• Accueil
  • > Recherche : marie noelle pellegrin

Résultat pour la recherche 'marie noelle pellegrin'

A51 : la position de Samuel Martin, président de la CDC du Trièves

 Extrait interview Samuel Martin pour les Nouvelles du Pays

Une dernière question d’actualité : quelle est la position de la CCT concernant l’autoroute A51 ?

Samuel Martin : « La CCT n’a pas de position commune sur l’A51, il n’y aura jamais consensus entre les élus sur ce point. Ma position personnelle est en revanche très claire : je pense que l’A51 est une erreur. Les responsables politiques ne peuvent pas d’un côté alerter sur le déclin du pétrole et le réchauffement climatique, et de l’autre côté développer des autoroutes. Sur l’A51, je rejoins les positions de Trièves en Transition : il faut anticiper la réduction de la mobilité liée à la fin du pétrole, non pas créer des autoroutes. Il y a d’autres viviers d’emplois possibles, par exemple dans l’isolation des bâtiments ou le photovoltaïque. »

Commentaire perso : sur ce coup là, je dis « Chapeau président !!! »

Pour mémoire :

A51 : la position d’Annette Pellegrin

A51 : la position de Marie Noelle Battistel ?

A51 : la position de Corinne Lepage

 

 

A51 : la position de Marie Noelle Battistel ?

De : olivier dodinot <ododinot@yahoo.fr>
À : Marie Noelle Battistel <mnbattistel@assemblee-nationale.fr>
Envoyé le : Samedi 1 décembre 2012 10h55
Objet : A51

Madame la députée
Suite au projet de relance de l’autoroute A51, j’ai obtenu la position :
 Je serais donc intéressé à connaitre votre position sur ce sujet délicat.
Bien cordialement
Olivier Dodinot
                                 ————————————
 Samedi 8 décembre, 13h30 : pas de réponse à ce jour…
                                ————————————
Pour être complet, il faut préciser qu’elle avait été claire pendant la campagne des législatives en juin : contre l’A51, pour un aménagement des routes existantes
 Mais après les positions successives entre faveur de l’A51 de François Hollande et d’André Vallini, président du conseil général de l’Isère, tous deux socialistes comme elle, il serait sans doute bon qu’elle réaffirme sa position par tous les médias à sa disposition…

Elections à la CDC du Trièves : l’intégrale

Voiçi donc le compte rendu in extenso de la soirée d’élection pour la présidence et les vice-présidences au sein de la nouvelle CDC du Trièves, mercredi 18 janvier à Saint Martin de Clelles.

La réunion est ouverte par Marcel Calvat, président sortant de l’ex CDC du canton de Mens, en tant que doyen d’âge des trois CDC fusionnantes.

Il se réjouit de cette fusion sur une base volontaire, cela vaut mieux qu’une union suite à un oukaze du préfet.

L’élection est ensuite présidée par Jean Pierre Sarret, doyen d’âge des délégués communautaires assisté de Guillaume Gontard, benjamin de l’assemblée, en tant que secrétaire.

Deux candidats se présentent à la présidence : Samuel Martin, maire de Monestier du Percy, président sortant de la CDC de Clelles et Jean Paul Mauberret, 2ème adjoint à Mens et président sortant du SAT.

Samuel Martin rappelle son expérience en tant que maire et président de CDC. Sa candidature a été encouragé par Marcel Calvat, président de la CDC de Mens, par Frédérique Puissat, présidente de la CDC de Monestier de Clermont et par de nombreux maires. Il souligne que la future CDC du Trièves sera essentiellement une communauté de services type écoles, enfance jeunesse, tourisme, culture, environnement, développement économique etc. Il s’agit d’affermir l’existant et de l’améliorer.

S’il est élu, il fera d’abord un état des lieux des finances et du personnel. Le mandat ne courant que sur 2 ans et demi, on ne pourra qu’esquisser un projet de territoire. Enfin, il souhait constituer autour de lui une équipe homogéne et issue de manière équilibrée du territoire;

Jean Paul Mauberret expose son programme à son tour. Voir içi : Déclaration de candidature

 

On procéde au vote pour la présidence

Samuel Martin est élu par 25 voix contre 16 à Jean Paul Mauberret.

Sans grand risque de se tromper, et malgré le vote à bulletin secret, on peut penser que Samuel a fait quasi le plein des voix sur le canton de Clelles sauf celle du  Percy, sur celui de Monestier (sauf Roissard, Saint Paul les Monestier ?) alors que celui de Mens a voté majoritairement pour Mauberret (quid de Lavars, Saint Jean d’Hérans ?). Un vote assez « ethnique » donc mais c’est la démocratie.

Le nouveau président remercie ceux qui ont voté pour lui. Il rend hommage à Marcel Calvat ainsi qu’aux anciens président du SAT dont Maurice Puissat et ses successeurs.

Il propose la création de 8 postes de vice-présidents, le maximum prévu par la loi à raison de 4 pour le canton de Monestier, 3 pour celui de Mens et 1 pour Clelles qui a déjà la présidence. Et de 3 membres supplémentaires pour le bureau, un pour chaque canton.

Le maire de Saint Baudille propose un nombre moins important afin de limiter le coup des indemnités.

Celui du Percy et celle de Saint Paul les Monestier objecte qu’il faudrait d’abord définir les fonctions avant de fixer le nombre de vice-présidents. Le président rétorque qu’il est de son ressort d’attribuer les fonctions à ceux qui seront élus. Le raisonnement surprend : imagine on un conseil des ministres où on annonce d’abord le nom des ministres et la semaine suivante leur attribution ?

On passe néanmoins au vote sur le nombre de vice-présidents :

par 35 voix contre 6 abstentions, on opte pour 8 postes.

Election du 1er vice président, poste attribué au canton de Monestier :

Samuel Martin propose le nom de Frédérique Puissat, maire de Chateau Bernard, conseillère générale du canton de Monestier et présidente sortante de la CDC. Une femme d’expérience, qualibrée pour le poste. Seul bémol : elle cumule 3 postes ce qui pour moi est « limite » (Pour mémoire la fameuse Lettre ouverte à Marie-Noëlle Battistel, députée de l’Isère)

Pas d’autres candidats, elle est élue par 38 voix et 3 blancs. A ce stade, on voit que les « Mauberristes » jouent en grande majorité le jeu du consensus.

Election du 2ème vice président, poste attribué au canton de Mens :

A ce stade, on aurait pu concevoir que par fair play et pour continuer dans la voie de la réconciliation,  on propose le poste à Jean Paul Mauberret. Mais tournant du match : Samuel Martin propose le nom d’Annette Pellegrin, maire de Mens et conseillère générale du canton. Elle n’était manifestement pas au courant ! Le maire de Roissard Christophe Drure demande une suspension de séance. Au retour, Annette Pellegrin refuse arguant de son manque de disponibilité, ce qui est tout à son honneur. Elle propose la candidature de Jean Paul Mauberret. SM propose alors le nom d’Alain Hermil Boudin, secrétaire sortant de la CDC de Mens qui accepte. Le coup était manifestement préparé à l’avance. Jean Paul Mauberret présente également sa candidature.

Vote : 25 voix pour Hermil boudin, 16 pour Mauberret. On voit donc que les deux blocs se sont immédiatement reconstitué.

Election du 3ème vice président, poste attribué au canton de Clelles

Samuel Martin propose Marie Claire Brizion, maire de Clelles et conseillère générale suppléante du canton de Clelles. Les choses étant lancés, JP Mauberret se présente de nouveau et on retombe sur les scores habituels : Brizion 25, Mauberret 15, 1 blanc.

Election du 4ème vice président, poste attribué au canton de Monestier

Samuel Martin propose Robert Riotton, maire de Saint Martin de la Cluze et conseiller général suppléant du canton de Monestier.

Là dessus, Christophe Drure, intervient  pour dire que la méthode employée consiste à évincer les gens et à ne pas utiliser les compétences et l’expérience. Samuel Martin répond que ce n’est que la démocratie et qu’il ne voit pas en quoi les gens qu’il propose son moins compétent. Mauberret de nouveau candidat.

JP Mauberret se présente : Riotton 24, Mauberret 15, Marie Jo Villard 1, blanc 1

Election du 5ème vice président, poste attribué au canton de Mens

Grand prince mais un peu tard, Samuel Martin annonce qu’il ne présentera pas de candidat. Mauberret candidat et pas mal de dispersion

Mauberret 28, Michel Guiguet 2, Annette Pellegrin, Marie Jo Villard et Fabrice Bon 1, blanc 8

Election du 6ème vice président, poste attribué au canton de Monestier

Samuel Martin propose Marie Jo Villard, maire de Monestier de Clermont. Christophe Drure se présente, histoire de faire 16-25 dit il !

Pas loin… Villard 25, Drure 14, Hermil Boudin 1 !, blanc 1

Election du 7ème vice président, poste attribué au canton de Mens

Samuel Martin propose Eric Bernard, le second plus jeune de l’assemblée, conseiller municipal à Saint Jean d’Hérans. Demande de suspension de séance des Mauberristes qui pensait à Nadine Serpollet, maire de Saint Sébastien pour être vice présidente à l’enfance et à la jeunesse, sa spécialité au sein de la CDC de Mens. Retour, Eric Bernard maintient sa candidature et est le seul candidat.

Bernard : 30, Serpollet : 5, blanc : 6

Eric Bernard aurait annoncé qu’il convoiterait la vice présidence à l’urbanisme, un dossier extrémement technique et spécialité de Jean Paul Mauberret. Wait and see…

Election du 8ème vice président, poste attribué au canton de Monestier

Samuel Martin propose Jérome Fauconnier, maire d’Avignonet.

Fauconnier 28, Drure 2, blanc 11

Conclusion

Une victoire indiscutable et démocratique de Samuel Martin qui a réussi à s’allier avec Frédérique Puissat pour constituer un bloc Clelles – Monestier. Après une victoire, il n’est pas indispensable d’humilier et de cliver. Le bon sens, le fair play aurait constitué à donner quelques gages aux perdants en leur accordant la seconde vice présidence. D’autant que l’élection de la première vice présidente avait montré que la quasi unanimité pouvait être obtenue. Le président nouvellement élu en a décidé autrement en recréant instantanément un clivage d’autant plus génant qu’il donne au canton de Mens le sentiment d’être laissé au bord de la route, le siège de la CDC et le poste de directrice des services ayant été attribué à Monestier. Un bien mauvais démarrage pour ce qui est censé être une fusion. Il est vrai que notre nouveau président de CDC a plaidé pour une équipe homogéne…

Deuxième session le 31 janvier. On y élira entre autres 3 suppléants au bureau de la CDC, à raison d’un pour chaque canton.

Suggestion :

Est il inconcevable de désigner à l’unanimité Nadine Serpollet, maire de Saint Sébastien et spécialiste de l’enfance et de la jeunesse ? Cela donnerait quelques gages au clan Mauberriste, apaiserait les tensions sans rien modifier à l’équilibre politique globale. Chacun peut suggérer ce type d’idée à son propre maire ou délégué communautaire. C’est aussi cela la démocratie !

 

 

Elections cantonales : le front national !

Elections cantonales : le front national ! dans 2011 cantonales rad566FA

On y est presque…


Canton de Monestier

UMP : Frédérique Puissat : présidente de la CDC de Monestier de Clermont, maire de Chateau Bernard

Robert Riotton, maire de Saint Martin de la Cluze, vice président de la CDC de Monestier de Clermont

PS : Sylvain Laval

Agnès Leclercq, présidente de l’association « Entre Drac et Ebron ».

EELV : Benoit Gonsolin : délégué à la CDC de Monestier de Clermont, conseiller municipal de Chateau Bernard

Hélène Gentilhomme : militante associative
Canton de Clelles

Droite : Pierre Gimel : conseiller général sortant depuis 1989

Marie-Claire Brizion : maire de Clelles depuis 2008

PS : Robert Cuchet : conseiller municipal de Monestier du Percy, vice président du SAT

Malika Bouti : ancienne adjointe au maire de Saint Maurice en Trièves

EELV : Daniel Bret : militant associatif

Corinne Bernard : conseillère régionale

Canton de Mens

Front national : Daniel Lefetz 

Sans étiquette : Myriam Capelli : adjointe au maire de Mens

Gregory Strappazzon : association sportive

PS : Annette Pellegrin : conseillère générale sortante depuis 2004, maire de Mens

Pierre Suzzarini : adjoint au maire de Cornillon en Trièves

EELV : Philippe Perain : militant syndical, élu parent d’élèves

Anne Parlange : coordinatrice associative

Cap21 : Olivier Dodinot : 2ème prix au concours de chateau de sable de la plage de Cabourg (Calvados) en 1964

Francoise Boulay : professeur au lycée Louise Michel (La suppléante !)

Site : http://cap21trieves.unblog.fr/

Canton de la Mure

Droite : Michel Bonniol : médecin généraliste à la Mure

PS : Charles Galvin : conseiller général sortant depuis 1998

EELV : Thomas Capron

Laurence Comparat : cadre universitaire, syndicaliste

Canton de Corps

Sans étiquette : Fabien Mulik, infirmier libéral

Valérie Séchier, agricultrice

PS : Marie Noelle Battistel : député de l’Isère, conseillère régionale Rhone Alpes, présidente de la CDC de Corps, maire de la salle en Beaumont (http://dodiblog.unblog.fr/2010/12/26/lettre-ouverte-a-marie-noelle-battistel-deputee-de-lisere/)

EELV :  Laure Briaudet ???

Canton de Valbonnais

EELV : cherche toujours candidats ???

D’autres infos ? A votre bon coeur… On complétera et rectifiera au fur et à mesure !

Conversation républicaine

Conversation républicaine dans Politique Europeenne radF0DDF
Dimanche 9 janvier, en bon républicain, je suis allé assisté aux voeux de notre maire à tous, Annette Pellegrin. Il y avait là Marie Noelle Battistel, notre députée qui est venu droit vers moi pour me parler de la lettre ouverte que je lui avais adressé (Lettre ouverte à Marie-Noëlle Battistel, députée de l’Isère). Nous avons eu ce qu’il est convenu d’appeler une discussion “franche et cordiale”.

J’ai pris quelques notes à la volée, lui ait annoncé mon désir d’en faire un petit article sur ce blog et promis de lui en envoyer copie avant publication afin de corriger les erreurs où omissions. Elle m’a renvoyé le texte avec quelques corrections que j’ai scrupuleusement retranscrite.

Elle a tenté de m’expliquer l’enchainement de circonstances qui l’ont amené à occuper 4 mandats, situation qu’elle dit regretter autant que moi.

Elle précise d’abord que je suis mal informé et qu’elle ne dirige plus son entreprise de transport depuis le 6 juillet 2010. Je lui présente mes plus plates excuses pour l’erreur en lui soulignant toutefois qu’elle figure toujours comme dirigeante sur certains site d’informations sur les entreprises (http://www.societe.com/societe/mnj-voyages-412633463.html)

Elle continue par sa carrière politique. Elle a d’abord été élu maire de La Salle en Beaumont en 1998 puis présidente de la CDC de Corps en 2008. Son projet suivant été d’être élue conseillère générale du canton de Corps. Elle s’était d’ailleurs présentée en 2004 où elle a été battue de 33 voix (http://www.interieur.gouv.fr/sections/a_votre_service/resultats-elections/can2004/038/canton06.html).

En 2007, Didier Migaud lui a proposé de devenir sa suppléante. Ce qu’elle accepte après mure réflexion. 

En Mars de cette année, élections régionales. Au vu du projet de loi sur la réforme territoriale et de la création du conseiller territorial, elle a décidé d’y aller pour défendre son territoire. Là voilà avec un troisième mandat.

Quelques semaines plus tard Didier Migaud, nommé à la cour des comptes, démissionne. L’engagement qu’elle avait pris auprès de lui en 2007 comportait le risque de devoir le suppléer. Elle a donc choisi d’assumer ses responsabilités envers les électeurs. Et elle se donc retrouve avec un quatrième mandat.

Mais elle me précise qu’elle va démissionner très prochainement de son poste de conseillère régionale car ce mandat est très peu compatible avec le mandat de parlementaire notamment de par les déplacements sur Lyon et surtout le nombre de représentations auprès des différentes instances. Je lui demande alors si elle confirme les rumeurs l’annonçant candidate aux cantonales sur Corps. Elle me dit qu’elle aura la réponse samedi 15 janvier.

Je compte 4 mandats – 1 mandat + 1 mandat = 4 mandats !

Réponse :

1 – Elle prend un “risque” en démissionnant de la région sans être certaine d’être élue au conseil général. Risque relatif selon moi, avec 3 mandats dont celui de député, il y a encore de quoi s’occuper…

2 – Le poste de conseillère générale est plus cohérent avec ses mandats locaux que celui de la région. Beaucoup de réunions sont communes sur Corps.

3 – Le territoire n’est pas forcément organisé aujourd’hui pour répondre aux échéances électorales proches. Cette organisation se fera progressivement d’içi à 2012.

Ce que j’en pense

1 – Il est évident que beaucoup de réunions sont communes entre maire et président de CDC. Cela parait déjà moins évident avec un conseiller général qui siège au département

2 – Elle remplacera les navettes La salle en Beaumont, Corps, Lyon, Paris par La salle en Beaumont, Corps, Grenoble, Paris.

Je lui demande alors si elle ne pourrait pas remettre en plus son mandat de maire ou de présidente de CDC. Elle me répond que de tels postes ne se prennent pas au pied levé et qu’il faut que les gens se préparent. A quelle échéance ? Pas de réponse ! Je note là encore qu’elle a repris le poste de député très rapidement.

Je lui explique encore que le commun des mortels ne comprend pas, ne tolère plus, un tel cumul des mandats. J’aurai pu préciser qu’une bonne partie de ses collègues élus, y compris de son bord, pensent de même. Elle me répond qu’elle pense que cette évolution est souhaitable mais qu’elle doit aussi s’organiser, c’est ce qu’elle fait. Aussi qu’il faut mieux un élu cumulard qui travaille qu’un autre avec un seul mandat qui ne fasse rien. Certes mais la réponse est hors sujet.

Je rappelle que jusqu’à un temps récent, on ne trouvait pas de femmes pour s’impliquer en politique. Une loi autoritaire imposant la parité pour certaines élections a fait qu’on a finalement réussi à débusquer des candidates (même si c’est bougrement difficile, je le mesure tous les jours en ce moment !). Je conclue que si une autre loi autoritaire interdisait formellement le cumul des mandats, on trouverait bien des volontaires pour la remplacer dans ses fonctions de maire ou de présidente de CDC.

Conclusion : en concluant l’entretien, je lui dit qu’elle ne m’a pas convaincu. J’ajoute que ma critique n’implique aucune animosité à titre personnel mais qu’elle est MA député et qu’à ce titre, je m’inquiète de sa disponibilité pour s’occuper de sa circonscription. Il faut cependant admettre qu’elle va droit au but et qu’elle ne fuit pas le débat. Je note également qu’elle a pris nettement de l’assurance depuis sa campagne des législatives où je l’avais trouvé très discrète (Législatives partielles : je ne voterai pas Battistel !). Elle “habite” la fonction. Le désaccord n’implique pas le dénigrement systématique. C’est en tous cas mon opinion de centriste courtois.

Dernière minute : le dauphiné d’hier 18 janvier annoncait que Madame Battistel avait été désigné par le parti socialiste pour être sa candidate aux cantonales sur Corps…




Vivre la République du Progrès |
l'avenir vue par un militan... |
LCR Section Calaisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rassemblement des français
| Les lumières en héritage
| L'Afrique de toutes nos forces