• Accueil
  • > Recherche : déviation mens

Résultat pour la recherche 'déviation mens'

Coquet dernière : un peu plus

hebergeur d'image

Environ 70 personnes à la deuxième et dernière de la liste Coquet. La liste des « amis d’en face » est présente en force, Sophie Reichmuth, Hervé Hugueny aussi prolixe dans la vrai vie que sur le blog, Michel Guiguet, Gerd Zanders, Françoise Streit, le directeur de campagne Noel Chevalier et même Madame Mauberret elle même !

4 mecs au bureau central : Misters Coquet, Calvat, Dangles et Chabert. Les futurs adjoints ? Les autres sont répartis de part et d’autre.

On sentira une équipe moins volubile et plus concentrée que lors de la première réunion. Un rien de fatigue et de tension également, normal c’est la fin de la campagne !

On commence par un peu d’instruction civique en 3 points :

- Il n’y a que deux listes (malheureusement), il n’y aura donc qu’un seul tour à l’issue duquel, selon toute vraisemblance, une des listes obtiendra 12 conseillers et l’autre 3.

- Pas de panachage, ni de ratures, sinon bulletin nul.

- Carte d’électeur + pièce d’identité avec photo obligatoire.

Quelques considérations générales :

Mens qui était le bourg centre du Trièves perd peu à peu ce statut. Sa population n’augmente plus.

Il faut des relations solides avec les centres de décision institutionnels, la CDC où il voudrait mieux ne pas être dans la minorité, le département qui a tendance à baisser ses subventions, le CDDRA émanation locale de la région. Il faut une équipe unie qui donne confiance aux financeurs.

Nanard nous répète qu’il sera présent autant qu’il le faudra. Il connait bien le rôle du maire, en ayant remplacé deux par délégation durant ses fonctions de préfet. L’efficacité du maire se mesure surtout par une présence opiniatre dans les dossiers, une capacité à trancher, de décider après un travail collectif. Egalement veiller à éviter la constitution d’ilots de pouvoir au sein de son équipe, veiller à la cohésion de celle ci, à faire circuler l’information.

Il s’est engagé dans la campagne en ressentant une manque de cohésion et des divisions dans l’équipe sortante, peu apte à inspirer confiance aux décideurs. Il a eu l’occasion durant ses 39 ans de carrière d’exercer une autorité dans le bon sens du terme, ne pense pas avoir un déficit de compétence.

La manière de gérer :

1 – Il faut éviter de se disperser dans des études interminables qui repoussent la décision.

Exemple : l’urbanisme avec le PLU et l’AVAP. Le PLU est engagé depuis 4 ans et ne progresse plus guère depuis 1 an.

2 – Il faut avancer dans l’ordre

Exemple du boulevard Edouard Arnaud : la désynchronisation des chantiers va conduire à près d’un an de travaux.

Il faut aussi faire la concertation et l’information nécessaire.

Myriam Capelli

Elle n’est pas présente sur la liste car ses fonctions dans le corps des sapeurs pompiers lui interdisait d’être maire ou adjointe. Elle a donc préféré s’abstenir.

Carole Sauze qui doit s’absenter

Compte s’occuper des personnes agées (son métier, elle est infirmière à la Mure), des questions de sécurité (elle est sapeur pompier) et des festivités pour les jeunes.

Mister Coquet reprend la parole pour décliner les trois thèmes de la campagne.

1 – Attirer et accueillir :

Il faut accélérer la conclusion du PLU, lancé depuis 2010, pour conclure si possible avant fin 2014. Il doit être ajusté au SCOT.

La déviation : Dangles se lance.

Serpent de mer, on en cause depuis 25 ans. On  a été content quand le département a repris le dossier. Mais il n’y a que 700 véhicules/jour, le conseil général a d’autres priorités. La commune soit se réapproprier le dossier. Il faut aller au delà de la déviation Monestier – Saint Jean d’Hérans et faire une seconde section jusqu’à Pouillane et la route de Corps. Par contre, le projet de déviation par la gendarmerie n’est pas à l’ordre du jour. La déviation doit être réservé aux poids lourds et engins agricoles, il faut garder les véhicules particuliers et les touristes. Idée de faire un premier jet en tout venant pour le passage des seuls véhicules agricoles.

Objection de la salle : ce projet dépasse de loin le budget communal !

L’autoroute A51 :

Grenoble se cherche une sortie vers le sud. Le projet Gayssot d’amélioration des nationales en 3-4 voies avec déviation des villages était intéressant. Tout cela n’est plus à l’ordre du jour, ce n’est plus un sujet.

Restaurer et embellir : Calvat y va !

Il faut impliquer la population.

Les entrées de Mens : il faut échanger avec les entrepreneurs.

Propreté des rues : il faut sous traiter avec des entreprises disposant de matériel lourd et garder les employés communaux pour les interventions urgentes.

Chiens errants : le policier municipal devait avoir un véhicule, une perche télescopique, un manchon de protection…

Les crottes de clébards : il faut verbaliser, prévoir des distributeurs de sacs plastique.

L’accessibilité : pour Joel Gérin

Nécessité d’étendre l’éclairage publique notamment au chemin des philosophes.

Le balayage et l’entretien des petites rues.

Un parking pour handicapés à la salle des fêtes.

Nettoyage des allées du cimetière.

Achèvement et fleurissement du rond point du collège. Michel Guiguet : il n’est pas terminé car il faut faire des travaux sur une canalisation en dessous. Coquet : ce qui prouve qu’il faut faire les choses dans l’ordre !

Le plan d’eau : stationnement à faire respecter, petites poubelles et bancs.

Nécessité de faire un état des lieux sur l’accessibilité au niveau de la commune et de la CDC.

Chemin pour handicapés de Barret : goudron trop mou, colle aux roues, exemple d’argent mal utilisées. Réponse de Goutel : on avait fait appel à un bureau d’étude…

J’en met une petite couche sur mon expérience personnelle : pour ce type de projet, faire venir un handicapé sur sa chaise roulante vaut toutes les études du monde !!!

Digression philosophique de Bernard Coquet : il y a deux façons d’envisager les projets

  – Chercher des lignes de financement, type tourisme adapté en milieu forestier et faire un projet qui rentre dans le cadre.

 - Ou faire un projet puis chercher les financements qui vont avec. Il préfère la seconde méthode (moi aussi !).

Mais dans tous les cas, ne pas oublier que les financeurs financent l’investissement, pas l’entretien qui reste à la charge de la commune.

La zone artisanale :

Des achats de terrain ont été fait, d’autres restent à faire.

Il faut faire une végétalisation pour compenser l’architecture agressive. On disait la même chose il y a 6 ans…

Le logement :

Le SCOT prévoit une croissance linéaire pour arriver à 1650 habitants en 2021. Autorisation pour 7 à 8 logements par an soit 21 personnes.

Il faudra répartir entre la réhabilitation du centre et les nouveaux logements.

La très longue réflexion sur le pré Colombon a abouti à une proposition banale de cité jardin avec maison en bande. Ce projet n’absorbera qu’une petite partie des nouveaux logements, ne sera pas une priorité.

Le conseil municipal enfant : Véronique Menvielle

Elle propose de faire un conseil municipal pour les enfants de 8 à 12 ans, en charge du cadre de vie et des espaces ludiques.

Ils seront en charge des projets, devis, planification, réalisation; De l’entretien de base, de tenir la liste des interventions, du registre de contrôle.

Une voix aigue au fond de la salle : c’est beaucoup trop dangereux, au secours !

Très beau projet qui me rappelle le train des enfants à Budapest

http://www.petitfute.com/adresse/etablissement/id/140661/train-des-enfants-gyermek-vasut-visites-points-d-interet-budapest

http://www.dailymotion.com/video/xb4yva_le-train-des-enfants-de-budapest_travel

 

Au boulot, la suite à venir

 

Coquet première : l’intégrale !

C’est fini. On peut lire jusqu’au bout…

hebergeur d'image

 

Salle Chatel pleine avec des chaises jusque dans l’entrée pour la première réunion de la liste Coquet. Environ 80 personnes dont pas mal d’opposants notoires, y compris quelques membres de la liste d’en face (Hugueny, Zanders).

Deux parties très contrastées : la présentation de la liste, la discussion sur le programme.

PRESENTATION DE LA LISTE : durée 1h20

Bernard Coquet décrit sa liste comme étant sans étiquette, il dit ne pas connaitre la couleur politique de ses colistiers. Tous déclarés comme divers au nuançage de la préfecture.

Il commence par excuser Lauriane Josserand, 26 ans, la benjamine de l’équipe, en CDD à Saint Etienne en Dévoluy. A la recherche d’un emploi stable, une petite jeune qui veut travailler ! Elle arrivera finalement en toute fin de réunion.

Les candidats se présentent en partant du fond de la liste.

Joël Gérin : né à Mens, carrière chez HP, conseiller municipal de 2001 à 2008 avec Philippe Gazin. A travaillé à la vie quotidienne, sur l’accessibilité (il se déplace en fauteuil roulant), sur la zone bleue. Président de l’association cueille la vie ,qui fait de l’animation à la maison de retraite, depuis 6 ans.

Propose de refaire le chemin pour handicapés de Châtel dont le revêtement ne permet pas de circuler en chaise roulante. Aussi un état des lieux à Mens et dans le Trièves de l’accessibilité pour handicapés, personnes agées, poussettes.

Evelyne Garnier : 72 ans, arrière grand mère, né à Oran en Algérie d’un père militaire, revenue en 1951.

Secrétaire de direction puis gérante de discothéque. A Mens depuis 1988, mariée à un vieux Mensois qui fut conseiller de 2001 à 2008.

Intéressée par l’aspect du village, les petites rues, les entrées de la commune, le fleurissement…

Jean Louis Goutel : Dans le Trièves depuis 2000, 3 filles.

Directeur adjoint de la chambre d’agriculture.

4ème adjoint à l’économie dans la municipalité sortante, en charge de l’écotourisme et du tourisme adapté.

2 ans président de l’office du tourisme, s’est occupé de la foire du 1er mai et de la foire bio devenue foire du Trièves.

Daniel Dussert : né à MENS, 67 ans, 4 enfants, agriculteur bovin, céréales.

Souhaite soutenir l’agriculture et le tourisme à travers la conservation des paysages. Et s’occuper des routes et chemins communaux.

Aurore Chauvin : 27 ans, originaire de Champagne Ardennes, étude à Lyon, à Mens depuis Aout 2010, secrétaire comptable.

Souhaite s’occuper des nouvelles solutions de transport, navettes Clelles-Mens, le covoiturage.

Bernard Chevalier : né à Mens, 59 ans, travaille à France télécom, à la retraite en mai.

Conseiller municipal de 2001 à 2008, à lancé le trait d’union Mensois et le 1er site internet de la mairie. A travaillé à la commission vie associative.

Carole Sauze : Famille de Mens, enfance à Mens, pompier volontaire, infirmière à la Mure.

Veut représenter la jeunesse Mensoise, conserver les services publics et médicaux.

Jean Paul Chabert : né à Mens, étude à Grenoble. Travail au crédit agricole de Mens de 1975 à la retraite en 2011;

A constaté les pertes d’emplois dans l’agriculture, le batiment, l’artisanat. Une certaine compensation pour les EHPAD, SIAD, ADMR et secteur associatif.

Est trésorier de l’association Trièves tourisme. Intéressé au développement économique.

Rosemary GIOVANETTI : d’origine Batave, 63 ans.

A créé une entreprise qu’elle a vendu, aussi gérante d’hôtel 4 ans. 20 ans à Grenoble.

En retraite à Menglas depuis 18 mois.

Intéressée par l’avenir des jeunes, par leur travail. Et par le développement du tourisme.

Gérard Dangles : 67 ans

A Grenoble depuis 1982 dans le secteur informatique;

Mens depuis 2005, conseiller municipal en 2008

DGS informel pendant 3 ans, s’est occupé de l’informatique municipale, du journal le TUM, des associations, a pris beaucoup de plaisir.

La voix s’élève : on a une confrontation entre 2 visions respectables mais différentes. On a une chance extraordinaire avec Coquet. Stop au ronron.

Applaudissement dans la salle, presque une bronca !

Véronique Menvielle :

D’origine Lyonnaise, 4 générations d’enseignants. Institutrice depuis 23 ans atteinte de pédagogite aigu. Aime la rigueur, le travail bien fait.

A Mens depuis 2005, conjoint Mensois.

Souhaite s’occuper de la jeunesse et des sports, créer deux conseils municipaux pour les jeunes de 8-12 et 13-17 ans pour un apprentissage de la citoyenneté et de la démocratie. Aussi un jumelage Européen pour des échanges culturels et linguistiques.

Tiens ? http://dodiblog.unblog.fr/2014/02/14/jumelage-echange-linguistique/

Marcel Calvat : né le 27-4-1943 (à quelle heure ?).

Famille modeste, progression professionnelle instit, prof d’EPS, principal adjoint puis principal d’établissement scolaire.

Fonction à la Fédération Française de ski au niveau régional, national et international.

Pour le développement du tourisme et de l’industrie. Pas de rêve et d’utopie, du réalisme et du pragmatisme.

1er adjoint de la municipalité sortante, président de la CDC de Mens pendant 4 ans.

Anne Marie Barbe : 62 ans, à Mens depuis 37 ans.

Travail administratif à la fac de Grenoble pendant 43 ans.

Motivée et disponible, souhaite s’occuper des personnes âgées.

Bernard Coquet : la tête de liste, on entre dans une autre dimension…

A commencé comme géomêtre, reprend quelques études, quelques petits postes dans des cabinets ministériels et préfet dans quelques départements…

Rugbyman , il se blesse, soigné aux Alouettes à Mens où il rencontre la future Madame Coquet, issue d’une vieille famille Mensoise, il y a 50 ans.

A bien connu Pierre Rolland, maire de Mens 1977-1983 et  Philippe Richard, maire de 1989 à 2001 auquel il a succédé à la présidence du fond documentaire Trièvois.

La liste équilibre et renouveau :

L’équilibre : besoin de mesure, éviter les conflits stériles, l’aveuglement militant.

Liste équilibrée par l’origine des candidats : 9 Mensois de souche, 6 néo Mensois depuis 18 mois à 50 ans.

7 en activité, 8 retraités, 1 agriculteur. Echelonnement des âges de 26 à 74 ans;

Pas de militants politiques déguisés !

Le renouveau : il faut faire des projections à moyen terme, le long terme est imprévisible.

Mens a une économie résidentielle, en boucle, fragile.

Les structures administratives vont changer considérablement dans les 3 ans à venir. Le futur canton s’étendera du Trièves au Valbonnais.

Mens est maintenant intégré dans le SCOT, approuvé il y a 18 mois, qui donne une vocation agricole et touristique au Trièves. Son sort est lié avec Grenoble.

L’accent devient Gaullien, un peu de tremblement dans la voix : Mens est à redresser, il faut se remettre debout, demain il sera Trottoir (au lieu de trop tard…).

Vous aurez plus de chance avec nous ! On attend presque un « Mensois, je vous ai compris », les bras en croix, qui ne vient malheureusement pas…

Applaudissements nourris de la salle.

Du grand art, de l’Enarque, la haute administration Française qui sait faire un magnifique discours sans aucune note !

Le ton se calme. Ses 2 parents sont DCD à 88 ans, il devrait donc avoir encore quelques années devant lui.

Il n’a aucun intérêt pécunier ni professionnel dans cette affaire, ce qu’on peut lui accorder.

Répond aux critiques sur sa « résidence alternée » à Mens : il sera présent autant qu’il le faudra (sans préciser combien de temps dans l’année). Le rôle d’un maire n’est pas nécessairement de s’occuper des poubelles qui débordent où des coqs qui chantent trop tôt. Il faut savoir déléguer. Il est de consulter, prendre des décisions, assumer une responsabilité juridique.

DISCUSSION SUR LE PROGRAMME :  durée 1h10

Là aussi, je met mes réflexions en italique.

Bon, vous avez notre programme en main (une feuille recto-verso), allez y posez nous des questions !

Là, ça tombe un peu à plat. Je m’attendais à une présentation du programme par thème puis à des questions en fonction. Quelque chose d’un peu structuré.

Du coup, ça part dans toutes les directions. Emmanuel se lance avec une déclamation sur la fin dans le monde et la responsabilité planétaire des Mensois. Un autre : « Vous dites faire venir du monde à Mens OK. Mais pas des écolos qui branlent rien ! »

Goutel : On peut attirer dans le secteur de l’agriculture, de l’écologie, des personnes agées. il faut créer les conditions d’accueil.

Dangles : attirer les technologies nouvelles, créer un espace pour le télétravail.

Claude Brand à Marcel Calvat : pouvez vous nous parler de votre bilan ?

Manifestement il a prévu la question le Marcel. Y sort une feuille et lit :

 - A la CDC de Mens :

Réalisation de la chaufferie bois, subventionnée à 80%,  économe en CO2, qui permet de chauffer l’EHPAD, les écoles, le centre social, le collège, la piscine et le camping.

Etude de faisabilité sur un plan d’eau biotype comme à Valbonnais. Mais il faut un espace approprié et beaucoup d’eau. Encore une étude qu’on aimerait pouvoir consulter sur internet, après tout elle a été payé avec nos impôts…

La fusion des CDC : il a pris beaucoup de temps pour y réfléchir et se décider. Temps qui n’a peut être pas été perdu. Il rappelle que le conseil de Mens avait voté contre sous Gazin. La fusion a finalement été votée à l’unanimité, avant qu’elle soit rendue obligatoire par le préfet. Cela a aussi permis de mener à bien la répartition des compétences et l’étude financière.

Il a participé au comité de pilotage d’Energie et territoire. Devant la prochaine mise en concurrence de la concession des barrages, EDF est devenue soudain très généreuse en donnant 240 000 euros par an pour les six CDC des bords du Drac. Le Trièves étant peu présent ne touche malheureusement qu’une faible part du pactole.

Travail au CDRA (Comité de Développement Rhône Alpes) dans le secteur tourisme.

Sur le dossier de l’ARB (Association de Réhabilitation de l’Herboristerie) qui compte s’installer prochainement à Beaumet.

 - Au niveau de la commune :

A travaillé au niveau du centre de gestion départemental qui gère le personnel municipal.

Mise en place du DGS (Directeur Général des Services).

Commission Vie Quotidienne, sur l’évenementiel, gestion et réhabilitation de la piscine, accessibilité pour les handicapés.

Augmentation du foncier de la commune en achetant 6500 m2 supplémentaires aux terres du Ruisseau.

Question d’Hervé Hugueny :

L’écologie créé de l’emploi, exemple de la SCOP (Société COopérative et Participative)  Terre vivante et de Trièves compostage qui est passé de 1 à 7 salariès.

Réponse Bernard Coquet : oui l’écologie créé de l’emploi, l’édition est à la peine, la structure SCOP peut provoquer des tiraillements, la commune pourra aider mais à peu de marge de manœuvre financière.

Petite digression :  la situation financière de Mens : elle est saine, taux d’investissement le plus faible et taux d’épargne le plus fort de l’Isère.

Il faut fixer des priorités, ne pas passer des mois à discuter, les discussions doivent être suivies de décisions.

Question de Nathalie Behiels : Quelles seront vos priorités ?

Réponse un peu dans tous les sens.

Faut il relancer la déviation où bricoler le stationnement dans Mens ?

Aide à la formation : le niveau à Mens est souvent CAP-BEP, les plus diplômés partent.

Le haut débit, le travail de réseau.

Question Dodiblog : les transports, Internet

Réponse d’Aurore Chauvin : c’est de la compétence du conseil général, il faut coordonner bus et train, des actions pour la foire du 1er mai…

Là, il faut encore travailler les dossiers !

Reprise par Marcel Calvat : il y a l’exemple du taxi à la demande comme sur le canton de Clelles, créé au moment de la fermeture des gares secondaires sur la ligne Grenoble-Veynes avec l’aide de la région. Mens l’a refusé, sans doute par peur de voir disparaitre le car. Ca sera difficile de récupérer cette opportunité.

Bernard Chevalier : la fibre va bientôt arriver à la Mure, pour Mens il faut se renseigner…

Bien flou, j’aurais aimé des idées sur la politique des sites, les liens entre eux.

Départ de Bernard Coquet : il faut rassembler les initiatives locales, créé un effet réseau. Le maire doit vendre sa commune.

L’effet réseau sur internet ?

Question d’Arnaud Behiels : le logement ?

Réponse Coquet : le SCOT permet la création de 5.5 logements par an.

Il y a 70% de propriétaires.

La demande à Mens est à 75% pour des T1-T2 et à 65 à 70% de célibataires, séparés, isolés, petit revenu.

Il faut un équilibre entre nouveaux logements et réhabilitation. Il faut réhabiliter le centre historique sinon risque de désertification, prolétarisation. Ne pas hésiter à y supprimer des bâtiments en ruines, des dents creuses pour faire des puits de lumière.

On évoque une opération programmée d’amélioration de l’habitat permettant aux propriétaires d’obtenir des subventions.

Calvat : il faut arriver à décider les propriétaires, les biens sont souvent en indivision.

Claude Brand : ne pourrait on pas faire payer les taxes aux propriétaires de maisons vides pour les décider à vendre.

Florian Bordenave : le travail en commission est important, le TUM ne retranscrit plus les comptes rendus des conseils municipaux

Réponse : oui, il y aura des commissions, les comptes rendus sont affichés en mairie.

Il ne serait pas idiot qu’ils le soient également sur le site internet.

CONCLUSION :

Seconde partie décevante, décousue, sans aucune structure. De belles envolées lyriques qui cachent mal un flou artistique.

Mis à part la présentation de l’équipe et celle des activités multiples de Marcel Calvat, on a fait que survoler les thèmes, entrevoir des pistes.

On espère vivement une nette reprise en main pour la prochaine réunion. Il faut une présentation du programme par l’équipe suivi de questions. Deux heures et demi sur le thème : « Allez y, posez nous des questions » serait un gag. En bon centriste, je pense également que si l’équipe Mauberret en fait trop et épuise le public avec ses 5 réunions, celle de Coquet sera un peu juste avec seulement 2.

Pour le moment, La tentation de la pêche à la ligne reste très forte.

Entre une équipe qui joue à cache cache avec sa couleur politique et une autre qui joue à cache cache avec son programme, il ne faudra pas s’étonner si l’électeur joue à cache cache avec l’isoloir…

Navette Clelles – Mens

tram.jpg

L’age venant, il faut que je commence à faire attention  à ma santé… et à mes lectures.

Il y a quelques mois, j’avais fait une très forte crise d’asthme à la lecture d’une intervention de Dédé Vallini dans Isère Magasine => Le meilleur réseau de France…

Plus récemment, j’ai frisé l’attaque en entendant Madame le Maire de  Mens nous annoncer une quatrième étude concernant la déviation de Mens => Boulevard Edouard Arnaud

Aujourd’hui, j’ai manqué de faire un infartus en lisant, dans le dernier numéro des nouvelles du pays, une interview de notre conseillère générale du canton de Mens. Elle y parlait de la possible création d’une navette Clelles – Mens, elle aussi espérée depuis des lustres. Une telle navette permettrait de désenclaver Mens, qui n’est relié à Grenoble que par quelques Bus brouette , comme on peut le lire dans tous les Témoignages de voyageurs…

Quelques réponses  à l’interview : « Cela demande des discussions, il est trop tôt pour le dire, on pourrait imaginer, il faut réfléchir, cela demande une réflexion, etc... ». Les bras m’en tombent ! Il a donc fallu un tout un mandat pour arriver à ces brillantes interrogations ! Combien de mandats faudra il pour mener la réflexion à terme ? Encore un mandat et nous serons en 2020. Deux mandats nous amèneraient en 2026. Trois mandats : donnez moi une calculette !

Une suggestion enfin : pourquoi ne pas panacher la liaison Mens -Clelles avec des navettes Mens – Monestier qui permettrait de gagner 10 bonnes minutes sur le trajet (5 minutes de plus en navette, 15 minutes de moins en train) ?

Pour mémoire, un petit sondage déjà ancien sur les souhaits horaires des potentiels navetteurs : NAVETTE CLELLES-MENS

Boulevard Edouard Arnaud

Boulevard Edouard Arnaud dans 2014 Municipales edouardarnaud-copier
« Bonjour, ceci n’est pas notre première réunion en vue des élections de 2014 mais une réunion pour expliquer le travail de notre équipe« . Ainsi s’exprime Jean Paul Mauberret Premier, qui comme son titre ne l’indique pas est deuxième adjoint à l’urbanisme à la mairie de Mens.
Le thème est donc la réfection des adductions d’eau et des égouts et la redéfinition du boulevard Edouard Arnaud. Participent également à la réunion Madame le Maire, 2 conseillers municipaux, le responsable du bureau d’étude et des représentants de la DDE. Sont excusés Gérard Chevally et Michel Guiguet. Dommage car le premier siège dans la commission eau et assainissement et le second est conseiller délégué aux finances (=>Le conseil municipal de Mens)
ADDUCTION D’EAU & EGOUTS
Le but est de remplacer les canalisations d’eau potable très anciennes qui présentent un taux de fuite très important. Egalement de remplacer le système d’égout dit « unitaire » par un système séparatif. Le système unitaire mélange eaux usées et eaux de pluie. Ce qui a pour effet un risque de saturation de la station d’épuration en cas d’orage. A ce moment  il y a évacuation hors station du surplus et donc une pollution de la rivière. Le système séparatif amène les seules eaux usées à la station, les eaux de pluie allant directement à la rivière.
Les travaux consisteront donc à creuser une tranchée dans la rue, du café des Arts jusqu’au pont Carton. On y installera une nouvelle canalisation d’eau potable, une pour l’évacuation des eaux de pluie et une troisème pour celle des eaux usées. Au delà de la rue de l’église, ces dernières ne peuvent pas s’écouler par gravitation vers la station d’épuration. Elles seront donc collectées dans un réservoir situé au pont Carton puis refoulées jusqu’au niveau de la rue de l’église. Deux maisons situées en contrebas du pont disposeront d’une pompe individuelle permettant de remonter leurs eaux usées jusqu’au réservoir. Tout cela évitera de déverser les eaux usées de cette partie du boulevard directement dans la rivière.
Les amenées d’eau des particuliers seront également remplacées. Elles sont parfois en plomb !
Du bel ouvrage d’ingénieur, net et sans bavures !
Le coût sera de 480 000 euros, après utilisation de fonds propres et subvention du conseil général, il devrait rester un emprunt d’environ 300 000 euros remboursable sur 15 ans. Raisonnable…
LE « NOUVEAU » BOULEVARD EDOUARD ARNAUD
L’idée principale est de créer un trottoir adapté aux handicapés d’une largeur d’1 mètre 40, côté café des arts. Egalement un trottoir d’un mètre de l’autre côté. J’approuve ! Pour cela, on supprime de nombreuses places de stationnement dans la première partie du boulevard pour en recréer un nombre équivalent en organisant le stationnement « en bataille » de long du mur Kaltenbach. Selon moi, on aurait pu oser supprimer quelques places, à condition d’avoir une politique un peu imaginative consistant à favoriser l’abandon de la seconde voiture. Par exemple , en soutenant le système de location de véhicules entre particulier de Buzzcar (http://www.buzzcar.com/fr/reservation/search/?full_address=mens) ou en ayant des transports en commun digne de ce nom (Témoignages de voyageurs…). Autre problème : on a oublié de créer des places du côté du SIAD où doivent accéder  handicapés et personnes âgées .
Soudain des cris fusent de la salle : « Vous êtes en train de nous fabriquer une rampe de lancement pour bagnoles, c’est une autoroute au centre ville ! ». En effet, le projet garde une largeur de voirie de 6 mètres mais en retirant les voitures de chaque coté, il donne une impression de largeur visuelle de près de 10 mètres. Ce qui conduit automatiquement à une augmentation de vitesse des véhicules. Et qui va à l’encontre de toutes les prescriptions en matière de sécurité routière, qui recommande au contraire de réaliser des étroitures. L’automobiliste ne ralentit que lorsqu’il craint de rayer sa belle auto, c’est bien connu ! Malaise du côté du bureau d’étude, Jean Paul Premier est embêté… On parle de réaliser des chicanes mais la DDE tique immédiatement. Ca va créer des bouchons dans Mens l’été. Et si on préfére sauver la vie de nos gosses plutôt que de pouvoir jouer les Fangio dans le village ?
Puis une voix au ton préfectoral s’élève : « Avez vous fait réaliser une étude paysagère ?« . Réponse du bureau d’étude : « Non mais on a réfléchi à l’esthétique« . Un doigt se promène sur la carte : « On pense mettre des jardinières là et pis là« . La voix préfectorale : « C’est du bricolage ! »
Long débat sur le charme des pierres de bord de trottoir, sur celui des vieilles grilles des caves, sur la couleur « passe partout » de l’enrobée résiné qui marquera les croisements. Il est vrai qu’on sent les ingénieurs plutôt adeptes de modernité, de lignes droites et de ciment, toutes choses pas forcément compatibles avec l’aspect patiné et ancien du village.
La mairie va donc revoir sa copie et déposer un cahier de doléance à l’accueil. On demande si une nouvelle réunion publique est possible, une fois la copie revue et avant les travaux de surface qui posent problème. On acquiesce du bout des lèvres. Espérons que la promesse sera tenue. Les habitants voient immédiatement un problème majeur qui échappe totalement aux élus et techniciens qui sont le nez dans le guidon. On peut d’ailleurs s’étonner de la date si tardive de la réunion, quelques jours avant le premier coup de pelle. Comme c’est indiqué, il s’agit bien d’une réunion d’information et pas de concertation. Dommage !
Un souvenir me vient un peu plus tard. Une étude paysagére sur les entrées de Mens avait été réalisé sous feu Philippe Richard. Comme beaucoup de ses congénères, elle a dû finir aux oubliettes et se trouver encore dans un tiroir de la mairie. Il serait intéressant de voir si elle parlait du boulevard Edouard Arnaud. J’envoie un mail à Sainte Annette et à Jean Paul 1er à ce sujet !
LE PONT CARTON
Une petite voix : « J’habite de l’autre coté du pont Carton qu’on doit passer à pied pour aller en ville. Certaines voitures roulent à une vitesse folle, j’ai peur pour mes enfants« .
Roulement de tambour de la DDE. On ne peut pas élargir la voie, une passerelle à coté du pont coûterait 200 000 euros. Mettre un passage piéton étroit serait une protection illusoire. C’est pourtant ce qu’on a fait au niveau de l’étroiture du crédit agricole et c’est mieux que rien. . Un ralentisseur en amont du pont alors ? N’y comptez pas, cela créerait un risque pour les voitures ! Et le risque pour les piétons, on s’en fout ??? Et JP1 de conclure : « Faudra attendre une autre phase des travaux…« 
J’objecte : on a bien fait un ralentisseur à l’entrée de Mens venant de Corps en bout d’une grande ligne droite. Réponse DDE : ce ralentisseur ne répond pas aux normes, il est illégal. Pas de chance, ce ralentisseur je le connais bien puisque je l’avais réclamé au maire de l’époque (http://dodiblog.unblog.fr/2007/12/20/ralentisseurs/). Une étude avait été réalisée, étude qui avait d’ailleurs coûté plus cher que les travaux eux mêmes. L’étude aurait donc mené à une création illégale… J’en conclue donc que la « légalité » est à géométrie variable et que lorsqu’il y a une volonté politique forte, les travaux de sécurisation se font !
La DDE est bien la digne héritière des ponts et chaussées. Le trafic routier avant tout. Bagnole « über alles » ! La nostalgie des années 70, celle des 16 000 morts par an sur les routes, de feu Pompidou qui déclare « La ville doit s’adapter à l’automobile« . Une route départementale reste une route départementale même au cœur d’un village. Le village n’est qu’un artéfact quasi génant. Enervé je suis !
LA DEVIATION
La question qui tue : « Où en est la déviation ? Elle permettrait vraiment de détourner la plupart des voitures et d’apaiser la circulation dans ce secteur« .
Réponse de Madame le Maire et conseillère générale du canton : « Le projet n’est pas abandonné, non non ! D’ailleurs une nouvelle étude va être menée car on s’est aperçu que la sortie côté route de Monestier se faisait dans un virage sans visibilité« .
Bon, on reste poli ! Comment dire ? Il y a donc déjà eu au moins trois études sur le sujet et d’un coup on s’avise : « Ben merde, la sortie elle est dans un virage, on l’avait pas vu. Faut qu’on refasse une étude !« 
On peut comprendre que le conseil général ait d’autres priorités, les temps sont durs, les budgets limités. Mais il ferait mieux d’avoir l’honnêteté de dire que le projet est sous la pile pour une décennie et passer à autre chose. Plutôt que de faire patienter le contribuable avec des études bidons qu’il paye avec ses propres  impôts. D’ailleurs il serait intéressant de savoir le cout cumulé de ses 4 (ou 5 ?) études !
Un article datant de 2007, on en était à la deuxième étude… La déviation de Mens
On reviendra bientôt sur ce passionnant dossier sur Dodiblog !!!

Réunion de mi-mandat

Voiçi donc ci dessous, sorti de mes archives, le programme de l’équipe municipale de Mens pour les élections de 2008. Ca tombe bien, il y a vendredi soir une réunion publique à l’occasion de l’arrivée à mi-mandat (et même un peu plus) de l’équipe. Je ne serais pas à cette réunion (on ne peut pas être partout !). Toutes les bonnes volontés sont donc bienvenues pour prendre note des résultats de cette réunion et en faire compte rendu sur ce blog !

Réunion de mi-mandat dans Trièves: politique locale rad8151E

rad31689 dans Trièves: politique locale

radA9FAF

On pourra encore se replonger dans l’ambiance de l’époque avec cette article analysant le programme de l’équipe lors d’une réunion électorale : http://dodiblog.unblog.fr/2008/02/27/premiere-reunion-de-la-liste-pellegrin-compte-rendu-et-commentaires/

En relisant tout cela, on voit que certaines choses ont été réalisés, que d’autres restent à faire.

On pourra notamment poser des questions sur

- La déviation de Mens, l’Arlésienne du village

Voir un article de 2007, époque de la municipalité Gazin : http://dodiblog.unblog.fr/2007/12/09/la-deviation-de-mens/

- La circulation dans le bourg : http://dodiblog.unblog.fr/2011/02/27/mens-village-parking/

Et l’idée de mon copain Claude : http://dodiblog.unblog.fr/2007/12/09/la-deviation-de-mens/

- Le rabattement sur les gares de Clelles et Monestier

Voir un sondage : http://dodiblog.unblog.fr/2009/08/24/navette-clelles-mens/

- L’avancement du projet du Pré Colombon qui avait fait grand bruit au moment des élections : http://dodiblog.unblog.fr/tag/lotissement-pre-colombon/

- Les modes d’accueil alternatifs pour les personnes agées

Pourquoi il serait urgent de piétonniser le Breuil

Pourquoi il serait urgent de piétonniser le Breuil dans Ecologie radC1ADB

Depuis deux trois ans nous constatons une forte augmentation du trafic automobile dans Mens. Ce qui s’explique en partie par l’avènement du GPS. En effet les automobilistes qui passent par Grenoble et veulent se rendre dans le Dévoluy sont maintenant dirigés sur l’autoroute A51 jusqu’à Monestier  de Clermont et ensuite sur Mens, ce qui peut être lourd de conséquences pour la qualité de la vie de notre bourg.

En effet jusqu’alors nous avions évité grâce à notre positionnement géographique  l’asphyxie du village, par la circulation automobile,  contrairement à la grande majorité des bourgs et villages Français.

Un élément fort de la qualité de la vie à Mens était lié à un trafic automobile limité et alimenté essentiellement par les habitants locaux : les voitures ne traversaient pas Mens  pour aller plus loin mais allaient à Mens, avec  une conduite plus adaptée à la cohabitation avec les piétons.

Cette conduite bienveillante des habitants locaux permettait dans le centre bourg qui est mal adapté à la circulation (étroitesse des rues, l’absence de trottoirs)  une cohabitation des véhicules automobiles, avec les piétons, personnes âgées, parents avec des poussettes etc . Il n’en est hélas plus de même avec une augmentation très substantielle du trafic avec des automobilistes extérieures, qui viennent parfois de très loin sont fatigués de la route et n’ont plus qu’une idée en tête, celle d’arriver au plus vite dans leur lieu de villégiature du Dévoluy ou d’ailleurs. Cette situation nouvelle génère des risques aggravés d’accidents et d’augmentation du stress pour les habitants et les touristes. Cela risque aussi d’entrainer une désaffection des terrasses des cafés.

Aussi  la piétonisation du Breuil qui donnerait la priorité aux piétons tout en laissant le passage aux véhicules mais à vitesse réduite ne serait pas une contrainte pour les locaux et quant aux  automobilistes de passage cette traversée à vitesse réduite leur donnerait une image attractive de la vie dans Mens et pourrait les inciter à s’arrêter dans les cafés restaurant ou à revenir en séjour.

Bien sûr la déviation prévue déjà depuis 10 ans qui devrait maintenant être terminée, aurait pu répondre à cette augmentation de trafic, mais le fait de son classement en route départementale en repousse la réalisation pour une durée inconnue.  Des déviations d’agglomérations financées par le Conseil Général il y en a beaucoup et nous ne semblons hélas pas être classés dans les communes prioritaires.

C’est pourquoi  si nous ne réagissons pas rapidement pendant qu’il est encore temps la qualité de la vie dans Mens  où il fait bon flâner et l’animation du Breuil pourrait si nous n’y prenons garde ne devenir  rapidement  plus qu’un souvenir et l’expression d’une nostalgie.

Claude Brand

Législatives partielles : je ne voterai pas Marchiol !

Législatives partielles : je ne voterai pas Marchiol ! dans 2010 legislative partielle rad50F31

J’ai assisté à la réunion Mensoise de Fabrice Marchiol, candidat UMP pour ces législatives partielles de notre 4ème circonscription mardi 11. Là aussi, je mélange allégrement mes notes et remarques perso…

Réunion largement annoncé par un tract largement distribué. Une salle Mesnil bien pleine avec environ 40 personnes dont une petite moitié de têtes connues. 

LE CANDIDAT

Un candidat qui arrive un peu en retard, revenant de trois autres réunions dans tout le canton. D’emblée à l’aise, belle diction, clarté des idées et des positions, plutôt rigolo.

36 ans, il se présente comme un Gaulliste irréversible qui rejette à la fois l’ultra libéralisme et le socialisme. Il insiste sur le coté social du gaullisme. Un peu anachronique pour quelqu’un né en 1973 alors que le général est mort en 1970, mais pourquoi pas ? Il commence par un coup de chapeau à Didier Migaud réélu avec 70% des voix en 2007.

Il a commencé sa carrière au cabinet de Bernard Saugey, ancien président du conseil général de l’Isère. 

Élu maire de la Mure en 2001 à l’age de 27 ans avec 57% des voix au second tour et réélu en 2008 au premier tour avec 67% des voix. Quoiqu’en disent mes copains de gauche, il ne doit tout de même pas être complètement nul !

Il insiste sur l’importance du rôle local autant que national du député. Quelque soit le résultat de l’élection, il n’y aura pas de changement de majorité à l’assemblée. Il ne faut donc pas seulement voter par déception du Sarkozysme ou nostalgie de Migaud.

Il explique clairement qu’en cas d’élection, il démissionnera de son mandat de conseiller régional (pour lequel il vient juste d’être réélu…) pour garder celui maire de la Mure.

Image de prévisualisation YouTube

Pourquoi a t’il choisi un homme comme colistiers ? Il n’a pas voulu céder au phénomène de mode consistant à associer un homme et une femme, un urbain et un rural etc. Il a don choisi le plus compétent : Roger Pellat Finet, conseiller général de Monestier de Clermont, membre du conseil économique et social, ancien président de la CCI de Grenoble. Question que je me pose : n’aurait il pas choisir par exemple la dynamique Frédérique Puissat, maire de Château Bernard et présidente de la CDC de Monestier de Clermont ? Elle aurait assuré la parité, fait tout aussi joli sur la photo et peut être mieux incarné la relève, son slogan de campagne !

Je devance la critique en rappelant qu’on a pas fait mieux avec feu le Modem lorsque j’étais candidat suppléant en 2007. Le candidat était aussi un homme.

LE PROGRAMME

Il envisage de créer un conseil de circonscription souple, informel et réactif comprenant les conseillers généraux et maires de chef lieu de canton, avec au cas par cas des membres  du monde économique ou associatif. Pas bête !

Un petit mot sur la circonscription, la plus vaste de France (à vérifier), ses 108 communes qui s’étagent de 193 à 4103 mètres.

Un mot sur la réserve parlementaire, une somme d’argent attribuée à chaque député qui en dispose à sa guise. Traditionnellement plus importante pour les députés de la majorité que ceux de l’opposition, de même pour ceux de la commission des finances. Migaud qui était son président disposait de 2.8 millions, celui de la 8ème circonscription de 14 fois moins !

L’autoroute A51 : il est pour, c’est clair. Si on est pour, on vote pour moi, sinon on vote contre. C’est donc ce que je ferais! Plus rapide, plus sur, on protégera les villages traversés par l’autoroute, il faut donc finir ce dernier tronçon. D’ailleurs la commission pour le débat public s’est prononcé pour. Roger Pellat Finet a obtenu le financement à 100% de cet autoroute par les sociétés concessionnaires (à vérifier…). Il ne coûterait donc rien au contribuable. On cite encore le développement de la zone artisanal de Monestier depuis l’arrivée de l’autoroute. Chacun a son idée sur le tracé idéal, est ou ouest de Gap, l’important c’est de la faire !

Là dessus, la maire de Monestier explique comment son village va mieux depuis l’arrivée de l’autoroute, celle de Corps comment son village irait mieux si l’autoroute était achevé. Je discute avec elles à part après la réunion et les deux m’affirme qu’une déviation mangerait tout le terrain constructible à Monestier et n’est pas techniquement réalisable à Corps.

Pas un mot dans tout cela sur le train.

Les canon à neige: il est pour si les circonstances s’y prêtent.

Il ne sera pas un député godillot. Il faut voir l’homme, pas l’étiquette. Pas godillot certes mais membre du groupe UMP, sous la férule du charmant Coppé, notre président candidat pour 2017 – 2027 ! Et donc appelé à voter la grande majorité des lois. Il n’a pas l’étiquette UMP pour cette campagne mais il l’avait il y a encore quelques semaines pour les régionales ou il était tête de liste pour l’Isère.

Il est contre le bouclier fiscal (fort bien !) mais n’est pas choqué quand on parle de karcher à propos des banlieues. Et là, je lui conseille de lire La loi du ghetto de Luc Bronner ! Il est contre le port de la burka, on marche à visage découvert en rique. D’accord avec lui mais il eut été beaucoup plus simple de faire une loi technique comme on fait les Belges sans introduire les questions religieuses dans le débat.

CONCLUSION

Un abord sympathique et dynamique. Je ne doute pas de sa distanciation avec la méthode Sarko, il l’avait déjà exprimé en 2007 au moment du Sarkozysme triomphant. Mais il ne pourra cependant pas échapper à l’étiquette ! Il semble gérer sa commune à la satisfaction de la majorité des habitants.  Mais il est étonnamment indifférent aux questions écologistes pour un homme de son âge. La question de l’autoroute est éliminatoire à mes yeux. Je le soupçonne cependant de pouvoir faire des réalisations écologiques par pur pragmatisme et beaucoup plus vite que beaucoup de grands théoriciens de la chose. On verra cela prochainement avec l’auto-partage…

Je ne voterais pas pour lui.

Législatives partielles : je ne voterai pas Battistel !

 

Législatives partielles : je ne voterai pas Battistel ! dans 2010 legislative partielle radC29B1

J’ai assisté lundi 17 à la réunion publique de Marie Noelle Battistel à Clelles. J’avais zappé la réunion de Mens dont la pub avait semble il été faite après plutôt qu’avant, d’ou un très faible nombre de gens au courant au delà du cercle des initiés… Voici donc le compte rendu de notes prises à la volée. J’y expose aussi mes commentaires et points de vue, après tout c’est mon blog !!!

On démarre avec environ 30 personnes, presque toutes du coin. On note la présente d’André Vallini, président du conseil général de l’Isère, de Sainte Annette, maire et conseillère générale de Mens, des présidents des CDC de Mens et Clelles, Marcel et Samuel.

Samuel ouvre le bal en accueillant la candidate. A ce propos, on peut déplorer l’absence de la maire et du conseiller général de Clelles. Je trouve qu’il serait républicain d’accueillir chaque candidat venant sur son territoire, même si on ne partage pas ses opinions politiques, quitte à s’éclipser au début de la réunion. Pour ne pas faire de jaloux, la même remarque peut s’appliquer à Annette et Marcel qui aurait pu venir saluer Fabrice Marchiol à Mens. Fermons la parenthèse…

radA4ECB dans Politique nationaleMarie Noelle Battistel (on va dire MNB pour faire court) se présente. Maire de la Salle en Beaumont depuis 1998, suppléante de Migaud depuis 2007 et conseillère régionale depuis les dernières élections. Elle gère également une petite entreprise de transport scolaire avec 6 employés à temps partiel. Elle décrit la circonscription: 60% d’urbain pour 40% de ruraux, on peut s’attendre à 35% de taux de participation pour cette élection mobilisatrice.

Première impression : concentrée mais nettement moins de charisme que Marchiol. Ferait une députée sérieuse mais sans doute pas, sauf très grande surprise, un leader de l’assemblée.

Elle veut travailler dans la continuité de Didier Migaud (on sent passer à ce moment dans la salle une sorte de souffle divin…). Il n’y a qu’une seule femme députée dans l’Isère et deux en Rhone alpes, faudrait des renforts. Contrairement à l’affreux Marchiol (je caricature un peu), elle forme avec son suppléant une paire homme-femme et urbain-rural. Elle souligne l’impact de l’élection au niveau national : ce sera un signal d’approbation ou non de la politique de Sarko.

rad932ECMichel Baffert, le suppléant. Un physique très « 3ème république radicale ». Nouveau maire de Seyssins après la démission de Didier (nouveau souffle divin…) après avoir été son premier adjoint. Socialiste depuis le 2 janvier 1977 (ça ne nous rajeunit pas…), enseignant retraité (original pour un candidat socialiste…). Vice président de la métro, en charge de la gestion du personnel, de l’éducation, de la lutte contre les discriminations etc etc ! Remarque de notre Annette : et il aime beaucoup les bouffettes de Mens !!!

radA4367On passe aux questions

 

Les retraites :

MNB : le projet du PS est en voie d’élaboration et sera dévoilé après celui du gouvernement. Mais André Vallini (on va l’appeler Dédé pour faire court) est plus au courant.

Dédé : le gouvernement devrait changer l’assiette des cotisations, l’élargir au revenu financiers et pas seulement de façon cosmétique. L’âge légal de la retraite devrait rester à 60 ans mais la durée de cotisation pourrait augmenter en fonction des métiers. Là, j’aime bien son coté centriste. Il ne faut pas se précipiter, les prévisions du COR (Comité d’Orientation des Retraites) sont à 2050, ce qui est beaucoup trop lointain. Là, je me dis que si Sarko fonce trop, je me rappelle que Jospin n’a pas eu le courage de décider quoique que ce soit pendant 5 ans !

L’Europe 

Toujours Dédé :L’Europe a toujours progressé suite au crise.  Il est fédéraliste et partisan d’un gouvernement économique européen. Il est donc pour le droit de regard de la commission Européenne sur les budgets nationaux même si ses copains soc ne le sont pas tous. Bravo Dédé !

La réforme de la justice

Encore Dédé (là c’est normal, c’est son truc !). La commission d’Outreau, dont il était le président a proposé la collégialité de l’instruction, il est donc scandalisé par le projet de suppression du juge d’instruction. Il aime beaucoup travaillé avec Michel Alliot Marie, il détestait Rachida Dati : une petit intrigante !

La réforme des collectivités locales

MNB rale contre la suppression de la taxe professionnelle tout en admettant que la fiscalité locale est obsolète. Puis elle passe la parole à Dédé. Là il commence à monopoliser la parole Dédé !

Il nous explique donc le mode d’élections du futur conseiller territorial appelé à remplacer les conseillers régionaux et généraux dans les conseils régionaux et généraux. Il y avait une proposition d’introduire 20% d’élus à la proportionnelle mais elle a été abandonné. Le mode d’élections sera uninominal à 2 tours comme pour les conseillers généraux. L’UMP a abandonné l’abominable projet d’élections à un tour en s’apercevant que la gauche pouvait être majoritaire dès le premier tour.

Le nombre de conseiller pour l’Isère passerait de 58 à 40 environ. Ce qui ferait une moyenne de 25 à 30 000 habitants par élus. On risque donc de se voir imposer une circonscription sud Isère beaucoup plus large que le Trièves et incluant la Matheysine, le Beaumont etc. Sur ce coup là, je me demande s’il n’y a pas un peu d’affolement volontaire. Les territoires ruraux sont traditionnellement sur-représentés. Clelles a un conseiller général pour 1500 habitants quand certains cantons de Grenoble en compte au moins 10 fois plus. On peut donc penser que le Trièves, qui est l’un des 13 territoires de l’Isère, aurait au moins un élus pour ses 9500 habitants.

Il insiste sur la tache démesurée du futur conseiller territorial qui devra siéger à la fois à la région et au département et qui devra donc avoir entre 200 et 300 commissions dans les conseils d’administration des écoles, des maisons de retraites etc. Là, il faudra que Dédé nous explique comment il fait pour être à la fois président général de l’Isère et député. Pour ma part, je suis pour la suppression du département qui nous oterait une couche administrative inutile et obsolète.

Il est pour une révision cadastrale e la taxe d’habitation « au fil de l’eau ». On ne cherche pas à savoir s’il y a une nouvelle salle de bains mais on fait le point sur l’état des lieu au moment de la vente du bien. Pas con ! Il propose d’introduire une part de prise en compte des revenus sur cette taxe et pas seulement la valeur locative. Pas con non plus.

L’A51 : nous y voilà !

MNB : (tiens , je l’avais oublié) : elles est infinancable et pas rentable. Elle est pour un aménagement des 75 (pardon 1075) et 85. D’accord et j’ajouterais aménagement en commençant par les déviations de village et se terminant par les améliorations de chaussée, type voie de dépassement. Sinon la route devenant plus attractive entraînera une asphyxie encore plus importantes des communes traversées.

Ensuite petit débat interne entre Dédé, toujours en forme et Samuel Martin sur l’intercommunalité. Dédé est pour le maintien des compétences des communes en l’état alors que Samuel plaide pour une action renforcée des CDC. Finalement, il ne veut pas changer grand chose Dédé.

La fusion des 3 CDC du Trièves

Dédé, encore et toujours ! Il est pour la fusion à fond.

MNB nous explique que, vu le contexte des élections cantonales approchant en 2011, beaucoup pensent qu’il est urgent d’attendre. Sur le coup, je pousse une gueulante du fond de la salle. On nous a déjà tenu le même discours fin 2007 en expliquant qu’il y aurait de nouveaux élus municipaux en 2008. Puis il y aura les présidentielles de2012 et 2013 sera avant les municipales de 2014 et on repartira pour un tour. Dédé m’approuve.

Sainte Annette nous explique que le SAT va disparaître faute de financement, que va t’on faire de ses compétences, notamment en matière culturels ? On évoque la possibilité d’une fusion anticipée Clelles -Mens. Là dessus, le maire de Saint Michel les Portes devient tout rouge et menace de faire sécession vers Monestier. On parle aussi du risque de sécession du canton de Monestier vers Grenoble.

La polémique

Je termine par un petit tête à tête avec MNB. Je lui demande son point de vue sur son absence à l’émission de télégrenoble (voir : Débat de télégrenoble : la polémique).

Le cumul 

Je lui ai encore demandé ce qu’elle comptait faire de tous ses mandats.

Réponse : La salle en Beaumont étant une petite commune, la loi ne l’oblige pas à abandonner son mandat de maire, elle prendra sa décision après l’élection. Or je sais, en voyant mon collègue maire de Tréminis, que gérer une petite commune est déjà un boulot considérable.

Après la réunion je me suis aperçu qu’elle était encore présidente de la CDC de Corps. J’ai donc téléphoné à sa permanence (04 76 70 15 15) pour demander si elle comptait se maintenir là aussi. On m’a dit ne pas être au courant de sa décision. Là également, je vois l’agitation suscité par le poste de président de CDC chez notre ami Marcel.

Je pense que vouloir cumuler un poste de conseiller régional, de député, la gestion d’une commune et d’une CDC plus celle d’une petite entreprise est tout simplement délirant et inacceptable. Didier Migaud était un grand cumulard (député, maire de Seyssins, président de la métro) mais avait sans doute une capacité de travail et d’organisation hors du commun. N’est pas Didier Migaud qui veut… La loi permet encore ce genre de situation (les communes de moins de 3500 habitants et les intercommunalités ne sont pas comptés dans les 2 mandats autorisés). Il faut rappeler que le parti socialiste s’est prononcé contre le cumul des mandats ! C’est donc aux électeurs de se prononcer et de voter contre ceux qui s’obstinent dans de tels comportements.

radA4225Que dire ?

Dédé : il est brillant, a des idées presque centristes teintées d’un zeste d’immobilisme sur certains sujets. Beaucoup de neurones mais il lui en manque défitivement un : celui qui dit STOP. Dédé, quand on soutient une candidate, on est derrière elle et pas devant. Sinon on l’efface, on l’écrase, on l’a ridiculise ! Tu semblais être le candidat et elle la suppléante ! Ça peut passer pour le militant convaincu, c’est dévastateur pour le quidam qui vient se renseigner !

La candidate du coup, je l’ai peu entendu. Certainement sincère mais pas décoiffante. Un programme pas décoiffant non plus, pas grand chose sur l’écologie, ça sent le socialisme à l’ancienne.

Je ne voterai pas pour elle.

Une ligne de tram à Mens

tram.jpg

Vue d’artiste de la future ligne… Le Breuil de Mens en 2009 !

Les élections municipales sont passées et les nouvelles équipes sont en place. On se rappelle que la campagne, sous l’impulsion de la dynamique équipe de Mens action – Trièves passion, fut placée dans le cadre de l’écologie et du développement soutenable.

Les premières mesures allant dans ce sens commencent donc à être annoncées. On murmure qu’un projet d’une ou plusieurs lignes de tram seraient à l’étude pour la commune de Mens.

Le projet:

La ligne A, d’une longueur de 2460 mètres, joindrait les Levas à la déchetterie avec des arrêts à Levas Bas, la poste, la maison médicale, les écoles, le Breuil et la place de la mairie. La rame pourrait faire demi tour en prenant le circuit de la déchetterie. Cela éviterait de réaliser un ouvrage spécifique et permettrait aux passagers de jeter leurs déchets dans les bacs adéquats sans descendre de voiture pendant l’avancée de la rame à vitesse réduite. Toujours dans un souci d’écologie, les rames descendant la cote des Levas enverront du courant dans les lignes pour celles la montant.

Chaque rame sera composée de 7 voitures articulées permettant de transporter 82 voyageurs assis et 254 debout plus le conducteur. Cette ligne circulerait de 5 heures du matin à minuit avec une rame toutes les 6 minutes en journée et une toutes les 3 minutes en heure de pointe. Cette légère surcapacité initiale permettra d’absorber aisément l’augmentation de population prévisible pour les années à venir.

Une ligne B serait d’or et déjà à l’étude. Elle relierait Pouillane à la salle des Sagnes avec possibilité de changement avec la ligne A à l’arrêt du Breuil.

plantram2.jpg

Cliquez sur le plan pour l’agrandir

Le calendrier:  

Les travaux de la ligne A commenceraient dès la rentrée de Septembre pour une ouverture programmée au printemps 2009. Pour la ligne B, on parle de 2010. A plus long terme, on envisage la prolongation de la ligne vers Clelles et Monestier avec une possibilité de raccordement au réseau de l’agglomération Grenobloise à l’horizon 2020.

Les coûts :

Les premières études chiffrerait le montant des travaux à près d’un milliard d’euros. Cette somme qui peut paraître élevée est justifiée par la présence sur le site d’argile bleue. Celle ci obligerait à décaisser le terrain sur plus d’un mètre de profondeur avant de poser les traverses. Un problème similaire a été rencontré lors des études concernant la déviation. Voir: La déviation de Mens

Le financement : 

Dans le cadre du Grenelle de l’environnement, l’Europe, l’état, la région Rhones alpes et le département de l’Isère se seraient engagés à financer le projet à hauteur de 5% chacun. Ce qui ne laisserait à la commune de Mens qu’une somme de 800 millions d’euros à rembourser. Un emprunt à un taux de 5% sur une période de 250 ans serait sur le point d’être accepté. Des simulations informatiques effectuées par Jérome Kerviel montre qu’une gestion rigoureuse permettra de limiter la hausse des taxes locales à 18% par an pendant le premier siècle de remboursement.

Le mot de la fin :

On ne peut que féliciter les nouveaux élus de la rapidité et de l’audace de leurs premières décisions. Ce projet fera de Mens la plus petite commune d’Europe à posséder son propre réseau de tram. Cela ne peut que renforcer l’image avant-gardiste et éco-citoyenne de la commune et du Trièves.

Elections à Mens: notre programme

Voici le texte que nous avons envoyé aux Nouvelles du pays le 10 janvier pour publication début de ce mois.

Vous pouvez également le retrouver sur notre « blog officiel de campagne »: http://menselections.unblog.fr/

Notre programme s’est précisé depuis. Vous pourrez y suivre notre campagne électorale au cours des semaines à venir.

 —————————————

ELECTIONS A MENS 

Une quinzaine d’habitants du Trièves, de toutes opinions, se sont réunis pour parler du futur de Mens et de sa région dans le cadre des futures élections. Ils se sont mis d’accord sur une première série d’actions, indiquées ci dessous, qu’il leur parait important de voir mises en oeuvre au cours des prochaines années. Au 10 janvier, date limite d’envoi aux nouvelles du pays pour publication début février, nous étions prêt à discuter de ces projets avec les candidats déclarés. Un certain nombre d’entre nous étaient également volontaires pour être inclus dans une liste afin d’y défendre leurs idées. Si cela s’avérait impossible, certains pourrait constituer une liste autonome même incomplète. Vous pouvez suivre l’avancement de leur projet sur: http://menselections.unblog.fr ou en téléphonant au 04 76 34 89 07.

Olivier Dodinot

LES GRANDES LIGNES

Nous soutenons un fonctionnement simplifié et transparent avec une implication de la population pour la commune et la communauté de commune qui sera appelé à fusionner. Le dialogue devra être noué avec les adolescents et le projet d’hôpital local mené à bien. Le développement des surfaces commerciales sera maîtrisé, l’activité artisanale et touristique encouragée. Nous favoriserons l’accession à la propriété à coût raisonnable. Nous proposerons une alternative au tout voiture. La limitation de la consommation d’énergie et de production des déchets sera une priorité. L’assainissement des eaux devra être réalisé au meilleur coût.

FONCTIONNEMENT DE LA COMMUNE DE MENS

Elections à Mens: notre programme dans 2008 municipales img2759small

Faire réaliser une analyse financière annuelle par le trésor public pour un calcul de l’impact fiscal des projets. Création de commission urbanisme, assainissement et jeunesse. Appel répété au public pour la participation à toutes les commissions tout au long du mandat. Rapprochement avec des communes de pays avoisinants pour un jumelage éventuel dans l’optique d’échanges linguistiques et culturels. Mise en ligne des rapports importants sur le site de la mairie (comme par exemple les études sur la déviation). Et classement par thème des informations sur ce site pour une meilleure visibilité (Exemple: hôpital local, assainissement…). Information immédiate sur le site internet et sur les panneau lumineux en cas d’événements imprévus (coupure d’eau…). Bonne collaboration avec majorité ou opposition. Tribune pour “l’opposition” dans le journal de Mens
 

FONCTIONNEMENT DE L’INTERCOMMUNALITE trieves2.jpg

Fusion des 3 Communautés de communes de Monestier, Clelles et Mens. Cela est cohérent avec la création du territoire Trièves par le conseil général. Cela apporterait un supplémént de 150 000 euros par an pour le territoire par la Dotation générale d’équipement. Cela permettrait d’éviter d’avoir un empilement de 3 structures (communes, communautés de communes, Syndicat d’Aménagement du Trièves) pour une population de 8500 habitants et donc permettrait d’avoir des économies d’échelles. Cette grande communauté devrait avoir des commissions ouvertes et un site internet bien conçu comme indiqué pour la mairie de Mens  

ASPECTS SOCIO-CULTURELS  

Compétence  à l’aide aux devoirs pour l’accueil péri-scolaire à la maison de l’enfance.  Soutien à la création d’une école de musique sur le modèle de celle de Monestier de Clermont en s’appuyant sur les structures déjà existantes (chapeau percé…). Création d’un espace pour activités en libre service: skate, rollers

PERSONNNES AGEES

Mise en oeuvre de la construction de l’hopital local selon les plans établis. Soutien aux associations d’aide à domicile (SIAD, ADMR) et d’animation (Cueille la vie, Trièves présence)

 

ECONOMIE Nous prenons note de l’ouverture prochaine d’un petit supermarché Casino à Mens. Mais nous nous opposerons fermement durant tout le mandat à l’ouverture d’un grand supermarché qui déséquilibrerait le commerce local. Nous favoriserons un commerce multi-activité. Exemple: un pressing qui ferait les clefs, location de vélo et de vidéo.
Il faudra faire une extension de la zone artisanale, des terrains proches de la première tranche sont disponibles. Les activités compatibles avec l’habitat doivent aussi être encouragées au centre bourg.
Tourisme: création d’une carte Trièves qui offrirait accès à une multitude de services après un paiement unique (transport, visite de terre vivante et du musée du Trièves, location de vélo , visite guidée de Mens…)

LOGEMENT

 img3330small.jpg

Un exemple à suivre !

Avec 54 logements sociaux, la commune de Mens possède 10 % de logements de ce type. Pour le Trièves le taux est de 8%. Le taux de rotation annuel est de 18% , les locataires restent donc en moyenne plus de 5 ans. Ce nombre de logements sociaux pourraient augmenter légèrement dans les prochaines années par la réhabilitation de logements anciens du centre ville.

Pour désengorger le logement social locatif, nous favoriserons l’accession sociale à la propriété par la création d’un lotissement de “maison à 100 000 euros” sur le modèle architectural de la rue du Ménil à Mens. Petit terrain pour un faible coût du foncier mais exigence sur la qualité écologique. Nous soutiendrons la création en centre ville de logement pour personne âgées dépendantes.


TRANSPORT, DEPLACEMENT
 
 1 – DANS MENS

img3333small.jpg 

            Les étroitures                                                       

Protection des piétons aux étroitures de Mens en commençant par celle du crédit agricole. Attache vélo à différent endroits de Mens, parking vélo à l’école . Devis sur une borne de recharge électrique pour vélos et voitures électriques. Etude approfondie du cadastre et recréation éventuelle de parcours piétonnier dans Mens. Stationnement alterné rue docteur Senebier pour y ralentir le trafic . Meilleur signalisation des parkings excentrés.La déviation: une réalisation au meilleur coût devra être faite avec l’aide du conseil général.

img3334small.jpg

Parking à vélo?

2 – DANS LE TRIEVES

Nous proposons un rabattement par taxi sur les gares de Clelles et Monestier comme dans le canton de Clelles si la ponctualité des TER Grenoble-Clelles devient acceptable. Nous soutiendrons la création d’un site de transport & covoiturage et le lancement de l’autopartage sur Mens.


ECOLOGIE  
Les réseaux actuels sont très anciens avec un taux de fuite de 40% à améliorer. Le cout de l’assainissement des eaux usées par filtre à roseau est d’environ 400 euros par habitants hors réseau. Un systéme décentralisé permettrait sans doute de limiter les couts.Nous viserons un programme d’économie d’énergie dans les batiments publics. Nous planterons un rideau d’arbre pour masquer la zone artisanale des terres du ruisseaux très visible du bourg. Nous veillerons à une meilleure esthétique de la seconde tranche de cette zone. Nous multiplierons les plateformes de compostage afin de diminuer le volume et le cout des ordures à traiter.

12



Vivre la République du Progrès |
l'avenir vue par un militan... |
LCR Section Calaisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rassemblement des français
| Les lumières en héritage
| L'Afrique de toutes nos forces