• Accueil
  • > Recherche : olivier dodinot blog

Résultat pour la recherche 'olivier dodinot blog'

Page 9 sur 11

10 000 visites: ça se fête !

                       Page d’accueil: dodiblog.unblog.fr/

10000.jpg

Pas encore 6 mois et 10 000 visites pour le dodiblog. Je propose de fêter cela en prenant un verre au  café des arts (classé café historique) à Mens vendredi 12 octobre vers 19h30.

Après quelques bières, on pourra discuter de manière informelle internet et communication dans le Trièves. A l’approche des élections municipales, il serait intéressant de voir de que chacun attend de nos futurs élus. Un résumé des discussions se retrouvera bien entendu sur le blog!

Pour ceux que ça intéressent, on  poursuivra par une choucroute au même endroit. Si vous êtes interessés par le repas, merci de me prévenir au 04 76 34 89 07 ou ododinot@yahoo.fr. Avec bière ou vin et café, l’addition devrait tourner autour de 18 euros.

On pourra conclure la soirée par un haka Mensois en prévision de la demi finale de rugby du lendemain. Ca nous changera du rigodon!

hakasmall.bmp

              Le café des arts

cafedesarts.jpg

       Olivier DODINOT

 Retour page d’accueil: dodiblog.unblog.fr/

Le Dodiblog dans le Dauphiné libéré

                                                      Page d’accueil: dodiblog.unblog.fr/

dauphinelibere619d4.jpg 

Il y a quelques semaines, j’ai été contacté par Frédérique VERHAEGHE, journaliste au Dauphiné libéré. Elle était tombé par hasard sur mon blog et souhaitait faire un article dessus. Elle est venue le lendemain dimanche et nous avons discuté un bon moment avant de finir autour d’une tourniole. Voiçi le résultat et quelques commentaires de ma part à la fin.

                     —————————————————————————-

Le Trièves par la petite fenêtre

Olivier Dodinot est kiné à Mens. Suppléant du candidat René Robert (Modem) aux dernières législatives,  il y a trois mois, ce militant créait un blog de campagne qui depuis a viré tourisme, sport, loisirs… à la gloire de la bouffette de Mens et de la bière du Trièves, la Tourniole blonde, ambrée ou aux fleurs de sureau.

« Après la campagne, au lieu de fermer le blog, j’ai essayé de créer des liens et de trouver tous les sites qui parlaient du Trièves. Tout ce qui m’intéresse est sur le blog, c’est tantôt du copier-coller, tantôt des petits sujets persos ou collectifs sur la fermeture d’une classe à l’école primaire de Mens, sur la sociologie du Trièves. Je parle aussi d’écologie,d’éducation, de vélo, des fêtes du pays et de la maison ».

Le blog comme moyen d’expression ? « Dans le Trièves, il est difficile dans les réunions d’avoir un avis contraire à la pensée écologique dominante que ce soit  de l’A51 ou encore du pont de singe qui a été installé au Monteynard… », alors, le blog, c’est aussi : « l’occasion de donner d’autres points de vue, de créer du lien. Et puis, c’est amusant ».

À raison de quelques heures par semaine, le blog se nourrit des dernières nouvelles du pays, des dernières réflexions de son concepteur. « Il y a quelques jours, un responsable du centre Terre Vivante m’a appelé pour que j’inscrive la foire bio sur le blog.Mon ambition serait que les gens puissent petit à petit s’approprier l’outil pour parler de leur spectacle, donner leur avis sur des réalisations… ».

“Trièves au centre” a reçu 5 800 visiteurs en trois. La face cachée du blog qui n’est accessible qu’à son auteur permet de connaître le nombre de connexions jour, « 28 aujourd’hui », et de savoir quelles sont les pages qui ont été les plus visitées. « Je peux aussi savoir quels sont mots clés qui ont tapés par les internautes qui ont utilisé mon blog ».

Réaliser un blog est d’une grande facilité. « Il suffit de se connecter sur des logiciels comme unblog—c’est gratuit jusqu’à 50 méga— et en quelques heures, vous maîtrisez le système… ».

Dans la famille Dodinot, père et fils ont aujourd’hui leur blog. Trente-deux visiteurs pour Anton et son carnet de voyage.

Frédérique VERHAEGHE

                               ———————————————————————————————————

Cet article me plait bien. Il fait le tour de la question de manière exhaustive. Un petit point cependant: il peut donner l’impression que je me désintéresse des questions d’écologie. Je pense sincèrement qu’il n’en est rien. La lecture de ce blog et du nombre record d’articles traitant de cette problématique suffira à le démontrer. Je préfère simplement traiter ses questions par l’exemple, la proposition et l’action (mise en place d’un pédibus, promotion du vélo électrique, tentative pour lancer le covoiturage et l’auto-partage). Je suis par contre très circonspect envers une certaine écologie du discours, de l’incantation et du refus systématique.

Olivier DODINOT

Pour mémoire, un article sur le Trièves et notamment l’A51: http://dodiblog.unblog.fr/2007/05/27/cela-fait-debat-en-trieves/

et un autre sur les passerelles de Monteynard: http://dodiblog.unblog.fr/2007/08/18/pont-de-singe-de-monteynard/

Retour page d’accueil: dodiblog.unblog.fr/

Message d’Anne Marie COMPARINI

                               Page d’accueil: dodiblog.unblog.fr/ 

             comparinismall.jpg 

Anne Marie COMPARINI se retire de la vie politique. Une personnalité généreuse et humaine comme on en voit rarement dans ce milieu. Elle avait eu récemment le privilège de se faire insulter par un ami de notre président ce qui a sans doute contribué à sa décision. Voici son message aux militants UDF-MoDem de Lyon et de Rhône-Alpes‏.

Olivier DODINOT

                                    ———————————————–

Aujourd’hui les images de beaux souvenirs se bousculent dans mon esprit et je peux vous le dire : mon enthousiasme et mon énergie, c’étaient Vous.

Vous de Lyon et de Rhône-Alpes, avec qui depuis plus de 20 ans et dans le cadre de mes mandats d’adjointe de Raymond Barre, de présidente de Région et de députée à l’Assemblée nationale, j’ai lancé des initiatives et construit des projets pour que nous avancions dans un monde auquel il manque la dimension humaine.

Vous aussi avec qui au CDS, à Force Démocrate, à l’UDF et maintenant au Modem (notre famille a souvent changé de nom !), j’ai crapahuté sur le terrain – Ah les marchés d’hiver lorsque le vent était bien vif !- ou passé tant de soirées à prendre conscience du monde et le refaire, parce que c’est aussi la mission des élus d’aider la société à se connaître elle-même et d’élever la connaissance des citoyens.

Vous enfin, nouveaux venus au Modem qui exprimez dans le sillage de François Bayrou le besoin d’expression si cher à l’individu contemporain de voir naître une nouvelle génération de citoyens affranchis des appareils, des étiquettes, des tribuns et des stars.

Je l’avoue, j’ai beaucoup appris de vous et avec vous tous, et surtout en ces périodes délicates  où il faut comprendre le changement pour lui donner du sens.

Merci beaucoup de ce formidable travail d’équipe.

Tout cela est en moi et je continuerai à le défendre.

Anne-Marie COMPARINI

LIEN:

Wikipedia: http://fr.wikipedia.org/wiki/Anne-Marie_Comparini

Salope:http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20070629.OBS4256/devedjian_traite_comparini_de_salope_sarkozy_et_dati_co.html

Retrait: http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3224,36-956814@51-956817,0.html

 Retour page d’accueil: dodiblog.unblog.fr/ 

Covoiturage en Trièves: le projet du SAT

                         Page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/ 

covoiturage20mix2small.jpg 

Voici un extrait du mémoire réalisé par Baptiste Cambon de Lavalette dans le cadre d’un Master IUP Aménagement et Développement Territorial réalisé à l’université Pierre Mendés France de Grenoble, intitulé: « Pertinence du covoiturage pendulaire comme solution de mobilité alternative ».

Dans le cadre de ses études, Baptiste a  effectué un stage de plusieurs mois au sein des équipes techniques et décisionnelles du Syndicat d’Aménagement du Trièves. Voici donc la partie de son mémoire consacrée au Trièves.

Vous pouvez par ailleurs lui demander communication de l’ensemble de son mémoire en le contactant par mail: baptistecambondelavalette@yahoo.fr  

Olivier DODINOT 

——————————————————————

Le Trièves fait le choix de la mobilité alternative

Parmi l’ensemble des initiatives publiques ayant élaboré un projet de covoiturage, concentrons notre attention sur celle du Trièves (département de l’Isère) qui s’est particulièrement attachée à la question du covoiturage pendulaire. J’appartiens à l’équipe qui a construit ce projet. Ma mission a été d’étudier sa faisabilité et d’aider à la concertation.

Le plateau du Trièves est une région de moyenne montagne, marquée une forte identité rurale. Vaste de 647 km2, ce territoire compte environ 8500 habitants. Le Trièves est situées à cinquante kilomètres de l’agglomération grenobloise.

A. La philosophie d’un projet de territoire : L’Agenda 21 du Trièves

Suite à la réalisation, en concertation avec la population, d’un Schéma Directeur visant à réglementer l’aménagement de l’espace, les élus du Syndicat d’Aménagement du Trièves ont décidé en 2003 d’afficher clairement leur volonté de mener un projet de développement global sur leur territoire en respectant les critères du développement durable. Cette volonté politique est claire: elle unifie l’ensemble des communes du Trièves sous une même bannière.

L’entité Trièvoise est donc reconnue. Ce territoire n’a pas le désir de se transformer en espace « dortoir » de l’agglomération grenobloise. Il se dote en effet, des outils pour mener à bien un projet de territoire cohérent.Ce projet s’intitule « Agenda 21 pour le 21ème siècle

Il est le résultat d’uneconcertation active et régulière avec les habitants. Pour l’animer, plusieurs lieux d’échanges et de travail on été mis en place afin que les habitants, les élus et les techniciens des collectivités locales réfléchissent et fassent des propositions : les forums 21 (réunions publiques), les ateliers de travail (propositions concrètes), la cellule opérationnelle (faisabilité technique et juridique des actions proposées) et enfin le Conseil syndical du SAT (décisions).

« Se concerter, c’est « se mettre d’accord pour agir ensemble ».

Ce projet de territoire se traduit par un programme d’actions volontairement limité à une quarantaine d’actions prioritaires, parmi lesquelles un axe est consacré à la problématique de transports et de déplacements. Cet axe de développement intitulé « Améliorer la mobilité de tous les habitants via des modes de transports alternatifs » comprend quatre pistes d’actions :

- Un guichet unique pour une mobilité alternative

- Le covoiturage

- Favoriser l’utilisation des lignes de transports collectifs

- Le pédibus

B. Présentation du contexte

1. Un territoire en mutation démographique

L’expansion de l’agglomération grenobloise se fait de plus en plus ressentir dans le Trièves puisque nous constatons une croissance démographique de 36% entre 1982 et 2002, accompagnée d’une augmentation du nombre des naissances. Le Trièves connaît peu à peu le phénomène de périurbanisation, qui se traduit par l’installation de nouveaux habitants que l’on pourrait qualifier de « néo ruraux ». Cette population est résidente du Trièves mais, grâce à l’amélioration des conditions de transports, (construction de l’autoroute 51 notamment),elle peut travailler dans la principale zone d’emplois : l’agglomération grenobloise. Cette région subit, de fait, les conséquences d‘une infrastructure autoroutière censée à terme relierGrenoble et Nice, via Sisteron.

2. Répartition spatiale des activités

Trois chefs lieux de canton concentrent à les principaux services. Ce territoire a une densité faible s’élevant à treize habitants par km² (contre 98 habitant/km² en 1996) et quatre mille foyers. Ainsi, l’habitat y est diffus, c’est-à-dire peu concentré.

3. Des déplacements majoritairement automobiles

Une telle répartition spatiale des activités 70rend quasi indispensable l’utilisation del’automobile, comme le montre le taux de motorisation particulièrement élevé des ménagestrièvois s’élevant à 85%. Ce territoire rural est totalement dépendant de l’automobile, tant pour accéder aux services que pour se rendre sur leurs lieux de travail, malgré une offre detransports en commun 72existante mais hélas inadaptée du point de vue des horaires. Le seulatout des transports en commun réside dans la présence de la ligne T.E.R. Grenoble-Veynes qui, grâce au combat des élus locaux, maintient un niveau de service satisfaisant.

4. Les déplacements domicile-travail

Comme il est souligné précédemment, de plus en plus d’individus travaillant dans l’agglomération grenobloise vivent dans le Trièves. Presque le tiers des actifs trièvois se rendent quotidiennement dans l’agglomération. Ce phénomène n’est pas exclusif à la seule région du Trièves, il touche l’ensemble des territoires ruraux situés à proximité de l’agglomération.

Ces migrations pendulaires s’effectuent dans leur majorité en voiture particulière, avec un taux d’occupation faible (1,2 personne par véhicule), provoquant les phénomènes bien connus de congestion aux heures de pointe sur les axes situés au Sud de l’agglomération.

Les facilités de déplacement automobile sont constatables sur cette région. Elles permettent aux ménages de reconsidérer leurs modes de vie. Tout en gardant un emploi dans l’agglomération, l’automobile leur permet d’installer leur lieu de vie familial dans un cadre de qualité. L’automobile est donc un objet incontournable dans un tel type de région que l’on pourrait situer dans lé périurbain lointain. Néanmoins, avec l’arrivée de l’A51 aux portes du Trièves, le temps de distance avec l’agglomération grenobloise tend à diminuer.

C. La réalisation concertée d’une action innovante de mobilité alternative

1. Enjeux du territoire

Suite à ce diagnostic, l’élaboration d’une action de mobilité alternative devait reprendre les enjeux territoriaux. Il a donc fallu se concentrer sur un type de trajet et ce sont finalement les liaisons domicile-travail avec l’agglomération grenobloise, zone d’emploi attirant de plus en plus de salariés travaillant dans le Trièves, qui ont été retenues.

Les principaux leimotiv à la réalisation du projet étaient d’ordre économiques. Eneffet, d’après le Bulletin Officiel des Impôts, un aller-retour régulier entre le Trièves et l’agglomération grenobloise coûte à trente quatre euros. De plus, au niveau national, le second poste de dépenses du budget des ménages français (derrière le logement) est consacré aux transports, soit une somme annuelle de 5 140€ (15% de la part totale du budget annuel des ménages). En outre, dans un contexte d’individualisation des mœurs, le covoiturage apparaît comme un vecteur de nouvelles solidarités et pourrait renforcer la cohésion sociale au sein de ce territoire et éviter ainsi la dilution identitaire.

L’enjeu de développer le covoiturage pendulaire sur ce territoire est au cœur des processus de régulation des fonctions urbaines. En effet, avec la croissance de l’agglomération grenobloise, de plus en plus de ménages profitent des nouvelles accessibilités en matière de transports (Autoroute A51) pour venir habiter dans cette région située dans le périurbain. Ayant toujours eu la volonté de préserver son image écologique et ne pas devenir un « espace dortoir », le Trièves a donc cherché à appliquer une action de mobilité alternative telle que le covoiturage pour limiter les externalités négatives de la croissance urbaine : consommation d’espaces, dilution du corps social, exigences qualitatives en termes de services, cohabitation avec le monde rural,… En ce sens, l’Agenda 21 du Trièves est un réel projet politique en milieu rural.

2. Un processus de concertation

L’action est innovante dans la mesure où elle a été effectuée grâce à une concertation active entre divers groupes d’acteurs aux logiques différentes. Le projet englobe ainsi une pluralité de points de vue. L’intérêt d’une démarche de concertation est justifié par la présence d’acteurs aux logiques différentes75, parmi lesquels :

- l’Espace Ressources Emploi Formation, pôle d’insertion lié au Syndicat d’Aménagement du Trièves,

- le pôle Solidarité de la direction territoriale Trièves du Conseil Général de l’Isère,

- un groupe de travail composé d’une dizaine d’habitants,

- les équipes techniques et décisionnelles du Syndicat d’Aménagement du Trièves dont je faisais parti.

Ainsi, chaque acteur participant au processus de concertation amène sa propre vision du sujet. La mobilité alternative peut être vue sous divers aspects : favoriser l’usage des transports en commun, faciliter les échanges entre les habitants ou encore rationaliser les déplacements automobiles. L’équipe porteuse de ce projet ne s’est donc pas basée sur les services existants, comme ce fut proposé par l’un habitant, mais a fait le choix de l’innovation en mettant en place un logiciel inédit en France.

3. Un logiciel intermodal de covoiturage pendulaire

En octobre 2006, les élus du conseil syndical du Trièves ont décidé de développer un site intermodal de covoiturage pendulaire ayant les caractéristiques suivantes :

- Un répertoire des moyens de transports,

- Le covoiturage régulier de proximité : mise en relation, interface cartographique, notion de point d’embarquement local,

- Lien vers l’Autostop organisé,

- Des participants (re)connus

La principale caractéristique du logiciel de covoiturage réside dans sa nouveauté et notamment en terme de mise en relation de covoiturage. Il propose en effet une interface où le temps de parcours du conducteur est calculé à partir de son heure de départ et de son trajet.

Les routes du Trièves étant sinueuses et pas excessivement nombreuses, cette option est intéressante car elle crée la notion de point d’embarquement local. Ainsi, la base de données calcule automatiquement la concordance, à dix minutes près, des trajets proposés par l’ensemble des moyens de transport circulant dans le Trièves, à savoir Train Express Régional, bus du Conseil Général de l’Isère, lignes de bus longues distances, ainsi que la flotte de véhicules individuels ayant enregistré leur trajet régulier dans la base de données.

Ce logiciel reprend a lui seul les fonctionnalités d’une centrale de mobilité, à savoirune offre de renseignements précis sur les lignes de transports en commun (horaires, lignes, réductions tarifaires,…). De plus, il aborde la question du covoiturage comme un véritable moyen de transport en le couplant avec les transports publics. Par conséquent, ce logiciel donne la possibilité d’avoir une main mise sur l’ensemble des informations liés aux modes de transport présents sur le territoire.

Se pose néanmoins le problème de l’accès au logiciel via l’Internet. Un accès téléphonique pose la question du recrutement d’un(e) salarié(e) qui remplirait le rôle d’animation du système de covoiturage.

Cette action reflète plusieurs points. Tout d’abord, elle tend à réconcilier les transports en commun avec l’automobile. Cette complémentarité public / privé est certainement, du point de vue de la LOTI, l’avenir de la mobilité alternative. L’automobile est traitée à égalité avec les autres moyens de transport. Mais du point de vue de la législation, peut-on considérer le covoiturage pendulaire comme un nouveau système de transport ?

Baptiste Cambon de Lavalette

Retour page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/ 

Fermeture de classe: réponse de Didier MIGAUD député de l’Isère.

                     Page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/

                     migaudsmall.jpg   

Cette réponse du député Didier MIGAUD fait suite au courrier que nous avions adressé aux élus concernant la menace de fermeture de classe à l’école primaire de Mens:  

http://dodiblog.unblog.fr/2007/07/07/fermeture-de-classe-message-aux-elus/

Vous pouvez par ailleurs consulter le blog consacré spécifiquement à ce probléme:

http://fermeturedeclasse.unblog.fr/ 

   ———————————————————- 

ASSEMBLEE NATIONALE

Didier MIGAUD

Député de l’Isère - Maire de Seyssins

                                                                                                                    Le 17 juillet 2007

Monsieur le président,

J’ai bien pris connaissance du courrier électronique que vous m’adressez, avec les représentants de parents d’élèves FCPE et indépendants au sujet de la 7ème classe de l’école primaire de Mens.

Soyez assuré que sa lecture a retenu toute mon attention et que je reste très sensible à cette situation.

En liaison avec Annette PELLEGRIN, conseillère générale,  je suis intervenu de nouveau, en insistant, auprès de M. Jacques AUBRY, inspecteur d’académie de l’Isère.

Je ne manquerai pas de vous faire parvenir la réponse qui me sera adressée.

Restant toujours à votre disposition, je vous prie de croire, Monsieur le président, à l’expression de mes sentiments dévoués.

                                                                       Très cordialement à vous

                                                                       Didier MIGAUD

Monsieur Olivier DODINOT                                                                            

Délégué des parents d’élèves – Président de la PEEP

Bas saint Genis   38710 - MENS

Retour page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/

Base élèves

                     Page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/ 

                                                   base20eleves.gif

Voiçi ci dessous un texte que m’a envoyé Lucien CAVALLI, président de la PEEP (Fédération des Parents de l’Ecole Publique) de l’Isère concernant le fichier base élèves qui est en train d’être mis en place dans les écoles primaires. On verra que son analyse est nettement moins alarmiste que la plupart des informations qui circulent à ce propos sur internet. Il faut souligner qu’il ne s’agit que son point de vue personnel et pas celui de la Peep qui n’a pas pris position officiellement sur ce dossier.

Pour ma part, je ferais prochainement sur ce blog un résumé des positions des principaux protagonistes à propos de base élèves en terminant par ma propre position.

Olivier Dodinot

——————————————————————————————————

Le dossier brûlant de la rentrée semble être la mise en service de la base élèves en primaire en version définitive. Il est nécessaire de diffuser une large information aux parents pour apaiser les inquiétudes naissantes de rumeurs alarmistes.

Le 10 juillet dernier, j’ai rencontré Jacques AUBRY inspecteur d’académie qui s’est voulu rassurant. Il va également s’engager dans une large information. Il a écrit aux maires de l’Isère, et rencontrera leur association à la rentrée. Les représentants de parents d’élèves seront reçus à la rentrée, pour voir une démonstration de la saisie de cette application informatique.

Un dossier d’information sera disponible au secrétariat. En attendant, vous trouverez ci-dessous des éléments de réponse à quelques interrogations :

Qu’est ce que la base élèves 1erdegré ?A l’image du fichier similaire qui existe déjà en collège et lycée, la base élèves en primaire est un recueil d’informations nécessaires à la scolarisation des enfants. L’hébergement (le grand ordinateur) est à Orléans, mais la base est départementale. Le dispositif repose sur un réseau intranet qui relie donc l’ordinateur sur le leu de travail et non pas à domicile.

Le site actuel est expérimental. Il sera définitif à la rentrée 2007.

Que contient la base comme informations ? les informations concernent 117 000 élèves en école publique ou privée. Le dossier médical reste à part et n’est consultable uniquement par un médecin.

Un numéro est affecté à l’élève. Ce numéro est spécial à Éducation National (EN) pour empêcher tout lien avec d’autres administrations qu’aurait pu permettre l’utilisation du numéro d’immatriculation national INSEE de sécurité sociale.

Les informations déclarées par la famille, autrefois inscrites sur un fichier papier, restent nécessaires à la scolarisation et correspondent à une utilisation bien définie.

Qui peut accéder aux informations ? L’accès aux informations de chaque élève, grâce à un badge, n’est réservé qu’aux directeurs d’école, aux maires et à l’inspecteur d’académie. L’accès de façon anonyme, et seulement pour établir des statistiques est accordé au rectorat et au ministère.

Comment accèdent les personnes habilitées ?chaque personne habilitée doit changer à sa première connexion le mot de passe secret, sous forme alpha-numérique mais aussi en majuscule/minuscule.

Toutes les informations sont-elles libres d’accès aux personnes habilitées ? Non, les  données sont restreintes au champ de compétence. Seul l’inspecteur d’académie a accès à l’ensemble des informations. Certaines informations restent imprécises comme l’activité professionnelle des parents codifiée par catégorie socio-professionnelle.

Le maire n’aura pas accès au numéro de téléphone, le directeur en a besoin pour appeler la famille en cas d’accident par exemple. Il n’aura pas accès non plus à la date d’entrée en France. Cette date n’est connue que de l’inspecteur d’académie qui est responsable de scolariser les Enfants Nouvellement Arrivés (ENA). Ces enfants ont besoin d’une scolarité particulière comme l’apprentissage de la langue française.

Le maire connaîtra l’assiduité de l’élève car il est responsable de la scolarisation des enfants dans sa commune. Une coche assiduité permettra de suivre un enfant non scolarisé en dehors du département. Jusqu’à maintenant il existait une rupture, laissant l’enfant perdu de vu par les maires et l’EN.

Le logiciel prévoit un document de sortie en fonction du demandeur. Une précaution supplémentaire pour garantir une séparation des pouvoirs. En conclusion, ce dispositif est un fichier de plus, qui ne semble pas plus dangereux que les fichiers déjà existants à Éducation Nationale.

Lucien CAVALLI

Retour page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/

Le docteur Paul Sénebier

                    Page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/ 

senebiersmall.jpg

Le docteur Senebier a une rue à son nom à Mens. Qui était il donc? 

Né le 11 mai 1849 à Mens fils de Jean SENEBIER né en 1790, Marchand à Mens et d’Anne BRAVE née en 1803, sans profession. Il commence ses études de médecine à 17 ans et est reçu à 19 ans à l’internat des hôpitaux de Grenoble en 1868. Désirant recevoir la meilleure formation possible pour son époque, il  » monta  » à Paris pour terminer ses études médicales. Il travaille à l’hopital du Val de Grace en  1870.

Ces études furent  interrompues par la guerre de 1870-1871  pendant laquelle il est médecin du 1er bataillon de la garde mobile de Haute Savoie. Il retourne ensuite à Paris pour terminer ses études de Docteur en médecine.

L’amour du pays l’emportant il revient à Mens en 1872 comme simple médecin de campagne, malgré l’insistance de ses confrères grenoblois qui avaient vu tout l’intérêt que pouvait représenter pour leur ordre un praticien diplômé de la Faculté de Médecine de Paris. Sa maison était située dans la rue de Mens qui porte maintenant son nom, à l’angle du  » Chareyrou « . Elle était équipé de tout le modernisme qu’il avait pu voir à Paris et encore parfaitement inconnu à Mens à l’époque. Elu maire de Mens le 20 mai 1900. Il le restera jusqu’en 1904.

Il était le neveu par alliance de  Francelin Jean Benjamin BACHASSE, maire de Mens en 1859 puis de 1867 à 1881 et de 1887 à 1889, lui même fils de Benjamin Pierre BACHASSE, maire de Mens de 1847 à 1849.

Mort à Mens le 13 mai 1923. Obsèques civiles le 15 mai 1923. Avec lui « disparaît une des plus belles et nobles figures mensoises » la dépêche dauphinoise du 20 mai 1923.

Son fils Jean fut Procureur Général près la Cour d’Appel de Lyon.

Liens:

Les maires de Mens 

http://perso.orange.fr/mairiemens/maire5.html

Un acte de décès en tant que médecin: 

http://perso.orange.fr/jean.fontenille/maires/acte_bach1887_11_d.htm

Sur son fils Jean:

http://www.institut-de-france.fr/index2.php?arbo=140&page=731

Signé: Thomas GOUJON, Olivier DODINOT + une Mensoise anonyme

Retour page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/

Le blog « fermeture de classe »

                    Page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/ 

banderole9small.jpg

Faites une petite visite au blog « Fermeture de classe » qui vient d’être créé à propos de la menace de suppression de classe à l’école primaire de Mens:

http://fermeturedeclasse.unblog.fr/

Olivier Dodinot

Retour page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/

Divorce socialiste

                    Page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/ 

divorceroyalsmall.jpg 

Ségolène Royal et François Hollande ne se supportaient plus. Ils en ont tiré la conclusion logique en se séparant.

Je viens de lire le dernier numéro du Nouvel observateur, hebdomadaire auquel je suis abonné. Des lecteurs, tous de gauche, exprimaient leur point de vue sur la façon dont il convient de réformer le parti socialiste.

Une petite majorité semblait proner la ligne social démocrate et l’alliance au centre. Une importante minorité penchait pour le retour vers les « vrais valeur de gauche », tendance années 70, programme commun et lutte des classes. Des points de vue bien peu conciliables. Quelques uns, sans doute les plus clairvoyants, souhaitaient tout simplement le divorce entre ces 2 tendances!

Depuis le référendum de 2005  sur la constitution Européenne et le fiasco qui en avait suivi au parti socialiste, on peut légitimement se poser la question de la raison d’être de ce parti. 

Jean Luc MELENCHON, sénateur socialiste,  reprenait dernièrement à son compte cette brillante idée du divorce. Je suis pour une fois entièrement d’accord avec ce magnifique spécimen de dinosaure de gauche. http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-823448,36-923662,0.html?xtor=RSS-3208

Souhaitons donc qu’avec ses collégues Fabius et Emmanueli, il joigne le geste à la parole en allant jouer avec ses amis communistes en compagnie de l’éternelle Arlette et du facteur.

Ils laisseront ainsi l’occasion de s’occuper des affaires sérieuses à ceux qui, au sein du parti socialiste, ont compris que le monde a changé de siécle et même de millénaire . Et peut être de revenir au pouvoir dans 5 ans, avec pourquoi pas une alliance au centre.

L’attitude des électeurs centristes en cas de désistement est intéressante à observer. Au second tour des élection présidentielles, 40% ont voté pour Sarkozy, 40% pour Royal, 20% choisissant l’abstention ou le vote blanc. Au second tour des législatives, 56% ont voté pour la gauche. Ils sont donc prêt à favoriser un contre pouvoir de gauche mais certainement pas à lui donner le pouvoir dans le cadre de son positionnement politique actuel.

Le parti des verts pourrait aussi s’inspirer de cette notion de séparation salutaire. Ils ont en effet réussi la performance de passer de 5% à 2% des voix entre les élections présidentielles de 2002 et de 2007. Pourtant un boulevard s’ouvrait devant eux, personne ne contestant plus le réchauffement climatique.

Pendant ce temps, les écolos de Belgique, pays ou je me trouve actuellement passait de 4 à 12% en pronant un programme pragmatique et réaliste. N’est il donc pas necessaire pour nos verts Français de se délester de la frange marxisante de leur militants, plus intéressés par la rhétorique et les débats stériles que par l’écologie?

Olivier Dodinot

Retour page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/

Législatives 2ème tour: résultats et commentaires

                         Page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/  

Avec 62.76% des voix, la victoire de Didier Migaud sur la 4ème circoncription de l’Isère est nette et incontestable. 

A noter que sur Mens, traditionnellement à gauche cette victoire est moins nette. Didier Migaud n’obtient que 56.45% des voix soit une décote de plus de 6 points. Il ne gagne que 5.34% entre les tours contre une moyenne de 16.18% sur la circonscription. Il y a donc eu un mauvais report sur lui des électeurs qui avaient voté sur les candidats n’ayant pu se maintenir au second tour.

Sur Mens encore, l’abstention a encore progressé d’un point de 29.14 à 30.14. On a aussi beaucoup voté blanc. 28 électeurs soit 3.63% se sont déplacés pour glisser un bulletin blanc ce qui est un geste poloitique fort. Ils considérent peut être comme moi que même si Didier Migaud est manifestement le candidat le plus compétent des deux finalistes, on ne peut cautionner la façon dont il cumule les mandats.

Didier Migaud est donc député et sera selon toute vraisemblance nommé président de la commission des finances ce qui est une tache énorme. Il est également maire de Seyssins (6850 habitants) depuis 1995 et président de la communauté d’agglomération Grenoble-Alpes-Métropole (396792 habitants au recensement de 1999). Il est encore président de l’EPFL (Etablissement Public pour le Foncier et le Logement de l’agglomération Grenobloise).

Didier Migaud se dit officiellement opposé au cumul mais ne met pas ses actes en accord avec ses paroles dans ce domaine. Il ne respecte donc pas le point 69 du pacte présidentiel de Ségolène Royal qu’il a pourtant soutenu aux élections présidentielles. Celui ci instaurait le non cumul des mandats pour les parlementaires.

Un député élu à 62% c’est bien, un député à plein temps, c’est mieux.

Olivier Dodinot

Les réultats à Mens: http://www.interieur.gouv.fr/sections/a_votre_service/resultats-elections/LG2007/038/03822604.html

Et dans la 4ème circonscription: http://www.interieur.gouv.fr/sections/a_votre_service/resultats-elections/LG2007/038/circons04.html

Le pacte présidentiel de Ségolène Royal: http://desirsdavenir11.unblog.fr/elections/les-cent-propositions-du-pacte-presidentiel/

Le cumul des mandats en Europe: http://www.c6r.org/IMG/doc/Cumul_europe_Jean_Betrom.doc

Retour page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/

1...7891011



Vivre la République du Progrès |
l'avenir vue par un militan... |
LCR Section Calaisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rassemblement des français
| Les lumières en héritage
| L'Afrique de toutes nos forces