-3-le-covoiturage/

Gérard Leras souligne que, même sans en avoir les compétences, une CDC peut prendre une délibération pour demander une réalisation à un conseil général ou régional. Comme l’a ait la CDC du Buech.

LE TOURISME

L’aimable Claude Didier s’y met (à quel titre ?), assisté de Jérome Descombes.

La CDC actuelle insiste sur le tourisme blanc (le ski) et bleu (les lacs) en négligeant le tourisme vert. Elle Fusionne sa communication avec celle du Vercors alors que seule 11 communes du Trièves sur 28 appartiennent au Parc du Vercors.

On souligne que la CDC :

- A laissé tomber le projet route du bois de la MMAVT (Maison du Mont Aiguille Vercors Trièves).Celui ci avait un budget prévisionnel de 133 000 euros pour 2013, financé en très grande partie par l’Europe et d’autres structures. La CDC devait mettre 3500 euros de sa poche pour débloquer les autres fonds, elle a refusé de la faire.

- Les subventions pour l’association Trièves tourisme sont en chute libre : de 130 000 à 20 000 euros en quelques années. Cela met en cause la continuité d’événement tel que la foire du Trièves.

- A la commission tourisme de la CDC, les membres sont cooptés. Les hébergeurs ne peuvent pas faire acte de candidature spontané.

- Le montant de la taxe de séjour unifiée au niveau des trois cantons a été faite avec insuffisament de concertation (voir : http://dodiblog.unblog.fr/2013/12/27/ras-le-bol-fiscal-local/)

Les propositions :

- Faire une commission tourisme ouverte aux acteurs locaux.

- Evaluation de l’efficacité de l’action promotionnel de la CDC. Apparement il traine 4000 euros quelque part pour cela.

- Au delà de la seule promotion du territoire, élargir les compétences de la CDC à l’animation touristique.

- Et encore une fois s’inspirer du bon vieux agenda 21…

- Favoriser les associations pour faire de petites actions permettant d’attirer des touristes tout le long de l’année. Et pas seulement de grands événements médiatiques tels que la fête du bleu.

Je suis d’accord avec ma plupart des points ci-dessus !

LES CANDIDATS AU CONSEIL COMMUNAUTAIRE

Parmi les futurs 15 conseillers municipaux, 6 seront appelès à siéger au conseil communautaire comme titulaire et 2 comme suppléant.

Les candidats titulaires sont : Jean Paul Mauberret, Sophie Reichmuth, Gérard Chevally, Françoise Richard, Claude Didier et Hélène Blanchard

Les suppléants : Hervé Hugueny, Myriam Garayt

LA POLITIQUE

JP Mauberret explique quel a été son désarroi, lorsqu’au moment du dépôt de sa liste, on lui a demandé de faire un nuancement politique de chacun des candidats. Non, non et non, sa liste est sans étiquette !

Là j’ai beaucoup de mal. Le hasard a fait que les candidats sans doute les plus « marqués » politiquement se retrouvent en haut de la liste, respectivement en position 1, 3, 5 et 6 (http://mensensemble.unblog.fr/la-liste/). Et donc appelé à siéger au conseil communautaire et à se partager l’essentiel des postes d’adjoints en cas de victoire.

LA POLEMIQUE FINALE

Je fais un petit rappel historique : en janvier 2012, JP Mauberret avait été candidat malheureux à la présidence de la CDC. Il avait été battu par Samuel Martin par 25 voix contre 16 :

http://dodiblog.unblog.fr/2012/01/19/elections-a-la-cdc-du-trieves/

J’avais noté que l’ambiance s’était immédiatement tendu entre opposition et majorité au conseil communautaire. Les conseillers de Mens se sont retrouvé en « seconde division », eux même se plaignent d’avoir été tenu à l’écart des décisions :

http://dodiblog.unblog.fr/2012/01/21/elections-a-la-cdc-du-trieves-lintegrale/

Réponse de JP Mauberret : l’opposition a voté à l’unanimité 98% des textes proposés et notamment les élèments techniques. Elle s’est abstenu sur les budget 2012, 2013 et le fera sans doute pour celui de 2014.

J’en pense que le vote du budget est ce qui détermine qui est dans la majorité et qui est dans l’opposition. Qui tient le manche et qui ne le tient pas…

Question à PM : Serez vous de nouveau candidat à la présidence de la CDC ?

Réponse très claire : Non je veux me consacrer entièrement à la commune de Mens !

Je continue : Compte tenu de sa couleur politique et du contexte général, je pense que cette équipe, si elle est élue, se retrouvera probablement dans l’opposition. Stupeur et tremblement dans la salle ! On m’objecte que des conseillers communautaires adultes doivent pouvoir travailler ensemble au delà des seuls considérations politiques.

Fin de la réunion, ambiance un peu houleuse…

Je précise mon argumentation en comité restreint. Si l’équipe Mauberret élue se retrouve dans l’opposition comme cela me parait probable, aura t’on une cohabitation clivée comme au cours des deux dernières années où quelque chose de plus apaisé, de plus constructif ? La personnalité un zeste « psycho rigide » du président sortant de la CDC n’a sans doute pas facilité les choses. Il ne se représente pas.

Le où la nouvel(le) président(e) (Frédérique Puissat ?) saura t’elle mettre de l’huile dans les rouages ? Ce serait  souhaitable !

Retour à la maison, un gros article pour le Dodiblog m’attend…

Pour ceux que mes propos aurait pu secouer : j’ai l’habitude de parler et d’écrire sans langue de bois, de poser les questions qui fâchent. Trop vieux pour changer…

Ce soir 18 heures, réunion de la liste Coquet. Tention, M’sieur le préfet, je ne serai pas tendre non plus…

 

 

 

 

Lettre ouverte

Mens, le 4  janvier 2014

Monsieur  le Président,

Hébergeur et ancien vice-président de l’Office de Tourisme du canton de Mens, je voudrais vous faire part de mes plus vives inquiétudes concernant l’avenir du tourisme dans le Trièves.

Je viens de constater avec une grande déception que l’Office de Tourisme de Mens est fermé pour toutes les vacances de Noël,  excepté  trois demi-journées.

Ceci arrive après l’expulsion par vos services de l’Association Trièves Tourisme de son local le vendredi 21 juin. Il y a deux ans cette association était forte de plus 120 adhérents, avec 9.900 euros de cotisations. Aujourd’hui les adhérents ne sont plus que 25 et les cotisations sont tombées à 1200 euros. Cette traduction de démobilisation des bénévoles est peut être liée au sentiment de non prise en compte par la politique de la CDC. Il semblerait que  la Communauté de Communes  ne considère pas les militants associatifs comme des partenaires mais plutôt comme des concurrents et ne cherche pas à les associer ; alors que pour eux  c’est de leur survie économique et de l’installation de leurs enfants ou de  leur  successeur dont il s’agit.

Comme vous le savez, l’association n’a plus de bureau, son matériel est stocké dans les anciens bâtiments peu sécurisés du Conseil Général, alors que le local où elle était logée rue de Breuil au centre de Mens, est toujours  inoccupé et semble servir de débarras. En juillet je vous ai adressé une pétition signée par une quarantaine de personnes, dont la moitié de commerçants de Mens demandant la restitution des locaux de l’association Trièves Tourisme, je n’ai toujours pas eu de réponse de votre part. Nous espérons toujours que l’association retrouve ce local adapté à sa fonction d’animation et de  dynamisation du tourisme local, en synergie avec les attentes des professionnels économiques.

Auparavant, dans le cadre de l’Office de Tourisme du canton de Mens, grâce à une bonne collaboration entre bénévoles, élus politiques et salariés, nous avions réussi, en quelques années, à créer une dynamique associative et un véritable pôle de compétences avec des professionnels dont certains interviennent au niveau international. La synergie professionnels/bénévoles et professionnels/salariés mettaient l’Office de Tourisme au cœur des différentes manifestations qui attiraient et retenaient plus de touristes. Cette collaboration permettait, en cas de besoin, d’élargir les plages d’ouverture de l’office avec des bénévoles motivés par la promotion du tourisme.

Hébergeur, avec d’autres, je constate, après bientôt deux années de fonctionnement de la fusion de la Communauté de Commune, qu’une seule réunion appelée « forum » a eu lieu le 26 novembre 2013 ; elle portait essentiellement sur la  taxe touristique, mais il n’y a pas eu de présentation d’une politique touristique claire ni de la liaison Trièves Vercors qui nous questionne. Nous attendons avec intérêt, comme convenu, le compte rendu de cette réunion.

Nous vous saurions gré de bien vouloir organiser, avant les élections municipales, une réunion avec les professionnels  touristiques du Trièves pour dégager des éléments de bilan sur la politique touristique conduite depuis deux ans; ceci permettrait à la future équipe qui sortira des prochaines élections de tenir compte des expériences vécues pour ne pas tout reprendre à zéro et s’appuyer sur les points positifs.

Une politique  touristique communautaire pour le Trièves devrait tenir compte des spécificités des territoires ; en effet  pour le secteur de Gresse en Vercors et des Balcons  il s’agit d’un tourisme de masse pour faire fonctionner une station touristique. Alors que pour les cantons de  Clelles et de Mens, c’est une forme de tourisme plus ciblée, que l’on peut qualifier d’écotourisme, c’est-à-dire un tourisme qui n’est pas une fin en soi, un tourisme avec de petits effectifs mais qui a un impact très fort sur  toutes les activités économiques, culturelles et sur les commerces. Ceci permet de maintenir toute l’année, un haut niveau de services, eut égard au nombre d’habitants du Canton de Mens.

Dans l’attente de votre réponse sur mes interrogations, et dans l’espoir que l’Association Trièves Tourisme retrouve ses locaux pour faire son travail d’animation touristique dans des conditions normales, avec des soutiens  financiers et humains et en synergies avec les élus de la Communauté de communes du Trièves.

Je vous assure Monsieur le Président de mes respectueuses salutations.

 

Claude Brand

Ras le bol fiscal… local

hebergeur d'image

On parle souvent du ras le bol fiscal au niveau national, que nous inflige Tonton Hollande.

L’explosion de la fiscalité locale est tout aussi impressionnante…

En 2012, notre gite « La petite grange » payait 140 euros 80 au titre de la taxe de séjour.

En 2013, on passe à 308 euros 35, une joyeuse augmentation de 119% !!! Et là, on dit merci Tonton Martin ! Même Moscovici n’a pas osé faire aussi fort.

Le tout expliqué lors de réunions fixées à 16h30, fort pratiques pour écarter les personnes qui bossent, peut être plus virulentes que les retraités…

=> On s’excuse, on bosse…

On peut comprendre qu’un ajustement des fiscalités entre les différents cantons s’imposait mais un minimum de progressivité et de pédagogie aurait été apprécié !

Résultat des courses : le vieil adage selon lequel « Trop d’impôt tue l’impôt » se vérifie une fois de plus. On constate la fermeture de plusieurs gites familiaux sur les cantons de Mens et Clelles. Nos responsables touristiques, sans doute obsédés par le tourisme de masse à Gresse où à Monteynard, s’en moquent probablement. Hémiplégie de la pensée ?

On peut en tous cas espérer que les prochains élus à la CDC du Trièves sauront :

- Faire preuve de modération en matière de recrutement. On nous avait annoncé des économies d’échelles avec la fusion des CDC de Monestier, Clelles et Mens. Le passage à la retraite, fort attendu, de certains cadres auraient permis de diminuer sans douleur les effectifs. On constate que ceux ci ont été préservé voir augmenté.

- On annonce de nouvelles études bien chères sur le positionnement touristique du Trièves. Une étude s’impose avant toutes les autres : celle consistant à recenser toutes les études réalisées dans un passé proche (moins de 10 ans) afin de ne pas multiplier les rapports finissant au fond d’un tiroir.

Musique

                            L’ORCHESTRE ITINERANT DU TRIEVES 
PROPOSE DES ATELIERS DE PRATIQUE MUSICALE 
POUR LES ENFANTS (7 à 12  ans):
Pour  apprendre, inventer des musiques (chant, instruments, percussions) 
et participer  à la prochaine création de l’OIT
ATELIERS
les vendredis 24 JANVIER, 7 et 21 FEVRIER DE  17H30 à 19H30
à CLELLES Salle Guillot
REPETITIONS avec L’OIT
les dimanches 16 mars (Mens), 6 avril (Monestier de Clermont)  et 13 avril (Le Percy)
CREATION
le 19 avril (Le Percy)
et autres concerts en mai, juin
participation financière libre entre 40 et 60€ pour l’ensemble des  séances + 5€ d’adhésion à OPUS NEWS
pour s’inscrire tel: 06 21 53 61 58 (Laurent Cabané) ou par mail opusnews@free.fr 

VFD : la faillite nous voilà ?

hebergeur d'image

On connaissait l’entêtement quasi pathologique de Dédé Vallini pour la continuation de l’autoroute A51.

En lisant la synthèse du rapport de la cour régionale des comptes de Rhone Alpes sur la gestion des VFD (Société d’économie mixte des Voies ferrées du Dauphiné), détenu à 85% par le conseil général de l’Isère, on découvre que not’ Dédé est aussi un bien piêtre gestionnaire :

http://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/Societe-d-economie-mixte-des-Voies-Ferrees-du-Dauphine-38-rapport-d-observations-definitives-2013

Quelques citations dudit rapport : « La situation catastrophique de l’entreprise, l’extrême précarité de la situation économique et financière, n’a pas réussi à résoudre les problèmes d’accidentologie et d’absentéisme, étudier les modalités de mise sous sauvegarde ou de redressement judiciaire ».

Depuis cette synthèse, on peut aller fouiner sur le pdf du rapport d’observations définitives. Page 14, on y découvrira des choses intéressantes sur l’ancien président des VFD qui n’est autre que le conseiller général de la Mure…

Et pour ceux que la lecture d’un tel rapport rebute, un article internet :

http://www.placegrenet.fr/gestion-vfd-rapport-fait-debat/

On y note la réplique imparable de Didier Rambaud, vice-président en charge des déplacements et des transports : « C’est le passé, il faut aller vers l’avenir maintenant ! »

Traduction : « C’est la faillite mais circulez, y’a rien à voir ! »

Et c’est à ce moment qu’on se rappelle du numéro d’Isère magasine de janvier 2013 où Dédé décrivait les VFD comme le meilleur réseau de France :

http://dodiblog.unblog.fr/2013/01/18/le-meilleur-reseau-de-france/

On note aussi avec gourmandise la recommandation n°6 : « Mettre en place, sans plus tarder, un système de comptabilité analytique permettant de dégager un résultat par ligne et par centre, indispensable au pilotage de l’entreprise. »

Autrement dit, on ne connait pas les résultats d’exploitation ligne par ligne ! Il est évident que si une telle comptabilité était mise en place, on s’apercevrait immédiatement que la section Mens-Clelles du bus Mens-Grenoble n’est plus fréquenté que par quelques irréductibles. Et on peut comprendre pourquoi :

http://dodiblog.unblog.fr/2011/11/12/bus-brouette/

http://dodiblog.unblog.fr/2011/12/07/temoignages-de-voyageurs/

Avantage : on supprimerait instantanément cette portion de ligne sinistrée pour la remplacer, enfin, par un rabattement intelligent vers les gares de Clelles et de Monestier. Comme cela se fait des lustres sur le canton de Clelles. Une solution économique et écologique mais qui n’a pas encore percuté chez nos élus locaux. Copinage ???

Nos chers conseillers du sud Isère…

 

 

hebergeur d'image

J’avais annoncé une suite pour le lendemain de l’article Dédé ne (nous) lache pas !, qui concernerait cette fois les conseillers généraux du sud Isère.

Coup de flemme, 2 jours après ce n’est pas fait et je me fais engueuler par un(e) de ces conseiller(e)s ! C’est pour quand l’article en question ? Y’en a qui sont accros au Dodiblog, c’est flatteur !

Bon, on peut donc lire dans le journal à Dédé : « L’initiative de relancer le projet d’achévement de l’A51 est soutenu par tous les conseillers généraux, de gauche comme de droite« . Là, je me dis : quelle belle unanimité ! De deux choses l’une : soit tous nos conseillers sont effectivement convaincus de la nécessité de ce chantier, ce qui est fort possible et je suis convaincu que la majorité le sont. Soit certains sont « aidés » dans leur prise de décision : une vote favorable pourrait « faciliter » les travaux du collège, de la piscine etc. Mauvaise langue ? Pas sur…

Si on se concentre sur nos trois conseillers du Trièves, deux de droite (Clelles et Monestier), une de gauche (Mens), on constate que les deux premiers ont une position claire. Ils sont pour l’autoroute, ils l’ont affirmé, répété et confirmé. On est pas d’accord mais ça a au moins l’avantage d’être net !

C’est nettement moins clair pour notre conseillère de Mens, sainte Annette. Dans cet échange de mail déjà pas très limpide : A51 : la position d’Annette Pellegrin, il semblait que la dame penchait plutôt pour une réfection des routes et notamment de la 1075. Ce qui ne l’empêche pas de signer aujourd’hui avec tous ses collègues : «  L’achèvement de ce tronçon autoroutier est vital pour le sud-Isère, et pour les Hautes Alpes car l’enclavement de nos territoires est un obstacle insurmontable pour le développement économique et notamment le tourisme etc « . Bon, seuls les imbéciles ne changent pas d’avis…

IMPROVISATION

L’ORCHESTRE ITINERANT DU TRIEVES 
OUVRE SES ATELIERS:
IMPROVISATION
LE 26 OCTOBRE DE 14H30 à 18H
à MENS,  la MEJ, rue docteur  Sénébier

pratique de jeux improvisée à plusieurs, l’expérimentation  des différents paramètres sonores, la pratique de l’improvisation sur grille,  par cycle, sur bourdon, l’utilisation des modes, les principes de variation à  partir d’un ou plusieurs thèmes donnés (éventuellement préparer un thème pour le  stage, chanté ou joué sur instrument).

PERCUSSION
LE 7 DECEMBRE DE 14H30 à  18H
à CLELLES Salle Guillot
Son de base sur peau (djembé, conga, bongos), relation  corporelle tempo/rythme
notion de tourne, cycle, break et de relance, jeux  d’inter-action rythmique,
différents types de mesures (3, 4, 5, 7, 9 temps), 
si vous avez des instruments possibilité de les  amener
possibilité de se mettre en jeux à la scène-ouverte qui aura  lieu le soir même à Clelles au Bar du Lion D’OR
15€ l’atelier +5€ d’adhésion à OPUS  NEWS
pour s’inscrire (3 jours avant) tel: 06 21 53 61 58 ou par  mail opusnews@free.fr

Navette Clelles – Mens

tram.jpg

L’age venant, il faut que je commence à faire attention  à ma santé… et à mes lectures.

Il y a quelques mois, j’avais fait une très forte crise d’asthme à la lecture d’une intervention de Dédé Vallini dans Isère Magasine => Le meilleur réseau de France…

Plus récemment, j’ai frisé l’attaque en entendant Madame le Maire de  Mens nous annoncer une quatrième étude concernant la déviation de Mens => Boulevard Edouard Arnaud

Aujourd’hui, j’ai manqué de faire un infartus en lisant, dans le dernier numéro des nouvelles du pays, une interview de notre conseillère générale du canton de Mens. Elle y parlait de la possible création d’une navette Clelles – Mens, elle aussi espérée depuis des lustres. Une telle navette permettrait de désenclaver Mens, qui n’est relié à Grenoble que par quelques Bus brouette , comme on peut le lire dans tous les Témoignages de voyageurs…

Quelques réponses  à l’interview : « Cela demande des discussions, il est trop tôt pour le dire, on pourrait imaginer, il faut réfléchir, cela demande une réflexion, etc... ». Les bras m’en tombent ! Il a donc fallu un tout un mandat pour arriver à ces brillantes interrogations ! Combien de mandats faudra il pour mener la réflexion à terme ? Encore un mandat et nous serons en 2020. Deux mandats nous amèneraient en 2026. Trois mandats : donnez moi une calculette !

Une suggestion enfin : pourquoi ne pas panacher la liaison Mens -Clelles avec des navettes Mens – Monestier qui permettrait de gagner 10 bonnes minutes sur le trajet (5 minutes de plus en navette, 15 minutes de moins en train) ?

Pour mémoire, un petit sondage déjà ancien sur les souhaits horaires des potentiels navetteurs : NAVETTE CLELLES-MENS

Les dernières nouvelles de l’écoconstruction

Une          rentrée sur les chapeaux de roue : deux visites de maisons le          week-end prochain, des élèves du lycée de Pont de Beauvoisin          en formation chez nous, des réflexions en cours avec la          Communauté de communes du Trièves, et une nouveauté parmi nos          formations : apprendre à dessiner en 3D. Et puis les nouvelles          des autres acteurs de l’écoconstruction…

… Visiter une maison écologique

Dans le cadre de Quelle foire ! à Mens (Sud-Isère)

RV au Point Info place de la mairie – Pass de la Foire : 3 €

samedi 21 septembre à 12h30 :

Pascal          et Natacha nous accueilleront dans leur maison autoconstruite          en bottes de paille (technique GREB personnalisée) : confort,          coût, chantier… ils répondront à toutes vos questions.          Apportez votre pique-nique !

dimanche 22 septembre à 16h :

Jack          nous fera visiter sa maison basse-consommation en ossature          bois, isolation ouate de cellulose : chauffage solaire par le          sol, performances, architecture contemporaine : il y a de quoi          discuter…

 

… Se former avec Pour bâtir autrement

Eco-assainissement et toilettes sèches

Vendredi 25 et samedi 26 octobre de 9h à 17h30 – à Mens        (sud-Isère)

Une nouvelle mouture plus complète de cette        formation (les stagiaires la trouvaient trop dense en une        journée), pour ceux qui ont un projet d’assainissement        non-collectif ou semi-collectif. A travers une alternance        d’apports théoriques, de visites et de travail sur les cas        concrets apportés par les stagiaires, seront abordés : les        principes de l’éco-assainissement, la typologie des toilettes        sèches, les questions de dimensionnement, d’autoconstruction, de        gestion, de réglementation, etc.

Formateur : Benjamin Zilberman

372 € (tarif réduit : 230 € pour ceux qui ne        peuvent bénéficier d’aucune prise en charge)

Dessiner ses plans en 3D  (nouveau !)

Lundis 4, 18, 25 novembre et 2, 9, 16 décembre de 20h30 à        22h30 – à Mens (sud-Isère)

Après une séance ouverte de découverte de        l’outil gratuit SketchUp, qui permet de faire des plans cotés de        maisons, d’aménagements, de meubles… vous pourrez apprendre à        vous en servir en 4 séances de travaux pratiques + 1 séance de        résolution des problèmes rencontrés. Pour les professionnels        ayant besoin d’un outil performant pour se simplifier le travail        et les autoconstructeurs désireux de faire leurs plans.        Formateur : Vincent Tonnelier

220 € (tarif réduit : 136 € pour ceux qui ne        peuvent bénéficier d’aucune prise en charge)

Fabriquer sa lasure naturelle et savoir l’appliquer

Vendredi 15 novembre de 9h à 17h30 – à Moirans (nord de        Grenoble)

La protection des volets et boiseries        extérieures peut-elle être plus efficace ? L’entretien peut-il        être plus agréable et moins contraignant ? Oui, avec des lasures        naturelles, qui respectent l’environnement et épargnent le        porte-monnaie. Venez apprendre, sous la houlette d’un peintre        professionnel, à fabriquer vous-même votre lasure, à partir de        produits écologiques et peu chers, et à l’appliquer.

Formateur : Bruno Gouttry

217 € (tarif réduit : 135 € pour ceux qui ne        peuvent bénéficier d’aucune prise en charge)

Fabriquer sa peinture murale naturelle et savoir l’appliquer

Samedi 16 novembre de 9h à 17h30 – à Moirans (nord de        Grenoble)

Vous devez réaliser des travaux de peinture        et souhaitez utiliser des produits sains et écologiques ?        Pourquoi ne pas fabriquer vous-mêmes vos peintures ? Elles        seront ainsi adaptées à leur support, belles et peu chères.        Cette journée vous aidera à vous y retrouver dans les différents        types de peintures naturelles, à choisir celles qui seront le        mieux adaptées à votre projet, et à apprendre les gestes        professionnels à travers la fabrication et l’application d’une        peinture à la caséine.

Formateur : Bruno Gouttry

217 € (tarif réduit : 135 € pour ceux qui ne        peuvent bénéficier d’aucune prise en charge)

Diagnostiquer l’état d’une maison ancienne

Vendredis 22 et 29 novembre de 9h à 17h30 – à La Mure        (sud-Isère)

Avant d’entreprendre tout projet de        rénovation, il est indispensable d’avoir une approche complète        et globale de l’état du bâtiment : son histoire, sa structure,        ses points forts et points faibles, ses désordres éventuels et        leur origine… Cela permet d’élaborer ensuite pour le bâtiment        un projet adapté et sans mauvaise surprise, et de s’entourer de        professionnels compétents. Ces 2 jours d’exercices pratiques et        d’observation vous permettront de vous constituer une vision        solide et argumentée de votre maison ou future maison.

Formateur : Alain Monrozier

372 € (tarif réduit : 230 € pour ceux qui ne        peuvent bénéficier d’aucune prise en charge, 185 € pour les        inscriptions 2 mois à l’avance)

Autoconstruire avec le bois

Lundi 2 et mardi 3 décembre de 9h à 17h30 – à Clelles        (Sud-Isère)

Trucs et astuces pratiques pour un chantier        efficace. Cette formation technique a été conçue spécialement        par un charpentier, lui-même ancien autoconstructeur, pour        éviter pertes de temps, surcoûts et malfaçons à tous ceux qui        veulent utiliser du bois dans leur construction ou rénovation        (choix des bois, isolation, étanchéité à l’air, outillage…).         Elle a lieu en atelier.

Formateur : Emmanuel Carcano ou John        Rousselet

434 € (tarif réduit : 269 € pour ceux qui ne        peuvent bénéficier d’aucune prise en charge, 215 € pour les        inscriptions 2 mois à l’avance)

Comment conduire son chantier

Samedi 7 décembre de 14h à 17h30 – à Grenoble

Coordonner un chantier de construction ou de        rénovation est une tâche que les maîtres d’ouvrage assument bien        souvent… tant bien que mal ! En une demi-journée, vous        apprendrez à identifier les contraintes de votre chantier, à        établir un planning des travaux réaliste et à mettre toutes les        chances de votre côté pour que votre projet se réalise dans de        bonnes conditions.

Formateur : Olivier Duport

93 € (tarif réduit : 58 € pour ceux qui ne        peuvent bénéficier d’aucune prise en charge, 46 € pour les        inscriptions 2 mois à l’avance)

Déposer son permis de construire

Mercredi 18 décembre de 14h à 17h30 – à Grenoble

La réglementation thermique 2012, en vigueur        depuis cette année, a profondément modifié la procédure de        demande de permis de construire. Obligations du maître        d’ouvrage, méthodologie, lieux et personnes ressources… tout ce        que le futur pétitionnaire doit savoir.

Formateur : François Mérinis

93 € (tarif réduit : 58 € pour ceux qui ne        peuvent bénéficier d’aucune prise en charge, 46 € pour les        inscriptions 2 mois à l’avance)

L’électromagnétique dans l’habitat

Jeudi 19 décembre de 9h à 17h30 – à Grenoble

Appareils électroménagers, câbles        électriques, téléphones sans fil, wifi… émettent tous des        champs électromagnétiques. De quoi s’agit-il exactement ? Est-ce        vraiment dangereux ? Cette journée fera le point sur les        différents types de champs électromagnétiques, leurs sources et        leurs effets sur la santé, et sur les différents moyens de s’en        protéger dans l’habitat.

Formateur : François Mérinis

186 € (tarif réduit : 115 € pour ceux qui ne        peuvent bénéficier d’aucune prise en charge, 92 € pour les        inscriptions 2 mois à l’avance)

 

… Faire la foire

Quelle foire ! 20, 21, 22 septembre

Rendez-vous en Trièves            pour faire la Transition

Vers l’après-pétrole, par            une économie sociale et solidaire,

avec des acteurs locaux            ouverts sur le monde et l’innovation

Énergies          et ressources locales valorisées, production agricole          transformée sur place ou à quelques kilomètres, liens          producteurs / consommateurs resserrés, recyclage,          mutualisation de matériel, démarches coopératives,          associatives, solidarités, épargne locale…

« Quelle          foire ! » poursuit son chemin entamé l’an dernier pour           présenter          joyeusement des solutions qui répondent à la crise et pour          partager des expériences.

Thème 2013 : Mobilités !

Tout le programme de ce rendez-vous convivial        en PJ et sur http://www.quellefoire-trieves.fr/

Nouveau : si vous nous rejoignez pour        l’événement depuis Grenoble ou le Sud Grenoblois ou depuis Gap        et la région de Veynes (TER Grenoble – Gap) : venez en train et        réservez votre place dans la navette gare SNCF de Clelles <        > bourg de Mens au 04 76 34 30 55.

Rencontrez-nous            sur notre stand le dimanche 22 septembre

 

1...45678...15



Vivre la République du Progrès |
l'avenir vue par un militan... |
LCR Section Calaisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rassemblement des français
| Les lumières en héritage
| L'Afrique de toutes nos forces