• Accueil
  • > Recherche : temps parents mens

Résultat pour la recherche 'temps parents mens'

Covid 19

Bonjour à toutes et à tous,

Devant l’ampleur de l’épidémie et la forte suspicion d’au moins 2 cas à Mens, en tant que médecins du village de Mens, nous vous demandons de prendre les consignes de confinement très au sérieux.

Le COVID19 se transmet par la vapeur de respiration, les gouttelettes invisibles de salive, les mains et peut-être les selles.

La moitié des personnes infectées par le COVID19 ne développeront pas la maladie mais peuvent la transmettre. Ce qui veut dire que tout le monde doit au moins porter un masque (patron ci-joint) quand vous sortez de chez vous, et vous laver les mains avant de sortir et en rentrant.

On ne peut pas tester tout le monde, les tests sont réservés aux
situations graves. Donc toute personne qui a des symptômes est considérée comme porteuse.

Le but est de limiter le nombre de personnes malades en même temps :
– pour que les hôpitaux puissent hospitaliser ou réanimer toutes les personnes qui en auront besoin
– pour que nous ne soyons pas débordées pour pouvoir tous vous accueillir rapidement si
nécessaire (nous vous rappelons que les pharmaciens peuvent délivrer les ordonnances périmées de traitement de fond, et nous vous invitons à passer directement par eux)

Il est très important de :
– protéger les personnes fragiles :cf plus bas
DONC :
– ne pas faire garder ses enfants par les grand-parents : même sans symptômes ils peuvent être porteurs et transmettre le virus
– ne pas rendre visite aux personnes fragiles mais rester en contact téléphonique et leur faire leurs courses si besoin (limiter les contacts physiques quand vous leur apportez leurs courses)
– annuler les réunions de famille, anniversaires etc
– protéger vos commerçants d’alimentation de proximité : si les
commerçants tombent malades, les magasins d’alimentation ferment.

DONC :
respecter les consignes de sécurité de chaque commerçant (file d’attente à l’extérieur, distance entre les personnes, port de masque)
– respecter le confinement : ne pas faire de repas entre amis, ni de bars clandestins, ni de match de foot, ni d’atelier couture, ni de parties de belotte, etc.
– si vous faites garder vos enfants, il faut toujours vous organiser entre mêmes familles (donc même groupe d’enfant même si les parents tournent pour la garde) pour éviter la
propagation entre les groupes.
Nous savons que les contraintes sont très importantes et que les enfants et les adolescents auront du mal a les respecter et à les prendre au sérieux. Nous leur rappelons que le but est d’étaler l’épidémie sur le temps pour que chaque personne puisse être prise en charge chacune à son tour avec les moyens nécessaires : hospitalisation ou réanimation .

Protégez les personnes que vous aimez, c’est simple : restez chez vous.

Dr Hélène Lacroix et Dr Natacha Leroy, à Mens le 17/03/2020

POUR FABRIQUER DES MASQUES :
Un patron est disponible sur le site de Mairie de Mens. Vous pouvez ensuite déposer vos surplus de masques à l’entrée de la Maison Médicale de Mens.

SYMPTÔMES POSSIBLES COVID19
Un seul de ces symptômes suffit :
fièvre
toux sèche ou grasse
maux de tête
fatigue inhabituelle
difficultés respiratoires à l’effort ou au repos
diarrhée

DEFINITION DES PERSONNES FRAGILES
maladie chronique :
– bronchite chronique,
– asthme nécessitant un traitement de fond
– problème cardiaque
– diabète même équilibré
– surpoids avec indice de masse corporelle supérieur à 40
– problèmes hépatiques
– problèmes rénaux
– femmes enceintes 3 e trimestre
– personnes sous chimiothérapie ou traitement immunosuppresseur

Les mobilités

On ne parle plus de transport mais de mobilité !
IV-Mobilit-multimodale
1 – Le cadre réglementaire
Actuellement un grand fouillis : les bus sont gérés par le département, les trains par la région. Si les horaires d’un bus ne « colle » pas avec celui d’un train, il faut d’infinis réunions pour régler le problème !
Bientôt la Communauté de Communes (CDC) du Trièves aura la compétence mobilité qui couvrira train, bus mais aussi autopartage, covoiturage etc.
Elle aura plusieurs choix :
 - La garder : difficile pour une collectivité d’à peine 10 000 habitants.
 - La transférer à la région : une entité bien lointaine…
 - La transférer à la Collectivité d’Agglomération (Métro) de Grenoble : une collectivité plus proche et laquelle la CDC pouvoir avoir une représentation.  Certainement la meilleure solution !
La Métro et le Trièves ont un intérêt commun au Trièves  : limiter les déplacements pendulaire
   – En favorisant le télétravail par la création d’espace de coworking)
    – Limiter l’autosolisme en favorisant les transports en commun et le covoiturage.
Le syndicat des transports de Grenoble s’appelait la SMTC et est devenu le SMMAG
http://www.smtc-grenoble.org/
https://smmag.fr/
movici
 
2 – Le covoiturage
Le covoiturage occasionnel fonctionne déjà assez bien à travers le réseauSMS Mon Trièves et certaines page Facebook, qui proposent des offres « au fil de l’eau ».
Il faut développer le covoiturage pendulaire sur Grenoble ou l’autosolisme est encore de mise. Problème des horaires de retour du soir pas connus le matin même, pour cause de réunions imprévisibles !
Mov’ici le site gratuit proposé par la région Aura constitue peut être une solution. Il est possible d’y créer des communautés locales. Celle du Trièves compte déjà 16 membres.
Il faut en tout cas prévoir la possibilité d’un contact téléphonique pour les personnes ne maitrisant pas internet. Une personne s’occupant de cela pourrait être recruté dans le cadre du projet  Territoire Zéro chomeur de Longue durée à laquelle la CDC du Trièves s’est porté candidate : https://www.cc-trieves.fr/economie-et-emploi/activites-economiques/initiatives-collectives
Tout cela devra être discuté dans le cadre d’une commission ouverte sur les mobilités+
gareclellessmall.jpg
 
3 – Train et bus
Après un long moment de travaux, un RER Grenoble Clelles sera créé.
Train toutes les 30 minutes durant 3 heures matin et soir, toutes les heures le reste du temps.
Il faut augmenter le trafic sur le train par un rabattement sur la ligne.
On peut imaginer à budget constant une ligne de bus plus petit, trajet plus court (Mens-Clelles, Mens-Monestier et plus Mens-Grenoble) et donc plus fréquent que 2x par jour.
citiz-alpes-loire
 
4 – Autopartage Citiz
On avait hésité entre 1 et 2 voitures. Moins de 6 moins après le lancement, on songe déjà à une troisième voiture !
Notre colistier Olivier Dodinot est en contact avec la CDC pour la mise en place de véhicules sur Monestier de Clermont, Clelles et Gresse
Un pronostic pour dans 6 ans : 4 à 5 voitures sur Mens, 10 à 12 dans le Trièves
Pour les touristes : location à travers les hébergeurs, à la journée par l’intermédiaire de l’office du tourisme, comme à Pellusin dans la Loire
 
5 – Pédibus – Vélobus
Tenter de remettre en route le pédibus qui avait fonctionné plusieurs années sur Mens :  http://peepdutrieves.unblog.fr/2009/03/19/le-pedibus-de-mens/
Nécessité de mobiliser les parents
Si le pédibus démarre, on envisagera la création d’un vélobus électrique collectif : https://www.franceinter.fr/environnement/en-normandie-un-velo-bus-de-ramassage-scolaire-ou-tout-le-monde-pedale
Cela a un cout donc seulement si forte volonté. Il doit être utilisé et ne doit pas rouiller dans les garages communaux !!!
860-velobox
 
6 – Le vélo notamment électrique
Les vols existent, nous prévoyons la création d’un ou plusieurs parking fermés et sécurisé. La CDC du Trièves est également interessée, c’est une des conditions pour obtenir le label territoire vélo pour les touristes
Il faut également réfléchir avec le département à la création d’un espace sécurisé par ligne de peinture le long des routes à risque comme celle des Levas. On peut voir cela pas loin de chez nous, comme dans la montée de Tréminis.

Graves inquiétudes au collège de Mens

Un message adressé aux 17 communes des cantons de Clelles et Mens :

Mesdames et Messieurs les Maires, Mesdames et Messieurs les Conseillers munipaux,
Le 12 juin dernier, alors que les effectifs permettaient le maintien de trois classes de 6ème au collège du Trièves,  l’Inspection Académique décidait de façon arbitraire de la fermeture d’une classe, en rejetant 6 internes pourtant déjà admis au cours des épreuves de sélection du mois de mai.
Les conséquences se portent en premier lieu sur le projet classe sport, créé en 2012 afin de pacifier l’internat alors en grande difficulté… et par ricochet sur l’établissement dans son ensemble en fragilisant à nouveau la sérénité retrouvée au sein de l’internat, de l’établissement, la cohésion et la continuité pédagogique instaurés depuis deux ans…

Aujourd’hui, l’équilibre péniblement retrouvé est lourdement menacé par la remise en question du projet d’établissement !!!

Depuis une semaine, parents et enseignants sont fortement mobilisés, car à terme, c’est l’avenir de l’établissement qui est incertain.

Plus que jamais, nous vous demandons de nous soutenir dans cette action. Une journée d’action est prévue ce jeudi 3 juillet, jour du dernier CA de l’année au collège (préparation le matin, début de l’action à partir de 14 h). Nous vous remercions de votre soutien à cette occasion.

Vous pouvez également faire voter une délibération de principe par votre Conseil municipal, revendiquant le maintien des 3 classes de sixième, et la transmettre à l’inspection académique.

Enfin, une pétition est en ligne depuis quelques jours. Je vous invite à en prendre connaissance en cliquant sur le lien ci-dessous, et à nous apporter votre aide en la signant.

http://www.avaaz.org/fr/petition/Madame_LESKO_Directrice_Academique_des_services_de_lEducation_Nationale_Nous_voulons_la_reouverture_de_la_3eme_classe_de/?mGheJhb

Certains de pouvoir compter sur votre soutien, nous vous prions de croire, Mesdames et Messieurs les Maires, Mesdames et Messieurs les Conseillers munipaux, en l’expression de nos salutations dévouées.
 
Pourquoi c’est important :
Le collège du Trièves a été créé il y a plusieurs dizaines d’années, avec un internat répondant aux nécessités démographiques et économiques propres au secteur. Depuis 2011, avec l’arrivée de Mr Rivoire, principal, un travail colossal a été mené avec l’équipe enseignante et toute la communauté éducative afin de trouver une solution aux problèmes majeurs jusqu’alors rencontrés au collège, notamment à travers son internat qualifié par Madame l’Inspectrice d’Académie elle-même d’ « internat social ». Afin de pacifier l’internat, et par là-même l’établissement dans son ensemble, le projet « classe sport » incluant un nombre important d’internes motivés par le projet présenté par l’établissement a vu le jour grâce aux efforts de toute l’équipe, et s’est intégré au projet d’établissement. A ce jour, le bilan est aux yeux de tous très positif et la réputation de l’établissement s’en trouve modifiée favorablement : l’internat est complété et pacifié depuis deux ans, l’équipe enseignante s’est stabilisée, le suivi des élèves se fait sur un long terme, l’encadrement des élèves par une équipe soudée porte ses fruits.
 
Mais aujourd’hui, alors que les effectifs pour la rentrée 2014 permettaient de maintenir trois classes de sixième dont une classe sport contenant pour la moitié de ses effectifs des internes (12), il nous est annoncé la fermeture de cette troisième classe, ce qui aura pour conséquence à la rentrée :
- L’existence de deux sixièmes seulement, avec des effectifs de 28 / 29 élèves.
- Le rejet brutal, sans effet d’annonce, de 6 enfants internes de 6ème sur 12 pourtant acceptés en première instance à l’issue des tests d’entrée en 6ème sport.
- Une classe dite « sport » comprenant des enfants admis en classe sport (18) et des enfants ayant un emploi du temps classique que l’on renverra chez eux une demi-journée par semaine pendant que les autres seront en activité sportive supplémentaire (Quelle cohésion de classe ?).
- Un internat complété donc arbitrairement par l’Inspection d’Académie (mesures sociales / affectations d’office suite à conseils de disciplines…) et donc la crainte de voir ressurgir une situation critique à l’internat, puis dans l’établissement en général par effet « boule de neige ».
- Le risque de voir une équipe administrative et enseignante qui a su se mobiliser, soucieuse d’offrir un établissement serein aux élèves, fuir l’établissement devant une situation se dégradant à nouveau.
- La crainte aussi de voir la réputation de l’établissement se détériorer, et ainsi amener des familles à ôter leurs enfants du collège.
- La réduction des activités proposées pour chaque classe sport, du fait de la baisse des moyens financiers en lien direct avec la baisse des effectifs d’élèves de classe sport (le conseil général finançant le projet en fonction du nombre d’élèves admis en classe sport), associée à la réduction des budgets alloués dans le contexte de crise économique actuel
Pour toutes ces raisons, pour refuser une logique économique qui se mord la queue (fermer une classe d’un côté et prendre le risque de voir un internat vidé et économiquement déficitaire d’un autre côté), nous réclamons la révision de cette décision de fermeture de classe de 6ème.

Temps d’Parents

Temps d'parents dans Trièves affiche2-copier

Mardi 20 mai, nous vous invitons à notre accueil de 9h à 11h30 pour un temps de partage avec parents et enfants (de moins de 4 ans) à la Maison de l’Enfance et de la Jeunesse (MEJ) de Mens. Dans cet accueil nous ferons du jardinage avec les Pouces Vertes et la Halte garderie des P’titous du trièves à partir de 10h. Tous les plans seront les bienvenus.
 Mardi soir, à 20h, nous vous proposons une conférence sur « les peurs chez l’enfant » à Monestier de Clermont menée par Beate Bongrand. Pour nous y rendre nous faisons un covoiturage et un trajet en bus pour tous ceux qui voudraient venir. Le départ se fera à 19h30 à la MEJ. N’hésitez pas à nous contacter pour être certains de faire partie du convoi.
 Sylvie Malafosse
Temps d’Parents
06 32 90 47 75

Election à la CDC du Trièves

CDC du Trièves : deuxième round dans Trièves: politique locale rad58EFC

Lundi 28 avril 18h, salle Eloi Ville à Saint Martin de Clelles : la date et le lieu pour la seconde « élection présidentielle » du Trièves. Un Dodiblog un peu lent à relater l’événement mais mieux vaut tard que jamais.

Tout le monde est là. Un peu de tristesse en notant que les élus de Mens siégent à l’opposé les uns des autres, majorité d’un coté, l’opposition de l’autre. Même remarque pour les élus de Monestier de Clermont.

Samuel Martin président sortant prend la parole. Il a fait 25 ans d’intercommunalité dont 2 ans et demi comme président. Une expérience à vivre  comme lorsqu’on rentre dans les ordres dit ce bon protestant. La fusion, beaucoup de boulot, la tête dans le guidon, difficile de voir loin mais faut garder un cap. 2 challenges : l’équilibre budgétaire, concilier intérêt communal et intérêt communautaire.

Séquence émotion : il appelle le doyen d’âge, not’ maire de Mens, Bernard Coquet pour présider l’élection. Petit garçon, il l’a connu à la maison de repos où il venait se faire réparer pour une blessure au rugby.

Deux candidats pour le poste suprême:

Jérome Fauconnier et Guillaume Gontard.

Flemme : le discours du premier => CDC du Trièves : Jérome Fauconnier

Le discours du second => CDC du Trièves : Guillaume Gontard

Jérome Fauconnier est élu par 24 voix contre 17, un score qui définira à peu près majorité et opposition tout au long de la soirée. On note que la majorité a perdu une voix par rapport à la mandature précédente où l’équilibre était à 25/16 => http://dodiblog.unblog.fr/2012/01/19/elections-a-la-cdc-du-trieves/

Petit calcul : si Mens n’avait pas changé de camp, la majorité serait passé à gauche par un petit 20/21 !

Le nouveau président salue Guillaume Gontard et fait applaudir son prédecesseur Samuel Martin qui a piloté les deux années difficiles de la fusion des CDC. Il sait qu’on ne peut pas plaire à tout le monde et que la popularité a tendance à chuter avec le temps.

Il propose un exécutif avec 8 vice présidents :

- Economie, agriculture

- Environnement, ordure, eau, forêt

- Vie scolaire et associative

- Finance, personnel

- Urbanisme

- Tourisme

- Culture, patrimoine

- Enfance, famille

L’opposition et Guillaume Gontard propose 7 vice présidents. Jérome Fauconnier met au vote : sans surprise, sa proposition pour 8 présidents obtient 22 voix contre 16, 3 nuls.

Vote pour le poste à l’économie et l’agriculture

Candidat : Gérard Dangles, adjoint à Mens et Jean Bernard Beylier, maire de Saint Michel les Portes

Dangles 24 voix, Beylier 16, 1 blanc

Rien à dire : Gégé a son (sale ?) caractère mais c’est un bosseur qui a dirigé plusieurs entreprise. A l’inverse, Beylier n’a pas laissé que des bons souvenirs en temps qu’ancien président du Comité d’Expansion du Trièves qui a fait faillite en entrainant dans sa chute Radio Mont Aiguille… => Comité d’Expansion du Trièves : l’oraison funébre

Vote pour le poste à l’environnement, ordures ménagères, ressources naturelles

Un seul candidat, Christophe Drure, maire de Roissard. Sa spécialité, les ordures ménagères pour lesquels il poussera à la redevance incitative. Pour la forêt, il apprendra. Elu avec 34 voix et 7 nuls qui n’étaient peut être pas indispensables.  Un élu pour l’opposition, un excellent choix, j’avais eu une intéressante Discussion… avec lui il ya 2 ans.

Vote pour le poste à la vie scolaire et associative

Deux candidats

Guy Percevault, maire de Saint Maurice en Trièves, a travaillé sur les écoles du canton de Clelles

Mr Viallard, élu à Monestier de Clermont, parents enseignants, veut s’investir dans l’éducation, travailler sur les nouveaux rythme. Percevaut élu avec 24 voix contre 17, schéma classique !

La séance commence à durer. On sent un peu de relachement dans la délégation Mensoise. Un bon mot circule : à Mens, on est pas passé du coq à l’Ane, on est passé de l’Annette au Coquet… A chaque pause, le premier adjoint va plaider avec passion la fusion avec la commune de Clelles…

Vote pour le poste de vice président à l’urbanisme :

D’emblée la majorité demande une suspension de séance. La suspension de séance a la CDC de Mens est une sorte de conclave ou les élus d’un bord se réunissent dans une salle, debouts les mains derrière le dos, et discutent avec un air de grande gravité. Seul hic il y a des femmes, ce qui ne fait pas très catholique…

Guillaume Gontard se présente. Architecte, il explique qu’il faudra aider les communes pour les POS et autres PLU, que les permis de construire reviendront sans doute aux CDC. Il aime travailler sur l’aménagement du territoire. Pour moi, un bon candidat !

Surprise, en face se présente Daniel Niot de Saint Martin de la Cluze. Pas bavard, pas un mot pour expliquer sa candidature.

On passe au vote : 22 voix pour Niot, 18 pour Gontard, 1 blanc. Une majorité plus légère que d’habitude, on sent du flottement mais une majorité quand même.

C’est le tournant du match ! Les interruptions de séances se succédent. Demandé par l’opposition, majorité et encore opposition. On sent le gros couac qui plombe l’ambiance jusqu’à présent correcte et fait voler en éclat le consensus. On entend parler de démission, de retrait de l’opposition etc. La cause du problème semblent être un malentendu sur le candidat unique que devait présenter l’opposition avec manoeuvre en coulisse pour réparer le coup…

On repart finalement cahin cahan pour la suite du vote.

Vote pour le poste de vice président aux finances et au personnel.

Se présente Monsieur Vecchiato de Cordeac et Mr Piccot de Lalley. 22 voix pour le premier, 15 pour le second, on retombe sur du classique.

 Vote pour le poste de vice président à la culture.

Un seul candidat : Jean Paul Mauberret qui occupait déjà ce poste. Petit discours sur la nécessité de poursuivre le travail, la qualité du personnel de la CDC, la  richesse du territoire en association, l’importance du lien social. Il faut travailler avec le conseil général et régional.

Vote : 27 pour, 13 blanc, 1 nul. On aurait aimé un peu plus d’unanimité pour le deuxième vice président de l’opposition. On note que la commune de Mens a également 2 vice président.

Vote pour le poste de vice président à l’enfance et la jeunesse.

Candidat : Frédérique Puissat mairesse de Chateau Bernard et conseillère générale du canton de Monestier, Pierre Suzzarini, adjoint à Cornillon en Trièves.

23 voix pour Puissat, 17 pour Suzzarini, 1 blanc. Classique.

Vote pour le poste de vice président au tourisme.

Précédé par un ultime conclave demandé par l’opposition.

Candidat : Monsieur Rougal, maire de Gresse en Vercors, plaide pour le tourisme blanc, bleu et surtout vert. Il arbore un magnigique pull blanc…

Monsieur Souriau, maire de Chichilianne, ancien mineur du Dauphiné, a travaillé 15 ans comme consultant pour des communautés d’agglomérations. Pour le développement durable et l’art de vivre, pour un tourisme traditionnel et les nouvelles pratiques.

23 pour Rougal, 18 pour Souriau, on finit classique.

 

Les jeux sont faits. Guillaume Gontard prend la parole. Il y a eu avant ces élections des échanges fructueux entre majorité et opposition avec l’idée de donner 3 vice présidences à cette dernière. Ces accords n’ont pas été respecté et il n’y a pas une répartition harmonieuse du territoire au sein de l’éxecutif. Une partie du territoire a décidé de travailler seul. Tout cela donne une image regrettable. Gros applaudissement d’une partie du public.

Mr Viallard renchérit. Le territoire est plus divisé que jamais. Le début de mandat commence sans vision de l’intérêt collectif.

Pas de réponse du président Fauconnier qui clôt la séance d’un air désolé.

Ce que j’en pense  : Une élection qui a pas mal commencé pour se terminer en désastre suite à un bug lors de l’élection du vice président  à l’urbanisme. L’idée de donner 3 vice présidence à l’opposition ne lui convenait peut être pas parfaitement (elle réclamait une parité 4/4 avec présidence à la majorité) mais était acceptable. Elle termine avec seulement 2 vice présidences (environnement et culture). Et une ambiance détestable dès le premier round tout comme les premières élections de 2012.

 

Coquet première : l’intégrale !

C’est fini. On peut lire jusqu’au bout…

hebergeur d'image

 

Salle Chatel pleine avec des chaises jusque dans l’entrée pour la première réunion de la liste Coquet. Environ 80 personnes dont pas mal d’opposants notoires, y compris quelques membres de la liste d’en face (Hugueny, Zanders).

Deux parties très contrastées : la présentation de la liste, la discussion sur le programme.

PRESENTATION DE LA LISTE : durée 1h20

Bernard Coquet décrit sa liste comme étant sans étiquette, il dit ne pas connaitre la couleur politique de ses colistiers. Tous déclarés comme divers au nuançage de la préfecture.

Il commence par excuser Lauriane Josserand, 26 ans, la benjamine de l’équipe, en CDD à Saint Etienne en Dévoluy. A la recherche d’un emploi stable, une petite jeune qui veut travailler ! Elle arrivera finalement en toute fin de réunion.

Les candidats se présentent en partant du fond de la liste.

Joël Gérin : né à Mens, carrière chez HP, conseiller municipal de 2001 à 2008 avec Philippe Gazin. A travaillé à la vie quotidienne, sur l’accessibilité (il se déplace en fauteuil roulant), sur la zone bleue. Président de l’association cueille la vie ,qui fait de l’animation à la maison de retraite, depuis 6 ans.

Propose de refaire le chemin pour handicapés de Châtel dont le revêtement ne permet pas de circuler en chaise roulante. Aussi un état des lieux à Mens et dans le Trièves de l’accessibilité pour handicapés, personnes agées, poussettes.

Evelyne Garnier : 72 ans, arrière grand mère, né à Oran en Algérie d’un père militaire, revenue en 1951.

Secrétaire de direction puis gérante de discothéque. A Mens depuis 1988, mariée à un vieux Mensois qui fut conseiller de 2001 à 2008.

Intéressée par l’aspect du village, les petites rues, les entrées de la commune, le fleurissement…

Jean Louis Goutel : Dans le Trièves depuis 2000, 3 filles.

Directeur adjoint de la chambre d’agriculture.

4ème adjoint à l’économie dans la municipalité sortante, en charge de l’écotourisme et du tourisme adapté.

2 ans président de l’office du tourisme, s’est occupé de la foire du 1er mai et de la foire bio devenue foire du Trièves.

Daniel Dussert : né à MENS, 67 ans, 4 enfants, agriculteur bovin, céréales.

Souhaite soutenir l’agriculture et le tourisme à travers la conservation des paysages. Et s’occuper des routes et chemins communaux.

Aurore Chauvin : 27 ans, originaire de Champagne Ardennes, étude à Lyon, à Mens depuis Aout 2010, secrétaire comptable.

Souhaite s’occuper des nouvelles solutions de transport, navettes Clelles-Mens, le covoiturage.

Bernard Chevalier : né à Mens, 59 ans, travaille à France télécom, à la retraite en mai.

Conseiller municipal de 2001 à 2008, à lancé le trait d’union Mensois et le 1er site internet de la mairie. A travaillé à la commission vie associative.

Carole Sauze : Famille de Mens, enfance à Mens, pompier volontaire, infirmière à la Mure.

Veut représenter la jeunesse Mensoise, conserver les services publics et médicaux.

Jean Paul Chabert : né à Mens, étude à Grenoble. Travail au crédit agricole de Mens de 1975 à la retraite en 2011;

A constaté les pertes d’emplois dans l’agriculture, le batiment, l’artisanat. Une certaine compensation pour les EHPAD, SIAD, ADMR et secteur associatif.

Est trésorier de l’association Trièves tourisme. Intéressé au développement économique.

Rosemary GIOVANETTI : d’origine Batave, 63 ans.

A créé une entreprise qu’elle a vendu, aussi gérante d’hôtel 4 ans. 20 ans à Grenoble.

En retraite à Menglas depuis 18 mois.

Intéressée par l’avenir des jeunes, par leur travail. Et par le développement du tourisme.

Gérard Dangles : 67 ans

A Grenoble depuis 1982 dans le secteur informatique;

Mens depuis 2005, conseiller municipal en 2008

DGS informel pendant 3 ans, s’est occupé de l’informatique municipale, du journal le TUM, des associations, a pris beaucoup de plaisir.

La voix s’élève : on a une confrontation entre 2 visions respectables mais différentes. On a une chance extraordinaire avec Coquet. Stop au ronron.

Applaudissement dans la salle, presque une bronca !

Véronique Menvielle :

D’origine Lyonnaise, 4 générations d’enseignants. Institutrice depuis 23 ans atteinte de pédagogite aigu. Aime la rigueur, le travail bien fait.

A Mens depuis 2005, conjoint Mensois.

Souhaite s’occuper de la jeunesse et des sports, créer deux conseils municipaux pour les jeunes de 8-12 et 13-17 ans pour un apprentissage de la citoyenneté et de la démocratie. Aussi un jumelage Européen pour des échanges culturels et linguistiques.

Tiens ? http://dodiblog.unblog.fr/2014/02/14/jumelage-echange-linguistique/

Marcel Calvat : né le 27-4-1943 (à quelle heure ?).

Famille modeste, progression professionnelle instit, prof d’EPS, principal adjoint puis principal d’établissement scolaire.

Fonction à la Fédération Française de ski au niveau régional, national et international.

Pour le développement du tourisme et de l’industrie. Pas de rêve et d’utopie, du réalisme et du pragmatisme.

1er adjoint de la municipalité sortante, président de la CDC de Mens pendant 4 ans.

Anne Marie Barbe : 62 ans, à Mens depuis 37 ans.

Travail administratif à la fac de Grenoble pendant 43 ans.

Motivée et disponible, souhaite s’occuper des personnes âgées.

Bernard Coquet : la tête de liste, on entre dans une autre dimension…

A commencé comme géomêtre, reprend quelques études, quelques petits postes dans des cabinets ministériels et préfet dans quelques départements…

Rugbyman , il se blesse, soigné aux Alouettes à Mens où il rencontre la future Madame Coquet, issue d’une vieille famille Mensoise, il y a 50 ans.

A bien connu Pierre Rolland, maire de Mens 1977-1983 et  Philippe Richard, maire de 1989 à 2001 auquel il a succédé à la présidence du fond documentaire Trièvois.

La liste équilibre et renouveau :

L’équilibre : besoin de mesure, éviter les conflits stériles, l’aveuglement militant.

Liste équilibrée par l’origine des candidats : 9 Mensois de souche, 6 néo Mensois depuis 18 mois à 50 ans.

7 en activité, 8 retraités, 1 agriculteur. Echelonnement des âges de 26 à 74 ans;

Pas de militants politiques déguisés !

Le renouveau : il faut faire des projections à moyen terme, le long terme est imprévisible.

Mens a une économie résidentielle, en boucle, fragile.

Les structures administratives vont changer considérablement dans les 3 ans à venir. Le futur canton s’étendera du Trièves au Valbonnais.

Mens est maintenant intégré dans le SCOT, approuvé il y a 18 mois, qui donne une vocation agricole et touristique au Trièves. Son sort est lié avec Grenoble.

L’accent devient Gaullien, un peu de tremblement dans la voix : Mens est à redresser, il faut se remettre debout, demain il sera Trottoir (au lieu de trop tard…).

Vous aurez plus de chance avec nous ! On attend presque un « Mensois, je vous ai compris », les bras en croix, qui ne vient malheureusement pas…

Applaudissements nourris de la salle.

Du grand art, de l’Enarque, la haute administration Française qui sait faire un magnifique discours sans aucune note !

Le ton se calme. Ses 2 parents sont DCD à 88 ans, il devrait donc avoir encore quelques années devant lui.

Il n’a aucun intérêt pécunier ni professionnel dans cette affaire, ce qu’on peut lui accorder.

Répond aux critiques sur sa « résidence alternée » à Mens : il sera présent autant qu’il le faudra (sans préciser combien de temps dans l’année). Le rôle d’un maire n’est pas nécessairement de s’occuper des poubelles qui débordent où des coqs qui chantent trop tôt. Il faut savoir déléguer. Il est de consulter, prendre des décisions, assumer une responsabilité juridique.

DISCUSSION SUR LE PROGRAMME :  durée 1h10

Là aussi, je met mes réflexions en italique.

Bon, vous avez notre programme en main (une feuille recto-verso), allez y posez nous des questions !

Là, ça tombe un peu à plat. Je m’attendais à une présentation du programme par thème puis à des questions en fonction. Quelque chose d’un peu structuré.

Du coup, ça part dans toutes les directions. Emmanuel se lance avec une déclamation sur la fin dans le monde et la responsabilité planétaire des Mensois. Un autre : « Vous dites faire venir du monde à Mens OK. Mais pas des écolos qui branlent rien ! »

Goutel : On peut attirer dans le secteur de l’agriculture, de l’écologie, des personnes agées. il faut créer les conditions d’accueil.

Dangles : attirer les technologies nouvelles, créer un espace pour le télétravail.

Claude Brand à Marcel Calvat : pouvez vous nous parler de votre bilan ?

Manifestement il a prévu la question le Marcel. Y sort une feuille et lit :

 - A la CDC de Mens :

Réalisation de la chaufferie bois, subventionnée à 80%,  économe en CO2, qui permet de chauffer l’EHPAD, les écoles, le centre social, le collège, la piscine et le camping.

Etude de faisabilité sur un plan d’eau biotype comme à Valbonnais. Mais il faut un espace approprié et beaucoup d’eau. Encore une étude qu’on aimerait pouvoir consulter sur internet, après tout elle a été payé avec nos impôts…

La fusion des CDC : il a pris beaucoup de temps pour y réfléchir et se décider. Temps qui n’a peut être pas été perdu. Il rappelle que le conseil de Mens avait voté contre sous Gazin. La fusion a finalement été votée à l’unanimité, avant qu’elle soit rendue obligatoire par le préfet. Cela a aussi permis de mener à bien la répartition des compétences et l’étude financière.

Il a participé au comité de pilotage d’Energie et territoire. Devant la prochaine mise en concurrence de la concession des barrages, EDF est devenue soudain très généreuse en donnant 240 000 euros par an pour les six CDC des bords du Drac. Le Trièves étant peu présent ne touche malheureusement qu’une faible part du pactole.

Travail au CDRA (Comité de Développement Rhône Alpes) dans le secteur tourisme.

Sur le dossier de l’ARB (Association de Réhabilitation de l’Herboristerie) qui compte s’installer prochainement à Beaumet.

 - Au niveau de la commune :

A travaillé au niveau du centre de gestion départemental qui gère le personnel municipal.

Mise en place du DGS (Directeur Général des Services).

Commission Vie Quotidienne, sur l’évenementiel, gestion et réhabilitation de la piscine, accessibilité pour les handicapés.

Augmentation du foncier de la commune en achetant 6500 m2 supplémentaires aux terres du Ruisseau.

Question d’Hervé Hugueny :

L’écologie créé de l’emploi, exemple de la SCOP (Société COopérative et Participative)  Terre vivante et de Trièves compostage qui est passé de 1 à 7 salariès.

Réponse Bernard Coquet : oui l’écologie créé de l’emploi, l’édition est à la peine, la structure SCOP peut provoquer des tiraillements, la commune pourra aider mais à peu de marge de manœuvre financière.

Petite digression :  la situation financière de Mens : elle est saine, taux d’investissement le plus faible et taux d’épargne le plus fort de l’Isère.

Il faut fixer des priorités, ne pas passer des mois à discuter, les discussions doivent être suivies de décisions.

Question de Nathalie Behiels : Quelles seront vos priorités ?

Réponse un peu dans tous les sens.

Faut il relancer la déviation où bricoler le stationnement dans Mens ?

Aide à la formation : le niveau à Mens est souvent CAP-BEP, les plus diplômés partent.

Le haut débit, le travail de réseau.

Question Dodiblog : les transports, Internet

Réponse d’Aurore Chauvin : c’est de la compétence du conseil général, il faut coordonner bus et train, des actions pour la foire du 1er mai…

Là, il faut encore travailler les dossiers !

Reprise par Marcel Calvat : il y a l’exemple du taxi à la demande comme sur le canton de Clelles, créé au moment de la fermeture des gares secondaires sur la ligne Grenoble-Veynes avec l’aide de la région. Mens l’a refusé, sans doute par peur de voir disparaitre le car. Ca sera difficile de récupérer cette opportunité.

Bernard Chevalier : la fibre va bientôt arriver à la Mure, pour Mens il faut se renseigner…

Bien flou, j’aurais aimé des idées sur la politique des sites, les liens entre eux.

Départ de Bernard Coquet : il faut rassembler les initiatives locales, créé un effet réseau. Le maire doit vendre sa commune.

L’effet réseau sur internet ?

Question d’Arnaud Behiels : le logement ?

Réponse Coquet : le SCOT permet la création de 5.5 logements par an.

Il y a 70% de propriétaires.

La demande à Mens est à 75% pour des T1-T2 et à 65 à 70% de célibataires, séparés, isolés, petit revenu.

Il faut un équilibre entre nouveaux logements et réhabilitation. Il faut réhabiliter le centre historique sinon risque de désertification, prolétarisation. Ne pas hésiter à y supprimer des bâtiments en ruines, des dents creuses pour faire des puits de lumière.

On évoque une opération programmée d’amélioration de l’habitat permettant aux propriétaires d’obtenir des subventions.

Calvat : il faut arriver à décider les propriétaires, les biens sont souvent en indivision.

Claude Brand : ne pourrait on pas faire payer les taxes aux propriétaires de maisons vides pour les décider à vendre.

Florian Bordenave : le travail en commission est important, le TUM ne retranscrit plus les comptes rendus des conseils municipaux

Réponse : oui, il y aura des commissions, les comptes rendus sont affichés en mairie.

Il ne serait pas idiot qu’ils le soient également sur le site internet.

CONCLUSION :

Seconde partie décevante, décousue, sans aucune structure. De belles envolées lyriques qui cachent mal un flou artistique.

Mis à part la présentation de l’équipe et celle des activités multiples de Marcel Calvat, on a fait que survoler les thèmes, entrevoir des pistes.

On espère vivement une nette reprise en main pour la prochaine réunion. Il faut une présentation du programme par l’équipe suivi de questions. Deux heures et demi sur le thème : « Allez y, posez nous des questions » serait un gag. En bon centriste, je pense également que si l’équipe Mauberret en fait trop et épuise le public avec ses 5 réunions, celle de Coquet sera un peu juste avec seulement 2.

Pour le moment, La tentation de la pêche à la ligne reste très forte.

Entre une équipe qui joue à cache cache avec sa couleur politique et une autre qui joue à cache cache avec son programme, il ne faudra pas s’étonner si l’électeur joue à cache cache avec l’isoloir…

Mauberret troisième : l’intégrale

hebergeur d'image

Petit compte rendu sur la troisième des cinq réunions de la liste Mauberret, la première à laquelle je participai, étant désormais libre des contingences de liste…

Pour être clair, je met mes propres réflexions en italique. Cela permet de distinguer le factuel de mes interprétations personnelles.

Le thème du jour : l’intercommunalité.

Environ 45 personnes dans l’assistance. Par tous des fans, on note la présence de Mister Coquet et Calvat…

3 abscents excusés parmi les 15 candidats : Joelle Escalier de garde à la pharmacie, Gérard Chevally en voyage et Hélène Blanchard pas là.

EDUCATION CIVIQUE – ECONOMIE

On nous rappelle que la CDC du Trièves, 9800 habitants et 28 communes, est issu de la fusion au 1er janvier 2012 des CDC de Monestier, Mens et Clelles et du SAT (Syndicat d’Aménagement du Trièves) qui chapeautait les trois.

Budget de 8.7 millions. Un déficit de 600 000 euros cette année, pour moitié conjoncturel mais l’autre moitié est structurelle

- Les dépenses augmentent : réforme des rythmes scolaires, harmonisation « vers le haut » des régimes différents des trois anciennes CDC

- Les recettes baissent : dotation de l’état et du conseil général.

Je pose une question : on avait parlé d’économies d’échelle au moment de la fusion.

Réponse : le bureau d’étude de l’époque a eu pour consigne de travailler sur des effectifs et une fiscalité CONSTANTS. On ajoute que moins de personnels signifie moins de service et que rompre le contrat d’agent aurait couté de fortes indemnités.

Réflexion perso : Il y avait des départs à la retraite qui aurait pu ne pas être remplacé. Par exemple, avec les trois directeurs de chacune des CDC, on aurait pu faire un directeur, un adjoint et faire profiter la troisième de sa retraite sans renouveler son poste… Et on a harmonisé par le haut les traitements. Les économies d’échelle annoncées sont devenues des dépenses supplémentaires ! Un éclairage à notre petite échelle Trièvoise du pourquoi de la dette Française au niveau national…

LA CULTURE

C’est Mister Mauberret qui s’y colle, normal il en est le vice-président. Il n’en fera pas des tonnes sur le sujet.

Budget culture de 400 000 euros, 4.7% du total. La CDC vient en aide aux 48 associations culturelles du territoire. Fermez le ban !

LE PERISCOLAIRE

Explication de Françoise Streit, directrice de l’école maternelle de Mens, assistée de Claude Didier et Myriam Garayt

La CDC ne gère que 8 écoles du Trièves, représentant 6cependant 65% des effectifs totaux avec 655 élèves. Certaines communes ont choisi de garder la compétence école.

Le gros sujet est la réforme des rythmes scolaires. Les enfants travaillant de nouveau le mercredi, tout en gardant le même nombre d’heures d’enseignement hebdomadaire, finiront les cours à 15h30. Or les bus scolaires partent à 16h30, horaire des collégiens. La CDC devra donc organiser des activités complémentaires de 15h30 à 16h30.

Elle a demandé des volontaires parmi les personnels des cantines, de l’entretien, des ATSEM (Agents Territoriaux Spécialisés des Ecoles Maternelles) et de la MEJ (Maison de l’Enfance et de la Jeunesse). Certains le sont. Disposant de contrats à temps partiels, ceux ci devront être rallongés, d’où un coût supplémentaire. Certains de ces personnels possédent déjà le BAFA ( Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur). Les autres suivront une formation de 3 jours. Dans certains cas, cela pourrait aussi être des enseignants qui seraient alors payé en extra par la CDC.

Ces activités se feront dans les locaux de l’école et ne seront pas obligatoires.

Ces activités seront elles payantes ? Il y a plusieurs hypothèses :

 - La gratuité totale

 - Ne pas imposer de paiement aux familles « contraintes », celle habitant hors de Mens, dont les enfants doivent attendre le bus.

- Un paiement minime pour tous, 5 à 10 euros par an. Mais qui serait sans doute appelé à augmenter dans le futur. On envisagerait un paiement dégressif selon le nombre d’enfant, calculé sur le quotient familial…

Quelques principes de l’équipe candidate :

 - Alterner les activités demandant une grande concentration avec d’autres plus ludiques.

- Concertation élus, enseignants, personnels, bilan et réajustement si nécessaire au plus tard à la Toussaint.

LES DECHETS

Là c’est mon copain Hervé qui s’y colle. Normal c’est un spécialiste !

Les Trièvois produisent 249 kilos de déchets gris (à la poubelle) par an et par habitant, moins que la moyenne nationale de 360 kilos, 280 kilos en décheterrie (+ que la moyenne nationale), 78 kg dans les bacs de tri sélectifs.

Le traitement des déchets est un budget indépendant des autres dépenses de la CDC. Il est de 1.35 millions d’euros par an financé par une redevance de 148 euros annuelles. Il dégage un excédent de 90 000 euros qui est réinvesti dans le renouvellement du matériel.

Objectif : faire baisser la production de déchets par :

 - Une sensibilisation dans les médias locaux notamment auprès des enfants, des professionnels, des malades (possibilité de mettre les déchets de soins dans des containers à apporter à la déchetterie).

- Le redevance incitative : elle consiste à faire payer selon le poids de déchets. Le principe : on amène son sac de 30 litres à un container muni d’un tourniquet. On l’introduit grace à une carte magnétique personnelle. On paye sur une base forfaitaire minimale + selon le nombre de sacs à l’année. En Alsace, un territoire est ainsi tombé à 77 kg par an.

Je pose la question piège : la base forfaitaire est elle fonction du nombre d’habitants du foyer ?

Hervé : euh ben, je sais pas…

Trop content… Après tant d’années, j’ai enfin une question dont il ne connait pas la réponse ! Pas de doute, il va bosser sur le problème dès la sortie de la réunion…Faudrait mieux qu’elle le soit, sinon les familles nombreuses auront du souçi à se faire pour leur redevance ordure ménagères.U n nourrisson, c’est 2 tonnes de couche !

Sur l’ex CDC de Monestier de Clermont, il  y a eu une étude sur le bien fondé de cette redevance incitative. J’en avais d’ailleurs discuté avec Christophe Drure, maire de Roissard en 2012 (http://dodiblog.unblog.fr/2012/03/05/discussion/). Cette étude n’a pas été suivi de mise en application.

Mister Mauberret : je sais que je vais me faire allumer sur le Dodiblog mais je vais proposer une étude à l’échelle du Trièves sur la mise en place de la redevance incitative.

Là Jean Paul, tu cherches ! Ne pourrait on pas utiliser l’étude déjà réalisée pour mettre en place cette redevance sur le canton de Monestier et généraliser à tout le territoire en cas de succès? Ou encore faire preuve d’audace, extrapoler les résultats de cette étude sur tout le territoire et se lancer sur les trois cantons?

Christophe Drure m’avait donné quelques chiffres pour l’ensemble du Trièves : la mise en place coûterait 1.6 million d’euros, le conseil général s’étant engagé à financer 65% (chiffre 2012). Jean Paul nous explique que le taux est maintenant monté à 85%. Le reste à charge pour la CDC serait donc 240 000 euros. De plus Christophe Drure m’avait expliqué qu’ éco-emballage prendrait en charge la communication auprès du public. On sait par expérience qu’une telle mesure provoque une baisse de 50% des volumes collectés. L’économie avait été estimé à 100 000 euros par an, rien que sur le canton de Monestier. Donc à la louche, au moins le double pour l’ensemble du Trièves. Retour sur investissement en à peine plus d’un an. CQFD ! Pas besoin d’une étude supplémentaire Jean Paul !!!

Une suggestion en passant : mettre en ligne sur le site de la CDC, toutes les études réalisées depuis une décennie. En les classant par thème (tourisme, école, déchet) pour qu’on s’y retrouve tellement elles sont nombreuses. Cela pourrait éviter d’en refaire une sur un thême déjà traité il y a quelques années mais dont l’étude a étè oublié au fond d’un tiroir… Accessoirement on pourrait faire figurer le prix de chacune d’elle.

LES TRANSPORTS

Remarque number one : ce n’est pas de la compétence de la CDC !

On ne fait donc qu’effleurer le sujet. On évoque des navettes à la demande entre les communes, un transport bimodal bus jusqu’à Clelles puis train jusqu’à Grenoble (et pourquoi pas le bus jusqu’à Monestier ce qui permet de gagner 10 minutes sur le trajet global ?)

On parle surtout de s’inspirer de l’agenda21 du Trièves qui a été mis de coté par la nouvelle direction de la CDC : http://www.alpes-sud-isere.fr/uploads/media/Agenda_21_demarche_trieves.pdf

Certains en parle encore avec des tremblements dans la voix, comme d’une sorte de Bible de l’écologie locale…

Pour ma part, ce document me laisse des souvenirs mitigés. Je me souviens notamment d’un volet de l’action transport. On y évoquait la création de pédibus dans les communes dotées d’école. Auparavant il fallait faire une petite étude (tiens, tiens), facturée 4000 euros par commune ! Or les parents d’élèves des écoles de Mens l’avaient mis en place sur la commune, sans étude préalable ni subvention d’aucune sorte. Simplement avec un peu de bonne volonté et de bon sens… http://peepdutrieves.unblog.fr/2009/03/19/le-pedibus-de-mens/

Egalement, toujours dans le cadre de ce fameux agenda21, le souvenir de la création d’un site de covoiturage local, le fameux Trièvoies. Enormément de temps et un peu d’argent perdu. La solution n’était évidemment pas celle là : http://dodiblog.unblog.fr/2014/02/06/idee-3-le-covoiturage/

Gérard Leras souligne que, même sans en avoir les compétences, une CDC peut prendre une délibération pour demander une réalisation à un conseil général ou régional. Comme l’a ait la CDC du Buech.

LE TOURISME

L’aimable Claude Didier s’y met (à quel titre ?), assisté de Jérome Descombes.

La CDC actuelle insiste sur le tourisme blanc (le ski) et bleu (les lacs) en négligeant le tourisme vert. Elle Fusionne sa communication avec celle du Vercors alors que seule 11 communes du Trièves sur 28 appartiennent au Parc du Vercors.

On souligne que la CDC :

- A laissé tomber le projet route du bois de la MMAVT (Maison du Mont Aiguille Vercors Trièves).Celui ci avait un budget prévisionnel de 133 000 euros pour 2013, financé en très grande partie par l’Europe et d’autres structures. La CDC devait mettre 3500 euros de sa poche pour débloquer les autres fonds, elle a refusé de la faire.

- Les subventions pour l’association Trièves tourisme sont en chute libre : de 130 000 à 20 000 euros en quelques années. Cela met en cause la continuité d’événement tel que la foire du Trièves.

- A la commission tourisme de la CDC, les membres sont cooptés. Les hébergeurs ne peuvent pas faire acte de candidature spontané.

- Le montant de la taxe de séjour unifiée au niveau des trois cantons a été faite avec insuffisament de concertation (voir : http://dodiblog.unblog.fr/2013/12/27/ras-le-bol-fiscal-local/)

Les propositions :

- Faire une commission tourisme ouverte aux acteurs locaux.

- Evaluation de l’efficacité de l’action promotionnel de la CDC. Apparement il traine 4000 euros quelque part pour cela.

- Au delà de la seule promotion du territoire, élargir les compétences de la CDC à l’animation touristique.

- Et encore une fois s’inspirer du bon vieux agenda 21…

- Favoriser les associations pour faire de petites actions permettant d’attirer des touristes tout le long de l’année. Et pas seulement de grands événements médiatiques tels que la fête du bleu.

Je suis d’accord avec ma plupart des points ci-dessus !

LES CANDIDATS AU CONSEIL COMMUNAUTAIRE

Parmi les futurs 15 conseillers municipaux, 6 seront appelès à siéger au conseil communautaire comme titulaire et 2 comme suppléant.

Les candidats titulaires sont : Jean Paul Mauberret, Sophie Reichmuth, Gérard Chevally, Françoise Richard, Claude Didier et Hélène Blanchard

Les suppléants : Hervé Hugueny, Myriam Garayt

LA POLITIQUE

JP Mauberret explique quel a été son désarroi, lorsqu’au moment du dépôt de sa liste, on lui a demandé de faire un nuancement politique de chacun des candidats. Non, non et non, sa liste est sans étiquette !

Là j’ai beaucoup de mal. Le hasard a fait que les candidats sans doute les plus « marqués » politiquement se retrouvent en haut de la liste, respectivement en position 1, 3, 5 et 6 (http://mensensemble.unblog.fr/la-liste/). Et donc appelé à siéger au conseil communautaire et à se partager l’essentiel des postes d’adjoints en cas de victoire.

LA POLEMIQUE FINALE

Je fais un petit rappel historique : en janvier 2012, JP Mauberret avait été candidat malheureux à la présidence de la CDC. Il avait été battu par Samuel Martin par 25 voix contre 16 :

http://dodiblog.unblog.fr/2012/01/19/elections-a-la-cdc-du-trieves/

J’avais noté que l’ambiance s’était immédiatement tendu entre opposition et majorité au conseil communautaire. Les conseillers de Mens se sont retrouvé en « seconde division », eux même se plaignent d’avoir été tenu à l’écart des décisions :

http://dodiblog.unblog.fr/2012/01/21/elections-a-la-cdc-du-trieves-lintegrale/

Réponse de JP Mauberret : l’opposition a voté à l’unanimité 98% des textes proposés et notamment les élèments techniques. Elle s’est abstenu sur les budget 2012, 2013 et le fera sans doute pour celui de 2014.

J’en pense que le vote du budget est ce qui détermine qui est dans la majorité et qui est dans l’opposition. Qui tient le manche et qui ne le tient pas…

Question à PM : Serez vous de nouveau candidat à la présidence de la CDC ?

Réponse très claire : Non je veux me consacrer entièrement à la commune de Mens !

Je continue : Compte tenu de sa couleur politique et du contexte général, je pense que cette équipe, si elle est élue, se retrouvera probablement dans l’opposition. Stupeur et tremblement dans la salle ! On m’objecte que des conseillers communautaires adultes doivent pouvoir travailler ensemble au delà des seuls considérations politiques.

Fin de la réunion, ambiance un peu houleuse…

Je précise mon argumentation en comité restreint. Si l’équipe Mauberret élue se retrouve dans l’opposition comme cela me parait probable, aura t’on une cohabitation clivée comme au cours des deux dernières années où quelque chose de plus apaisé, de plus constructif ? La personnalité un zeste « psycho rigide » du président sortant de la CDC n’a sans doute pas facilité les choses. Il ne se représente pas.

Le où la nouvel(le) président(e) (Frédérique Puissat ?) saura t’elle mettre de l’huile dans les rouages ? Ce serait  souhaitable !

Retour à la maison, un gros article pour le Dodiblog m’attend…

Pour ceux que mes propos aurait pu secouer : j’ai l’habitude de parler et d’écrire sans langue de bois, de poser les questions qui fâchent. Trop vieux pour changer…

Ce soir 18 heures, réunion de la liste Coquet. Tention, M’sieur le préfet, je ne serai pas tendre non plus…

 

 

 

 

Pourquoi il serait urgent de piétonniser le Breuil

Pourquoi il serait urgent de piétonniser le Breuil dans Ecologie radC1ADB

Depuis deux trois ans nous constatons une forte augmentation du trafic automobile dans Mens. Ce qui s’explique en partie par l’avènement du GPS. En effet les automobilistes qui passent par Grenoble et veulent se rendre dans le Dévoluy sont maintenant dirigés sur l’autoroute A51 jusqu’à Monestier  de Clermont et ensuite sur Mens, ce qui peut être lourd de conséquences pour la qualité de la vie de notre bourg.

En effet jusqu’alors nous avions évité grâce à notre positionnement géographique  l’asphyxie du village, par la circulation automobile,  contrairement à la grande majorité des bourgs et villages Français.

Un élément fort de la qualité de la vie à Mens était lié à un trafic automobile limité et alimenté essentiellement par les habitants locaux : les voitures ne traversaient pas Mens  pour aller plus loin mais allaient à Mens, avec  une conduite plus adaptée à la cohabitation avec les piétons.

Cette conduite bienveillante des habitants locaux permettait dans le centre bourg qui est mal adapté à la circulation (étroitesse des rues, l’absence de trottoirs)  une cohabitation des véhicules automobiles, avec les piétons, personnes âgées, parents avec des poussettes etc . Il n’en est hélas plus de même avec une augmentation très substantielle du trafic avec des automobilistes extérieures, qui viennent parfois de très loin sont fatigués de la route et n’ont plus qu’une idée en tête, celle d’arriver au plus vite dans leur lieu de villégiature du Dévoluy ou d’ailleurs. Cette situation nouvelle génère des risques aggravés d’accidents et d’augmentation du stress pour les habitants et les touristes. Cela risque aussi d’entrainer une désaffection des terrasses des cafés.

Aussi  la piétonisation du Breuil qui donnerait la priorité aux piétons tout en laissant le passage aux véhicules mais à vitesse réduite ne serait pas une contrainte pour les locaux et quant aux  automobilistes de passage cette traversée à vitesse réduite leur donnerait une image attractive de la vie dans Mens et pourrait les inciter à s’arrêter dans les cafés restaurant ou à revenir en séjour.

Bien sûr la déviation prévue déjà depuis 10 ans qui devrait maintenant être terminée, aurait pu répondre à cette augmentation de trafic, mais le fait de son classement en route départementale en repousse la réalisation pour une durée inconnue.  Des déviations d’agglomérations financées par le Conseil Général il y en a beaucoup et nous ne semblons hélas pas être classés dans les communes prioritaires.

C’est pourquoi  si nous ne réagissons pas rapidement pendant qu’il est encore temps la qualité de la vie dans Mens  où il fait bon flâner et l’animation du Breuil pourrait si nous n’y prenons garde ne devenir  rapidement  plus qu’un souvenir et l’expression d’une nostalgie.

Claude Brand

Masturbation intellectuelle

Dictionnaire Hachette, masturbation intellectuelle : complaisance à tourner et à retourner les mêmes pensées…

theorie.gif

Aujourd’hui, j’ai passé ce bel après midi, enfin printanier, dans les anciens locaux du SAT à Saint Martin de Clelles. Je participais à une réunion pour l’élaboration de la charte de l’écotourisme en Trièves, suite à une invitation reçue il y a quelques temps.

http://dodiblog.unblog.fr/2010/05/08/ecotourisme/

En bon écolos disciplinés, nous y arrivons en covoiturant. La réunion commence avec une demi heure de retard. Le titre m’inquiète d’emblée : réunion de sensibilisation à l’écotourisme en Trièves. Comme le fait remarquer un de nos élus, depuis le temps qu’on cause d’écotourisme dans le coin, on devrait avoir dépassé de là le stade de la sensibilisation pour en être à celui de l’action.

Un gentil consultant nous explique doctement toutes sortes de banalités sur l’écotourisme. Une intervenante de la CDC de Monestier de Clermont nous expose la démarche :  la réunion d’aujourd’hui, puis encore deux autres, des consultations bilatérales, des retours, des synthèses, de l’infographie haut de gamme. Finalisation par la signature d’une charte avec les acteurs du tourisme intéressés, en décembre Inch Allah… Ambiance « délibérations de nuit au sénat », je manque de piquer un roupillon.

J’émerge à la fin de l’exposé pour poser bêtement la question de savoir combien va coûter la chose. Réponse : 16 000 euros pour le consultant (on est content pour lui) plus le salaire des techniciens qui feront la liaison. Dans ma petite tête, je calcule à la louche 3 mois équivalent temps plein à 3 000 euros/mois avec les charges = 9 000 euros. Donc, 16 000 + 9 000 = 25 000. On verra plus bas que je ne suis pas loin ! On nous parle d’une subvention de 40%. J’aime beaucoup l’idée des subventions… mais au bout du compte, il faut que quelqu’un les paye !

Nous nous séparons ensuite en ateliers pour plancher avec comme seul document de travail, une feuille avec les grandes lignes sur lesquelles nous sommes invités à cogiter. De grandes pensées, je cite entre autre : préervation des paysages et des espaces naturels, tri et valorisation des déchets etc. Donc départ sur une quasi page blanche, une magnifique façon de réinventer l’eau tiède lorsqu’on sait que de multiples régions ont déjà entamé la même démarche.

Au bout d’une heure de conciliabules à voix basse, chaque groupe nomme un rapporteur en charge de nous dévoiler gravement le fruit des « phosphorations ». « Nous nous sommes penchés sur », « Il faudra envisager de », « Il serait bon de travailler sur » etc…

Je reviens sur Mens avec le sentiment merveilleux d’avoir perdu 5 heures (4 heures de réunion plus 1 de transport) et d’avoir assisté à un magnifique gâchis de temps et d’argent public.

Je vérifie le montant de la dépense prévue dans le projet de contrat « Trièves, territoires écotouristiques exemplaires » signé avec la région Rhones Alpes. Il est effectivement prévu dans l’axe 2: qualifier l’offre écotouristique, une fiche action 3 : réaliser et mettre en oeuvre une charte écotouristique pour 24 000 euros (je n’étais pas loin) avec seulement 30% de subvention de la région.

Certes, il est intéressant d’élaborer une charte écotouristique pour le Trièves afin de se démarquer des autres. Mais je trouve tout cela extrêmement onéreux pour un document qui tiendra probablement sur une feuille  recto verso !!! A titre de comparaison, la plaquette commune des offices de tourisme des cantons de Clelles et Mens a couté environ 12 000 euros pour 10 000 exemplaires.

On commence à comprendre le déficit de 1 400 milliards d’euros de la France quand un petit territoire comme le Trièves (9500 habitants tout mouillés) se permet de telles dépenses somptuaires.

J’ai posé la question à la réunion et je la repose : n’était il pas possible pour les techniciens en charge du dossier tourisme:

 - de s‘inspirer fortement d’une des multiples chartes existantes en choisissant celle la plus proche de notre cas.

 - d’en expurger ce qui était hors sujet

 - d’y rajouter ce qui leur semble adapté à notre région

- de soumettre le fruit de leur travail aux acteurs du tourisme du Trièves

- d’organiser une seule et unique réunion pour finaliser la fameuse charte.

On peut imaginer qu’un tel processus aurait necessité un petit mois de travail et donc couté environ 10 fois moins cher…

J’ai assisté à une réunion organisée de cette manière à propos du contrat de projet suscitée. C’est infiniment plus efficace.

——————-

Tout cela me rappelle furieusement une réunion de l’agenda 21 en mai 2006. Une intervenante y exposait un projet de pédibus pour différentes communes du Trièves. Il était prévu de faire intervenir un consultant pour mettre en place la chose. Coût prévu : 4000 euros par commune.

Or nous venions juste de démarrer un pédibus sur Mens organisé par les parents d’élèves : http://lapetitemaison.unblog.fr/2009/03/19/le-pedibus-de-mens/. Coût  : 0 euros !!!

Aujourd’hui le pédibus de Mens continue son petit bonhomme de chemin, les autres pédibus prévus n’ont jamais démarré…

TOUS A VELO A L’ECOLE, DERNIER RAPPEL !

arceauxvlos640x480.jpg

La municipalité de Mens va prochainement installer des arceaux à vélo dans de nombreux endroits de la commune dont un parking de 20 places devant l’école.

Pour fêter l’événement, les parents délégués proposent donc aux enfants et aux parents de venir en vélo vendredi 26 juin à 8h15. Par mesure de prudence, nous recommandons que chaque groupe d’enfants soit accompagné par un adulte portant un gilet de sécurité. Par ailleurs, nous conseillons d’éviter l’avenue Jean Ripert où se déroulent les travaux du collège.

En cas de mauvais temps, la partie sera remise au lundi 29 juin.

Si le succès est au rendez vous, la mise en place d’un vélobus pourrait être envisagée à la rentrée sur le modèle du pédibus.

12



Vivre la République du Progrès |
l'avenir vue par un militan... |
LCR Section Calaisienne |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Rassemblement des français
| Les lumières en héritage
| L'Afrique de toutes nos forces