• Accueil
  • > Recherche : parc eolienne

Résultat pour la recherche 'parc eolienne'

Page 3 sur 5

Eoliennes et économie

Eoliennes et économie dans Ecologie rad60967

Suite à une étude publiée par l’Institut Montaigne, en juillet dernier, intitulée « Eoliennes : nouveau souffle ou vent de folie ? », le Syndicat des énergies renouvelables a rédigé un rapport, réfutant point par point l’argumentation de l’auteur, Vincent Le Biez. Selon le SER, celui-ci aurait fait preuve d’un exercice anti-éolien. Le Syndicat des énergies renouvelables vient de publier un rapport, contestant point par point les arguments de Vincent Le Biez, auteur d’une étude sur l’impact du coût de l’éolien pour l’Institut Montaigne. Le développement de l’énergie éolienne en France tel que l’a envisagé le Grenelle de l’environnement ne serait « pas la solution économique la plus appropriée », et ne répondrait « pas à un besoin étant donné la sobriété du parc de production électrique français en termes de CO2 ». Voilà les conclusions de Vincent Le Biez, auteur de l’étude « Eoliennes : nouveau souffle ou vent de folie ? ». Ainsi, l’homme évaluerait le surcoût du développement de l’éolien en France à 2.5 milliards d’euros par an à l’horizon 2020.

Surcoût ou économie ?

Le SER conteste la méthodologie et les hypothèses choisies par l’auteur pour arriver à ce résultat, affirmant même que l’étude « cache un parti pris anti-éolien ». Le syndicat tente donc d’apporter ses explications. En résumé, le SER a estimé que :

- Evaluer le surcoût du développement de l’éolien offshore à partir des seuls tarifs d’achat actuels (sachant que les progrès à venir seront susceptibles de faire baisser les coûts) n’est pas pour l’instant possible. Pour le SER, les chiffres de l’étude indiquerait un surcoût d’un peu plus d’1 milliard d’euros.

- La dégressivité du tarif d’achat conduit à une baisse de 12% du coût d’installation de l’éolien à l’horizon 2020, et que le surcoût engendré serait de 360 millions d’euros. – Vincent Le Biez n’a pas tenu compte des coûts «réseau» lié au nucléaire, au gaz ou au charbon. Le surcoût annuel lié au raccordement réseau représenterait près de 260 millions d’euros.

- L’auteur aurait « oublié » la réévaluation du prix des matières premières, ce qui conduirait à une charge supplémentaire « et injustifiée » de 660 millions d’euros. – L’auteur n’aurait pas pris en compte le coût des émissions de carbone évitées par la production éolienne, soit une économie finale de 500 millions d’euros.

- L’auteur n’a pas intégré l’économie réalisée par la construction évitée de centrales thermiques ou nucléaires : économie de 920 millions d’euros. Le SER conclut qu’en reprenant chacun des postes sur lesquels s’appuie Vincent Le Biez, « l’éolien terrestre représente pour la collectivité un gain net de l’ordre de 1.2 milliard d’euros par an à partir de 2020. Dans ces conditions, l’énergie éolienne ne représentera pas un surcoût, mais un bénéfice pour chaque foyer français évalué à 48 euros par an ».

Les éoliennes et le syndrome NIMBY

Un syndrome Nimby qui semble s’étendre à notre région… (voir: Eolienne du Senepy)

————————

Les éoliennes et le syndrome NIMBY dans Ecologie rad1988B

NIMBY est un acronyme anglo-saxon qui veut dire Not in My Back Yard, en français « Pas dans mon jardin » ou encore « Pas dans mon arrière cour ». Il traduit la réticence par les citoyens, anglo-saxons en l’occurence, à accepter tout ce qui perturbe leur environnement immédiat, leur manière de vivre, leur confort établi et plus généralement l’ordre établi. Vous pouvez faire ce que vous voulez mais pas chez moi, en quelque sorte.

En France, où nous sommes réputés être des rouspéteurs, toujours réticent à la nouveauté, nous ne sommes finalement pas très différents des citoyens d’autres pays.

Je vous en parle à l’occasion de l’annulation du permis de construire d’une ferme éolienne implantée en Bretagne à la suite d’une plainte de ses riverains immédiats pour cause de bruit excessif. Une bataille judiciaire longue et difficile qui vient d’arriver à son terme. Je ne sais pas si c’est la dernière étape du marathon judiciaire habituel. Si ça l’est, la question qui se pose est de savoir si le pouvoir exécutif fera détruire les éoliennes. Nous verrons…

Il est vraisemblable que les riverains se feront attaquer, sans doute par des écologistes citadins, pour cause du fameux syndrome NIMBY, alors que peut être faudrait il admettre que les éoliennes, quoique on en dise, font quand même un minimum de bruit qui puisse devenir une réelle nuisance à la longue. C’est en tous cas l’impression que j’ai eu en écoutant les plaintes des riverains de cette installation.

Ce jugement fera certainement évoluer les conditions, pourtant très sévère dans la législation française, des conditions d’implantation de ces parcs d’éoliennes ainsi que les spécifications des matériels pour en minimiser le bruit émis. En dehors de ce bruit, il y a également un préjudice dont on parle peu, qui est celui, financier, que subissent ceux dans le dos desquels se produisent les implantations de tels parcs et qui, du jour au lendemain, voient la valeur de leur bien s’écrouler brutalement.. Car qui voudrait racheter une maison située à quelques centaines de mètres d’un parc d’éoliennes?

Il y a pourtant, dans les conditions de reprise de l’électricité produite par l’EDF,de quoi permettre de minimiser les bruits en même temps que d’indemniser suffisamment les riverains. Alors,si on veut poursuivre l’implantation en grande quantité de parcs d’éoliennes comme le réchauffement climatique et surtout la disparition à terme du pétrole nous y oblige, il faudra bien en améliorer la technique et en accepter les nuisances réelles.

Caderange

Source: http://www.enerzine.com/497/eolien-syndrome-nimby-ou-vrai-nuisance/participatif.html

Pour en savoir plus: http://fr.wikipedia.org/wiki/Not_in_my_back_yard

Samso a dompté le vent.

 J’adore la conclusion…http://www.dailymotion.com/video/k60HZw5jLSm8Dqq0j3  Et un article du journal « La croix »

Il y a onze ans, les habitants d’une île danoise se sont lancés dans l’aventure des énergies renouvelables en construisant un parc d’éoliennes offshore et onshore. SAMSO (Danemark), de notre envoyée spéciale.
 
Samso est à l’image de ce vieux moulin qui tient encore droit dans la verte campagne de cette petite île danoise de 4 200 habitants et de ces 21 éoliennes plantées entre terre et mer. Un pied dans le passé, un pied dans le futur. Ce saut, les habitants de l’île l’ont fait en 1997. À cette date, le gouvernement danois lançait un concours qui avait pour objet de sélectionner un projet capable, en quelques années, de transformer une zone géographique délimitée en un modèle exemplaire sur le plan énergétique. L’objectif étant d’assurer 100 % de son indépendance énergétique par des sources renouvelables. À l’époque, la consommation énergétique brute (chauffage, électricité et transport) de Samso était presque entièrement basée sur les combustibles fossiles. Le défi était donc d’arriver en dix ans à s’en passer pour assurer les besoins en chaleur et en électricité ; d’autre part, à rendre le secteur du transport plus propre, en réduisant la consommation de carburants fossiles et en remplaçant ces derniers par des carburants alternatifs.L’aventure n’aurait pu se faire sans un homme, Soren Hermansen, actuel directeur de l’académie de l’énergie, installée dans un bâtiment « propre » complètement futuriste. Natif de Samso, c’est lui qui a proposé à la population un plan énergétique sur dix ans comprenant dans un premier temps l’installation de 11 éoliennes sur l’île. Samso est très ventée et possède donc un potentiel important justifiant des investissements lourds en turbines. « Encore lui fallait-il emporter l’assentiment de la communauté, les fermiers, la municipalité, les personnes âgées. Il fallait que ce soit leur projet. Sans quoi, sa réalisation aurait été impossible », explique Jasper Kjems à l’académie de l’énergie.La situation économique difficile de l’époque a joué en sa faveur. « Après le départ de plusieurs sociétés de l’île et la disparition d’un certain nombre d’emplois, aux abattoirs notamment, les habitants avaient besoin de se mobiliser autour d’un projet commun. » Les conditions d’investissement étaient très favorables, compte tenu des incitations fiscales du gouvernement à l’époque et de la garantie qu’il apportait. Celle-ci a permis à ceux qui n’avaient pas les fonds d’emprunter auprès des banques qui, ayant la garantie de l’État, n’ont pas hésité à accorder des prêts. Les particuliers ont ainsi rapidement rentabilisé leur investissement.De nombreuses réunions se sont tenues autour du projet, pour discuter entre autres de l’emplacement des éoliennes. Convaincre la population d’accepter le projet n’a pas été chose facile. « Il a fallu combattre les préjugés », se souvient Inge Dorthe E. Larsen, agent immobilier. Elle-même reconnaît s’être tenue à l’écart du projet au début. « Et puis je me suis laissé convaincre », au point de devenir membre du conseil d’administration de la turbine numéro 1, achetée par une coopérative de 300 habitants. « Il y avait les sceptiques, reconnaît Jasper. Ceux qui pensaient que les éoliennes allaient faire fuir les touristes, allaient provoquer des nuisances sonores ou provoquer la mort des oiseaux. En fait, il faut être très près pour être gêné par le bruit et les touristes sont encore plus nombreux qu’auparavant. La publicité faite autour de Samso et son projet énergétique attirent un tourisme différent, plus écologiquement responsable et de nombreuses visites d’hommes politiques, de journalistes et d’étrangers en général, intéressés par cette expérience. »Samso est l’exemple type d’un projet communautaire. « Dès le début, on a créé un bureau de l’énergie avec des gens capables de répondre aux interrogations. On a trouvé les bons représentants qui relayaient les inquiétudes de la population. Aujourd’hui, je peux dire sans me tromper que les gens de Samso sont fiers d’appartenir à une île verte, connue pour utiliser sous toutes ses formes les énergies renouvelables. Cela a renforcé leur identité. Peut-être est-ce leur mentalité de pionnier qui les a aidés à se lancer dans cette aventure. On avait le sentiment général qu’il était possible de faire quelque chose et on l’a fait. Et ça fait du bien. Le projet a soudé la communauté. »

Jorgen Tranberg regarde le chemin parcouru en homme d’affaires avisé, propriétaire à lui seul d’une éolienne ! Il vit confortablement et heureux au milieu d’un troupeau de 145 vaches laitières. Sa ferme ultramoderne est située dans un périmètre cerné de cinq éoliennes. Non content de produire du lait vendu dans tout le Danemark, il possède aussi plusieurs hectares de champs de pommes de terre et de légumes. Sa conversion à l’écologie était avant tout motivée par le rendement financier. « Je me suis informé, j’ai beaucoup lu. Je savais que le vent de la mer est ce qu’il y a de mieux pour les éoliennes. Quand j’ai acheté la mienne, le prix de l’électricité était garanti par l’État. » Une bonne affaire qui fait de lui un agriculteur très prospère d’autant que le prix de l’électricité, après avoir baissé, remonte. Jorgen a été l’un des premiers à se laisser séduire par le projet et a proposé que l’une des éoliennes soit construite sur ses terres. Il affirme que le bruit des turbines ne le gêne pas. « On les entend lorsqu’il y a peu de vent. Les gens se plaignent davantage de l’ombre sur la maison. Ça se produit environ deux fois par an. Dans ce cas, on peut arrêter l’éolienne pendant deux heures, le temps que le soleil tourne. »

Il est aussi propriétaire d’une part d’une turbine offshore. « Elle marche très bien, produit beaucoup d’électricité. Mais c’est plus risqué. On a eu quelques surprises. L’assurance par exemple qui a coûté deux fois plus cher que prévu. La maintenance est très importante et plus difficile en mer. » hors-bord et part respirer l’air du large.  » Je pourrais m’arrêter de travailler. Mais rester là à ne rien faire, c’est pas une vie. Vous savez on ne découvre pas l’écologie ici, il y a longtemps que dans nos fermes au Danemark, on se chauffe en refroidissant le lait. Ça aussi, c’est de l’énergie renouvelable ! » projet de conversion aux énergies renouvelables, Samso peut se vanter d’un bilan largement positif. L’île est aujourd’hui autosuffisante à 100 % pour l’électricité produite par le vent. Sur la totalité de l’électricité produite, l’île n’en consomme qu’un quart, le surplus est dirigé sur le réseau national danois. À eux seuls, les habitants de Samso peuvent se vanter de remplir les objectifs de Kyoto. L’île, affirment-ils, n’émet pas de gaz carbonique ! Reste encore à trouver comment se passer totalement du pétrole utilisé encore pour les transports. Des études sont en cours pour utiliser le surplus d’électricité pour la fabrication d’hydrogène ou de piles au lithium pour alimenter les voitures. Le vélo, certes populaire, en a découragé plus d’un les jours de grand vent !

Agnès Rotivel

En savoir plus (in english): http://blog.gogreensolar.com/2008/07/renewable-energy-island-sams-denmark.html

Et chez nous, ça démarre quand ?

Viva el viento

espana.jpg

Le week-end du 22 et 23 mars 2008, l’Espagne a battu un record de production d’énergie éolienne  en fournissant plus de 40% de l’électricité consommée par le pays. La samedi soir, alors que des vents puissants traversaient le pays, les parcs éoliens ont atteint la puissance de 9 862 MW, soit 40,8 % de la consommation totale du pays.

La moyenne de production éolienne se situe autour de 28% de la consommation électrique entre le vendredi et le dimanche.

Pendant ce temps-là, les centrales thermiques espagnoles n’émettaient pas de CO2 et leurs centrales hydrauliques gardaient leur eau, voire se remplissaient, pour produire de l’électricité en cas de besoin.

Source: http://www.planete-eolienne.fr/2008_04_04_record_espagnol.htm

PARC EOLIEN DU SENEPI – COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE DE MONSIEUR MICHEL TOSCAN, MAIRE DE PRUNIERES 

Le présent communiqué présente un état du développement du parc éolien du Sénépi en Isère.

Le développement du parc éolien du Sénépi a été engagé en 2003 sur la base d’une recherche de sites au sein du département de l’Isère. Le Sénépi a été mis en évidence comme le site le plus intéressant au plan du développement de l’éolien en Isère. Il s’agit du seul projet à l’étude par Boralex sur ce département. Le projet se développe sur la communauté de communes de la Matheysine ainsi que sur les communes de La Motte Saint Martin et Prunières.

Une pré étude d’environnement a été engagée en septembre 2004. L’étude d’impact du projet a été initiée fin 2004 et s’est déroulée jusqu’à l’été 2007. Des bureaux spécialisés et indépendants sont intervenus sur l’étude d’impact, notamment en matière de faune-flore et de paysage. Le projet a été réalisé en étroite collaboration avec la Fédération des Alpages de l’Isère qui utilise et gère le massif. Boralex a présenté à plusieurs reprises le projet au pôle de compétence éolien mis en place par la Préfecture de l’Isère. La DIREN a été largement associée au développement de ce projet. Le projet s’est référé à l’atlas éolien de l’Isère disponible depuis mars 2006.

Le projet retenu se compose de 7 éoliennes de 2,3 MW. Il permettra l’alimentation en électricité d’environ 14 000 foyers. Initialement 12 machines étaient envisagées mais 5 ont du être supprimées pour des raisons environnementales. Après avoir étudiés 4 accès différents au site, Boralex a retenu l’accès par la piste existante de Mayres Savel pour des raisons environnementales. Les communes, propriétaires de terrains sur lesquels seront implantées les éoliennes, bénéficieront d’un tarif de location pour la durée du bail. Une taxe professionnelle d’environ 300 000 euros/an au total sera versée aux collectivités locales : communes, communauté de communes, département, région.

La loi de programme n°2005-781 du 13 juillet 2005 fixant les orientations de la politique énergétique (L.P.O.P.E.) a introduit le principe de création de zones de développement de l’éolien (Z.D.E.). Les dispositions récentes relatives à la création des zones de développement de l’éolien terrestre ont été rendues applicables les ZDE au 15 juillet 2007. Il s’agit d’un document de planification de l’éolien sur un territoire donné, basé sur la connaissance du potentiel éolien, les possibilités de raccordement et la prise en compte du paysage. La ZDE est nécessaire pour bénéficier du tarif de rachat de l’électricité.

Pour que le projet puisse bénéficier du tarif de rachat de l’électricité, un bureau d’études indépendant a réalisé à l’automne 2007 un dossier de ZDE à l’échelle des territoires concernés.

Depuis l’automne 2007 Boralex est en mesure de déposer le permis de construire du parc éolien du Sénépi, une fois que les élus auront déposé le dossier de ZDE pour instruction par la DRIRE et approbation par le Préfet.

Les élections municipales et en communauté de communes ont retardé le dépôt de ces dossiers. Les conditions sont aujourd’hui remplies une fois que les élus auront délibéré favorablement au dépôt du dossier de ZDE.

Aussi sur le blog: Eoliennes au Senepy

Chronique d’un parc éolien

http://www.dailymotion.com/video/x4nuxt

Première partie

http://www.dailymotion.com/video/x4nv2h

Deuxième partie

Signez la pétition qui dit oui: Eoliennes: la pétition

Pour recevoir l’autocollant de soutien:  L’éolien: oui et içi

Le blog des éoliennes: Eoliennes au Senepy

Eoliennes: coup de gueule

debat.png

Voiçi le message envoyé par Guillaume Limousin à chacun des maires de la communauté de communes de la Matheysine ainsi qu’aux conseillers municipaux élus au conseil de la communauté de communes. Le même message a été envoyé au maire de La Motte Saint Martin et à celui de Mayres Savel.

Messieurs,

En préalable au conseil de la communauté de communes qui aura lieu dans deux semaines et qui sera absolument capital pour l’avenir du projet éolien du Sénépy, je souhaiterais attirer votre attention sur quelques points qui me semblent très importants à ce sujet.

Loin de moi la volonté de vouloir vous faire un exposé détaillé des atouts de l’éolien, tant du point de vue écologique que pour l’image et le développement de notre plateau : vous trouverez tout cela très bien expliqué sur le site web de l’association qui soutient le projet : http://eoliennes.unblog.fr/2008/05/24/eolienne-la-synthese/.

En revanche, je souhaiterais vous faire part de mon indignation et de mon inquiétude sur les méthodes que commencent à utiliser les détracteurs du projet. En effet, ces personnes, retraitées pour la plupart (et ayant donc bien plus de temps que les défenseurs du projet pour organiser des actions) ont décidé d’utiliser les moyens les plus fallacieux. Les mensonges que les opposants au projet colportent à grande échelle concernent notamment :

- le nombre de communes concernées (je ne sais pas comment ils ont compté 17 !),

- le bruit (argument classiquement fallacieux des détracteurs),

- l’impact environnemental,

- l’emplacement de la piste d’accès (il ne s’agit pas de celle qui part des Signaraux mais de celle qui part de Mayres-Savel),

- les retombées financières (leurs calculs sont complètement faux et ils n’arrivent pas à nous dire comment ils les ont obtenus),

- la fiabilité (alors que l’exploitant concerné est le plus fiable de France et il a surtout choisi d’acheter les éoliennes de marque Enercon : les plus chères mais aussi les plus fiables du monde, et de loin),

- le nombre d’éoliennes,

- l’emplacement des éoliennes,

- la validité reglementaire de la procédure engagée.

Vous êtes les mieux placés, en tant qu’élus, pour savoir que ce ne sont pas forcément ceux qui crient le plus fort qui représentent la majorité. Je serais même curieux de savoir ce que donnerait un référendum consultatif à bulletin secret.

Vous aurez compris que mon objectif n’est pas de vous convaincre dans un sens ou dans un autre, mais de vous inviter à vous munir des informations les plus objectives par différentes voies (exploitants, DRIRE, préfecture, DIREN, etc…) et surtout de vous méfier de certaines informations mensongères qui commencent à polluer le débat.

Je vous remercie beaucoup, Messieurs, pour l’attention et la considération que vous accorderez à ce sujet qui, à mon avis, représente davantage pour la Matheysine en terme d’image que par le simple calcul de taxe professionnelle.

______________________________________

Guillaume LIMOUSIN

Simane

38350 Prunières

FRANCE

Tel : 06 60 73 86 69

E-mail : guillaumelimousin@yahoo.fr

Site web : http://site.voila.fr/guillaumelimousin

Signez la pétition qui dit oui: Eoliennes: la pétition

Pour recevoir l’autocollant de soutien:  L’éolien: oui et içi

Le blog des éoliennes: Eoliennes au Senepymatheysine la mure signaraux boralex parc projet eolien anti contre eolienne eoliennes senepi defense senepy nature durable drac nature manif manifestation connex conex biodivesite ageden

Projet éolien au Senepy: réunion

hiversmall.jpg

Les élus de la commune de Pruniéres  organisent le mardi 10 juin à 20h30 à la salle d’animation une réunion pour informer la population sur le projet d’implantation d’une ferme éolienne au Senepy. 

L’association pour le développement des énergies renouvelable en Matheysine et dans le Trièves présentera un communiqué de presse sur ses objectifs, ses adhérents et ses actions pour le soutien au projet.

Pour un covoiturage depuis le Trièves, appeler au 04 76 34 89 07

Signez la pétition qui dit oui: Eoliennes: la pétition

Pour recevoir l’autocollant de soutien:  L’éolien: oui et içi

Le blog des éoliennes: Eoliennes au Senepymatheysine la mure signaraux boralex parc projet eolien anti contre eolienne eoliennes senepi defense senepy nature durable drac nature manif manifestation connex conex biodivesite ageden

L’éolien: oui et içi

                                  autocollant.gif

L’association pour le développement des énergies renouvelable en Matheysine et dans le Trièves offre ce magnifique autocollant a qui voudra.

Pour la Matheysine, contactez Benoit  EOCHE-DUVAL au 08 71 50 10 76

Pour le Trièves, Olivier Dodinot au 04 76 34 89 07

Pour recevoir l’autocollant de soutien:  L’éolien: oui et içi

Le blog des éoliennes: Eoliennes au Senepymatheysine la mure signaraux boralex parc projet eolien anti contre eolienne eoliennes senepi defense senepy nature durable drac nature manif manifestation connex conex biodivesite ageden

Sondage

Cliquez pour agrandir

sondage.jpg

Juste pour énerver Reblochon !!!

Source:http://fee.asso.fr/actualites/9_francais_sur_10_sont_favorables_au_developpement_de_l_energie_eolienne_selon_une_etude_lh2

Signez la pétition qui dit oui: Eoliennes: la pétition

Pour recevoir l’autocollant de soutien:  L’éolien: oui et içi

Le blog des éoliennes: Eoliennes au Senepymatheysine la mure signaraux boralex parc projet eolien anti contre eolienne eoliennes senepi defense senepy nature durable drac nature manif manifestation connex conex biodivesite ageden

12345



Vivre la République du Progrès |
l'avenir vue par un militan... |
LCR Section Calaisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rassemblement des français
| Les lumières en héritage
| L'Afrique de toutes nos forces