Résultat pour la recherche 'france'

Quand le soleil quitte l’eau de l’herbe

Nous sommes particulièrement ravis de vous annoncer la projection de « Quand le soleil quitte l’eau de l’herbe » à Clelles au mois de décembre. Cette soirée sera l’occasion pour les personnes ayant participé au financement sur Helloasso de recevoir leurs contributions. 

Pour ceux qui habitent loin, n’hésitez pas à me le faire savoir pour organiser l’hébergement.

 Bien amicalement,
 L’équipe du film 
Quand le soleil quitte l’eau de l’herbe
le 2 décembre à 18H30 
au cinéma Jean Giono à Clelles
 suivi d’une rencontre & d’un pot au Bistrot de Clelles

Réalisation : Natacha Boutkevitch ✷ Prise de son : Noëllie Ortega ✷ Design sonore et musique : Gilbert Gandil

Le film invite à suivre le biais, la draille, le mouvement qui vient nous dire la relation fine et étroite entre les animaux, les éleveurs et le territoire. Il nous immerge dans une expérience organique et sensorielle, parfois onirique, où l’animal donne le tempo. Et quand l’être humain apparaît, c’est pris par sa passion du vivant, dans le rythme des brebis et agneaux, chiens de conduite et de protection, chevaux. Des Alpes au sud de la France, nous suivons le quotidien des animaux, de la naissance à la mort, dans les temps de transhumance, d’estive et d’hivernage. Pierre, Henri, Isabelle, Bernard, Matthias et Aline, ces bergers /éleveurs sont traversés par une expérience commune, celle de la domestication. Ils ajustent leurs pas à celui des animaux rassemblés en troupeau et nous font éprouver cette intelligence modelée par la relation au vivant où la séparation entre l’animal et le non animal n’a plus cours. 

Le film est soutenu par le Conseil régional Auvergne Rhône Alpes – CDDRA Alpes-Sud-Isère, le Conseil départemental de l’Isère, Brouillon d’un rêve audiovisuel de la SCAM, l’aide à la création de musique originale de la SACEM, le Crédit Mutuel, la Communauté de communes du Champsaur, la Réserve Parlementaire de la Députée Marie-Noëlle Battistel, L’association Histoire et Patrimoine de Gresse-en-Vercors
 06 31 05 56 37

Au bistrot

Hebergeur d'image

Le Samedi 4 : Concert de Sugar      Cane. C’est du Blues, c’est prix libre, et bien sûr y’a à manger !

Le jeudi 9 : Concert Les        Obsédés du Monde : c’est de la chanson, de la poésie chantée        sans détour qui laisse parfois        jaillir les larmes, mais sans jamais oublier d’en rire ! De quoi        se réchauffer le cœur, et peut-être        d’autant plus de l’intérieur que nos trois larrons, sont        originaires du Nord de la France.         Avec une grosse et une petite guitare en bois, une trompette et        leurs trois voix c’est un moment        spontané et généreux qu’ils vous invitent a partager.

C’est        toujours à 20h, soirée Tapas en même temps, et toujours prix        libre

Le mercredi 15, lancement du Biau        Panier au Bistrot ! Faites vos paniers sur leur site internet,        et venez les chercher au Bistrot les mercredis de 16h à 18h

Le samedi 18, Scene Ouvert organisée        par Opus News ! Venez pousser la chansonnette ! à partir de 18h        pour réviser vos classiques.

Le samedi 25, conférence gesticulée, Le        textile ça tombe du ciel ? Suivi d’un atelier de partage et        discussion le

Dimanche 26, à 10h

Et        vous avez déjà peut-être eu la chance de goûter sa cuisine,        depuis peu nous accueillons Vincenzo en cuisine ! Attention les        papilles, l’Italie arrive dans le Trièves. Merci de lui réserver        le meilleur accueil :)   Et on souhaite bon vent à Remi qui s’en        va pour être encore plus proche des montagnes, et à Matthias qui        lui s’envole vers d’autres contrées.

A        bientôt par chez nous,

L’équipe du Bistrot de la Place

Oncle Vania

Théâtre

Dimanche 5 novembre, 17 heures

Salle Giono, Clelles

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

Oncle Vania, une pièce de Tchekhov

Théâtre par la Compagnie Lune Prune, mise en scène de Michel Dibilio.

Parmi les pièces de Tchekhov, Oncle Vania est une des plus rythmées, pleine de suspense et d’humour. Elle raconte la fin du séjour d’été mouvementé du professeur Sérébriakov et de son épouse Eléna chez leur beau-frère Ivan Voïnitski, l’oncle Vania.

Les personnages, autant que leurs relations, sont complexes et subtils. Les bonheurs possibles des uns et des autres s’entrecroisent sans jamais se trouver.

La pièce est une succession d’instants de vie. Les personnages sont touchants par leurs défauts, leurs qualités et leurs souffrances.

Les accents de vaudeville de cette pièce sont trompeurs. Car elle croise, derrière la comédie de mœurs, toutes les interrogations du dramaturge au soir de sa vie, alors qu’il pressent les bouleversements majeurs que va connaître la Russie : nous sommes en 1897, sept ans avant la mort de Tchekhov et vingt avant la révolution d’octobre.

Réservations au 06 09 85 71 50

Tarif : 12 euros - 8 euros (étudiants, demandeurs d’emploi)

 

Notes de mise en scène

Ce qui me séduit dans l’œuvre de Tchekhov, c’est la tendresse et la pudeur pour les hommes en général. L’absence de vulgarité.

Avec lui, nous arrivons à un tel degré de pénétration dans la vie des personnages qu’ils cessent d’être des personnages. Ils deviennent nous-même, c’est à dire des gens ordinaires, pas des héros de fiction.

Il m’est impossible de penser mise en scène, « écriture scénique ».

Les artifices théâtraux ne marchent pas avec Tchekhov. La pluie, les orages tonnant sur scène deviennent factices.  Ainsi que la démarche solennelle des acteurs, ou leur inspiration affectée.

Il faut aborder Tchekhov avec modestie, frapper à la porte et essayer de rentrer dans son univers, de se faire inviter, d’être admis dans la tribu et partager le malheur d’être.

Il ne faut pas s’y tromper, la modestie des pièces de Tchekhov n’est qu’apparente.

A travers la psychologie de ces personnages, nous assistons à une leçon de chose qui nous fait rencontrer des catégories sociales, des problèmes et des évènements historiques.

Et l’on se rend compte que l’univers de ces pièces « où il ne se passe rien » nous livre un extraordinaire témoignage social et humain.

On ne peut pas représenter Tchekhov, on ne peut que le vivre.

C’est ce travail que j’ai voulu partager avec le public et les comédiens.

Michel DIBILIO

Vive l’Europe !

Hebergeur d'image

Romania : http://www.remede.org/documents/en-direct-de-cluj-napoca-audrey-fiere-d-etudier-medecine-en-roumanie.html

France : https://www.egora.fr/actus-pro/etudes-de-medecine/33572-stages-inutiles-salaire-de-misere-classement-absurde-les-externes

Autochtone

Hebergeur d'image

Jadis, l’Onchette constituait une bonne partie de l’encépagement du vignoble du Trièves, du Beaumont et du Valbonnais où l’on retrouve encore quelques souches centenaires. En 2009, l’association Vignes et Vignerons du Trièves se lançait dans une démarche de reclassement au catalogue national des variétés de vignes cultivées en France de ce cépage. Le protocole expérimental a duré 8 ans. Les greffons d’Onchette furent prélevés au conservatoire de l’INRA du Domaine Vassal à Marseillan. Les plants ont été mis en terre dans deux parcelles différentes, une à Prébois et l’autre à Mens. En 2013, nous récoltions les premiers raisins et jusqu’à la vendange 2015 nous avons vinifié l’Onchette à part afin d’analyser son potentiel aromatique et organoleptique. Il s’agissait bien sûr de micro-vinification souvent difficiles à mener à bien. En septembre 2015, la commission du CTPS, venue à Prébois pour l’occasion, donnait un avis favorable au reclassement et la phase administrative finale s’engageait. C’est en avril 2017, que nous avons enfin eu la bonne nouvelle : la culture de l’Onchette était à nouveau autorisée en France…. Aujourd’hui, j’ai le privilège et l’honneur de pouvoir vous proposer en exclusivité la mini-cuvée 2015 d’Onchette baptisée « Autochtone ».

Ce protocole de reclassement incluait la plantation d’autres variétés de vigne d’aptitudes culturales diverses et connues dans le but de comparer et d’établir celles de l’Onchette. Nous avons ainsi planté du Persan, de la Douce noire, du Joubertin, du Durif, du Gamaret, etc. Nous avons pu créer ainsi un véritable conservatoire de cépages de l’arc alpin et je peux aujourd’hui vous proposer également un assemblage de Persan et Gamaret issu des vendanges 2015 et baptisé « Conservatoire ».

Pour plus de détails sur les cépages : http://vignerons-trieves.com/les-cultures/vignes/les-cepages/

Autochtone :  Couleur assez soutenue, robe framboise, reflet fauve et mauve. Approche tourbée et réduction empyreumatique, évolution bouquetée et épicée. Bouche nerveuse, structure patinée, tanins secs. *

Conservatoire : Couleur soutenue, robe rubis, reflet acajou. Boisage fondu, expression intense et capiteuse, fruit épuré, notes fleuries et empyreumatiques. Bouche fluide et élégante, précision minérale et légèreté de structure. *

*dégustation du 24 mai 2017 faite par Olivier Turlais.

Bien cordialement,

Samuel Delus

Revue de presse

Hebergeur d'image

Jeudi 12 oct
 
Vendredi 13 oct
+ un petit article dans La Provence
 
 
 
Dimanche 15
 

Nouvelles Renaissances

Hebergeur d'image

La quatrième édition, et dernière, du festival Nouvelles Renaissances du pays de Saint Bonnet le Château, fut un grand succès. Tout d’abord il y eut l’opéra de Mozart (Cosi fan tutte) avec une troupe d’Amsterdam dirigée par le baryton Clément Dionet. Ensuite ce fut au tour de Pierre Bouyer d’offrir un récital de très haute qualité avec Mozart à l’honneur, joué sur une reproduction de Stein, le pianoforte fétiche du compositeur, l’occasion de se rendre compte comment était la musique à son époque. Le samedi 5 août fut le clou du festival avec tout d’abord le matin un concert offert aux enfants par Gérard Caussé (un des plus grand altistes mondiaux jouant avec un Gapsaro da Salo de 1560) et le virtuose d’origine maltaise, Stefan Cassar au piano, à 18 heures Luco Cormerais était présent au vernissage de ses œuvres qui resteront jusqu’au début septembre (à l’occasion il en a vendu deux) et enfin, en une sorte de petite apothéose, le concert de Gérard Caussé et Stefan Cassar qui a quasi rempli la Collégiale de Saint Bonnet, se terminant par trois rappels et une standing ovation.

Ce festival aura permis en quatre éditions d‘écouter et voir des artistes à la carrière internationale (Ryoko Yano, Vladim Tchijik, Myriam Hildber, Guo Gan etc.) et d’exposer à la galerie de nombreux artistes (Pierre Ducordeau, Françoise de Felice, Christophe Charbonnel, Malika Hameur, Zofia Slawoska, Maria Deghilage,Francesco Todo, Riva Boren, Luco Cormerais etc.). Cette aventure qui se termine pour des raisons de départ et non faute d’intérêt, aura trouvé dans sa dernière édition un grand succès enthousiasmant laissant bien des regrets tout en étant en même temps réconfortant.

Loup y est tu ?

Hebergeur d'image

A 8mn 30, un petit reportage intéressant sur le journal national de France 3 du samedi 22 à propos de la présence du loup dans le Trièves (merci François) :

https://www.france.tv/france-3/12-13-journal-national/206571-edition-du-samedi-22-juillet-2017.html

Un interview d’Angelo Longo, notre berger du Trièves suivie d’une autre de la très urbaine présidente de l’association de protection des animaux sauvages, qui ne doit pas voir gambader de loups tous les jours (sans jeux de mots) sur ses trottoirs…

Lou Taissou

Hebergeur d'image

Chers amis, amies, clients et clientes,

Parmi les amateurs de raisin, les plus gourmands ont quatre pattes… Dissimulés dans les broussailles et le long des berges de L’Ébron, entre le torrent et le vignoble, de ci de là, on peut apercevoir leur habitat : la tugne. Si, quelques semaines avant les vendanges, nous ne sommes pas attentifs, et ne parquons pas nos vignes le Taïssou (le blaireau en patois local) vendange allègrement en triant les raisins les plus mûrs… et peut éventuellement ne rien laisser au vigneron!

Les cuvées Lou Taïssou rouge et Lou Taïssou blanc sont issues des vendanges 2015 du vignoble perché du Domaine de l’Obiou, à Prébois. Elles font encore parties des toutes premières vendanges et restent très confidentielles, car une bonne partie des vignes n’était que partiellement en production. Tout juste embouteillées, ces 2 cuvées viennent de passer environ 9 mois en cuve et 12 mois en fut de chêne. Je fais mes vins de façon artisanale dans la tradition paysanne familiale et le respect de l’environnement, je privilégie un processus naturel où l’on laisse au vin le temps de se faire.

Le Taïssou blanc est un assemblage des pinot gris, de gewurztraminer et de rayon d’or. « Sa couleur est affirmée, sa teinte paille, son reflet vert et nacre. Il offre une approche vanillée, une expression travaillée, un fruits compoté et confit, des notes fleuries et cireuses. Une bouche nerveuse, dense et puissante, des aromatiques à la fois tonique et miélée, une minéralité ciselée et une tension tannique. »*

Le Taïssou rouge est un assemblage de pinot noir, de Gamay, de Gamaret et de Marselan. « Sa couleur est soutenue, sa robe framboise, son reflet acajou. Il offre un boisage ostensible, une expression friande, un fruit kirsché, des notes fleuries et épicées. Une Bouche charnue, équilibrée et gourmande. Une définition minérale et une structure souple. »*

*dégustation du 24 mai 2017 faite par Olivier Turlais.

• Vin de France rouge / Lou Taïssou 50 cl / 973 bouteilles / prix (au domaine) : 10 €ttc

• Vin de France blanc / Lou Taïssou 50 cl / 417 bouteilles / prix (au domaine) : 10 €ttc

N’hésitez pas à réserver par retour de mail et à diffuser ce message.

Bien cordialement,

Samuel Delus

PS : Le domaine de l’Obiou est dorénavant doté d’un site internet. N’hésitez pas à faire une visite :

http://domainedelobiou.fr/

Mens Alors 2017

Hebergeur d'image

Bonjour à toutes et tous qui suivez la vie du Festival !

Tout d’abord, un grand merci pour cela !

Et nous voilà donc à un mois de l’événement…

Cette édition du festival Mens Alors ! s’annonce passionnante, décalée et inventive : nous repartons avec vous sur les sentiers des musiques et des croisements de chemins artistiques de notre temps !

Du jazz ? de la chanson ? du classique ? des musiques du monde ? des marionnettes ? des impromptus et des surprises ?

Qu’importe, tant que l’échange, la passion et le partage répondent présents.

Mens se met en quatre pour accueillir artistes et publics dans un environnement d’une beauté apaisante.

Depuis 2003, ce Festival est porté, emballé, vivifié par une grande équipe de bénévoles de tous âges et de tous horizons. Pendant l’année, un petit nombre de passionnés se charge de construire le Festival, sa programmation, sa logistique.

Chaque année Mens Alors ! explore de nouveaux lieux, de nouvelles formes de spectacles, dans l’ouverture vers un public de fidèles, venus de la grande région autour de Mens, d’Isère, de Drôme, des Hautes-Alpes, et de partout en France (voire de l’étranger).

Alors cette année encore, nous sommes heureux de vous accueillir pour partager, échanger, et découvrir !

Du Mardi 8 Août, 19h

au Samedi 12 Août, tard.

12345...62



Vivre la République du Progrès |
l'avenir vue par un militan... |
LCR Section Calaisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rassemblement des français
| Les lumières en héritage
| L'Afrique de toutes nos forces