• Accueil
  • > Recherche : premier lune

Résultat pour la recherche 'premier lune'

On the air…

Voici ce que vous pourrez entendre sur les ondes de Radio Dragon entre demain samedi et vendredi prochain.
Vous pouvez regarder la pièce jointe aussi pour plus de lisibilité.
A vos oreilles !

Samedi 10
8h :   RFI – Journal d’Informations internationales – 15 min
8h30 : Agenda culturel – Annonce d’événements locaux
8h35 : Interview du clown Bertox – par Michel Lacroix
9h :   Love Accordéon – Un nom qui en dit long…
11h :  Micro ouvert du 3 décembre (Rediffusion) – Le direct des premiers samedis du mois
12h :  RFI – Journal d’Informations internationales – 30 min
12h30 :Agenda culturel – Annonce d’événements locaux
13h :  Place des mairies- Un maire du territoire nous parle de sa commune
16h :  Les jouets à Noël décortiqués par l’association Lis-la-lune
18h30 :Interview du clown Bertox (Rediffusion) – par Michel Lacroix
21h :  L’instant des croûtes (Rediffusion) – Le dub et ses dérivés par Fred

 Dimanche 11
8h :   RFI – Journal d’Informations internationales – 15 min
8h30 : Agenda culturel – Annonce d’événements locaux
10h :  Raconte-moi une histoire (Rediffusion) – Des histoires pour enfants lues par Duen et Caro
10h30 :Musicalement vôtre (Rediffusion) – Chronique de découverte musicale par Titouan
11h30 :Au rythme du parc – L’actualité, l’histoire et le patrimoine du Parc Naturel du Vercors
12h :  RFI – Journal d’Informations internationales – 30 min
12h30 :Agenda culturel – Annonce d’événements locaux
13h :  Pierre Dell’Accio nous présente Henry Rousset, un Matheysin pas ordinaire (Rediffusion)
14h :  Paysan-ne-s dans la lutte des classes- Réalités agricoles et tentatives de transformation
16h :  L’Heure musicale d’André Leenhardt – Les choix plus ou moins classiques d’un amateur
20h :  L’instant des croûtes- Le dub et ses dérivés par Fred
21h30 :Radiorageuse – Émissions féministes de diverses radios ou collectifs

Lundi 12
8h :   RFI – Journal d’Informations internationales – 15 min
9h :   Micro ouvert du 3 décembre (Rediffusion) – Le direct des premiers samedis du mois
10h :  Les conteurs contents -  Michel et Maryse nous présentent une ballade contée
11h30 :Au bonheur des mots : « La beauté des loutres » épisode 1 – lu par Charles Tordjmann
12h :  RFI – Journal d’Informations internationales – 30 min
13h :  Actu critique – Des thèmes d’actualité analysés par Hélène
14h :  Interstices (Rediffusion) – La COP 21 et le climat par Bertille et Pascale
16h30 :Musicalement vôtre – Chronique de découverte musicale par Titouan
17h :  Mots flottés – Fred nous fait partager un coup de cœur littéraire
21h :  Frontline – Émission musicale basée sur les musiques et cultures  populaires et militantes

Mardi 13
8h :   RFI – Journal d’Informations internationales – 15 min
10h :  Mots flottés (Rediffusion) – Fred nous fait partager un coup de cœur littéraire
11h30 :Au bonheur des mots : « La beauté des loutres » épisode 2 – lu par Charles Tordjmann
12h :  RFI – Journal d’Informations internationales – 30 min
14h :  L’Heure musicale d’André Leenhardt – Les choix plus ou moins classiques d’un amateur
17h :  Les conteurs contents (Rediffusion) – Michel et Maryse nous présentent une ballade contée
20h :  Rock et Roquette – Texte et musique Rock and Roll
21h :  Pop en stock- Émission musicale Pop Rock proposée par Rdwa

 Mercredi 14
8h :   RFI – Journal d’Informations internationales – 15 min
9h :   L’Heure musicale d’André Leenhardt – Les choix plus ou moins classiques d’un amateur
11h30 :Au bonheur des mots : « La beauté des loutres » épisode 3 – lu par Charles Tordjmann
12h :  RFI – Journal d’Informations internationales – 30 min
16h30 :Raconte-moi une histoire – Des histoires pour enfants lues par Duen et Caro
17h :  Micro ouvert du 3 décembre (Rediffusion) – Le direct des premiers samedis du mois
19h :  Place des mairies – Un maire du territoire nous parle de sa commune
20h :  Radiofalafel – Une sélection de musique indépendante proposée par Hilda
21h :  Mégacombi – Une heure d’humour et de reportage en provenance de Radio Canut
23h :  Rock et Roquette (Rediffusion) – Texte et musique Rock and Roll

 Jeudi 15
8h :   RFI – Journal d’Informations internationales – 15 min
9h :   Micro ouvert du 3 décembre (Rediffusion) – Le direct des premiers samedis du mois
10h :  Les jouets à Noël décortiqués par l’association Lis-la-lune (Rediffusion)
11h30 :Au bonheur des mots : « La beauté des loutres » épisode 4 – lu par Charles Tordjmann
12h :  RFI – Journal d’Informations internationales – 30 min
13h :  Place des mairies (Rediffusion) – Un maire du territoire nous parle de sa commune
16h30 :Musicalement vôtre (Rediffusion) – Chronique de découverte musicale par Titouan
18h :  Au cœur du Dragon – Direct sur l’actu de Radio Dragon, et plus largement !
19h :  Café décroissant – Chaque semaine un enjeu écologique passé au crible
20h :  Jazz du dragon- Un moment de jazz contemporain au gré des envies de Marc
21h :  Micro Ondes- Migrations, racisme, égalité… Une émission de News-FM
23h :  Radiofalafel (Rediffusion) – Une sélection de musique indépendante proposée par Hilda

 Vendredi 16
8h :   RFI – Journal d’Informations internationales – 15 min
9h :   Au cœur du Dragon (Rediffusion ) – L’actu de Radio Dragon, et plus !
10h30 :Interstices (Rediffusion) – La COP 21 et le climat par Bertille et Pascale
12h :  RFI – Journal d’Informations internationales – 30 min
13h :  Café décroissant (Rediffusion) -Chaque semaine un enjeu écologique passé au crible
17h :  Actu critique (Rediffusion) – Des thèmes d’actualité analysés par Hélène
18h30 :Agenda culturel – Annonce d’événements locaux
20h :  Men in Drac – Une équipe trièvoise à l’assaut du territoire : reportages, chroniques…
22h :  Blackmirror – Le Hip-hop, des champs de coton aux ghettos de New York. De La Locale
23h :  Le jazz du dragon (Rediffusion) – Un moment de jazz contemporain au gré des envies de Marc

            RADIO DRAGON
Un lieu sur Terre, place de la Halle, 38710 Mens
    https://www.facebook.com/radiodragon/
          radiodragon@poivron.org
          http://radiodragon.org/
              09 80 83 62 78

Olé Mens !

Image de prévisualisation YouTube On connaît les célèbres encierro de Pampelune. Désireux de pimenter le plus grand événement touristique de Mens, l’office du tourisme du Trièves a décidé d’organiser un lacher de taureau dans les rues de Mens à l’occasion de la prochaine foire du 1er mai.

Hebergeur d'image

Le départ se fera en haut de la rue du Bourg.

Image de prévisualisation YouTube

Le premier adjoint donnera le coup d’envoi en jouant Toreador de Bizet sur son orgue de barbarie.

Hebergeur d'image

Puis le conseil municipal, uni comme les doigts de la main s’élancera courageusement, y compris les membres de l’opposition, en avant de la meute bavante. La foule des habitants et des touristes suivra dans une joyeuse cohue.

Hebergeur d'image

Le temps d’un battement de cœur, les participants pourront apercevoir le café des arts, établissement fondé en 1854.

http://www.mairie-de-mens.fr/845-cafe-des-arts.htm

Hebergeur d'image

Arrivé place de la halle, les Chrétiens pourchassés pourront tourner brièvement leur regard, vers l’église pour les catholiques.

Hebergeur d'image

Et vers le temple pour les protestants.

Hebergeur d'image

Question sécurité, rien ne sera laissé au hasard. Les pompiers de la commune seront mobilisé pour prodiguer les premiers soins aux éventuels victimes, pendant qu’un hélicoptère se tiendra en vol stationnaire pour hélitreuiller les cas les plus ennuyeux.

Hebergeur d'image

Enfin plusieurs fourgons mortuaires seront sur place pour prendre en charge les plus malchanceux.

Une bien belle journée en perspective. A bientôt dans le Trièves !

Qui s’en souvient ?

Qui s'en souvient ? dans Espace Apollo1_Crew_im_Simulator-W

On se souvient d’Apollo 11 et du premier pas sur la lune.

On se souvient de la saga d’Apollo 13 illustrée par le film.

Qui se souvient de la tragédie d’Apollo 1 ?

http://max.q.pagesperso-orange.fr/apollo/Missions/as1.htm

Ils ont marché sur la lune

Douze hommes ont marché sur la lune (dont 6 « automobilistes »). Tous, sauf un, nés dans les années 30. Devinette : combien sont encore vivants ?

Ils ont marché sur la lune dans Espace Premier-pas-LUNE

Apollo 11

Neil Amstrong : One small step for man

Buzz Aldrin : http://buzzaldrin.com/

Apollo 12

Charles Conrad : http://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Conrad

Alan Bean : http://fr.wikipedia.org/wiki/Alan_Bean

Apollo 14

Alan Shepard : http://fr.wikipedia.org/wiki/Alan_Shepard

Edgar Mitchell : http://fr.wikipedia.org/wiki/Edgar_Mitchell

Apollo 15

David Scott : http://fr.wikipedia.org/wiki/David_Scott

James Irwin : http://fr.wikipedia.org/wiki/James_Irwin

Apollo 16

John Young : http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Young_(astronaute)

Charles Duke : http://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Duke

Apollo 17

Eugéne Cernan : http://fr.wikipedia.org/wiki/Eugene_Cernan

Harrison Schmitt : http://fr.wikipedia.org/wiki/Harrison_Schmitt

La Trièvoise

J’ai participé dimanche 11 juillet à la première édition de  » La Trièvoise », randonnée cycliste organisée par le club des déjantés du Trièves. Ils ont organisé 4 boucles de 20, 30, 40 et 50 kms autour de Mens. Chaque boucle revient au même point devant la mairie ce qui permet de n’avoir qu’un seul point de ravitaillement et donc une logistique simplifiée. Astucieux et judicieux pour un premier essai.

Ayant fait la bringue la veille, impossible de partir avant 8 heures du matin. Je commence par la boucle de 50 km (en réalité 53) avec 839 mètres de dénivelé.

La Trièvoise dans Trièves tourisme radB5555

Passage au col de Mens encore à peu près frais

On continue sur Trèminis, Lalley, Saint Maurice.

rad06B47 dans Trièves tourisme

Vision champêtre et rétro du coté de Monestier du Percy

On embraye sur le Percy, Sendon puis remontée par les atroces lacets du petit Oriol, le grand Oriol, le col de Cornillon et retour sur Mens pour un arrêt buffet.

Après avoir lappé comme un chameau, je décide héroiquement de repartir pour la boucle de 20 km et 439 mètresde grimpette malgré une chaleur saharienne. Le col du Banchet qui me semble aussi dur que le Galibier, le pont de Vareilles, le Perrier, Mas Martinenc, Baumet et repassage au stand pour un excellent petit repas composé de produits locaux.

rad2C889

J’arrive vidé, épuisé mais heureux. Doublé par un total de 48 cyclistes, je n’en ai dépassé qu’un seul mais il était très vieux et malade…

Je retourne à la maison persuadé d’avoir un acceuil en héros du style : « Mon chéri, mon amour, mon grand fou, que tu es beau, que tu es fort, que je suis fière de toi, etc… ». Je récolte juste un acide et cinglant « Vas prendre une douche ! ». Dépité, je m’affale sur le canapé pour regarder l’arrivée du tour de France. De vrais héros ceux là !

Félicitations à l’équipe des déjantés ci dessous et particulièrement à Gérard le président et le plus déjanté de tous (avec des lunettes au centre). Un gros boulot d’organisation pour une rando à refaire et qui mérite une plus grosse fréquentation.

J’ai mis ci dessous les relevés topographiques réalisés à cette occasion. Voilà qui pourrait constituer une base intéressante pour une future véloroute du Trièves comme dans le Lubéron, n’est ce pas Gérard ???

 

rad0AE78

NB : Ces magnifiques photos ont été réalisées par un appareil Nikon flambant neuf et déjà foutu, modéle Coolpix L20. « Made in china » bien entendu ! Avis aux amateurs…

 

Circuit 20 km

 

 

Route

 

 

Km

 

 

Altitude

 

 

Dénivelé

 

 

Mens

 

 

0,00

 

 

775

 

 

Les Levas

 

 

D66

 

 

2,00

 

 

817

 

 

42

 

 

Le Serron

 

 

3,00

 

 

792

 

 

La Rivière

 

 

5,00

 

 

800

 

 

8

 

 

Virage Le Cros

 

 

6,50

 

 

855

 

 

55

 

 

Croisement Le Perrier

 

 

7,50

 

 

826

 

 

Col du Banchet

 

 

8,50

 

 

888

 

 

62

 

 

Pont de Vareille

 

 

D216

 

 

10,50

 

 

750

 

 

Prébois

 

 

D254A

 

 

12,50

 

 

772

 

 

22

 

 

14,00

 

 

888

 

 

116

 

 

Le Perrier

 

 

D254A

 

 

15,50

 

 

787

 

 

Agnès

 

 

16,50

 

 

760

 

 

Mas Martinenc

 

 

17,50

 

 

735

 

 

18,50

 

 

799

 

 

64

 

 

Moulin de Chardeyre

 

 

21,50

 

 

717

 

 

Beaumet

 

 

22,00

 

 

748

 

 

31

 

 

Mens

 

 

D526

 

 

22,50

 

 

782

 

 

34

 

 

Total

 

 

22,50

 

 

434

 

 

 

Circuit 30 Km

 

 

Route

 

 

Km

 

 

Altitude

 

 

Dénivelé

 

 

Mens

 

 

0,00

 

 

775

 

 

Col St Sébastien

 

 

D66

 

 

4,50

 

 

983

 

 

208

 

 

St Sébastien

 

 

7,00

 

 

864

 

 

Masserange

 

 

D227

 

 

9,00

 

 

933

 

 

69

 

 

St Jean d’Hérans

 

 

D228

 

 

12,00

 

 

821

 

 

Villard de Touage

 

 

D34B

 

 

14,00

 

 

750

 

 

L’Homme du lac

 

 

16,50

 

 

857

 

 

107

 

 

Col de Cornillon

 

 

D34B

 

 

17,50

 

 

885

 

 

28

 

 

Les 4 chemins

 

 

20,50

 

 

692

 

 

Lavars

 

 

D34A

 

 

22,00

 

 

740

 

 

48

 

 

Sandon

 

 

D526

 

 

26,00

 

 

587

 

 

Mens

 

 

33,50

 

 

782

 

 

195

 

 

Total

 

 

33,50

 

 

655

 

 

Circuit 40 km

 

 

Route

 

 

Km

 

 

Altitude

 

 

Dénivelé

 

 

Mens

 

 

775

 

 

Sandon

 

 

D526

 

 

7,50

 

 

587

 

 

Lavars

 

 

D34A

 

 

11,50

 

 

740

 

 

153

 

 

Les 4 chemins

 

 

D34A

 

 

13,00

 

 

692

 

 

Col de Cornillon

 

 

14,00

 

 

885

 

 

193

 

 

L’homme du lac

 

 

17,00

 

 

857

 

 

St Jean d’Hérans

 

 

D526

 

 

22,00

 

 

821

 

 

Ponsonnas

 

 

29,00

 

 

597

 

 

St Sébastien

 

 

D227

 

 

36,00

 

 

864

 

 

267

 

 

Col St Sébastien

 

 

D66

 

 

38,50

 

 

983

 

 

119

 

 

Mens

 

 

43,00

 

 

782

 

 

Total

 

 

43,00

 

 

732

 

 

Circuit 50 km

 

 

Route

 

 

Km

 

 

Altitude

 

 

Dénivelé

 

 

Mens

 

 

775

 

 

Les Levas

 

 

D66

 

 

1,00

 

 

817

 

 

42

 

 

Le Serron

 

 

3,00

 

 

792

 

 

St baudille

 

 

D216

 

 

3,50

 

 

840

 

 

48

 

 

Les Marceaux

 

 

5,00

 

 

899

 

 

59

 

 

Col de Mens

 

 

8,00

 

 

1 117

 

 

218

 

 

Tréminis

 

 

12,00

 

 

945

 

 

Château bas

 

 

14,00

 

 

868

 

 

Avers

 

 

D216A

 

 

19,00

 

 

785

 

 

Lalley

 

 

D66

 

 

24,00

 

 

851

 

 

66

 

 

St Maurice en Trièves

 

 

D66B

 

 

26,00

 

 

789

 

 

Serre des Bayles

 

 

D253

 

 

30,00

 

 

705

 

 

Monestier du percy

 

 

31,00

 

 

787

 

 

82

 

 

Champ rond

 

 

D13

 

 

32,00

 

 

756

 

 

Le Percy

 

 

34,00

 

 

775

 

 

19

 

 

Sandon

 

 

D34

 

 

38,50

 

 

587

 

 

Petit Oriol

 

 

D34G

 

 

41,00

 

 

705

 

 

118

 

 

Grand Oriol

 

 

45,50

 

 

824

 

 

119

 

 

L’homme du lac

 

 

D34

 

 

46,50

 

 

857

 

 

33

 

 

Col Accarias

 

 

D34G

 

 

48,50

 

 

892

 

 

35

 

 

Mens

 

 

D526

 

 

52,00

 

 

782

 

 

Total

 

 

52,00

 

 

839

 

Projet DI

Suite à une résidence du 22 au 26 mars 2010 au Pot au Noir

PERFORMANCE VIDEO DANSE

Samedi 27 mars à 20h30
« Projet D.I. » porté par l’association 720 Digital
Tout public
Durée : 45 min

Projet DI dans Trièves culture & cinéma projetdi

Avec : Lionel Palun (électro-vidéaste), Delphine Dolce (danseuse)

di2 dans Trièves culture & cinéma

Conçu comme un réel duo entre une danseuse et un vidéaste, Projet DI explore une forme de dialogue direct et improvisé entre le corps et l’image, deux modes d’expression souvent juxtaposés mais rarement en interaction réelle.
Un duo dans lequel chacun tente de trouver les mots les plus justes pour enrichir le dialogue, jouer avec l’autre, le surprendre…
En créant des espaces lumineux la vidéo fait des propositions à la danse. Le corps répond en s’emparant de ces espaces de façon à générer une relation ludique, poétique… différente chaque fois car renouvelée chaque fois.
Chaque représentation ne suit donc pas un scénario préétabli mais s’invente au fur et à mesure, en revisitant différemment des processus pourtant identiques : des espaces lumineux, de la captation en direct, des larsens vidéos…

Cette relation naissante de duo se vit en fait à trois, car elle englobe également le public, faisant de lui un complice qui participe de façon éclairée à la compréhension de l’évolution du duo, il a toutes les cartes en main. Il comprend les enjeux et les processus qui lient le corps à l’image.
Il n’est donc nul besoin d’être un spectateur éclairé pour appréhender le travail de Projet DI.
C’est la volonté même du duo de s’adresser au plus large public, dans une démarche non pas « pédagogique » mais plutôt poétique, qui offre à chacun la possibilité de s’emparer du spectacle en lui donnant les clés et en lui laissant le choix d’ouvrir les portes de son imaginaire… C’est une poésie qui s’invente à trois.

Paroles de spectateurs

«Tour à tour déroutant, captivant, fascinant. Grand moment de poésie. Merci» José
«Vous donnez l’image, vous donnez le corps qui danse et je me surprends à entendre la musique du silence et je danse moi aussi dans ma tête. Je me mêle à votre conversation, c’est fantastique» Marie-Paule
«Hypnotisée dès la première minute, perdue quelque part entre lune et cauchemar, je n’avais plus envie d’en revenir. Performance, technique, beauté… continuez à nous faire rêver!» Marie
« Arpèges muets et extatiques d’un dialogue tout en silence, entre technique et danse, comme la rencontre de deux univers qui ne font peut-être qu’un … celui de la notion d’art. Merci de nous avoir fait partager ce rêve… éveillé.» Sylvain

Partenaires :
L’association 720 Digital – Grenoble, Les Abattoirs de Bourgoin-Jallieu, Le Centre Audiovisuel de Grenoble, La Regie 2C – Grenoble, Le Conseil Régional Rhône-Alpes, L’Espace 600 – Grenoble, La fabrique – Andrézieux-Bouthéon, Le Festival On n’arrive pas les mains vides, Oisans – Le Fil – St Étienne, Le Pot au Noir – St-Paul-Lès-Monestier, La SPEDIDAM, La Ville de St Étienne

http://720digital.free.fr/projetdi

Tarifs: 15 / 10 / 6 €.
Pass à 21 € : Pour ceux qui souhaitent suivre le travail de recherche du Projet DI lors des trois représentations (27 mars, 26 juin et le 4 septembre), vous pouvez bénéficier du Pass (achat le soir du spectacle en billetterie).


Renseignements et réservations: 04 76 34 13 34 ou \n potaunoir@free.fr Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

A Copenhague, douze jours pour changer notre monde

guardina.jpg 

Aujourd’hui, le Dodiblog et cinquante-six journaux de quarante-cinq pays ont pris l’initiative sans précédent de parler d’une seule voix en publiant un éditorial commun. Nous le faisons car l’humanité est confrontée à une urgence aiguë. Si le monde ne s’unit pas pour prendre des mesures décisives, le changement climatique ravagera notre planète, et, avec elle, notre prospérité et notre sécurité. Les dangers sont apparus depuis une génération.

Aujourd’hui les faits parlent d’eux-mêmes : onze des quatorze dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées; la calotte glaciaire du Groënland est en train de fondre et la flambée des prix du pétrole et de la nourriture intervenue l’an dernier a donné un avant-goût des bouleversements à venir.

Dans les revues scientifiques, la question n’est plus de savoir si c’est l’activité humaine qui est responsable de ces phénomènes, mais de calculer le peu de temps qu’il nous reste pour en limiter les dégâts. Et pourtant, jusqu’à présent, la réaction mondiale a été marquée par la faiblesse et le manque de conviction.

Le changement climatique est enclenché depuis plusieurs siècles, il aura des conséquences à jamais irréversibles et c’est au cours des douze prochains jours que se détermineront nos chances de le maîtriser.

Nous demandons aux représentants des cent quatre-vingt-douze pays réunis à Copenhague de ne pas hésiter, de ne pas sombrer dans les querelles, de ne pas se rejeter mutuellement la faute mais de saisir l’opportunité de réagir face à ce qui est aujourd’hui le plus grand échec politique contemporain. Cela ne doit pas être un combat entre le monde riche et le monde pauvre, ni entre l’Est et l’Ouest. Le changement climatique nous affecte tous et c’est ensemble que nous devons nous y attaquer.

La science est complexe mais les faits sont clairs. Le monde doit prendre les mesures pour limiter la hausse des températures à 2°C, un objectif qui exigera que les émissions mondiales cessent d’augmenter et commencent à diminuer au cours des cinq à dix prochaines années. Une hausse de 3 à 4° – oit la plus faible augmentation à laquelle il faut s’attendre si nous ne faisons rien – dessécherait les continents, transformant les terres fertiles en déserts. La moitié des espèces vivantes pourraient disparaître, des millions de gens seraient déplacés, des pays entiers engloutis par la mer.

La controverse qui a suivi le piratage du courrier électronique de climatologues – visant à faire apparaître leur volonté de supprimer des données « dérangeantes » sur la réalité du réchauffement – a obscurci le débat. Sans pour autant remettre en cause la masse des preuves sur lesquelles se fondent les prévisions des scientifiques.

Rares sont ceux qui pensent que Copenhague peut désormais déboucher sur un traité parfaitement abouti; la possibilité d’y parvenir n’a pu s’ouvrir que grâce à l’arrivée du président Obama à la Maison Blanche et au renversement de la politique obstructionniste poursuivie durant des années par les Etats-Unis. Aujourd’hui encore, le monde est à la merci de la politique intérieure américaine, car Barack Obama ne peut mettre pleinement en œuvre les mesures nécessaires tant que le Congrès américain ne les a pas approuvées.

Mais les hommes politiques réunis à Copenhague peuvent et doivent s’accorder sur les éléments essentiels d’un accord équitable et efficace et, surtout, sur un calendrier ferme permettant de transformer cet accord en traité. L’échéance qu’ils devraient se fixer pour le faire devrait être le sommet de l’ONU sur le climat prévu en juin prochain à Bonn. Comme l’a dit un des négociateurs : « Nous pouvons jouer les prolongations, mais nous ne pouvons pas nous permettre de rejouer le match. »

Le cœur du traité devrait consister en un accord entre le monde riche et le monde en développement, définissant la manière dont sera réparti le fardeau visant à lutter contre le changement climatique – et la façon dont nous nous partagerons une nouvelle et précieuse ressource: le millier de milliards de tonnes de carbone que nous pourrons encore émettre avant que le mercure n’atteigne des niveaux alarmants.

Les pays riches aiment à rappeler la vérité arithmétique selon laquelle il ne peut y avoir de solution tant que les géants en développement tels que la Chine n’adopteront pas des mesures plus radicales que celles qu’ils ont prises jusqu’à présent. Mais le monde riche est responsable de la majeure partie du carbone accumulé dans l’atmosphère – soit les trois quarts du dioxyde de carbone émis depuis 1850. Il doit donc donner l’exemple, et chaque pays développé doit s’engager à prendre des mesures énergiques susceptibles de faire baisser dans les dix ans à venir ses émissions à un niveau nettement inférieur à celui qu’il était en 1990.

Les pays en développement peuvent arguer du fait qu’ils ne sont pas responsables de l’essentiel du problème, et aussi du fait que les régions les plus pauvres du monde seront les plus durement touchées. Mais ces pays vont de plus en plus contribuer au réchauffement et, à ce titre, ils doivent s’engager eux aussi à prendre des mesures significatives et quantifiables. Même si son annonce n’a pas répondu à tous les espoirs, le fait que les deux plus gros pollueurs mondiaux, la Chine et les Etats-Unis, se soient fixé des objectifs en termes d’émissions constitue un pas important dans la bonne direction.

La justice sociale exige que le monde industrialisé mette généreusement la main à la poche et fournisse des moyens financiers capables d’aider les pays les plus pauvres à s’adapter au changement climatique, ainsi que des technologies propres leur permettant de croître économiquement sans pour autant augmenter leurs émissions.

L’architecture d’un futur traité doit être par ailleurs précisément définie – avec un rigoureux contrôle multilatéral, de justes récompenses pour la protection des forêts et une évaluation crédible des « émissions exportées » afin que le fardeau final soit plus équitablement réparti entre ceux qui fabriquent des produits polluants et ceux qui les consomment. Et l’équité exige que le fardeau alloué à chacun des pays développés prenne en compte sa capacité à s’en charger; par exemple les membres les plus récents de l’Union européenne, souvent beaucoup plus pauvres que les pays de la « vieille Europe », ne doivent pas pâtir plus que leurs partenaires mieux lotis.

La transformation sera onéreuse, mais son coût sera largement inférieur à celui du récent sauvetage de la finance mondiale – et infiniment moindre que le prix que nous aurions à payer en cas d’inaction.

Beaucoup d’entre nous, notamment dans les pays développés, devront modifier leur façon de vivre. L’époque des billets d’avion qui coûtent moins cher que la course en taxi pour se rendre à l’aéroport, touche à son terme. Nous allons devoir acheter, manger et voyager de façon plus intelligente. Nous devrons payer notre énergie plus cher, et en consommer moins.

Pourtant cette réorientation vers une société moins émettrice de carbone offrira probablement plus d’opportunités qu’elle n’imposera de sacrifices. Certains pays ont d’ores et déjà constaté que se lancer dans cette transformation peut générer de la croissance, des emplois et une meilleure qualité de vie. Le flux des capitaux est à cet égard éloquent: l’année dernière, pour la première fois, on a plus investi dans les formes d’énergie renouvelables que dans la production d’électricité à partir de combustibles fossiles.

Se défaire de notre accoutumance au carbone au cours des deux ou trois prochaines décennies exigera des prouesses d’ingénierie et d’innovation inégalées dans l’histoire humaine. Mais alors qu’envoyer un homme sur la Lune ou provoquer la fission de l’atome ont été des exploits dus au conflit et à la compétition, la course au carbone qui s’annonce doit être guidée par une vaste collaboration visant à notre sauvetage collectif.

Maîtriser le changement climatique suppose le triomphe de l’optimisme sur le pessimisme, de la vision sur l’aveuglément, ce qu’Abraham Lincoln appelait « les meilleurs anges de notre nature ».

C’est dans cet esprit que cinquante-six journaux du monde entier se sont rassemblés autour de cet éditorial. Si nous sommes capables, malgré nos divergences de vue tant nationales que politiques, de nous accorder sur ce qui doit être fait, alors nos dirigeants doivent aussi pouvoir le faire.

Les politiciens réunis à Copenhague tiennent entre leurs mains le jugement de l’histoire sur la génération actuelle: une génération qui a été confrontée à un défi et qui l’a relevé, ou une génération qui a été assez stupide pour voir fondre sur elle les calamités mais n’a rien fait pour les éviter. Nous implorons les participants de faire le bon choix.


Journaux signataires de la pétition :Dodiblog France. Economic Observer Chine. Southern Metropolitan Daily Chine. CommonWealth Magazine Taïwan. Joongang Ilbo Corée du Sud. Tuoi Tre Vietnam. Brunei Times Brunei. Jakarta Globe Indonésie. Cambodia Daily Cambodge. The Hindu Times Inde. The Daily Star Bangladesh. The News Pakistan. The Daily Times Pakistan. Gulf News Dubaï. An Nahar Liban. Gulf Times Qatar. Maariv Israël. The Star Kenya. Daily Monitor Ouganda. The New Vision Ouganda. Zimbabwe Independent Zimbabwe.s The New Times Rwanda. The Citizen Tanzanie. Al-Shorouk Egypte. Botswana Guardian Botswana. Mail & Guardian Afrique du Sud. Business Day Afrique du Sud. Cape Argus Afrique du Sud. Toronto Star Canada. Miami Herald Etats-Unis. El Nuevo Herald Etats-Unis. Jamaica Observer Jamaïque. La Brujula Semanal Nicaragua. El Universal Mexique. Zero Hora Brésil. Diario Catarinense Brésil. Diaro Clarin Argentine. Süddeutsche Zeitung Allemagne. Gazeta Wyborcza Pologne. Der Standard Autriche. Delo Slovénie. Vecer Slovénie. Dagbladet Information Danemark. Politiken Danemark. Dagbladet Norvège. The Guardian Grande-Bretagne. Le Monde France. Libération France. La Reppublica Italie. El Pais Espagne. El Mundo Espagne. De Volkstrant Pays-Bas. I Kathimerini Grèce. Publico Portugal. Hürriyet Turquie. Novaïa Gazeta Russie. Irish Times Irlande. Le Temps Suisse.

Le printemps au pot au noir

L’actualité culturelle du Trièves s’accélére. On passe à deux annonces par jour, ça devient fou !

printemps.jpg

Le printemps arrive avec quelques spectacles dans ses valises…

Pour réserver c’est au 04 76 34 13 34 ou potaunoir@free.fr

Toutes les actualités du Pot au Noir sur potaunoir.com

Vendredi 17 et samedi 18 avril à 20h30 au Pot au Noir (38 – St Paul Les Monestier) -

Théâtre « 2-3 grammes… » par la cie Trio Mineur Ecriture et mise en scène : Bernard Falconnet, avec : Line Wiblé, costumes : Anne Jonathan, scénographie : Daniel Martin, création son : Frantz Parry, création lumière : Gaspard Mouillot

L’histoire d’un réveillon qui tourne mal, de trois soeurs très différentes, mais soeurs, d’un père dépassé, d’une mère à la vision brouillée par l’alcool, quoi d’autre… d’une famille à pleurer ou à rire, racontée et jouée par une comédienne seule en scène. Bernard Falconnet Auteur, metteur en scène

Buvette Restauration sur place (sur réservation)

Tarifs : 6 € : adhérent Pot au Noir / 9 € : sans emploi, professionnel du spectacle, étudiant / 12 € : plein tarif

- – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - -

Mardi 21 avril à 18h30 au Pot au Noir (38 – St Paul Les Monestier)

Théâtre jeune public « Journal de Grosse Patate » par la cie Sud Est Théâtre Mise en scène : Mohamed Boumeghra, avec Marc Balmand, Marie Neichel, musique et chansons : Erwan Flageul, affiche et costumes : ValB, décors : Mohamed Boumeghra, construction des décors : Ateliers de la ville de Grenoble, costumes : Ateliers de la ville de Grenoble, secrétariat : Dominique Barrome L’histoire…

Grosse Patate, c’est le surnom qu’on lui donne, et ça parle tout seul. « C’est très embêtant d’aimer manger, parce que même en se cachant, ça finit toujours par se voir » Grosse Patate soliloque sur scène, accompagnée par l’homme en noir, qui lui fait raconter ses rêves. Elle évoque ses camarades de l’école, mais aussi sa vie de famille, la mort de sa mère… Parmi ses camarades il y a Rémi, alias « Rémilette », garçon efféminé que Grosse Patate est heureuse d’avoir pour bouc émissaire : « J’adore le battre. Ça me détend quand les autres m’ont embêtée ». Il y a Rosemarie, son amie-ennemie, et Hubert, dont tout le monde est amoureux, elle-même, Rosemarie et Rémi. Après avoir fait la paix avec Rémi, celui-ci lui avoue qu’il est amoureux d’Hubert. Elle veut en parler à son père, qui évacue la question. Grosse Patate conseille alors à Rémi de se défendre. Celui-ci la prend au pied de la lettre, et invente une armée secrète, dans laquelle il est général, et Grosse Patate Sous-sous-général. Rémi se sacrifie au football pour valoriser Hubert. Grosse Patate demande à son père de l’aider en maths, et celui-ci lui explique qu’ « on ne multiplie jamais les tomates par les bananes. Il faut laisser les tomates avec les tomates, et les bananes avec les bananes. » Premier texte du comédien et metteur en scène Dominique Richard, Le Journal de Grosse Patate porte un regard sensible sur la cruauté de l’enfance. Grosse Patate est le surnom que l’on donne à l’école à l’héroïne de cette histoire. Commence alors un journal intime, entre le monde de l’école, souvent cruel et les rêveries ou le discours à la lune. Dans ce monde d’écolier, il y a Rosemarie la timide, Rémi le souffre-douleur, Hubert dont tout le monde est amoureux. Entre tristesse, désespoir et petits bonheurs, les interrogations sensibles d’une petite fille. Un très beau texte à l’écriture fine et humaine.

Buvette sur place Tarifs : 6 € : enfant / 8 € : adulte

Retraite aux flambeaux

Retraite aux flambeaux dans Trieves evenements rad57AC9

La mairie de Mens et l’office du tourisme organisent une retraite aux flambeaux à Mens, sur l’ancienne piste d’Amillières, le samedi 27 décembre à partir de 15h ( la descente en elle-même se fera à 19h). Un stand vin chaud et boissons chaudes est prévu en bas de la piste. Pour ceux qui voudraient participer, il suffit de s’inscrire (gratuit) à la Mairie de Mens ou à l’Office de tourisme. Les mineurs ( entre 12 et 17 ans ont besoin d’une attestation d’un responsable légal).

Suite à l’inscription, le rendez-vous est fixé le samedi à 15h au parking des Aires pour une première reconnaissance de la piste (un système de navettes sera mis en place).

Matériel à prévoir: usagé si possible

Ski (sans les bâtons), vêtements chauds (vieil anorak, gants, bonnet, masque ou lunettes à défaut).

Concours photo: sondage

Le printemps est là, petit sondage pour clore notre concours photo sur le thème « Le Trièves, l’hiver ». On envisagera bientôt une petite bouffe pour célébrer l’évènement ainsi que la première année du Dodiblog et son bientôt 50000 ème visiteur.

L'auteur des plus jolies photos (voir la page "concours photo")

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
29 mars: 3 photos de Jean Pierre DUGAND de Saint Jean d’Hérans.

dug5small.jpg

dug3small.jpg                  dug2small.jpg

                   ———————————–

15 mars:et 4 photos d’André Demander, habitant de Pierre Chatel. Photos semble t’il prises à La Mure mais on est pas chauvin !

trives2.jpg

 trives4.jpg    trives1.jpg   trives3.jpg  

                  ————————————

5 février:et 3 photos de Vincent Blanchard, habitant Villard Julien, charmant hameau de Cornillon en Trièves. Toutes les communes du Trièves vont finir par être représentées.

remorquesouslaneigesmall.jpg

« Bétaillère sous la neige de Villard Julien »

glevillardjuliensmall.jpg   geleesmall.jpg

————————–

18 janvier: 10 photos reçues de Frau Karin Augustat, compagne du célèbre Yann Petrucci dont il a déjà été question à de nombreuses reprises dans ces colonnes (voir: Un Trièvois, académicien et futur prix Nobel de littérature ).

ksupsmall.jpg

La lune de l’Obiou, Karin Augustat, Saint Baudille

k9small.jpg   k8small.jpg   k7small.jpg

k6small.jpg   k4small.jpg   k2small.jpg

k5small.jpg   k1small.jpg   k3small.jpg

—————————–

13 janvier: Cette fois, c’est vraiment parti avec Christophe Sonzogni qui m’envoie toute une série de photos prises de Lalley et quelques unes de Prébois.

s65.jpg 

Christophe SONZOGNI, Lalley

s1.jpg  s2.jpg  s3.jpg

s4.jpg   s6.jpg  s5.jpg 

—————————–

12 janvier: Un premier participant donc à notre concours photo du 21 décembre au 21 mars sur le thème: le Trièves l’hiver. Il s’agit de Didier DELAIGUE, un Chichiliannou russophone qui nous envoie cette magnifique photo. Félicitations à lui en espérons que cela amorce la pompe des contributions.

chandellesdeglacesmall.jpg

Didier DELAIGUE, Chichilianne, Chandelle de Glace

——————–

img3104small.jpg

Olivier DODINOT, Mens, Obiou




Vivre la République du Progrès |
l'avenir vue par un militan... |
LCR Section Calaisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rassemblement des français
| Les lumières en héritage
| L'Afrique de toutes nos forces