Résultat pour la recherche 'france'

Page 65 sur 69

Formation de guides-composteurs, compostage domestique

 9 avril 2008, Monestier-de-Clermont, Isère

Organisation: Association Trièves Compostage

Formateurs: Isabelle Leduc et Christian Nanchen

Publics concernés

Techniciens des collectivités publiques ou salariés d’association désireux de découvrir ou d’améliorer sa pratique du compostage domestique et semi-collectif

Particuliers intéressés à améliorer ses connaissances en matière de compostage et désireux de s’impliquer localement pour sensibiliser et former la population de sa commune en collaboration avec un maître composteur

Objectifs de la formation

Connaître les enjeux du compostage domestique et semi-collectif dans la filière déchets de sa collectivité

Acquérir des outils pour améliorer ses connaissances en terme de compostage domestique

Acquérir les outils et compétences nécessaires pour diriger une visite de terrain chez un particulier et pour animer un atelier à un groupe d’intéressés

Formateurs

Christian Nanchen, sociologue, ex-agriculteur, président de Trièves Compostage, Conseiller en compostage depuis 1987, en Suisse, au Québec puis en France depuis 2006, membre du comité national de suivi du Plan National de Soutien au Compostage Domestique

Isabelle Leduc, ingénieur agronome, consultante indépendante depuis 1997, interventions dans le domaine de la gestion des déchets organiques (études préalables, expertises de terrain,…), études technico-économiques des filières déchets (collecte, traitement)

Coûts

Collectivités et habitants du Trièves : gratuit

C ollectivités publiques et entreprises privées : 120 euros/jour

Associations et particuliers: 80 euros/jour ou moins sur demande

Lieu

Salle de la Mairie de Monestier de Clermont, 30 km au Sud de Grenoble et site de compostage du quartier du Hameau du Clos à Monestier de Clermont. La mairie est située à la hauteur de la route de contournement du village (côté Sud), presque en face de la poste.

Accès

Train Ligne Grenoble – Veynes – Gap

Départ de Grenoble jeudi 27 mars 7 h 57, arrivée 8 h 40

Retour 19 h 07 arrivée Grenoble 19 h 56

La salle de la mairie est située à 5 minutes à pied de la gare

Co-voiturage

Une liste des participants vous sera transmise. A vous de faire les contacts nécessaires

Voiture

De Grenoble, soit par la route départementale en direction du col de la Croix Haute, soit par l’autoroute jusqu’à Monestier de Clermont

Nombre de participants

Maximum 15 personnes

Délai d’inscription

Par mail ou courrier auprès de Trièves Compostage juqu’au vendredi 21 mars. Les premiers inscrits auront toutefois la priorité en cas de dépassement du nombre de participants souhaités.

Matériel

Bottes ou chaussure de travail, équipement contre les intempéries. La formation aura lieu quel que soit le temps.

Repas

A la charge des participants

Restaurant à Monestier

Mercredi 9 avril

Formation des guides composteurs

par les maîtres composteurs formés les 27 et 28 mars

et suivi des tas constitués le 27 mars

Formateurs : Isabelle Leduc et Christian Nanchen

9 h 30 Accueil, présentation rapide des participants
9 h 50 Le rôle des guides-composteurs dans le cadre d’opérations de compostage domestique ou collectif mises en place par une collectivité ChN
10 h 00 Echanges entre les participants

10 h 10 Préparation de la visite de terrain :

Maîtres – composteur

Guides – composteur

Préparation de la formation des guides-composteurs de l’après-midi

Les arguments en faveur du compostage domestique

pour les usagers et pour les collectivités

ILChN
11 h Règles de base du compostage, gestion de la place : formation des guides-composteurs par les maîtres-composteurs Intervention dans un jardinQuestions – réponses
12 h 30 Repas
14 h Observations des tests effectués au cours de la première journée : ouverture des tas, commentaires, animation par chaque groupe Au hameau du Clos
15 h 15 Présentation d’outils de communication ChN
15 h 30 Les dysfonctionnements du compostage domestiqueTravail en groupes de 2 : étude de cas et préparation d’un entretien diagnostic
15 h 45 Présentation du diagnostic sous forme de jeux de rôle détaillant le problème et les solutions qui pourraient être apportées pour y remédier
16 h 30 Bilan, évaluation

Formulaire d’inscription :

Nom : …………………………………… Prénom : ………………………………………

Collectivité : …………………………………………………………. Département : ………………………

Fonction : ………………………………………………………………….

Association : ……………………………………………………………. Département : ………………………

Fonction : …………………………………………………………………..

Formulaire à retourner par mail à trieves-compostage@hotmail.com

ou par courrier à Trièves Compostage Place de la Halle 38710 Mens

Coûts : gratuit pour les collectivités et habitants du Trièves, 120 euros/jour pour les collectivités publiques et les entreprises privées, 80 euros/jour ou moins sur demande pour les associations et particuliers.

Chèque à envoyer

à Association Trièves Compostage, Place de la Halle, 38710 Mens

Je souhaite recevoir une facture

Je souhaite payer par virement bancaire et recevoir une facture

Renseignements : Association Trièves Compostage, Place de la Halle, 38710 Mens, 04 76 34 74 85 ou trieves-compostage@hotmail.com

Formation de maîtres-composteurs, compostage domestique et semi-collectif

 Les 27, 28 mars et 9 avril 2008

Monestier-de-Clermont, Isère

Organisation : Association Trièves Compostage

Formateurs: Isabelle Leduc et Christian Nanchen

Publics concernés

Techniciens des collectivités publiques chargés de mettre en place des projets de compostage domestique et semi-collectif

Salariés d’association intéressés à s’impliquer dans cette problématique

Particuliers souhaitant s’impliquer dans la mise en place d’opérations locales de compostage domestique ou semi-collectif

(avec lettre de motivation personnelle ou/et de la collectivité locale en charge de la gestion des déchets)

Objectifs de la formation

Connaître les enjeux du compostage domestique et semi-collectif dans la filière déchets et plus globalement dans la problématique environnementale

Acquérir les outils et compétences nécessaires à la mise en place d’une politique locale de soutien au compostage domestique et semi-collectif

(choix d’une stratégie, politique de communications, enquêtes, ….)

Acquérir des outils pour améliorer ses connaissances en terme de compostage domestique

S’initier à la pratique du compostage semi-collectif

Expérimenter la formation de guides-composteurs

Formateurs

Christian Nanchen, sociologue, ex-agriculteur, président de Trièves Compostage, Conseiller en compostage depuis 1987, en Suisse, au Québec puis en France depuis 2006, membre du comité national de suivi du Plan National de Soutien au Compostage Domestique

Isabelle Leduc, ingénieur agronome, consultante indépendante depuis 1997, interventions dans le domaine de la gestion des déchets organiques (études préalables, expertises de terrain,…), études technico-économiques des filières déchets (collecte, traitement)

Coûts

Collectivités et habitants du Trièves : gratuit

C ollectivités publiques et entreprises privées : 120 euros/jour

Associations et particuliers: 80 euros/jour ou moins sur demande

Lieu

Salle de la Mairie de Monestier de Clermont, 30 km au Sud de Grenoble et site de compostage du quartier du Hameau du Clos à Monestier de Clermont. La mairie est située à la hauteur de la route de contournement du village (côté Sud), presque en face de la poste.

Accès

Train Ligne Grenoble – Veynes – Gap

Départ de Grenoble jeudi 27 mars 7 h 57, arrivée 8 h 40

Retour 19 h 07 arrivée Grenoble 19 h 56

La salle de la Mairie est située à 5 minutes à pied de la gare

Co-voiturage

Une liste des participants vous sera transmise. A vous de faire les contacts nécessaires

Voiture

De Grenoble, soit par la route départementale en direction du col de la Croix Haute, soit par l’autoroute jusqu’à Monestier de Clermont

Nombre de participants

Maximum 15 personnes

Délai d’inscription

Par mail ou courrier auprès de Trièves Compostage juqu’au vendredi 21 mars. Les premiers inscrits auront toutefois la priorité en cas de dépassement du nombre de participants souhaités.

Matériel

Ordinateur portable si possible

Bottes ou chaussure de travail, équipement contre les intempéries. La formation aura lieu quel que soit le temps.

Repas

A la charge des participants

Restaurant à Mens et Monestier

Logement

Une liste d’établissements vous sera transmise sur demande (voir fiche d’inscription)

Programme des 3 jours de formation

1ère journée – jeudi 27 mars

Formateur : Christian Nanchen

9 h Accueil

9 h 30 Présentation de la formation : objectifs et programmes
9 h 45 Présentation des participants : nom, structure, réalisations en terme de compostage et projets
10 h 15 Les missions du maître-composteur
10 h 45 Visite de deux sites de compostage semi-collectif - compostage de quartier au hameau du Clos, Monestier (déchets verts et cuisine d’un quartier de 25 maisons individuelles) - compostage des déchets de la cantine du collège, Monestier
12 h Déplacement à Mens et repas
13 h 45 Visite du compostage de quartier de Mens et point de collecte(déchets des cuisine du Centre bourg de Mens)
14 h 30 Les règles de base du compostage domestique et la gestion de la place ; intervention à Mens, dans un jardinQuestions – réponses
15 h 45 Retour à Monestier
16 h Exercices pratiques de compostage, en groupe de 3 et 4 personnes :- Compostage en tas, en composteur bois (deux modèles) et en bac plastique – Réalisation de mélanges à partir de déchets carbonés (broyat, paille, sciure, copeaux), déchets azotés (collecte rayon fruits et légumes grande surface et restaurant) et broyat de branches
17 h 30 Fin de la première journée

 

2ème journée – vendredi 28 mars

Formateurs : Isabelle Leduc et Christian Nanchen

8 h 30 Accueil, retour sur la première journée
9 h Les enjeux du compostage domestique et semi-collectif (quartier, cantines, institutions, ….) en terme de gestion des déchets et en terme environnemental IL
10 h Pause
10 h 15 Le compostage en lien avec le jardin - pratiques pour réduire la production de déchets- le compostage de surface- les effets suppressifs du compost aérobie- utilisation du compost ChN
10 h 45 Les conditions de réussite pour la mise en place d’une opération de compostage domestqiue ou semi-collectif - Enquête préalable- Enquête d’évaluation IL et ChN
11 h 05 Exercice d’élaboration d’un questionnaire d’enquête par groupe
12 h Repas
13 h 40 Déplacement
14 h Enquêtes de terrain- Mens : centre bourg (évaluation des pratiques)- Miribel Lanchâtre : village (enquête préalable)
15 h 30 Mise en commun
16 h 30 Bilan des 2 jours

Mercredi 9 avril

Formation des guides composteurs par les maîtres composteurs

et suivi des tas constitués le 27 mars

Formateurs : Isabelle Leduc et Christian Nanchen

9 h 30 Accueil, présentation rapide des participants
9 h 50 Le rôle des guides-composteurs dans le cadre d’opérations de compostage domestique ou collectif mises en place par une collectivité ChN
10 h 00 Echanges entre les participants

10 h 10 Préparation de la visite de terrain :

Maîtres – composteur

Guides – composteur

Préparation de la formation des guides-composteurs de l’après-midi

Les arguments en faveur du compostage domestique

pour les usagers et pour les collectivités

ILChN
11 h Règles de base du compostage, gestion de la place : formation des guides-composteurs par les maîtres-composteurs Intervention dans un jardinQuestions – réponses
12 h 30 Repas
14 h Observations des tests effectués au cours de la première journée : ouverture des tas, commentaires, animation par chaque groupe Au hameau du Clos
15 h 15 Présentation d’outils de communication ChN
15 h 30 Les dysfonctionnements du compostage domestiqueTravail en groupes de 2 : étude de cas et préparation d’un entretien diagnostic
15 h 45 Présentation du diagnostic sous forme de jeux de rôle détaillant le problème et les solutions qui pourraient être apportées pour y remédier
16 h 30 Bilan, évaluation

Formulaire d’inscription :

Nom : …………………………………… Prénom : ………………………………………

Collectivité : ………………………………………………………… Département : ………………………

Fonction : ………………………………………………………………….

Association : …………………………………………………………. Département : ………………………

Fonction : …………………………………………………………………..

Formulaire à retourner par mail à trieves-compostage@hotmail.com

ou par courrier à Trièves Compostage Place de la Halle 38710 Mens

Coûts : gratuit pour les collectivités et habitants du Trièves, 120 euros/jour pour les collectivités publiques et les entreprises privées, 80 euros/jour ou moins sur demande pour les associations et particuliers.

Chèque à envoyer

à Association Trièves Compostage, Place de la Halle, 38710 Mens

Je souhaite recevoir une facture

Je souhaite payer par virement bancaire et recevoir une facture

Je souhaite recevoir la liste des logements disponibles pour la nuit du 27 mars

Renseignements : Association Trièves Compostage, Place de la Halle, 38710 Mens, 04 76 34 74 85 ou trieves-compostage@hotmail.com

Zappeur

sarkobrunismall.jpg

Notre président est un grand zappeur.

En matière politique, c’est évident. Après avoir mené sa campagne sur le thème du pouvoir d’achat, il nous explique benoîtement que les caisses sont vides (et elles le sont d’autant plus après le paquet fiscal à 15 milliard d’euros…) et qu’il ne peut donc rien en ce domaine.

Même chose en matière privé. Après avoir divorcé le 18 octobre 2007, il nous présente sa nouvelle conquête à Disneyland… le 18 décembre avant de se remarier pour la 3 ème fois hier 2 février.

Au risque de passer pour un groupie de Christine Boutin (moi, c’est plutôt François en réalité), je m’interroge sur les conséquences d’une telle précipitation. Chacun est évidemment libre de sa vie privée, Sarko comme les autres. Mais à une époque ou la moitié des couples divorcent, ou des millions d’enfants grandissent dans des familles décomposées, recomposées puis redécomposées, traiter la famille et les enfants avec une telle désinvolture n’est pas forcément le meilleur exemple que peut donner un chef d’état.

http://www.dailymotion.com/video/x3t96n

Petit détail: connaissant l’appétit de la nouvelle première dame de France, on peut se demander si on ne va pas assister à un remake de l’arroseur arrosé, version le zappeur zappé avant 2012?

Le projet de lotissement au pré Colombon

Ci dessous un compte rendu de nos réunions avec Philippe Gazin, maire de Mens et Vincent Thuret, agent immobilier concernant le projet de lotissement au pré Colombon. Article écrit à 3 mains (Anne Parlange, Hervé Hugueny et moi). colombon2small.jpg 

Réunion du 17/01/2008 à la mairie de Mens avec M. Philippe GAZIN

Avec Anne PARLANGE, Olivier DODINOT Olivier, Olivier REICHMUT, Hervé HUGUENY

1 – Historique du projet :

Les premières discussions datent de + de 30 ans, il y a eu à un moment un projet d’Association Foncière Urbaine (AFU) pour aménager cet espace. La commune aurait pu être Maître d’Ouvrage. Mais elle n’a pas vocation à valoriser les terrains de privés pour que ceux-ci en retirent ensuite les bénéfices financiers.

Les propriétaires se sont mis d’accord (12 dont la Commune sur les 13 concernés) et ont été sollicités par 3 promoteurs, dont les Dauphinelles et M. THURET. 11 propriétaires ont signé, la commune va le faire, il reste un propriétaire privé qui n’a pas signé un compromis de vente avec le promoteur.

2 – Cadre réglementaire du projet :

Le secteur concerné est entièrement situé en zone NAc. Par ailleurs, il ferait aussi partie de la ZPPAUP (à vérifier car pas clair sur les plans).

2.1 -Quelques éclaircissements

Les zones N sont, à la base, des zones naturelles.

Les Zones NA strictes sont inconstructible, les zones indicées sont des zones dites zones d’urbanisation future qui peuvent être urbanisées à l’occasion, soit d’une modification du plan d’occupation des sols, soit de la création d’une zone d’aménagement concerté ou de la réalisation d’opérations d’aménagement ou de construction compatibles avec un aménagement cohérent de la zone tel qu’il est défini par le règlement. Les contraintes concernent notamment les accès et voiries, et la desserte par les réseaux.

Les ZPPAUP:  Zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager Réglementation: Loi du 7 janvier 1983 relative à la répartition des compétences en matière d’urbanisme

Description: Zones de protection instituées autour des monuments historiques et dans les quartiers et sites à protéger ou à mettre en valeur pour des motifs d’ordre esthétique, historique ou culturel.

Elles sont mises en place à l’initiative et après accord des communes.

Prescription: La ZPPAUP comporte un zonage et un règlement qui énonce des règles de protection générales ou particulières en matière d’architecture, de paysage et d’urbanisme : édifices ou petit patrimoine rural à conserver, modalités de restauration, localisation, implantation, aspect et gabarit des constructions neuves, préservation des perspectives et des structures paysagères, terrasses, etc…

Les effets de la ZPPAUP se substituent aux effets des sites inscrits, et des rayons de protection de 500 m des monuments historiques. L’existence et les limites cadastrales de la servitude sont obligatoirement mentionnées en annexe des plans d’occupation des sols.

Le permis de lotir est un document qui devra être signé par la maire, en fonction de son respect des règlements et de certaines contraintes qui peuvent être définies par la municipalité. Il est ensuite soumis à l’agrément du préfet. Le maire indique qu’il souhaite faire une opération exemplaire du point de vue du développement durable, et que le permis de lotir sera rédigé dans ce sens (cf: les contraintes proposées par le promoteur ci dessous).

 2.2 – Le calendrier

Le conseil municipal a adopté le 9 janvier une délibération en faveur de la cession de la parcelle communale au promoteur. Cette délibération n’est pas encore officielle.

Le 6 février, une délibération sera soumise au conseil municipal pour autoriser le maire à signer le meme  jour le compromis de vente de la parcelle communale de 2900 m2, sous réserve d’accord avec M. THURET sur les modalités de la transaction. La parcelle vaudrait 110.000 € selon le maire, mais plutôt qu’une vente simple la commune souhaite une dation (un échange) : les 2900 m2 contre les 1000 m2 attenants à la maison de l’Enfance et viabilisés aux frais du promoteur (valeur : 100.000€). Cela  laisserait une possibilité de construire ou de revendre à la prochaine municipalité.

Le maire ne juge pas nécessaire de faire une information publique avant le 6 février, et ne dit pas formellement qu’il organisera une réunion publique après cette date.

3 – Aspects techniques du projet :

La surface est de 40 000m² environ et le projet (phase APS) comporte la création de 40 à 50 parcelles, de plus en plus grandes au fur et à mesure que l’on s’éloigne du village.

Le COS (Coefficient d’Occupation des Sols) sur cette zone est de 0,30, et la SHON (Surface Hors Oeuvre Nette) maximale de 200m2 par lot. L’aspect « habitat dense » du village sera donc respecté sur les parcelles les plus petites, mais pas sur les plus grandes qui s’apparentent à un lotissement classique.

Les parcelles situées les plus à proximité du centre bourg sont construites avec des maisons continues alignées. Le promoteur prévoit dans son projet diverses contraintes à intégrer au règlement, comme l’obligation de récupération des eaux de pluie avec un réseau interne de réutilisation, la présence de puits canadiens, une chaufferie à plaquettes bois pour certaines habitations, l’obligation d’utiliser le solaire (dont il faudra vérifier la compatibilité avec la ZPAUPP ), la présence de conteneur de tri sélectif (et le compostage de quartier ?), une liste des végétaux autorisés pour les plantations (l’interdiction du thuya serait nécessaire !), etc…)

Le permis de lotir, précisant le choix « développement durable » et les contraintes y afférant ne sera pas établi par la municipalité actuelle mais par la suivante. Il n’y a donc pas de garantie que cette orientation sera poursuivie. Le maire se renseigne cependant sur la possibilité d’inclure une « clause développement durable » dans le compromis de vente. Le Préfet peut annuler un permis de lotir s’il trouve que la municipalité va trop loin et fait de l’abus de pouvoir dans les contraintes énumérées. 

Remarque:  le promoteur n’est pas le constructeur. Ce n’est donc pas lui mais chacun des candidats à l’achat d’un de ses lots qui sera confronté au permis de lotir. Cette multiplicité des acheteurs risque de peser sur l’homogénéité et l’harmonie architecturales de ce nouveau quartier, notamment pour les habitations individuelles sur les parcelles les plus grandes.

La part d’espaces publics apparaît assez faible, la notion de logement collectifs et de logements sociaux n’est pas prise en compte et la mixité de l’occupation (commerces et services) prévue par le règlement d’urbanisme n’est pas non plus abordée.

——————————————————-

Précisions suite à la réunion du 17/01/2008 avec M. Vincent THURET

 Avec Anne PARLANGE, Olivier DODINOT Olivier, Hervé HUGUENY

Son but est de réaliser une « extension du bourg ancien » et donc d’initier, car il ne peut pas avoir un rôle beaucoup plus important que celui-là, un aménagement composé de maisons mitoyenne à proximité du centre, voire de logement collectif et ayant une unité architecturale très marquée.

Il souhaite des maisons n’utilisant pas de fuel ou de chauffage électrique, mais des énergies renouvelables.

Il n’a pas parlé de matériau car il ne pense pas pouvoir agir sur ce domaine là.

Les parcelles pourraient commencer à 300 m2 pour les plus réduites vers le bourg maison mitoyenne ou logement collectif avec jardin sur l’arrière, pour aller jusqu’à 900 m2 à l’opposé.

Suite au revirement d’un des propriétaires, le projet est amputé d’une partie de sa surface et il ne reste que 32 000 m2.  La partie qui disparaît est celle la plus près du bourg, où il avait prévu de l’habitat dense et mitoyen. Elle pourrait devenir un espace vert protégé. Il pense acheter, pour compenser, des terrains en zone UB attenants plus loin. Il est cependant encore possible de faire jusqu’à 50 logements, en appuyant plus sur le côté « reconstitution de rues » de cet aménagement

Il n’est pas prévu de commerces, éventuellement des services (médical, tertiaire…). Pas de logements sociaux.

Le prix d’achat est fixé à 38€/m2. Pour le prix à la revente viabilisé, « il faut d’habitude au moins multiplier par 3, sans compter que l’opération sera lourde (délais donc agios et embauche d’un architecte d’urbanisme)  ».

Vincent Thuret nous a appris que c’est lui qui rédigerait le permis de lotir, en concertation avec l’architecte conseil et/ou le CAUE (Conseil d’Architecture d’Urbanisme et de l’Environnement de l’Isère) , l’architecte des bâtiments de France ainsi qu’avec un architecte d’urbanisme qu’il embauche pour cette opération (il s’agit de celui qui va faire le prochain lotissement à Clelles, avec une AFU créée).

Il nous donne des précisions sur le calendrier et les aspects juridiques : le permis de lotir part en Préfecture pour vérifier sa validité (env. 4 mois). La Préfecture peut le refuser selon les résultats de l’étude hydraulique, l’étude géologique etc. Il est ensuite affiché 2 mois en mairie. C’est durant ces 2 mois qu’il peut être attaqué par n’importe qui, en sachant que si le recours échoue en tribunal administratif, le plaignant paye au promoteur des dommages et intérêts équivalents au temps perdu par ce dernier (agios bancaires etc). Une fois ces délais de recours épuisés, le promoteur met en vente, et les acheteurs doivent « en principe » se plier aux contraintes du permis de lotir. Il achète les terrains en tant que « Foncier immobilier expertise » et effectue la revente en tant que Sud Isère Immobilier.

Son calendrier est le suivant : poursuite de ses tractations pour acheter et refaire son ensemble ; permis de lotir établi dans environ 3 mois (après les élections), délais de recours 6 mois, le tout amenant fin 2008 ; puis travaux d’’aménagement de la zone en 2009, vente et constructions en 2010.

Il ne souhaite pas organiser une réunion publique mais serait prêt à participer si elle était organisée. 

En conclusion : 

Si le projet se poursuit, il nous semble indispensable d’insister pour participer, d’une façon ou d’une autre, à l‘élaboration du permis de lotir : il a besoin d’être accompagné.

————————————————

ANNEXE: Ci dessous le courrier de motivation adressé par Monsieur Vincent Thuret à Monsieur le Maire de Mens le 12 novembre 2007. Monsieur Thuret a bien voulu m’en faire parvenir copie en précisant que depuis cette date la solution de puits canadiens collectifs est improbable car pour des raisons sanitaires, le puits doit être individuel. D’autre part, la règlementation de l’utilisation de l’eau de pluie pour les WC et la machine à laver est à étudier.

 Mairie de MENS                                                                                                                                                          

Monsieur le MAIRE                                                                                                                                                          

38710 – MENS                                                       

  La MURE le 12 novembre 2007

Objet Aménagement de L’espace « PRE COLOMBON ».

Monsieur le Maire,

Par la présente, je souhaite vous manifester mon intérêt pour l’étude et la réalisation de l’espace « PRE COLOMBON » à MENS.

Je dirige la société F.I.E d’aménagement foncier depuis 1989.

Nous avons déjà fait des réalisations importantes dont 6 hectares d’activités prés du centre ville de St RAPHAEL dans le Var, 2 hectares à la MURE, 2 lotissements à PONSONNAS, le centre commercial autour d’Intermarché à la MURE, etc.

Nous sommes en train de réaliser 4 hectares à la MURE route de NANTES en RATIER, 1 hectare à PONSONNAS, 1 hectare à SUSVILLE, 2 hectares à MONTCHABOUD, 6000 m² à St HONORE et biens d’autres projets en cours.

Nous avons une bonne cotation bancaire : H 4 +.

Je m’intéresse à ce projet car je suis très attaché à MENS, à son architecture, à son environnement et sa qualité de vie à laquelle je serai heureux d’apporter ma contribution pour la préserver et la développer. Je dispose également avec SUD ISERE IMMOBILIER d’une structure de commercialisation de 6 agences immobilières dans le sud de GRENOBLE dont une au centre de GRENOBLE. Le siège social de ces 6 agences immobilières est d’ailleurs basé à MENS dans l’agence situé à l’angle de la rue de l’Ancienne Poste et de la rue du BREUIL.

Ce projet serait accompagné d’un architecte d’urbanisme pour nous aider dans la conception du projet garantissant une qualité de vie puis d’aider, conseiller, harmoniser et accompagner les projets de constructions dans un esprit respectant l’architecture de MENS

Nous pourrions apporter en plus des solutions environnementales novatrices pour un tel projet telles que :

  • des cuves de récupération des eaux de pluie enfouies et imposer dans le règlement cette utilisation pour les appareils ménagers, les WC et l’arrosage. Cette solution économiserait les besoins en eaux de la commune

  • étudier la possibilité d’installer un réseau de puits canadiens garantissant une température de 12 à 13° sans chauffage

  • étudier la possibilité d’un chauffage collectif pour des logements groupés avec une chaudière à bois déchiqueté

  • apporter des conseils en énergie solaire, géothermique et plus généralement sur les techniques pour réaliser des maisons saines, économes et dans un souci de développement durable

  • enfin apporter une solution économique à une population de primo accédants

Ce projet serait une formidable occasion de démontrer la faisabilité d’associer l’écologie et l’aménagement harmonieux d’un centre ville et apporterait une valeur ajoutée à l’image de MENS.

Je reste à votre disposition et de vos conseillers pour une séance de pré étude de ce projet.

Dans l’attente, je vous prie d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de mes respectueuses salutations.

Vincent THURET

Réunion Agenda 21

agenda21.gif

L’agenda 21 du Trièves a été mis en œuvre en juin 2006 après trois ans de préparation en concertation avec la population du Trièves. Ce programme de 43 actions pour un développement durable de notre territoire se concrétise chaque jour un peu plus, même s’il reste beaucoup à faire pour que chacune de ces actions soit palpable au quotidien.

Afin de vous présenter le travail accompli et discuter avec vous des avancées ou des difficultés de cette démarche reconnue au niveau national pour sa qualité, nous vous invitons à un forum de suivi

le mercredi 30 janvier à 19h à la salle de cinéma Jean Giono à Clelles

(Accueil à partir de 18h45)

Nous espérons vivement votre présence et votre participation, afin de poursuivre avec nous la coconstruction de l’agenda 21 du Trièves

La discussion pourra être prolongée de façon conviviale autour d’un petit buffet froid.

laureat.bmp

L’agenda 21 du Trièves figure parmi les premiers Agenda 21 locaux de France reconnus par l’Etat au titre de la stratégie nationale de développement durable. Dans le monde entier, de nombreuses collectivités se sont engagées dans une telle démarche issue du Sommet de la Terre de Rio en 1992. En France, on compte 300 agendas 21.

Le Trièves a été lauréat des Rubans du Développement durable 2007, distinction remise par l’Association des Maires de France, l’Association des Maires des Grandes Villes de France, le comité 21 et Dexia.

Pour plus d’informations sur l’agenda 21 du Trièves : www.alpes-trièves.com  , www.agenda21france.org ,  www.dd-pratiques.org 

Contact : Rodolphe Zimmermann, chargé de développement au Syndicat d’Aménagement du Trièves, 04 76 34 49 12  r.zimmermann.sat@wanadoo.fr

Jacques Brosse

C’était mon grand oncle, le frère cadet de ma grand mère maternelle, je le connaissais à peine mais cela fait drole tout de même

. jacquesbrosse2.jpg

Son propre grand père était né au grand Lemps avant de monter sur Paris ou il est devenu ébéniste. Son père y est né pendant le siége de 1870. D’ou mes « petites » origines nord Iséroise.

                      ———————————————

Disparition de Jacques Brosse, écologiste avant l’heure

  • Astrid de Larminat
    07/01/2008

    Cet intellectuel inclassable, spécialiste de botanique et des religions, s’est éteint jeudi dernier.

    Il en est ainsi des sages authentiques : leur pensée et leur existence avancent toujours en harmonie. Tel fut Jacques Brosse, intellectuel inclassable, spécialiste de botanique et des religions, mort jeudi dernier à l’aube, en Dordogne. Il s’y était installé avec sa femme, Simone Jacquemard, il y a vingt ans, après avoir reçu le grand prix de littérature de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre.

    Fils d’industriels bourgeois, né en 1922, sa quête intellectuelle et spirituelle qui n’a pas fait l’économie d’un certain nombre d’impasses avait commencé lorsqu’il était adolescent par l’ésotérisme. Puis, bien qu’il fût trop curieux de tout pour demeurer longtemps dans le giron universitaire, Jacques Brosse apprit le chinois aux Langues orientales. Pendant la guerre, pour échapper au service du travail obligatoire, il s’envola pour New York où il rencontra, notamment, l’écrivain Aldous Huxley.

    En 1945, Albert Camus publie son premier texte, ce qui lui vaut d’être repéré par les services de la diplomatie française. Il accepte un poste de fonctionnaire international qu’il abandonne au début des années 1950 pour entrer aux éditions Robert Laffont. Simultanément, Jacques Brosse poursuit son exploration de l’invisible sur le divan, expérimente les paradis artificiels en compagnie du poète Henri Michaux, fait un détour par l’Inde et le yoga. Et ressort de tout cela assez mal en point.

    Une fascination pour l’arbre

Son premier essai L’Ordre des choses, paru en 1958 chez Plon, est préfacé par Gaston Bachelard et reçoit les éloges de Claude Lévi-Strauss. Durant ces années naturalistes, une fascination pour l’arbre qui unit « deux infinis opposés, deux profondeurs symétriques et de sens contraire, l’impénétrable matière souterraine et l’inaccessible éther lumineux » s’affirme. Jacques Brosse la développera dans plusieurs ouvrages, notamment Mythologie des arbres (1989) et L’Arbre et l’Éveil (1997).

Depuis longtemps intrigué par le bouddhisme, il rencontrera en France un maître zen qui l’initiera. Jacques Brosse sera ordonné moine en 1975. Et, en 1982, il deviendra maître, avant d’écrire Zen et Occident (1992) puis Les Maîtres spirituels (1989). Jean Mouttapa, son éditeur chez Albin Michel, saluait d’ailleurs hier « un maître zen et un grand intellectuel ».

Les voeux du président…

Ou va la France ?

voeuxdupresidentsmall.bmp

STOP clopes: l’Allemagne

Une idée originale et qui confirme l’interdiction de fumer en Allemagne annoncée par Herr Petrucci.

trouinterieur.jpg

Michael Windisch, propriétaire du Maltermeister Turm à Goslar, en Saxe, a eu une idée originale pour contourner la loi anti-tabac qui rentrera bientôt vigueur. Il a percé trois trous près des tables de son restaurant ; ainsi, les clients qui veulent fumer leur cigarette peuvent sortir leur tête par les grands trous et leurs mains par les petits ! Il a également monté un rideau pour éviter le froid. »Désormais, mes clients peuvent profiter de leur cigarette en toute légalité, et sans avoir à quitter le confort du restaurant !», explique Windisch.L’idée pourrait bien se diffuser dans toute l’Allemagne, où l’interdiction de fumer devrait, comme en France, entrer en vigueur le 1er janvier dans les restaurants. Bientôt au café des arts à Mens???

troumenu.jpg

Merci encore une fois maître..

Et en France: STOP CLOPES

Chypre et Malte dans l’Euro

chypre.jpg    euro.jpg   malte2.gif

Pour vos prochaines vacances au club méd de La Vallette ou de Famagouste, plus besoin de changer vos euros!

En effet, depuis le 1er janvier, Chypre et Malte entrent dans la zone euro, qui compte donc désormais quinze Etats membres sur les 27 de l’union Européenne. Un élargissement modeste puisque ces îles méditerranéennes, peuplées d’un million d’habitants à elle deux, représentent 0,2 % du produit intérieur brut de la zone. Après la Slovénie, qui a adopté l’euro le 1er janvier 2007, ces deux nouveaux Etats sont eux aussi issus du grand élargissement du 1er mai 2004.

Ces deux petits pays respectent  l’ensemble des critères fixés par le traité de Maastricht. Leur inflation est sous contrôle (2 % pour Chypre au cours des douze derniers mois, 2,2 % pour Malte, la valeur de référence étant de 3 %), leur déficit ne dépasse pas 3 % du PIB (1,5 % pour Chypre, 2,1 % pour Malte), leur dette publique se rapproche des 60 % du PIB (65,3 % en 2006 et 61,5 % en 2007 pour Chypre, 66,5 % en 2006 et 65,9 % pour Malte), ils sont membres du système monétaire européen bis depuis deux ans et leur taux de change par rapport à l’euro est stable, et, enfin, leurs taux d’intérêt à long terme, librement fixés par les marchés financiers, sont dans la norme de la zone euro. Cerise sur le gâteau, leur croissance est forte (3,8 % en 2006 pour Chypre et 2,9 % pour Malte) et leur chômage, faible (4,7 % pour Chypre et 7,4 % pour Malte). Bref la France pourrait s’inspirer de leurs politiques économiques…

Le prochain pays qui devrait adopter la monnaie unique est la Slovaquie, dont l’adhésion est prévue pour le 1er janvier 2009. La Pologne devrait suivre vers 2012.

Un petit pas pour l’Europe donc mais qui ne m’inspire que du bon. Meme si on l’oublie un peu vite, l’Europe c’est la paix depuis plus de 60 ans. Le nationalisme étriqué peut vite amener au conflit comme on l’a vu en ex Yougoslavie, à une heure de vol de chez nous…

Grenoble: le MoDem s’énerve

daubesmall.jpg

Communiqué de Philippe de Longevialle, président du MoDem Isère 

Pour qui roule le Dauphiné Libéré ?

Depuis de nombreux mois, les français ont le sentiment qu’il existe de moins en moins de presse indépendante en France. Les manipulations médiatiques par l’intermédiaire de vrais/faux instituts de sondage, les campagnes d’informations orientées et orchestrées par un parti, en l’occurence l’UMP, ont été dénoncées par plusieurs candidats à la Présidentielle.

L’intégrité de la grande majorité des journalistes n’est pas en cause, mais les liens économiques entre les grands groupes de presse privés et le pouvoir, quels qu’ils soient, sont de plus en plus évidents et font peser sur les rédactions une pression chaque jour plus lourde. Or la liberté de la presse est un des fondements de la Démocratie, et sans doute le dernier vrai contre-pouvoir dans une société qui en compte de moins en moins.

 

A Grenoble, cette situation devient pesante. Malgré nos protestations répétées auprès de ses responsables rédactionnels, le Dauphiné Libéré a aujourd’hui clairement pris fait et cause pour le candidat de l’UMP aux municipales de Grenoble. Articles nombreux et flatteurs, journaliste n’hésitant pas à afficher sa proximité avec le candidat UMP, espaces systématiquement plus importants que pour d’autres candidats, jusqu’à la « une » du mardi 11 décembre consacrée au candidat de l’UMP Fabien de San Nicolas, doublée de la presque totalité de la page 3 : le Dauphiné Libéré annonce délibérément la couleur et a déjà choisi ses candidats du 2ème tour, comme il l’avait fait aux législatives avec Alain CARIGNON.

La proximité du candidat UMP avec le Président de la République laisse supposer quelques interventions de haut niveau. A moins qu’il ne s’agisse d’initiatives locales pour les devancer ? La question reste posée.

Toujours est il que cette situation choque de très nombreux isérois et crée un déséquilibre que nous ne pouvons plus accepter sans réagir. Le Dauphiné Libéré, autrefois organe de presse puissant et respecté, porte de plus en plus mal son nom et la démocratie pluraliste se trouve ainsi en danger. Seule consolation : en agissant de cette manière, cette presse « traditionnelle » perd chaque jour de son crédit au profit de nouveaux médias locaux.

Le « Daubé » n’est plus le seul média, internet prend une place prépondérante et le service public est toujours là pour rééquilibrer un petit peu la barre. Mais pour combien de temps ?

Le site de Philippe de Longevialle: http://www.delongevialle.fr/news.php

1...6364656667...69



Vivre la République du Progrès |
l'avenir vue par un militan... |
LCR Section Calaisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rassemblement des français
| Les lumières en héritage
| L'Afrique de toutes nos forces