• Accueil
  • > Recherche : municipalite mens trieves

Résultat pour la recherche 'municipalite mens trieves'

Vive le 30 km/h !

Un article lu dans le Trait d’Union Mensois, que je trouve fort bien écrit.

panneau-de-signalisation-insolite

Depuis près de 50 ans, la mortalité routière baisse régulièrement en France, passant de plus de 18000 décès en 1972 (qui s’en souvient ?) à 3693 en 2017. Ceci étant essentiellement du à une baisse imposée de la vitesse, avec contrôle par radar et sanction par le permis à point. Chaque nouvelle mesure a été ponctué d’un concert de lamentations, qui ont rapidement cessé devant la réalité des chiffres. Souvenons nous de la récente baisse à 80 de la vitesse sur les routes, qui annonçait quasiment la fin du monde, et qui est maintenant acceptée et adoptée.

 Nous habitons au bout de Mens sur la grande ligne droite menant à Cordéac. Pas un habitat dense mais une absence de trottoir le long de la route et des habitants qui tiennent à leurs enfants ! A notre arrivée, il y a 20 ans, c’était le circuit de formule 1 du Trièves ! Des voitures circulaient à des vitesses autoroutières devant notre portail, malgré le panneau 50 d’entrée de village. Peu rassurant lorsqu’on a des bambins qui commencent à marcher, à s’exercer au vélo à roulettes, et qui peuvent toujours s’échapper malgré la vigilance parentale…
 La municipalité Gazin a bien amélioré la situation en mettant un ralentisseur costaud à proximité de chez nous, ainsi que devant les écoles. On note cependant encore des vitesses excessives, avec pour conséquence récente la mort de notre animal de compagnie percutée à grande vitesse par un chauffard, qui n’a pas jugé bon de s’arrêter.
 Je soutiens donc avec force la création de la zone 30 sur l’ensemble de la commune. La distance d’arrêt à 30 km/h est de 9 mètres, elle grimpe à 25 à 50 km/h, vieux souvenir du code de la route… Cette mesure, accompagnée de la pose de quelques « coussins Berlinois » au confort rugueux, permettra certainement de faire encore baisser la vitesse routière. Cela va dans le sens de l’histoire !
Vive le 30 km/h ! dans Parents d'élèves cleardot
 Olivier Dodinot

SUR LES PAS DES HUGUENOTS

Du 30 septembre au 2 octobre 2016

De Mens à Laffrey

Vendredi 30 septembre.

Hebergeur d'image

  • Accueil des participants ;
  • Visite de Mens, histoire du village et découverte de l’architecture et des rues ;
  • Visite du musée et de l’exposition « Le fait religieux en Trièves » ;
  • Apéritif offert par la municipalité avec musique à l’orgue de barbarie par Marcel Calvat ;
  • Repas au centre culturel.

Samedi 1er octobre.

Hebergeur d'image

  • Départ à 9 heures de Mens.
  • Remontée par la rue du Temple, la place de la halle et la rue du Bourg, la Croix, Pierre longue, Doya, Château vieux, Bongarrat, Saint-Jean d’Hérans. Pluie constante de 9 heures à midi heure d’arrivée à Saint-Jean d’Hérans.
  • Saint Jean d’Hérans : accueil à la salle des fêtes par la municipalité qui offre l’apéritif, le café et la possibilité de pique-niquer au sec et d’écouter les exposés de Michel Court sur l’association « Sur les pas de Huguenots » et de Jean-Pierre Feuvrier sur l’histoire de la création des chemins de Grande randonnée.
  • A 13 heures reprise de la marche sous un pâle soleil.
  • Arrêt au cimetière de Saint-Jean qui possède encore un cimetière coupé en deux, un côté catholique, un côté protestant, plus un cimetière plus récent, (réservé aux mécréants ?).
  • Descente vers les Rives et passage du pont de Cognet.
  • Remontée vers Cognet et reprise de la pluie.
  • Arrivée à La Mure vers 17 heures, tous trempés jusqu’aux os. 18 km et 750 mètres de dénivelé positif.
  • A 18 heures superbe apéritif à la mairie, offert par la municipalité de La Mure. Exposé de la Confrérie du Murçon sur la fabrication de cette spécialité muroise.
  • A 20 heures repas à l’hôtel Murtel et prestation durant le repas de Dansons en Trièves avec une quinzaine de danseurs : Rigodons, bourrée, valses, etc..

Dimanche 2 octobre.

Hebergeur d'image

  • Départ à 9 heures de la mairie.
  • Arrêt aux « Trois croix » où le responsable de l’office de tourisme nous compte les exploits des huguenots murois contre les troupes royales.
  • Tors, puis Villard Saint-Christophe où nous déjeunons.
  • A 15 heures arrêt à Cholonge où le maire, Georges Ruelle nous accueille avec sa faconde légendaire.
  • Nous repartons pour Laffrey où nous sommes accueillis par Dominique Viallet, 1er adjoint de la commune. Nous avons parcouru 16 km et 450 mètres de dénivelé positif. Dominique Viallet nous conte quelques moments forts de la vie de Napoléon. C’est sur ce moment très sympathique que se termine notre randonnée. Nous nous quittons et repartons chacun vers nos contrées respectives : Trièves bien sûr, mais aussi Matheysine, Savoie, Drôme, Suisse, etc…

Un grand merci :

  • à tous les participants, environ 80 sur les 3 journées, qui ont subi sans fléchir et dans la bonne humeur les intempéries calamiteuses ;
  • Aux 5 municipalités qui nous ont reçus de fort belle manière : Mens, Saint Jean d’Hérans, La Mure, Cholonge et Laffrey ;
  • A nos accompagnateurs Maryse, Régine et Elie qui nous ont mené sans encombre de Mens à Laffrey ;
  • A Hervé Labadie qui a assuré le transport des troupes ;
  • A Michel et Jean-Luc qui ont assuré chacun leur tour le rôle de voiture balai ;
  • A Michel qui a assuré le transport des bagages ;
  • Et aux organisateurs : Rosemary, Marie-Christine, Bernadette, Michel et Gérard, qui ont permis la réalisation de ces 3 jours dont les participants les ont chaleureusement remercié. Ils se promettent de remettre ça.

Nous nous sommes promis de nous retrouver l’année prochaine pour un projet encore plus ambitieux : la traversée de l’Isère du Percy en Trièves à Barraux.

Plus : http://www.dejantes-du-trieves.fr/souvenirs.html

Noel à Mens

Hebergeur d'image

SAMEDI 12 DECEMBRE 2015

PARADE NOCTURNE AVEC LE PERE NOEL et en MUSIQUE !

17h00 : CONCERT de NOELpour les enfants et les parents au Temple, organisé par « Musique en Obiou »

18h30 : RENDEZ-VOUS A LA POSTE DE MENS

*Parade de la rue Senebier jusqu’à la Halle de Mens

Les enfants porteront un photophore de leur fabrication ou fourni par l’association « TRIEVES VILLAGES »

*Calèche du Père Noël accompagnée par la fanfare  «Opus News »

*Arrêts musicaux devant quelques commerces et fontaines

*Photos à la cabane du Père Noël Place de la mairie

*Arbre de Noël : Surprise pour chaque enfant

19h45 : MOMENT CONVIVIAL SOUS LA HALLE

*Apéritif  dînatoire avec boissons chaudes

**********

DIMANCHE 13 DECEMBRE 10h-18h

MARCHE DE NOEL A LA HALLE

*Nombreux exposants de produits du terroir et artisanat local

*Animation musicale et danses folkloriques par « Dansons en Trièves »

*Petite restauration

VENEZ TOUS FAIRE LA FETE ET REVER EN MUSIQUE !

Evénement organisé par « TRIEVES VILLAGES », la Municipalité de Mens et des associations

Popol 4

Hier, quatrième réunion de la liste Mauberret. Environ septante cinq personnes au rendez vous, peu d’opposants (Mme Barbe), quelques non Mensois venus en spectateurs.

Popol attaque très fort. Moi ancien rugbyman, j’aime tellement Mens que j’en arrive à rater le match France – Pays de Galles de ce soir. Pas de bol, c’est France – Irlande ! Décidément, les Rugbyman sont presque aussi dragué que les centristes, puisque Mister Coquet nous expliquait déjà son amour du ballon rond à sa dernière réunion.

On excuse Françoise Streit et Myriam Garay.

Quoi ? On raconte sur le Dodiblog que nos 5 réunions vont épuiser les Mensois ! Que nenni, c’est un temps indispensable d’échange qui fait suite à nos réunions commencées en Octobre.

On représente un petit coup nos candidats pour ceux qui auraient raté le début :

Linday Journay : Mens depuis 5 ans, 5 enfants, veut s’occuper de la vie quotidienne.

Joelle Besson : Mens depuis 30 ans, pharmacienne, aime la vision à Popol.

Gerd Zander : Architecte urbaniste, aime les échanges démocratiques, se dit le moins intelligent de la bande.

Claude Didier : prof des écoles, dans la vie publique depuis 20 ans, SAT, SCAT, schéma directeur, agenda 21.

Hervé Hugueny : le plus sexy de la bande, Mens depuis 2007, ingénieur écologue, maitre composteur, a participé aux commissions ouvertes de la dernière municipalité, donné conseil pour la station d’épuration.

Sophie Reichmuth : Mens depuis 2007, élue en 2008, a mis en place des projets pour les jeunes, travaillé sur la PLU avec Popol, membre du conseil communautaire.

Michel Guiguet : 15ème sur la liste, président du conseil d’administration de l’EHPAD, conseiller communautaire.

Gérard Chevally : agriculteur, conseiller municipal, a travaillé sur eau et assainissement, conseiller communautaire.

Rémy Bacher : Mens depuis 1994, maraicher, s’intéresse à l’agriculture et à l’économie.

Françoise Richard : Ancienne prof d’italien, participe aux amis du musée du Trièves.

Jérôme Descombes : agriculteur, éleveur de chevaux, papa.

 

Et maintenant un petit tour aux signaraux :

http://www.lessignaraux.fr/

Coquet première : l’intégrale !

C’est fini. On peut lire jusqu’au bout…

hebergeur d'image

 

Salle Chatel pleine avec des chaises jusque dans l’entrée pour la première réunion de la liste Coquet. Environ 80 personnes dont pas mal d’opposants notoires, y compris quelques membres de la liste d’en face (Hugueny, Zanders).

Deux parties très contrastées : la présentation de la liste, la discussion sur le programme.

PRESENTATION DE LA LISTE : durée 1h20

Bernard Coquet décrit sa liste comme étant sans étiquette, il dit ne pas connaitre la couleur politique de ses colistiers. Tous déclarés comme divers au nuançage de la préfecture.

Il commence par excuser Lauriane Josserand, 26 ans, la benjamine de l’équipe, en CDD à Saint Etienne en Dévoluy. A la recherche d’un emploi stable, une petite jeune qui veut travailler ! Elle arrivera finalement en toute fin de réunion.

Les candidats se présentent en partant du fond de la liste.

Joël Gérin : né à Mens, carrière chez HP, conseiller municipal de 2001 à 2008 avec Philippe Gazin. A travaillé à la vie quotidienne, sur l’accessibilité (il se déplace en fauteuil roulant), sur la zone bleue. Président de l’association cueille la vie ,qui fait de l’animation à la maison de retraite, depuis 6 ans.

Propose de refaire le chemin pour handicapés de Châtel dont le revêtement ne permet pas de circuler en chaise roulante. Aussi un état des lieux à Mens et dans le Trièves de l’accessibilité pour handicapés, personnes agées, poussettes.

Evelyne Garnier : 72 ans, arrière grand mère, né à Oran en Algérie d’un père militaire, revenue en 1951.

Secrétaire de direction puis gérante de discothéque. A Mens depuis 1988, mariée à un vieux Mensois qui fut conseiller de 2001 à 2008.

Intéressée par l’aspect du village, les petites rues, les entrées de la commune, le fleurissement…

Jean Louis Goutel : Dans le Trièves depuis 2000, 3 filles.

Directeur adjoint de la chambre d’agriculture.

4ème adjoint à l’économie dans la municipalité sortante, en charge de l’écotourisme et du tourisme adapté.

2 ans président de l’office du tourisme, s’est occupé de la foire du 1er mai et de la foire bio devenue foire du Trièves.

Daniel Dussert : né à MENS, 67 ans, 4 enfants, agriculteur bovin, céréales.

Souhaite soutenir l’agriculture et le tourisme à travers la conservation des paysages. Et s’occuper des routes et chemins communaux.

Aurore Chauvin : 27 ans, originaire de Champagne Ardennes, étude à Lyon, à Mens depuis Aout 2010, secrétaire comptable.

Souhaite s’occuper des nouvelles solutions de transport, navettes Clelles-Mens, le covoiturage.

Bernard Chevalier : né à Mens, 59 ans, travaille à France télécom, à la retraite en mai.

Conseiller municipal de 2001 à 2008, à lancé le trait d’union Mensois et le 1er site internet de la mairie. A travaillé à la commission vie associative.

Carole Sauze : Famille de Mens, enfance à Mens, pompier volontaire, infirmière à la Mure.

Veut représenter la jeunesse Mensoise, conserver les services publics et médicaux.

Jean Paul Chabert : né à Mens, étude à Grenoble. Travail au crédit agricole de Mens de 1975 à la retraite en 2011;

A constaté les pertes d’emplois dans l’agriculture, le batiment, l’artisanat. Une certaine compensation pour les EHPAD, SIAD, ADMR et secteur associatif.

Est trésorier de l’association Trièves tourisme. Intéressé au développement économique.

Rosemary GIOVANETTI : d’origine Batave, 63 ans.

A créé une entreprise qu’elle a vendu, aussi gérante d’hôtel 4 ans. 20 ans à Grenoble.

En retraite à Menglas depuis 18 mois.

Intéressée par l’avenir des jeunes, par leur travail. Et par le développement du tourisme.

Gérard Dangles : 67 ans

A Grenoble depuis 1982 dans le secteur informatique;

Mens depuis 2005, conseiller municipal en 2008

DGS informel pendant 3 ans, s’est occupé de l’informatique municipale, du journal le TUM, des associations, a pris beaucoup de plaisir.

La voix s’élève : on a une confrontation entre 2 visions respectables mais différentes. On a une chance extraordinaire avec Coquet. Stop au ronron.

Applaudissement dans la salle, presque une bronca !

Véronique Menvielle :

D’origine Lyonnaise, 4 générations d’enseignants. Institutrice depuis 23 ans atteinte de pédagogite aigu. Aime la rigueur, le travail bien fait.

A Mens depuis 2005, conjoint Mensois.

Souhaite s’occuper de la jeunesse et des sports, créer deux conseils municipaux pour les jeunes de 8-12 et 13-17 ans pour un apprentissage de la citoyenneté et de la démocratie. Aussi un jumelage Européen pour des échanges culturels et linguistiques.

Tiens ? http://dodiblog.unblog.fr/2014/02/14/jumelage-echange-linguistique/

Marcel Calvat : né le 27-4-1943 (à quelle heure ?).

Famille modeste, progression professionnelle instit, prof d’EPS, principal adjoint puis principal d’établissement scolaire.

Fonction à la Fédération Française de ski au niveau régional, national et international.

Pour le développement du tourisme et de l’industrie. Pas de rêve et d’utopie, du réalisme et du pragmatisme.

1er adjoint de la municipalité sortante, président de la CDC de Mens pendant 4 ans.

Anne Marie Barbe : 62 ans, à Mens depuis 37 ans.

Travail administratif à la fac de Grenoble pendant 43 ans.

Motivée et disponible, souhaite s’occuper des personnes âgées.

Bernard Coquet : la tête de liste, on entre dans une autre dimension…

A commencé comme géomêtre, reprend quelques études, quelques petits postes dans des cabinets ministériels et préfet dans quelques départements…

Rugbyman , il se blesse, soigné aux Alouettes à Mens où il rencontre la future Madame Coquet, issue d’une vieille famille Mensoise, il y a 50 ans.

A bien connu Pierre Rolland, maire de Mens 1977-1983 et  Philippe Richard, maire de 1989 à 2001 auquel il a succédé à la présidence du fond documentaire Trièvois.

La liste équilibre et renouveau :

L’équilibre : besoin de mesure, éviter les conflits stériles, l’aveuglement militant.

Liste équilibrée par l’origine des candidats : 9 Mensois de souche, 6 néo Mensois depuis 18 mois à 50 ans.

7 en activité, 8 retraités, 1 agriculteur. Echelonnement des âges de 26 à 74 ans;

Pas de militants politiques déguisés !

Le renouveau : il faut faire des projections à moyen terme, le long terme est imprévisible.

Mens a une économie résidentielle, en boucle, fragile.

Les structures administratives vont changer considérablement dans les 3 ans à venir. Le futur canton s’étendera du Trièves au Valbonnais.

Mens est maintenant intégré dans le SCOT, approuvé il y a 18 mois, qui donne une vocation agricole et touristique au Trièves. Son sort est lié avec Grenoble.

L’accent devient Gaullien, un peu de tremblement dans la voix : Mens est à redresser, il faut se remettre debout, demain il sera Trottoir (au lieu de trop tard…).

Vous aurez plus de chance avec nous ! On attend presque un « Mensois, je vous ai compris », les bras en croix, qui ne vient malheureusement pas…

Applaudissements nourris de la salle.

Du grand art, de l’Enarque, la haute administration Française qui sait faire un magnifique discours sans aucune note !

Le ton se calme. Ses 2 parents sont DCD à 88 ans, il devrait donc avoir encore quelques années devant lui.

Il n’a aucun intérêt pécunier ni professionnel dans cette affaire, ce qu’on peut lui accorder.

Répond aux critiques sur sa « résidence alternée » à Mens : il sera présent autant qu’il le faudra (sans préciser combien de temps dans l’année). Le rôle d’un maire n’est pas nécessairement de s’occuper des poubelles qui débordent où des coqs qui chantent trop tôt. Il faut savoir déléguer. Il est de consulter, prendre des décisions, assumer une responsabilité juridique.

DISCUSSION SUR LE PROGRAMME :  durée 1h10

Là aussi, je met mes réflexions en italique.

Bon, vous avez notre programme en main (une feuille recto-verso), allez y posez nous des questions !

Là, ça tombe un peu à plat. Je m’attendais à une présentation du programme par thème puis à des questions en fonction. Quelque chose d’un peu structuré.

Du coup, ça part dans toutes les directions. Emmanuel se lance avec une déclamation sur la fin dans le monde et la responsabilité planétaire des Mensois. Un autre : « Vous dites faire venir du monde à Mens OK. Mais pas des écolos qui branlent rien ! »

Goutel : On peut attirer dans le secteur de l’agriculture, de l’écologie, des personnes agées. il faut créer les conditions d’accueil.

Dangles : attirer les technologies nouvelles, créer un espace pour le télétravail.

Claude Brand à Marcel Calvat : pouvez vous nous parler de votre bilan ?

Manifestement il a prévu la question le Marcel. Y sort une feuille et lit :

 - A la CDC de Mens :

Réalisation de la chaufferie bois, subventionnée à 80%,  économe en CO2, qui permet de chauffer l’EHPAD, les écoles, le centre social, le collège, la piscine et le camping.

Etude de faisabilité sur un plan d’eau biotype comme à Valbonnais. Mais il faut un espace approprié et beaucoup d’eau. Encore une étude qu’on aimerait pouvoir consulter sur internet, après tout elle a été payé avec nos impôts…

La fusion des CDC : il a pris beaucoup de temps pour y réfléchir et se décider. Temps qui n’a peut être pas été perdu. Il rappelle que le conseil de Mens avait voté contre sous Gazin. La fusion a finalement été votée à l’unanimité, avant qu’elle soit rendue obligatoire par le préfet. Cela a aussi permis de mener à bien la répartition des compétences et l’étude financière.

Il a participé au comité de pilotage d’Energie et territoire. Devant la prochaine mise en concurrence de la concession des barrages, EDF est devenue soudain très généreuse en donnant 240 000 euros par an pour les six CDC des bords du Drac. Le Trièves étant peu présent ne touche malheureusement qu’une faible part du pactole.

Travail au CDRA (Comité de Développement Rhône Alpes) dans le secteur tourisme.

Sur le dossier de l’ARB (Association de Réhabilitation de l’Herboristerie) qui compte s’installer prochainement à Beaumet.

 - Au niveau de la commune :

A travaillé au niveau du centre de gestion départemental qui gère le personnel municipal.

Mise en place du DGS (Directeur Général des Services).

Commission Vie Quotidienne, sur l’évenementiel, gestion et réhabilitation de la piscine, accessibilité pour les handicapés.

Augmentation du foncier de la commune en achetant 6500 m2 supplémentaires aux terres du Ruisseau.

Question d’Hervé Hugueny :

L’écologie créé de l’emploi, exemple de la SCOP (Société COopérative et Participative)  Terre vivante et de Trièves compostage qui est passé de 1 à 7 salariès.

Réponse Bernard Coquet : oui l’écologie créé de l’emploi, l’édition est à la peine, la structure SCOP peut provoquer des tiraillements, la commune pourra aider mais à peu de marge de manœuvre financière.

Petite digression :  la situation financière de Mens : elle est saine, taux d’investissement le plus faible et taux d’épargne le plus fort de l’Isère.

Il faut fixer des priorités, ne pas passer des mois à discuter, les discussions doivent être suivies de décisions.

Question de Nathalie Behiels : Quelles seront vos priorités ?

Réponse un peu dans tous les sens.

Faut il relancer la déviation où bricoler le stationnement dans Mens ?

Aide à la formation : le niveau à Mens est souvent CAP-BEP, les plus diplômés partent.

Le haut débit, le travail de réseau.

Question Dodiblog : les transports, Internet

Réponse d’Aurore Chauvin : c’est de la compétence du conseil général, il faut coordonner bus et train, des actions pour la foire du 1er mai…

Là, il faut encore travailler les dossiers !

Reprise par Marcel Calvat : il y a l’exemple du taxi à la demande comme sur le canton de Clelles, créé au moment de la fermeture des gares secondaires sur la ligne Grenoble-Veynes avec l’aide de la région. Mens l’a refusé, sans doute par peur de voir disparaitre le car. Ca sera difficile de récupérer cette opportunité.

Bernard Chevalier : la fibre va bientôt arriver à la Mure, pour Mens il faut se renseigner…

Bien flou, j’aurais aimé des idées sur la politique des sites, les liens entre eux.

Départ de Bernard Coquet : il faut rassembler les initiatives locales, créé un effet réseau. Le maire doit vendre sa commune.

L’effet réseau sur internet ?

Question d’Arnaud Behiels : le logement ?

Réponse Coquet : le SCOT permet la création de 5.5 logements par an.

Il y a 70% de propriétaires.

La demande à Mens est à 75% pour des T1-T2 et à 65 à 70% de célibataires, séparés, isolés, petit revenu.

Il faut un équilibre entre nouveaux logements et réhabilitation. Il faut réhabiliter le centre historique sinon risque de désertification, prolétarisation. Ne pas hésiter à y supprimer des bâtiments en ruines, des dents creuses pour faire des puits de lumière.

On évoque une opération programmée d’amélioration de l’habitat permettant aux propriétaires d’obtenir des subventions.

Calvat : il faut arriver à décider les propriétaires, les biens sont souvent en indivision.

Claude Brand : ne pourrait on pas faire payer les taxes aux propriétaires de maisons vides pour les décider à vendre.

Florian Bordenave : le travail en commission est important, le TUM ne retranscrit plus les comptes rendus des conseils municipaux

Réponse : oui, il y aura des commissions, les comptes rendus sont affichés en mairie.

Il ne serait pas idiot qu’ils le soient également sur le site internet.

CONCLUSION :

Seconde partie décevante, décousue, sans aucune structure. De belles envolées lyriques qui cachent mal un flou artistique.

Mis à part la présentation de l’équipe et celle des activités multiples de Marcel Calvat, on a fait que survoler les thèmes, entrevoir des pistes.

On espère vivement une nette reprise en main pour la prochaine réunion. Il faut une présentation du programme par l’équipe suivi de questions. Deux heures et demi sur le thème : « Allez y, posez nous des questions » serait un gag. En bon centriste, je pense également que si l’équipe Mauberret en fait trop et épuise le public avec ses 5 réunions, celle de Coquet sera un peu juste avec seulement 2.

Pour le moment, La tentation de la pêche à la ligne reste très forte.

Entre une équipe qui joue à cache cache avec sa couleur politique et une autre qui joue à cache cache avec son programme, il ne faudra pas s’étonner si l’électeur joue à cache cache avec l’isoloir…

Le jeu des mille euros à Mens

hebergeur d'image

Il y a déjà quelques années, j’ai eu le plaisir de participer à ce monument de la culture radiophonique Française : le  jeu des mille euros.

http://www.franceinter.fr/emission-le-jeu-des-1000

Le jeu des mille euros à Saint Julien en Beauchêne

Un jeu qui existe sans interruption depuis 1958 et en est donc à plusieurs générations de présentateurs et d’auditeurs. Plutot que de faire monter les candidats à Paris, il présente la particularité d’aller les chercher dans les coins les plus reculés de France.

A chaque enregistrement passent 3 groupes de deux candidats pour autant d’émissions qui seront diffusées quelques jours plus tard. La commune où se déroule l’enregistrement y est évoquée à chaque fois sous un angle différent et bénéficie donc de trois coup de projecteurs nationaux aux heures de grande écoute.. et tout cela gratuitement. Si plusieurs communes du Trièves postulaient pour l’émission, on peut même imaginer que la région profite d’une semaine pour elle.

L’émission vient sur demande officiel du maire : http://www.franceinter.fr/page_emission/434567/145509 

qui dit juste remplir un formulaire sur internet : http://www.franceinter.fr/content-proposez-la-candidature-de-votre-ville-pour-le-jeu-des-1000-euros

puis attendre plusieurs mois car la liste d’attente est longue.

En 2010, suite à ma petite expérience, j’avais proposé à l’actuelle municipalité de postuler. On m’a répondu « Oui, oui », j’ai attendu, l’émission est repassée en Isère mais n’est pas venue à Mens.

Une idée simple, qui ne demande aucune étude ni aucune subvention, et peut contribuer modestement à la notoriété de la commune et du territoire.

Trop simple ?

PS : Pour Dekalb, tu auras encore quelques idées de ce type dans les jours à venir, en fonction de mon état de surmenage. Puis sans doute le programme en vrac et à titre posthume si je n’arrive pas à constituer la 3ème liste. Bien à toi et bonjour à Cornillon…

La Mure en couleurs

Sous les Tilleuls réalise La Mure en couleurs 
La municipalité de La Mure a confié à l’association Sous les Tilleuls la réalisation d’un projet artistique – La Mure en couleurs-  qui habillera l’hôtel de ville du 14 juillet au 15 août 2012.
La réalisation de ce projet regroupe une dizaine d’artistes de la matheysine, de Grenoble et du Trièves. François Girardet, président de l’association, en  coordonne la conception et la réalisation
16 grandes peintures prendront place dans les 16 fenêtres de la mairie. Elles seront visibles de la nationale 85. Des parcours et animations artistiques seront organisés en liaison avec le Musée Matheysin et l’Office de tourisme.
 
Ce projet a été confié à l’association suite à l’exposition qui a réuni 7 artistes grenoblois et triévois sur 450 M2 à l’été 2011 au château de Cornillon. L’exposition avait accueilli quelque 1500 visiteurs, et nombre d’œuvres exposées avaient trouvé amateur.
 
En 2011, Sous les Tilleuls avait aussi organisé à l’Engrangeou de Mens une exposition rétrospective des actions de l’association à l’occasion de son quinzième anniversaire.
 

Mens, village parking : le débat

Mens, village parking : le débat dans 2011 cantonales rad42AB1

Mon article Mens, village parking ? a déchainé les passions. On remarque que les partisans du « tout bagnole » sont encore nombreux, même en ces temps d’inflation pétrolière… Allons allons messieurs, qui parle de polémique ? Juste un débat ! Et si on ne débat pas au moment des élections, quand le fera t’on ?

Le premier village tout piéton de France ? Certainement pas ! C’est une idée d’intégriste et moi, je suis centriste, ne l’oublions pas. Il faut une démarche pragmatique, chercher des solutions et non une série de problèmes qui permettent de justifier l’immobilisme.

Des solutions pour les déplacements dans Mens :

Il faudrait favoriser les cheminements piétons. Un exemple : les habitants des Levas qui ne disposent pas d’un terrain donnant sur le chemin des philosophes doivent impérativement accompagner leurs enfants à l’école en voiture. Les envoyer à pied sur la route serait suicidaire. Ne pourrait on imaginer des sentiers de rabattement sur ce chemin des philosophes ? De tels cheminements existent sur Clelles et Chichilianne, pas besoin d’aller loin pour trouver de l’inspiration. Il faut dire que l’actuelle municipalité, en particulier l’adjoint à l’urbanisme réfléchit à ce type de solutions. Mais pour l’instant, c’est à l’opposé que l’on assiste depuis plusieurs années avec la « privatisation » plus ou moins légale de passages ancestraux dans le bourg.

On pourrait aussi créer une piste cyclable dans le sens de la montée qui irait des Sagnes jusqu’à la Croix avec une branche montant vers les Levas. Inutile en descente, les vélos vont aussi vite que les voitures. Pas d’intégriste, on a dit !

Pour les voitures, encore une fois, la solution consiste à accélérer la rotation des stationnements. Quelques places de parking minute, peut être une extension de la zone bleue. Et l’arme suprème, que notre policier municipal puisse enfin sanctionner les récalcitrants multirécidivistes. Il est en place depuis bientôt deux ans, il a du repasser de multiples formations parce qu’il changeait de département et doit encore justifier de ses bonnes moeurs avant de pouvoir être totalement opérationnel. La formidable réactivité de notre administration à la Francaise, celle que le monde entier nous envie…

S’il fallait absolument se résoudre à augmenter les places de stationnement au Pré colombon, peut on imaginer de le faire par la mise en place d’un caillebotis herboré comme on le voit à Grenoble. C’est nettement plus élégant qu’une couche de macadam !

Des idées pour les transports hors de Mens :

Les transports publiques actuels sont en effet quasi inexistants. Tout écolo que je suis, je n’ai jamais pris le bus qui part de Mens à 5h50 pour arriver à Grenoble à 7h20 en se trainant pendant une heure et demi. A cette heure, je dors !

En lieu et place, on pourrait imaginer un départ en minibus de Mens vers 6h34, rabattement vers le train de 6h59 à Monestier de Clermont pour une arrivée à Grenoble à 7h44. Une heure dix de trajet et des horaires de départ nettement plus décents. On pourrait avantageusement remplacer les 2 aller-retours quotidiens en gros bus quasi vides par 4 rabattements sur les gares de Clelles et Monestier. Ces minibus pourrait partir en amont de Mens pour desservir également les villages du canton.

Il faudrait également se décider à créer, comme cela se fait ailleurs, de petits parkings relais dans chaque commune pour faciliter le covoiturage organisé ou au coup par coup. En suggérant par exemple un regroupement à cet endroit à l’heure ou à la demi de l’heure pour faciliter les rencontres.

J’avais proposé il y a quelques années la mise à disposition à Mens d’une voiture d’autopartage par Alpes auto partage (http://www.alpes-autopartage.fr/). L’investissement avait été jugé hasardeux au vu de la faible population. Je vais prochainement refaire la même proposition à la Mure. Si cela fonctionnait, on pourrait reconsidérer la question pour Mens.

En attendant, on peut encourager l’autopartage de type plus associatif et amical comme l’étudie « Trièves en transition » ou de type plus individuel comme le propose Livop (http://www.livop.fr/). Cela pourrait se faire également pour chacune des communes du canton.

Toutes ces solutions pourraient permettre à certains couples d’abandonner leur seconde voiture, de désencombrer Mens et… de faire de sérieuses économies.

Conclusion

Comme vous le voyez, mon cher Rebloch, mon bon Citron, mon brave Perceval, les pistes sont nombreuses pour nous éviter la vision d’un Mens – village Parking. C’est précisément ce que veulent éviter les touristes, citadins pour la plupart et qui sont confrontés aux charmes du tout bagnole tout le reste de l’année. Or le tourisme, c’est aussi de l’économie. Notre slogan de campagne est « Ecologie ET économie pour le Trièves ». CQFD !

L’association « Les amis de RMA » est née !

47 personnes du Trièves et de la Matheysine, dont de nombreux élus, ont participé à l’A.G. constitutive de l’association « Les Amis de Radio Mont Aiguille ».

Les buts de l’association ont été approuvés : soutenir RMA, dont le caractère local et associatif a été unanimement salué ; servir, le cas échéant, de cadre juridique aux activités habituelles de la radio.

Le débat a porté sur les liens futurs entre l’association et le CET (Comité d’Expansion du Trièves), qui gère les 2 fréquences radio.
Une administratrice du CET, venue à titre personnel, souhaite un travail commun entre la « nécessaire association de soutien à RMA » et le CET, qui propose un projet de restructuration de la radio autour du numérique et de la décentralisation des studios sur le territoire. Un ancien président de RMA a rappelé que dès le début, cette décentralisation a été mise en œuvre avec les moyens de l’époque, pour émettreen Matheysine.

Historique de RMA.
L’aventure débuta il y a plus de 20 ans, avec des ateliers d’expression radiophoniques lancés par des professeurs et des parents de collégiens du
Trièves. Suivra une émission de jazz : RMA est créée.

A cette époque, la volonté de l’Etat était de préserver l’indépendance, l’originalité et la diversité des fréquences libres, tout en organisant le partage de la bande FM. C’est ainsi que le C.E.T reçut la concession d’une puis de deux fréquences, tout en laissant à l’association RMA la gestion de l’outil et la charge de produire et diffuser des programmes locaux. L’obligation fixée par l’Etat est toujours d’actualité : créer au moins 4 h par jour de programmes originaux.
Autre devoir :programmer les créations musicales des producteurs indépendants.

Jusqu’en 2000, bénévoles, salariés et objecteurs de conscience ont animé ensemble RMA, mariant liberté d’expression et déontologie. Puis des divergences entre le CET et l’association RMA émergent, pendant que le CSA impose qu’une seule structure associative gère à la fois les fréquences et les programmes. L’association RMA est dissoute. L’administration de la radio est confiée à un membre du CET, qui maintiendra une gestion séparée des comptes entre RMA et CET. L’équipe de la radio se réduit à 2 salariés en contrat aidé. Le studio, loué pour une somme modique à la municipalité de Mens, est rénové, du matériel est acheté pour informatiser le fonctionnement de la radio.

Les financements viennent de l’Etat, qui ponctionne les recettes publicitaires des médias commerciaux. RMA perçoit environ40 000 €/an depuis 10 ans, c’est son principal financement.

En 2007, un projet du CET de créer un comité de pilotage n’aboutit pas. En 2009, RMA avait 3 salariés. En 2010, il ne reste qu’une seule salariée pour toutes les tâches, sans bénévoles : elle ne peut donc à la fois « couvrir » un événement en direct et être présente au studio. Bref : RMA ne peut plus assumer sa mission publique, au détriment des acteurs culturels, économiques ou sociaux, des collectivités territoriales, des associations, des politiques et des citoyens qui veulent promouvoir leurs créations, leurs activités, leurs propositions… On mesure l’ampleur et la richesse de la tâche !

Hélas, RMA est en panne. Depuis 2 mois, zéro salariée et au programme : des actualités périmées, une programmation musicale qui tourne en boucle, voire, par moments, le… silence radio !

Cet outil pourrait être si précieux pour l’exercice de la démocratie, le maintien du lien social, le partage d’un espace commun, de traditions et cultures locales …


9 personnes ont été désignées membres du C.A. Les participants ont débattu des premières actions à développer par l’association :
- élargir le nombre d’adhérents ;
- agir d’urgence contre la menace qui pèse sur RMA d’un retrait des fréquences de diffusion par le CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel), en raison des dysfonctionnements actuels ;
- demander au C.A. du CET de rencontrer celui de l’association ;
- tirer profit de l’expérience accumulée et de l’entraide entre radios associatives, pour proposer des projets pour la radio.

La prochaine Assemblée Générale aura lieu le lundi 21 février à 20h, à l’Espace culturel de Mens, pour faire le point sur ces actions. Si vous voulez rejoindre
l’association et participer à ces actions, vous pouvez nous contacter:  Les Amis de RMA, Mairie, 38710 Mens, ou lesamisderma@orange.fr

Fête du vélo à Mens : ça se précise

 Fête du vélo à Mens : ça se précise dans Ecologie radF9A45

La municipalité de Mens se joint à la fête du vélo. Nous proposons aux Mensois et aux visiteurs de se déplacer en vélo dans la commune les samedi 5 et dimanche 6 juin. Le port du casque est recommandé.

Votre vélo est en panne ?  Pas de problème, les accompagnateurs en VTT tiendront un petit stand gratuit de réparation de vélo sous la halle de Mens de 12 à 15 heure le samedi 5 juin.

Vous êtes en petite forme ?  VélObiou proposera un essai de vélo électrique au même moment, aussi gratuit.

Exclusif : on annonce la possible présence du vélo électrique de Fabien Cancellara

Pour les enfants, nous leur disons comme l’an dernier : « Tous à vélo à l’école » les vendredi 4 et lundi 7 juin. Par mesure de prudence, nous recommandons que chaque groupe d’enfant soit accompagné par un adulte portant un gilet de sécurité. Par ailleurs, nous conseillons d’éviter l’avenue Jean Rippert ou se déroulent les travaux du collège. »

Cet évenement de renommée internationale est relayé dans une multitude de site sur la toile. Citons :

Le site des amis du Trièves : http://lesamisdutrieves.e-monsite.com/agenda-voir-126010.html

Trièves info : http://www.trieves-info.com/fete/details/742-fete-du-velo

Grenoblelife : http://www.grenoblelife.com/classified-ads/show-ad/?id=95

Une initiative soutenue et sponsorisée par Vél’Obiou : http://velectric.unblog.fr/

12



Vivre la République du Progrès |
l'avenir vue par un militan... |
LCR Section Calaisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rassemblement des français
| Les lumières en héritage
| L'Afrique de toutes nos forces