• Accueil
  • > Recherche : olivier dodinot

Résultat pour la recherche 'olivier dodinot'

Rencontre

Rencontre avec Olivier Dodinot, initiateur du développement de Citiz à Mens

 Par Clément Dreveton de l’agence d’urbanisme de la région Grenobloise

Entretien téléphonique du 17 juillet 2019 dans le cadre de l’accompagnement de la Métropole dans la définition de sa stratégie de développement de l’autopartage

 

Olivier Dodinot se présente comme « un écolo pragmatique » et s’investit bénévolement pour le développement de l’autopartage à Mens où il habite.

 

Le développement de Citiz dans le Trièves, une réflexion ancienne

 

Déjà à la création d’Alpes Autopartage, Olivier Dodinot les avait sollicités pour implanter des véhicules à Mens. Cependant à l’époque, le coût d’un véhicule en autopartage et le manque de retour d’expériences rendait l’initiative trop risquée pour un opérateur. Des années plus tard, l’autopartage fonctionne bien en milieu urbain à Grenoble et l’expérience « Ma Chère Auto » semble être une réussite. Ce contexte favorable rend possible le fait d’expérimenter des véhicules Citiz à Mens.

C’est dans ce contexte que début janvier, Olivier Dodinot sollicite Citiz Alpes Loire qui donne son accord de principe à condition que soit prouvée l’opportunité du développement de l’autopartage dans ce milieu rural. L’enjeu est de prouver qu’un véhicule en autopartage est en capacité de réaliser 12 000 km / an, ce qui correspond au seuil de rentabilité. Mens a toujours été un territoire favorable au développement de l’autopartage comme le prouve l’usage non négligeable d’une plateforme d’autopartage entre particuliers (dont l’usage a périclité lors du rachat par Drivy). Olivier Dodinot va alors réaliser un important travail de lobbying local qui aboutit à :

  • Un accord du conseil municipal de Mens qui achète une part sociale et s’engage à attribuer une place sur voirie.
  • Une réunion publique de présentation du service en avril 2019 qui réunit 25 personnes
  • La mise en place de deux véhicules en septembre 2019

 

Deux Citiz à Mens pour une expérience suivie de près

Le public ciblé est clairement le ménage multimotorisé qui pourrait se débarrasser de sa troisième voiture pour passer à l’autopartage. Le facteur déclencheur au passage à l’autopartage est clairement le contrôle technique. Selon Olivier Dodinot, il existe un potentiel important dans les populations de jeunes retraités qui viennent s’installer à Mens pour lesquels la seconde voiture est superflue et pourrait clairement être remplacée par un véhicule en autopartage. Paradoxalement, le milieu très « écolo » de la ville de Mens n’est pas un gage de réussite car ce public trouve l’autopartage encore trop cher. Ce point soulève la question de la prise en compte du vrai prix de la possession d’une voiture et cela même auprès d’un public averti.

Concrètement, un véhicule sera mis en place via le dispositif ma Chère Auto. Olivier Dodinot ayant acheté une Dacia Sandero qu’il fait intégrer à la flotte Citiz pendant 8 ans maximum ou 100 000 km. L’autre véhicule, une Kangoo, sera mis en place par Citiz est financée en partie par l’acquisition de 11 parts sociales (la Mairie de Mens, une Cigale locale et 9 particuliers). Pour Citiz l’investissement est quasi nul.

 

En terme de perspectives, il est à souligner que cette expérience est scrutée de près :

Les communes de Monestier de Clermont, Saint Jean d’Hérans se sont montrées intéressées pour accueillir une station d’autopartage ;

L’Office du tourisme et le camping de Mens pourraient participer à l’aventure est décuplé ainsi l’usage des véhicules pour les touristes et visiteurs ;

La mairie de Mens pourrait orienter vers l’autopartage les personnes en difficulté qu’elle accompagne via un chèque transport (budget annuel de 2000 euros)

Cette expérience dans un milieu très rural pourrait essaimer s’il s’avère être une réussite.

CAISSE D’EPARGNE DE MENS

Caisse-Epargne
Bonjour
Chacun peut constater de mois en mois « l’évaporation » de l’agence caisse d’épargne de Mens, avec des horaires réduits à peau de chagrin et une incitation à se tourner vers l’agence de La Mure.
Au moins pouvez t’on encore y déposer ses chèques dans la boite aux lettres.
Ce matin je constate que ladite boite est scellée, pendant qu’est apparue une charmante affiche recommendant d’expédier les chèques à La Mure.
Nous en sommes donc réduits à mettre les chèques dans une enveloppe et à envoyer le tout par la bonne vieille poste. Avec les risques de retard ou même de perte de courrier. L’alternative : les remettre en main propre pendant les heures d’ouverture de + en + rachitiques, et incompatibles avec une vie professionnelle hyperactive.
Je ne comprend pas une telle mesure ! Le relevé de la boite par votre employée, qui vient encore de temps en temps en agence ne vous coute absolument rien et rend un service non négligeable à vos clients.
Je vous demande donc de revenir sur votre décision.
Si cela s’avérait impossible, nous effectuerons le déplacement de nos comptes caisse d’épargne vers des cieux plus cléments.
Bien cordialement
Olivier Dodinot :
Copie à Monsieur Bernard Coquet, maire de Mens
Marie Noelle Battistel, députée de l’Isère
Guillaume Gontard, sénateur de l’Isère
Caisse-Epargne2

Tous au camping !

commande-Kangoo

Citiz tient ses promesses, les choses avancent pour l’autopartage à Mens.
Après la commande de la première voiture, une Sandero : http://dodiblog.unblog.fr/2019/06/23/citiz-a-mens-dernieres-nouvelles/
Le second véhicule, une magnifique Kangoo 115 cv vient d’être commandé (voir pièce jointe).
 Pour soutenir cette belle action, on peut prendre une part sociale de Citiz : https://alpes-loire.citiz.coop/particuliers/devenir-cooperateur
La mairie de Mens, la cigale du Trièves et 4 particuliers ont déjà la leur, on attend les suivants.
 Martin Lesage, grand patron de Citiz viendra sur Mens avec l’un des ses techniciens, pour finaliser les choses avec différents interlocuteurs le lundi 8 juillet.
Ils feront une pause entre 12 et 14h au snack du camping de Mens, et seront à disposition pour discuter avec les personnes ayant des questions à propos de l’autopartage.
Merci de me prévenir à l’avance si vous comptez déjeuner avec nous. 
A lundi
Olivier Dodinot

Citiz : l’expérience Mensoise

2-voitures

Un article d’Amand Portaz, magnifique ambassadeur Citiz, résumant l’expérience Mensoise

                     —————————

Avancement du Projet d’implantation de 2 véhicules  d’autopartage Citiz à Mens (Trièves)

Après une réunion début avril ( une trentaine de personnes présentes) , notre  présence  à la foire de Mens le 1 mai et  une  enquête de terrain basée sur un questionnaire en ligne,  il s’avère qu’il existe un potentiel à Mens pour implanter2  véhicules Citiz 

  L’investissement  des véhicules me semble innovant  puisqu’il  s’appuie  sur  les montages  suivants :

•Le première véhicule sera  apporté  par un futur utilisateur  via la solution  « Ma Chère Auto » de Citiz . 

•Le deuxième véhicule devrait être  financé par des utilisateurs potentiels de Mens qui acceptent d’acheter 1 à 2 part sociétaire de Citiz       

Pourquoi à mon avis  ce projet est sur de bonnes rails  à Mens ?

Sans l’implication d’Olivier Dodinot , nouvel Ambassadeur local de  Citiz,  qui accepte d’investir  sur un véhicule « Ma Chère Auto » ,  il est fort probable que Citiz ne se serait pas engagé aussirapidement sur ce territoire.

◦Cet ambassadeur  est très actif  sur les réseaux  sociaux  et sur son Blog (1) ◦Par son approche positive, Il  a su suscité  l’intérêt d’utilisateurs   potentiels et  l’adhésion  d’une grande partie de la population. ◾Il faut dire qu’il a déjà expérimenté d’autres solutions d’autopartage.  ◦Par ailleurs  ce projet est soutenu par les élus  locaux  et Nationaux (Députés et Sénateur Locaux ) ◾ Il est claire qu’avec la Loi LOM, ce projet arrive aussi au bon moment.

Les cibles  potentielles

Je suis  persuadé  que l’autopartage  en milieu peu dense  ne peu pas prétendre  supprimer les véhicules individuels des foyers,  mais au moins en limiter le nombre.

Le questionnaire et les échanges sur le terrain  ont mis  en évidence les  profils d’utilisateurs suivants . ◦Les familles avec ados étudiants de plus de 18 ans ◾Ces derniers aurait besoin d’un véhicule ponctuellement sur place  voir sur Grenoble    ◦Les retraités sur Mens de moins de 75 ans   qui cherchent à se passer du deuxième véhicule ◦Les retraités  en résidence partagés entre Grenoble et Mens qui ne souhaitent utiliser ce service ponctuellement sur Mens et Grenoble ◾Le stationnent restreint à Grenoble facilite cette migration vers de l’autopartage  ◦Les retraités de Mens souvent en vadrouille avec leur  Camping-Car. ◾Cette solution d’autopartage leur permettrait de rayonner plus facilement  sur Mens quand  ils sont là , mais aussi de  visiter plus facilement des villes où est implanté Citiz, commeBordeaux, Toulouse, Marseille, ◦L’office du Tourisme et le Camping local,  qui sont aussi intéressés pour proposer  une location  courte  durée à la journée en utilisant ces véhicules en période touristique      ◾Pour les  touristes de passage en camping-car, c’est plus facile pour rayonner localement car les routes sont étroites ◾Pour les  touristes qui seraient  venus  par le  train dans le Trièves •Sur cette dernière cible,  il reste du travail pour rendre attractif le train. Notamment pour  traiter les derniers  km de la gare  vers  les lieux de villégiatures  •Est-ce qu’il sera plus facile  demain  avec la LOM d’offrir une solution de « taxi collectif » ou du TAD  plus souple,  par exemple via un « pass mobilité Touristique » ?        

1.Blog  d’Olivier 

http://dodiblog.unblog.fr/20…/…/30/citiz-nouvelles-du-front/

Armand PORTAZ

Réunion de campagne

unnamed

Dans le cadre des élections Européennes du 26 mai, le comité En Marche Sud Isère organise un atelier de travail vendredi 3 mai à partir de 19h, 447 rue des Alpages à Mens

Invité en exclusivité : Bertrand Biju-Duval

Le programme de la soirée

 - Point d’étape de la campagne Européenne

- Introduction à l’Union européenne (institutions, politiques, budget et projet politique)

- Présentation des grands axes du programme Renaissance.

- Enjeux et Stratégie de campagne pour le Sud Isère

Nous comptons sur votre participation à toutes et à tous !

Votre animateur

Olivier Dodinot

 

Sciences & Avenir

Faut pas énerver le Dodinot ! 

———————————

Bonjour

Je viens de recevoir une édition promotionnelle de Sciences et Avenir, un résumé du numéro de janvier dans le but est de m’inciter à m’abonner.

Grand titre : le mal de dos.

Il se trouve que je suis kinésithérapeute. Je fonce donc et page 14, un encart : comment s’y retrouver dans la jungle des praticiens ? A la colonne Kinésithérapeute, sur la ligne statut, je lis : titulaire d’un diplome d’état au terme de 3 ans d’études;

Je laisse tomber là, l’incompétence de votre journaliste vient de vous faire perdre un abonné ! Les études de kiné durent cinq années. Quelle est la durée de formation de votre journaliste ?

Bien cordialement

Olivier Dodinot

https://www.studyrama.com/formations/specialites/sante-medical-paramedical/sante-paramedical/etudes-de-kine-une-formation-en-5-ans-dont-une-annee-101379

———————————

Cher lecteur, cher abonné,

Nous avons bien reçu votre courrier et vous remercions de l’intérêt que vous portez à notre magazine.

L’erreur que vous nous signalez est réelle et, comme vous le précisez vous-même, figure dans une édition promotionnelle de Sciences et Avenir.

La diffusion de cette édition n’est en aucun cas réalisée par la rédaction mais par le Service des Abonnements.

Or ce dossier sur la formation des praticiens a été réalisé par notre rédaction voici plusieurs années (en décembre 2013 plus exactement).  Entre-temps, certains de ces parcours d’études ont été modifiés, rendant le tableau caduc. En outre, il comportait effectivement une erreur sur le temps de formation des kinésithérapeutes. Or c’est précisément ce tableau non mis à jour qui a malencontreusement été diffusé pour la promotion du magazine. Ce que nous avons bien sûr aussitôt signalé aux services concernés pour que cette erreur ne se reproduise pas.

Votre réaction est donc tout à fait compréhensible, mais nous espérons que ces explications vous redonneront confiance dans la validité des informations que nous vous présentons chaque mois.

Bien cordialement,Assistante de documentation

41 bis avenue Bosquet 75007 Paris

 

Autopartage à Mens ?

Dans le Dauphiné du 27/1/19

conseilmunicipal

 Jeudi a eu lieu la réunion du conseil municipal, autour du maire Bernard Coquet. Outre l’ordre du jour restreint, Olivier Dodinot, habitant de la commune, est venu y présenter le projet de mise en place d’un véhicule en auto-partage. « Cela fait dix ans que j’y pense : j’ai l’intention d’implanter une station d’auto-partage sur la commune, en partenariat avec la Scop (Société civile d’intérêt collectif) Citiz Alpes-Loire, sur le principe d’une franchise ». Le véhicule serait acheté par Olivier Dodinot et mis à la disposition de la population en libre-service et 24 h/24, sous certaines conditions. Tout d’abord, il faudra devenir adhérent en s’acquittant de la somme de 200 € (150 € de dépôt de garantie et 50 € de frais d’inscription), la location étant facturée en fonction du temps d’utilisation et du kilométrage parcouru (à partir de 2 €/heure et 0,37 €/km carburant compris). Le projet est aussi écologique, le véhicule n’étant pas diesel, et l’objectif étant de diminuer le nombre de voitures. Le conseil municipal a voté, à l’unanimité (12 voix pour), une délibération d’intention sur le principe de mise en place d’un véhicule en auto-partage. Il a approuvé l’achat d’une part sociale d’un montant de 750 € à Citiz Alpes-Loire et autorisé le maire à signer la convention relative à ce projet.

Mairie-Mens

Lu sur Place Gre’net

placegrenette

Un article remarquable de Place Gre’net, spécialiste en détection des « signaux faibles » :

https://www.placegrenet.fr/2018/11/08/taxe-sur-le-carburant-le-blogueur-olivier-dodinot-adresse-une-lettre-ouverte-au-vitriol-a-guillaume-gontard-et-marie-noelle-battistel/215097#comment-82162

L’article original : Lettre ouverte à Marie Noelle Battistel députée et Guillaume Gontard sénateur de l’Isère

Lettre ouverte à Marie Noelle Battistel députée et Guillaume Gontard sénateur de l’Isère

batistel-macron

Madame la député, monsieur le sénateur

En me baladant sur internet, je suis tombé en arrêt devant vos pages Facebook respectives.

https://www.facebook.com/marienoelle.battistel

https://www.facebook.com/profile.php?id=100009151634114

Dans une belle unanimité, vous vous opposez à la majoration des taxes sur le carburant. Madame Battistel parle d’une augmentation démesurée de la fiscalité sur les carburants, Monsieur Gontard établi une longue liste de ce que devrait faire le gouvernement, plutôt que de prendre une telle décision. Une position étonnante de la part d’une députée socialiste, encore plus surprenante d’un sénateur rattaché au groupe communiste, républicain citoyen et ECOLOGISTE !

https://www.senat.fr/senateur/gontard_guillaume19347u.html

Faut il vous rappeler que l’alignement de la fiscalité du Diesel sur celle de l’essence figurait noir sur blanc dans le programme du candidat Macron, programme sur lequel il a été élu.

http://www.auto-moto.com/…/emmanuel-macron-nouveau-presiden…

Peut on s’offusquer d’une augmentation des taxes sur ce poison qui asphyxie les villes ?

Faut il vous démontrer que l’essentiel de la hausse du prix des carburants est due essentiellement à la hausse des cours du brut. Un excellent article du monde nous apprend qu’un litre de diesel hors taxes coûtait ainsi 0,34 euro début janvier 2016, contre 0,66 euro en octobre 2018. Soit une hausse de 32 centimes par litre, là où les taxes ont augmenté de 18 centimes.

Le constat est globalement similaire pour l’essence : les taxes ont augmenté de 11 centimes depuis début 2016, alors que le coût de revient a augmenté de 22 centimes, ce qui représente les deux tiers de la hausse.

https://www.lemonde.fr/…/les-taxes-ne-sont-pas-la-premiere-…

Certes cette augmentation peut rendre la vie plus difficile à ceux qui n’ont d’autres choix que de prendre leur voiture.Mais vous savez parfaitement que si on ne fait rien, si on ne s’adapte pas, si on ne se prépare pas, avec la hausse prévisible des prix due à l’épuisement des énergies fossiles, les déplacements deviendront impossible dans une planète invivable !

Vous oubliez également d’évoquer la mise à jour astucieuse de la prime à la conversion début 2018 : pour la mise à la casse d’un vieux véhicule, vous pouvez bénéficier d’une prime de 1000 euros pour les ménages imposables et de 2000 pour ceux non imposables. Prime servant à acquérir un véhicule neuf ou d’occasion, à condition qu’il rentre dans les Crit’Air 1 ou 2 et ne rejette pas plus de 130 g de CO2 au km :

https://www.largus.fr/…/prime-a-la-conversion-2018-comment-…

Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que cette prime a eu un succès allant bien au delà des prévisions :

https://www.francetvinfo.fr/…/automobile-le-succes-de-la-pr…

Une prime particulièrement adaptée aux ménages modestes, impactés par la hausse des carburants. Je vous ai fait un petit calcul : Le Crit’Air 1 s’applique aux véhicules essence immatriculés après le 1er janvier 2011. On peut trouver une voiture essence de conception Française et de fabrication Roumaine, d’octobre 2012, 90000 km, consommation 5l/100, 116 gr de CO2. Cote à l’argus : 5500 euros, 3500 à débourser avec la prime. Le moyen de remplacer un véhicule épuisé et glouton par une voiture sobre et moderne.

https://www.lacentrale.fr/cote-auto-dacia-sandero-ii+0.9+tc…

Encore une bonne nouvelle, le gouvernement envisage de doubler cette prime pour 2019.

https://www.capital.fr/…/prime-a-la-conversion-son-montant-…

N’oublions pas non plus le passage à 80 km/h sur les routes, qui en plus de sauver des vies permet de baisser la consommation de carburant. Bref une politique courageuse qu’à été incapable de mettre en place la gauche sous Hollande président et son ex à l’écologie.

Sur le plan local, vous avez soutenu le maintien et la modernisation de la ligne Grenoble – Gap et vous avez fort bien fait.

Monsieur Gontard, vous parlez d’encourager le covoiturage. J’ai soutenu la mise en place d’un service de covoiturage avec départ garantie sous 15 mn par la société Illicov, comme cela se fait dans le Vercors. Cette solution a besoin de financement en complément du prix payé par l’usager, comme toute forme de transport collectif. J’en ai parlé à tous les élus. Le président de la CDC du Trièves a cherché des subventions, sans succès pour le moment. Je n’ai pas souvenir que ni vous ni Madame Battistel n’ayez fait quoique ce soit sur cette question. Il faut passer de la parole aux actes !

https://illicov.fr/ligne/vercors-saint-nizier-grenoble.html

Bien cordialement

Olivier Dodinot

 

Vive le 30 km/h !

Un article lu dans le Trait d’Union Mensois, que je trouve fort bien écrit.

panneau-de-signalisation-insolite

Depuis près de 50 ans, la mortalité routière baisse régulièrement en France, passant de plus de 18000 décès en 1972 (qui s’en souvient ?) à 3693 en 2017. Ceci étant essentiellement du à une baisse imposée de la vitesse, avec contrôle par radar et sanction par le permis à point. Chaque nouvelle mesure a été ponctué d’un concert de lamentations, qui ont rapidement cessé devant la réalité des chiffres. Souvenons nous de la récente baisse à 80 de la vitesse sur les routes, qui annonçait quasiment la fin du monde, et qui est maintenant acceptée et adoptée.

 Nous habitons au bout de Mens sur la grande ligne droite menant à Cordéac. Pas un habitat dense mais une absence de trottoir le long de la route et des habitants qui tiennent à leurs enfants ! A notre arrivée, il y a 20 ans, c’était le circuit de formule 1 du Trièves ! Des voitures circulaient à des vitesses autoroutières devant notre portail, malgré le panneau 50 d’entrée de village. Peu rassurant lorsqu’on a des bambins qui commencent à marcher, à s’exercer au vélo à roulettes, et qui peuvent toujours s’échapper malgré la vigilance parentale…
 La municipalité Gazin a bien amélioré la situation en mettant un ralentisseur costaud à proximité de chez nous, ainsi que devant les écoles. On note cependant encore des vitesses excessives, avec pour conséquence récente la mort de notre animal de compagnie percutée à grande vitesse par un chauffard, qui n’a pas jugé bon de s’arrêter.
 Je soutiens donc avec force la création de la zone 30 sur l’ensemble de la commune. La distance d’arrêt à 30 km/h est de 9 mètres, elle grimpe à 25 à 50 km/h, vieux souvenir du code de la route… Cette mesure, accompagnée de la pose de quelques « coussins Berlinois » au confort rugueux, permettra certainement de faire encore baisser la vitesse routière. Cela va dans le sens de l’histoire !
Vive le 30 km/h ! dans Parents d'élèves cleardot
 Olivier Dodinot
12345...14



Vivre la République du Progrès |
l'avenir vue par un militan... |
LCR Section Calaisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rassemblement des français
| Les lumières en héritage
| L'Afrique de toutes nos forces