Résultat pour la recherche 'réponses'

Page 2 sur 4

Le contrôle des subventions

Je reçois ceci :

Bonsoir Olivier DODINOT
On m’a fait part de votre  intention de mener une 3ème liste pour les Municipales de MENS. BRAVO  !
Je vous souhaite de transformer votre  essai d’ici Samedi, et vous demande de répondre au QUESTIONNAIRE ci-joint dont  les réponses ou les non-réponses seront publiées sur le site  internet OBRAL
Avec PPK et de nombreux partisans nous  alimentons l’OBRAL , depuis 2001 ! Voir les documents joints qui  vous préciseront nos objectifs.
Merci de votre réponse
J.DAUMET
———————-
Accompagné de ce document :

Observatoire Bénévole des Réalités Associatives Locales

                              http://obral.viabloga.com

QUI SOMMES-NOUS ? Un groupe informel d’anciens camarades de classe auquel se rattachent des sympathisants : J. DAUMET« daumet.jack@ aliceadsl.fr »,

P- P. KALTENBACH, B. LESBROS, G. MARBACH, P. RIVAIL, G. VEAUVY, D. WENDEL  etc…

Né dans l’Isère en Rhône-Alpes, l’OBRAL a ensuite essaimé dans plusieurs régions : Bretagne (J. LIOTIER), Centre (O. RAYNAUD), Île-de-France         (P.-P. KALTENBACH),  Lorraine (D. WENDEL),  PACA (H. BAYLE).

NOTRE BUT : L’OBRAL a pour ambition de mettre à la disposition du plus grand nombre, de manière transparente et impartiale, un état de la DÉPENSE PUBLIQUE ASSOCIATIVE DÉPARTEMENTALE, afin de contribuer à instituer un LABEL ASSOCIATIF pour la connaissance, la transparence et la certification des ASSOCIATIONS Loi 1901.

NOS MOYENS : tous bénévoles, nous recensons chaque année depuis 2001 les subventions de la VILLE de GRENOBLE – du CONSEIL GÉNÉRAL de l’ISÈRE –  du CONSEIL RÉGIONAL RHÔNE-ALPES, distribuées aux associations de l’Isère (voir TABLEAUX au verso).

NOTRE CONSTAT : entre 2001 et 2008 les subventions versées aux associations  ont aug-menté de 90%, et 80% de ces sommes vont à seulement 9% d’entre elles !!!

À chaque échéance électorale, un questionnaire sur les réalités associatives locales est adressé à TOUS LES CANDIDATS DECLARÉS, dont les RÉPONSES et les NON-RÉPONSES sont publiées sur le site de l’ OBRAL.

Devant les très faibles retours constatés, on peut se demander si nos élus ou futurs élus ont le même souci de transparence et de séparation des pouvoirs que nos concitoyens !

OBJECTIF PRIORITAIRE : mettre hors la loi de 1901 les ASSOCIATIONS qui n’ont rien de bénévole ni de transparent.

                                                                                      Grenoble le 20 Janvier 2002

———————-

Et de ce questionnaire auquel je répond positivement :

hebergeur d'image

Commentaire perso : une excellente idée que de demander à tout élu à une  Mairie, de confier à son opposition la vérifications des subventions  versées par la Mairie aux associations ! Cela rappelle un peu la démarche du gouvernement proposant de confier la présidence de la commission des finances à un député de l’opposition.

Bientôt dans vos boites aux lettres ?

hebergeur d'image
Tous nos gouvernements successifs l’affirment, il faut lutter contre  l’abstention !
Puis lorsque vient l’heure de présenter une nouvelle loi électorale, on  nous concocte un mode de scrutin qui pousse à pratiquer la pêche à la ligne le  jour des élections.
Il en est ainsi pour les prochaines élections municipales. On vient  d’abaisser le mode de scrutin qui s’appliquait jusqu’à présent aux communes de  plus de 3500 habitants, à celles qui n’en comptent que plus de 1000. Le village de Mens qui comptait 1370 habitants en 2011 en fait donc parti.
Quelles en sont les conséquences ?
- La parité homme-femme devient obligatoire : une bonne chose !
- Le panachage est interdit. Ca se discute.
- Les listes doivent être complètes, donc composées de 15 personnes pour  une commune de la taille de Mens. Ce qui en pratique rend extrêmement difficile  la possibilité d’avoir plus de 2 listes. On tente donc de nous imposer la  bipolarisation qui est déjà la règle lors des élections nationales. Immense  stupidité du législateur !!!
- Il est attribué une prime majoritaire à la liste arrivée en tête du scrutin, ce qui est une bonne chose pour permettre une gouvernance stable tout en assurant une représentation de l’opposition. Cette prime est cependant trop importante. Dans le cas de deux listes obtenant respectivement 50.1% et 49.9% des voix, la deuxième liste n’obtiendrait au mieux que 3 sièges sur 15.
Lors des élections précédentes en 2008, peut emballés par le choix proposé,  nous nous étions retrouvé à 4 pour lancer une « petite » liste tendance écolo.  Sans aucune idée de victoire au final, simplement pour proposer une offre  alternative, pour représenter des idées qui ne nous semblaient pas l’être  suffisament par les 2 autres listes en présence. Campagne enthousiaste et  résultat honnête, proche des 10%
Que pourront faire les 23 et 30 Mars les électeurs qui ne se reconnaitront  pas dans une des deux listes que l’ont voit se profiler ?
Ils ne pourront pas voter blanc, puisque si celui ci est en passe d’être  adopté, il ne s’appliquera qu’après les municipales !
On en reviendra alors à la tentation de la pêche à la ligne…
A moins qu’un nombre suffisant de personnes se mobilisent pour proposer  d’autres idées susceptibles de rassembler autant les « anciens » que les  « nouveaux » Mensois ! Constituer une troisième liste pour défendre une troisième voie est sans doute très difficile. Est ce impossible ? La seule façon de le savoir est d’essayer !
 Je lirais avec attention toutes les réponses, même défavorables à ce  message.
On peut également faire tous commentaires sur mon blog en s’efforçant de rester dans les limites de la courtoisie :
Bien cordialement
Olivier Dodinot

Navette Clelles – Mens

tram.jpg

L’age venant, il faut que je commence à faire attention  à ma santé… et à mes lectures.

Il y a quelques mois, j’avais fait une très forte crise d’asthme à la lecture d’une intervention de Dédé Vallini dans Isère Magasine => Le meilleur réseau de France…

Plus récemment, j’ai frisé l’attaque en entendant Madame le Maire de  Mens nous annoncer une quatrième étude concernant la déviation de Mens => Boulevard Edouard Arnaud

Aujourd’hui, j’ai manqué de faire un infartus en lisant, dans le dernier numéro des nouvelles du pays, une interview de notre conseillère générale du canton de Mens. Elle y parlait de la possible création d’une navette Clelles – Mens, elle aussi espérée depuis des lustres. Une telle navette permettrait de désenclaver Mens, qui n’est relié à Grenoble que par quelques Bus brouette , comme on peut le lire dans tous les Témoignages de voyageurs…

Quelques réponses  à l’interview : « Cela demande des discussions, il est trop tôt pour le dire, on pourrait imaginer, il faut réfléchir, cela demande une réflexion, etc... ». Les bras m’en tombent ! Il a donc fallu un tout un mandat pour arriver à ces brillantes interrogations ! Combien de mandats faudra il pour mener la réflexion à terme ? Encore un mandat et nous serons en 2020. Deux mandats nous amèneraient en 2026. Trois mandats : donnez moi une calculette !

Une suggestion enfin : pourquoi ne pas panacher la liaison Mens -Clelles avec des navettes Mens – Monestier qui permettrait de gagner 10 bonnes minutes sur le trajet (5 minutes de plus en navette, 15 minutes de moins en train) ?

Pour mémoire, un petit sondage déjà ancien sur les souhaits horaires des potentiels navetteurs : NAVETTE CLELLES-MENS

Réponse de femmes

Il y a quelques temps, j’envoyais la missive suivante à près d’une quarantaine d’élus du Trièves et des environs :

De : olivier dodinot ododinot@yahoo.fr
Envoyé le : Dimanche 25 août 2013 18h51
Chèr(e)s élu(e)s
Le site ChargeMap s’occupe de recenser toutes les bornes de recharge pour véhicules électriques : http://fr.chargemap.com/
La première borne « officielle » de ce type vient de faire son apparition dans le Trièves : http://fr.chargemap.com/points/details/gite-la-petite-grange. Vous noterez au passage le coté « carte postale » que je lui ai donné. Elle ne m’a pas couté un sou puisqu’il s’agit d’une prise domestique ordinaire, simplement déclarée ouverte au public sur le site. Elle permet une recharge de type lente (6 à 8 heures) pour des voitures telles que les Renault électriques Twinzy, Kangoo ou Fluence, pour la Nissan Leaf ou encore la Smart électrique. Elle n’est pas adaptée pour la Renault Zoe qui nécessite une borne spécifique mais on travaille la question…
Un des freins est le manque de borne et ce type d’initiative peut aider au démarrage.
On pourrait donc encourager les hébergeurs, commerçants et prestataires du Trièves à offrir une prise de recharge et à la déclarer sur le site. Par exemple en intégrant ce critère dans la charte écotouristique du Trièves. Un Trièves constellé de points bleus sur la carte de France de Chargemap ne pourra qu’attirer cette nouvelle forme de tourisme !
Plus tard, on pourrait imaginer quelques prises de recharge rapide dans les chefs lieux, en commençant par Clelles au bord de la 1075. Les automobilistes en mal de kilowatt y ferait une escale le temps d’un repas, un premier arrêt avant de revenir… Le prix diminue : http://fr.chargemap.com/blog/nissan-bornes-de-recharge-rapide-moins-cheres/
Pour savoir d’où on peut venir et jusqu’ou on peut aller du Trièves en voiture électrique :  http://www.jurassictest.ch/GR/
Bien cordialement
Olivier Dodinot
——————————
Je n’ai eu que deux réponses, de deux femmes, l’une de gauche, l’autre de droite, le bonheur et la volupté pour un centriste !
——————————
De : Frédérique Puissat
À : olivier dodinot ododinot@yahoo.fr
Envoyé le : Jeudi 29 août 2013 14h27
Objet :Re:

Je crois Olivier que vous êtes dans ce domaine un précurseur.
Mais en même temps, ce phénomène se développe, dans la logique de récession de ressource que nous connaissons et d’évolution de la technologie, de façon très rapide…. Je me dits aussi qu’à terme c’est un peu comme l’ADSL, le développement se fera à coup sur via les collectivités….
Bonne fin de we
Frédérique
——————————

Réponse de femmes dans Ecologie battistel-copier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ville des Alpes

Le secteur du bâtiment joue un rôle clé dans la lutte contre le changement climatique : les ménages consomment chez eux un peu plus d’un tiers de l’énergie finale consommée dans les Alpes. Cette énergie produite principalement avec du fioul et du gaz naturel est surtout utilisée pour le chauffage et la climatisation des bâtiments. Or, les maisons anciennes et mal isolées constituent l’essentiel du parc bâti dans les Alpes. Ce secteur offre donc un potentiel important en termes de lutte contre le changement climatique. La réhabilitation énergétiquement performante de bâtiments anciens avec des matériaux écologiques permet d’économiser une grande quantité de CO2 tout en augmentant la qualité de vie. Les villes, qui rassemblent les deux tiers de la population alpine, jouent un rôle important dans ce défi.

Le séminaire du 19 septembre 2013 à Gap/F met la commune en lumière en tant que maître d’ouvrage. Comment construire ? Quels sont les principaux enjeux ? Comment convaincre les habitants d’adhérer à une démarche d’éco-construction et d’éco-rénovation ? Les  » Villes des Alpes de l’Année  » Bolzano/I et Sonthofen/D apportent elles aussi des éléments de réponses à ces questions.

Les territoires pilotes français du projet Alpstar présentent des exemples de bonnes pratiques, des idées et des freins possibles : la station de Pra Loup mise sur la technique et la rénovation éco-performante. Le Parc Naturel Régional du Queyras a développé un savoir-faire en matière de réhabilitation douce des bâtiments historiques. Dans le département de l’Isère, les partenaires du projet se penchent sur la précarité énergétique dans les logements sociaux. Tous ces exemples seront racontés dans des promenades à travers les jardins de Charance. Les participants découvriront aussi des projets de la  » Ville des Alpes 2002 « , Gap, avec  la visite de deux bâtiments communaux et du premier réseau de bus gratuits de France.

La manifestation en anglais et en français est organisée par la ville de Gap et l’association Ville des Alpes de l’Année dans le cadre du projet Alpine Space Alpstar. Programme et inscription jusqu’au 15 septembre sur http://www.villedesal/fr/projets/alpstar/ateliers

Nous nous réjouissons de votre participation!

Roger Didier, maire de la ville de Gap
Hubert Buhl, president de l’association Ville des Alpes de l’Année

Pour la transparence du financement des associations

        ELECTIONS LEGISLATIVES 2012

                   OPERATION CONFIANCE

ASSOCIATIONS

Madame, Monsieur,

Vous êtes candidat(e) aux élections législatives de 2012.

                                                 CONSTAT

La dépense publique locale a connu une expansion sans précédent au cours des années 2007-2011. Les aides aux associations constituent désormais une part non négligeable des budgets associatifs. Ce constat qui n’a rien de politicien concerne les élus territoriaux sans distinction partisane. Nous ne contestons ni le volume ni la nature de la dépense associative mais sa transparence et sa gouvernance et l’opinion s’interroge depuis certaines affaires sur la représentativité des bénéficiaires comme sur l’efficacité technique et sociale des moyens humains et financiers mis en œuvre.  Au-delà de la vie associative, la confiance dont dépend toute réforme s’en trouve compromise car l’opacité de l’argent public comme privé suscite la défiance.  Quel que soit le résultat des élections de 2012, la question de l’efficacité sociale de la dépense publique locale va s’imposer au débat politique de la prochaine législature. C’est dans cet esprit que nous conduisons depuis 2002, au service des Associations de l’ISERE une pédagogie de la transparence et de la gouvernance des aides publiques locales. (Voir au verso les sommes allouées depuis 2002.) Nous avons décidé d’étendre cette opération à d’autres départements.

PROPOSITION :                                                                                        

1- Acceptez-vous la responsabilité d’offrir au public des procédures locales de transparence et de gouvernance des aides aux associations fondées sur la participation et la certification, la crédibilité de ces procédures dépendant de la séparation des pouvoirs et des intérêts entre organismes contrôleurs et organismes contrôlés ?

OUI

2- De nombreux textes législatifs et réglementaires ont été pris depuis dix ans. Acceptez vous d’intervenir pour les faire appliquer en Isère  ?

OUI

En restaurant la confiance,  cette démarche locale conduite par des élus nationaux contribuerait à l’effort qui s’impose pour désendetter la Nation.   En outre,  elle ferait de l’Isère un département pilote.                                                                    

NOM, PRÉNOM : DODINOT Olivier

COURRIEL : ododinot@yahoo.fr

COMMENTAIRE LIBRE : J’approuve tout à fait votre démarche. Le financement des associations n’est pas à remettre en cause mais la transparence la plus totale doit régner en ce domaine comme pour tous ce qui concerne l’argent publique. J’ai personnellement pu vérifier dans le Trièves combien il est difficile de se faire communiquer les comptes d’une association recevant pourtant de l’argent du conseil général de L’Isère.

Votre réaction sera publiée sur le site de l’ OBRAL qui depuis 2002, assure avec la publication des subventions associatives en ISERE, les réponses de nos interlocuteurs. http://obral.viabloga.com/

Merci de bien vouloir retourner vos réponses à :

                 Jack Daumet – 29 bis Av. Jean Perrot 38100 GRENOBLE ou par courriel : daumet.jack@aliceadsl.fr

                                         Observatoire Bénévole des Réalités Associatives Locales

GUIDE PRATIQUE &  METHODE OBRAL :  http//obral.viabloga.com/

       CERTIFICAT DE TRANSPARENCE : http//www.gouvernance1901.com

                                                                                       LABEL DE CERIFICATION : http//www.ideas.asso.fr/

Réunion à la FDSEA : la suite

Une correspondance à lire de bas en haut..

QUOI DE NEUF ? (samedi 2 juin)
Messieurs Brosse et Pegaud
Vous m’aviez annoncé une décision à prendre hier vendredi par votre bureau, concernant une éventuelle nouvelle réunion à organiser par le FDSEA sur les questions agricole afin de rattraper le couac de celle du 25 mai où seuls 2 candidates sur 11 étaient présentes. Conscient des difficultés que cela soulève, je vous ai également proposé de compenser le préjudice qui a été causé aux candidats non prévenus en leur permettant d’exprimer leur position sur l’agriculture dans le dauphiné libéré comme cela a été fait pour Mesdames Battistel et Parlange dans l’édition du samedi 26 mai. Cela bien sur s’il y a accord du dauphiné.
J’attend donc avec impatience de savoir quelle décision a été prise et vous précisant bien que la seule option qui n’est pas ouverte à mes yeux serait celle de ne rien faire jusqu’aux élections.
Bien cordialement
Olivier Dodinot

LA PAIX DES BRAVES… (jeudi 31 mai)
Monsieur Jean Robin Brosse
J’ai lu ce matin l’article de Sébastien Dudonné dans le dauphiné libéré, qui recadre bien les choses.
Je comprend les difficultés que représente l’organisation d’une nouvelle réunion en plein période d’activité agricole.
Je pense donc que l’incident pourrait être considéré comme clos si les candidats abscents lors de la première réunion pouvaient exprimer leur positionnement sur l’agriculture dans le dauphiné libéré, comme cela a été le cas pour Mesdames Battistel et Parlange. Par contre, et après reflexion, je pense que ce n’est pas à moi de contacter les huit autres oubliés où oublieux.
Je serais par ailleurs heureux de faire connaissance dans un contexte plus calme après les élections et de m’entrenir avec vous des questions agricoles pour lesquelles je ne suis pas un spécialiste mais qui m’intéressent grandement.
Bien cordialement
Olivier Dodinot

TROISIEME MESSAGE (mercredi 9h40)

Cher Monsieur

Je reviens vers vous à mon tour.
Vous me dites avoir envoyé une invitation aux partis représentés dans le département. Il se trouve que Cap21 est représenté depuis plusieurs années par notre présidente Jacqueline Joannon dont je peux vous donner les coordonnées si vous le souhaitez. L’invitation aurait donc du me parvenir par ce biais.
Pour les candidats des autres partis, une simple et rapide recherche sur internet aurait permis de trouver les coordonnées de la plupart d’entre eux à travers leur site de campagne.
Enfin pour les « introuvables », les journalistes du dauphiné, qui savent tout, aurait pu vous renseigner.
Une telle méthode aurait été plus équitable envers tous les candidats que votre communication consistant à une invitation en bonne et due forme pour les uns et une « bouteille à la mer » sous forme de communiqués dans la presse pour les autres. Je parcours le dauphiné libéré presque tous les jours, je n’avais rien noté.
Il est de plus fort cavalier de proclamer, je cite l’article du dauphiné,  « Parmi les onze candidats aux législatives sur la 4ème circonscription de l’isère, seules Marie Noelle Battistel (PS) et Anne Parlange (EELV) ont répondu à l’appel de la FDSEA et des jeunes agriculteurs de l’Isère. », sans se poser la question de savoir si les abscents étaient au courant. Vous donnez ainsi un bonus supplémentaire aux représentantes des partis établis au détriment de ceux des partis émergents.
J’ose donc penser que votre bureau de vendredi prendra la bonne décision, celle de faire une réunion de rattrapage pour les candidats « oubliés » lors du premier rendez vous.  Je vais de ce pas contacter les huit autres candidats abscents le 25 mai afin qu’ils appuient ma demande.
Pour ma part, je serais disponible la semaine prochaine, sauf le mardi 5 juin après midi où j’aurais l’honneur de recevoir notre présidente nationale Corinne Lepage qui viendra me soutenir sur ma circonscription en visitant le centre écologique de Terre vivante.
Bien cordialement et j’espère à bientôt
Olivier Dodinot

DEUXIEME REPONSE DE LA  FDSEA (mardi 10h28)

Bonjour Monsieur,

Je reviens vers vous suite à vos messages et après échange avec le Président de la FDSEA,

Comme indiqué précédemment, le bureau de la FDSEA a décidé début mai d’organiser des rencontres par circonscription pour parler d’agriculture,

Les dates des 24 et 25 mai ont été retenues pour concentrer nos rencontres et leur donner un impact départemental plus important,

Le 15 mai, les communiqués ont été diffusés,

Sur la méthode, nous avons opté pour une invitation adressée au siège des partis départementaux pour les candidats des partis représentés (PS, UMP, FN, MODEM, EELV, FRONT DE GAUCHE etc.).

Les communiqués ont été adressés par mail avec demande expresse de transmettre à tous les candidats.

Pour les candiats non rattachés à des partis départementaux, les dates et lieux ont été adressés aux principaux organes de presse départemental pour diffusion (AFP, France Bleu, DL, Terre Dauphinoise, Sillon 38, La Tribune, le Progrès, les Affiches, l’Essor etc.). l’objectif était que l’invitation soit diffusée le plus largement possible pour qu’un maximum de candidats déclarés ou non encore déclarés puissent participer..

Il est regrettable que l’information ne vous soit pas parvenue. Nous le regrettons pour nos débats et pour les échanges.

En revanche, nous ne pouvons être tenus responsables de cette situation car, comme expliqué ci-dessus, les informations ont été très largement diffusées depuis mi-mai.

Nous nous tenons à votre disposition pour un échange sur les problématiques agricoles, en revanche nous n’avons pas à ce jour programmé d’autre réunion de ce type.

Toutefois un bureau FDSEA se tient vendredi soir, nous aborderons la question.

Restant à  votre disposition,

Cordialement

Laurent PEGOUD

DEUXIEME MESSAGE (lundi 28 mai 21h15)

Monsieur le président
J’accuse bonne réception de votre réponse.
Néanmoins le témoignage de la candidate UMP dans la 4ème circonscription de l’Isère (http://ceciliadurieu2012.fr/la-reunion-dagriculteurs-organisee-par-la-fdsea-et-les-jeunes-agriculteurs/) me confirme dans mon sentiment qu’il y a eu un « couac » majeur dans la communication sur la tenue de la réunion de la FDSEA du 25 mai auprès des différents candidats. Certains prévenus dix jours à l’avance, d’autre par mail la veille, moi pas du tout !
Je vous remercie de votre proposition de me citer dans Terre Dauphinoise, proposition que j’accepte avec plaisir.
Mais il est évident qu’une publication dans cet hebdomadaire d’information agricole ne saurait en aucun cas compenser le préjudice électoral qu’on subit les neuf candidats absents auprès des dizaines de milliers de lecteurs du dauphiné libéré. Ceux-ci risquent de ne retenir de l’article du 26 mai que la phrase « Parmi les onze candidats aux législatives sur la 4ème circonscription de l’isère, seules Marie Noelle Battistel (PS) et Anne Parlange (EELV) ont répondu à l’appel de la FDSEA et des
jeunes agriculteurs de l’Isère. »
Je vous demande donc avec la plus grande insistance de bien vouloir organiser au plus vite une nouvelle réunion avec les neuf candidats lésés en présence des journalistes du dauphiné libéré.
Par ailleurs, j’ai envoyé le questionnaire de la FDSEA au responsable des questions agricoles de Cap21 afin de vous apporter les réponses de notre mouvement.
En vous remerciant à l’avance, je vous transmet Monsieur le Président mes plus cordiales salutations.
Olivier Dodinot

PREMIERE REPONSE DE LA FDSEA (dimanche 27 mai 22h55)

Bonsoir Monsieur DODINOT

Je viens de lire vos mels,j’ai entendu aussi votre message sur mon portable.je vous remercie de réagir .

Sur l’édition du Dauphiné Libéré du Samedi 19Mai j’ai celui du Nord Isére,sur la page consacrée aux candidats officiels pour les lesgislatives il y avait un encart annonçant nos réunions avec les candidats les 24 et 25 mai sans donner toutes les précisions que nous avions donnés a la presse .

Je vais aller lire vos positions,échanger avec vous sur l’agriculture est l’objectif que nous avions.je vais étudier comment vous citer aussi dans le journal Terre Dauphinoise.Mardi je Reprendrai contact avec vous.

Bien Cordialement

Jean Robin Brosse

——————————————————–

PREMIER MESSAGE (dimanche 27 mai 19h26)

Monsieur Jean Robin Brosse

Président de la FDSEA Isère
Monsieur le président
Je suis Olivier Dodinot, candidat sur la 4ème circonscription de l’Isère pour Cap21, parti présidé par Corinne Lepage, députée Européen et ancienne ministre (http://www.cap21.net/).
J’ai été surpris hier en lisant hier un article paru à la page 12 de l’édition du dauphiné libéré du samedi 26 mai. concernant une réunion sur l’agriculture organisé par la FDSEA 38 (Fédération Départementale des Syndicats d’Exploitants Agricoles de l’Isère) à Susville le vendredi 25 mai. On y signale que « Parmi les onze candidats aux législatives sur la 4ème circonscription de l’isère, seules Marie Noelle Battistel (PS) et Anne Parlange (EELV) ont répondu à l’appel de la FDSEA et des jeunes agriculteurs de l’Isère. »
Seul problème : je n’avais pas été invité à cette réunion !
J’imagine qu’il s’agit d’un oubli où d’une incompréhension. Je suis donc à votre disposition pour venir débattre avec vous avant et après les élections législatives, en espérant que ce débat obtiendra la même couverture médiatique que le précédent.
Je vais par ailleurs répondre point par point au questionnaire que vous avez soumis aux candidats : http://www.sillon38.com/blog/2012/05/23/lagriculture-iseroise-est-une-chance-saisissez-la/. Vous pourrez constater que, sans tomber dans la démagogie où l’électoralisme, mes propositions sauront vous donner satisfaction sur bon nombre de points.
 Je vous indique enfin que ce courrier figure sur mon blog de campagne (http://dodiblog.unblog.fr/category/2012-legislatives/) et sera transmis dans les médias à ma disposition. Votre réponse le sera également. Vous pouvez, si vous le souhaitez, me joindre par téléphone au 04 76 34 89 07.
Bien cordialement
Olivier Dodinot

Bravo François

Je  l’ai suivi un temps, je m’en suis éloigné mais le type a incontestablement des certitudes et des valeurs. Bravo François.

OD

Bravo François  dans 2012 présidentielles radD10F8

« J’ai examiné depuis deux semaines l’évolution du deuxième tour de l’élection présidentielle, au travers de la lettre que j’ai adressée aux deux candidats, de leurs réponses, des interventions publiques et du débat d’hier soir.

Je l’ai fait au nom d’un courant politique qui a été soutenu au premier tour par plus de trois millions de Français. Au sein de ce courant politique, il est des sensibilités diverses, plus à droite, plus à gauche, très au centre. Et c’est naturel : le courant central du pays quand il est soumis au choix impitoyable de la bipolarisation est forcément divers.

Cette diversité, j’y tiens. Elle est notre nature propre. C’est pourquoi je ne donnerai pas de consigne de vote. Chacun de mes amis, chacun de mes électeurs s’exprimera en conscience. Je sais qu’il y aura des expressions différentes. Et je les respecterai.

Je veux donc vous dire mon jugement personnel.

Nicolas Sarkozy, après un bon score de premier tour, s’est livré à une course-poursuite à l’extrême droite dans laquelle nous ne retrouvons pas nos valeurs, dans laquelle ce que nous croyons de plus profond et de plus précieux est bousculé et nié dans son principe. L’obsession de l’immigration dans un pays comme la France, au point de présenter dans son clip de campagne un panneau « Douane » écrit en Français et en Arabe, qui ne voit à quels affrontements, à quels affrontements entre Français, cela mènera ? L’obsession des « frontières » à rétablir, comme si elles avaient totalement disparu et que nous y avions perdu notre âme, qui ne voit que cela conduit à la négation du projet européen auquel le centre et la droite, autant que la gauche modérée, ont donné des décennies d’action et de conviction ? Et quant à l’idée que l’école, ce devait être l’apprentissage des frontières, qui ne voit que c’est une déviation même de l’idée d’école, qui est faite au contraire pour que s’effacent les frontières entre les esprits, entre les consciences, entre les époques ?

La ligne qu’a ainsi choisie Nicolas Sarkozy entre les deux tours est violente, elle entre en contradiction avec les valeurs qui sont les nôtres, pas seulement les miennes, pas seulement celles du courant politique que je représente, mais aussi les valeurs du gaullisme, autant que celles de la droite républicaine et sociale.

Comment en est-on arrivé là ? Ce sera l’histoire de cette élection, de cette rupture au sein du peuple français, rupture qui vient de loin, rupture économique, sociale et morale. Je ne veux pas voter blanc. Cela serait de l’indécision. Dans ces circonstances, l’indécision est impossible.

Reste le vote pour François Hollande. C’est le choix que je fais. Il s’est prononcé, de manière claire, sur la moralisation de la vie publique dans notre pays. Il aura fort à faire.

J’ai dit ce que je pensais de son programme économique. Je ne partage pas ce programme : je pense que ce programme est inadapté à la situation du pays et encore plus à la crise qui vient, que j’ai annoncée, je crois certaine.

Mais je pense que devant cette crise inéluctable il n’y aura qu’une attitude possible : une unité nationale qui réunira des femmes et des hommes venus d’horizons différents, pour permettre au pays de se ressaisir.

Cette unité nationale, elle ne se réalisera jamais si chacun reste dans la logique des camps anciens, une opposition en embuscade contre une majorité dont le seul but est qu’elle se casse la figure. La situation de notre pays, et encore davantage la situation que notre pays va connaître est trop grave pour cela.

Je ne suis pas et ne deviendrai pas un homme de gauche. Je suis un homme du centre et j’entends le rester. Et je suis certain que le jour venu, il faudra aussi qu’une partie de la droite républicaine soit associée à ce qu’il va falloir faire pour que la France s’en sorte.

Par mon choix, je rends possible pour la première fois depuis longtemps cette union nationale, la vraie mobilisation des Français au service de la France.

Il appartiendra à François Hollande, s’il est élu, de réfléchir à la situation et de prendre en compte cette nécessité pour le pays.

S’il en reste à la gauche classique et à son programme, je serai un opposant, dans une opposition vigilante et constructive. Il faudra une opposition constructive, mais déterminée, quand il s’agira d’empêcher les erreurs annoncées.

Il est des moments dans l’histoire où l’engagement devient vital. Je crois que le moment est venu de franchir des pas décisifs : nous devons tous, où que nous soyons, nous dépasser et nous rassembler pour que la France se reconstruise. »

Centrale solaire : ça se précise

Dans le cadre de la réflexion sur l’implantation d’une Centrale Villageoise photovoltaïque sur le Trièves nous vous invitons à venir réfléchir ensemble à l’aspect juridiquede la future société locale.

Le Vendredi 20 avril à 14h au siège de la Communauté de Communes Du Trièves à Monestier de Clermont 

·         Présentation rapide de l’état d’avancement du projet au niveau faisabilité technique.

·         Présentation de nouveaux éléments à prendre en compte concernant le montage juridique de la future société.

·         Réflexion autour d’un document de travail pour aider au choix du montage juridique le plus adapté au Trièves. SAS ou SCIC ?   

·         Réflexion au contenu des statuts juridiques du type de société retenu. (Préambule et objet social)

Je vous invite, afin d’avoir un maximum d’éléments de réponses à vous fournir lors de cette réunion, à m’envoyer vos questions dés maintenant ou  au plus tard pour le lundi 16 avril concernant l’aspect juridique et financier de ce projet.

Pour vous remémorer les données à ce sujet précisément, je vous encourage à regarder sur www.centralesvillageoises.fr (notamment dans Projet / Juridique et la Foire aux Questions).

Pensez aussi à répondre au sondage et à diffuser l’information autour de vous. 

Pour toute demande complémentaire sur le projet, n’hésitez pas à me contacter par mail, ou aux coordonnées ci-dessous.

Bien cordialement,

Frédéric FOLLIET                                                     

Service Développement Durable et Agenda 21

Communauté De Communes du Trièves

04 76 34 49 12

f.folliet@cdctrieves.fr

 

Centrale solaire villageoise : le sondage

Un projet de centrale villageoise photovoltaïque se prépare sur le site de la Zone Artisanale de Mens.
La CDC du Trièves, les parcs naturels régionaux rhônalpins, , Rhônalpénergie-Environnement, la région Rhône-Alpes, le Conseil général de la Drome souhaitent recueillir l’avis des habitants du Trièves à travers un sondage qui prend moins de 5 minutes.
Ce sondage est disponible sur la page web en cliquant ici ou par ce lien http://www.raee.org/limesurvey/index.php?sid=37372&lang=fr.
Il permet d’évaluer votre intérêt et votre participation potentielle dans la création d’une société locale sans engagement de votre part.
Si vous souhaitez en savoir plus sur ce projet , voici quelques liens :
En vous remerciant par avance pour vos réponses
Thomas Goujon
1234



Vivre la République du Progrès |
l'avenir vue par un militan... |
LCR Section Calaisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rassemblement des français
| Les lumières en héritage
| L'Afrique de toutes nos forces