• Accueil
  • > Recherche : trieves au centre

Résultat pour la recherche 'trieves au centre'

Page 3 sur 9

L’onchette

Hebergeur d'image

Un moment majeur dans la démarche engagée sur le Trièves depuis bientôt 8 ans. Le 24 septembre 2015, le comité technique permanent de la sélection des plantes cultivées composait de divers membres représentants l’INRA, L’IFV, FranceAgriMer, les pépiniéristes et les vignerons français, accompagnés des membres du Centre d’Ampélographie Alpine Pierre Galet et des représentants de l’association, sont venus inspecter et finaliser l’expérimentation faite sur le cépage Onchette dans le Trièves.

Pour plus d’information et voir quelques photos

Le site : http://vignerons-trieves.com/

Page FB : https://www.facebook.com/VigneronsTrieves

ENTRE VILLE ET CAMPAGNE

Grenoble/ Trièves 

Bonjour à tous,

 Nous poursuivons  les prochains stages dans  le Trièves au sud de Grenoble. Après les derniers rdv   dans le magnifique studio de danse au  Pacifique | CDC ( Centre de Développement chorégraphique) 30 chemin des alpins 38100 GRENOBLE, nous voilà au cœur des montagnes    dans un charmant petit village du Trièves  LALLEY
 
 Le dimanche 5 avril 

 Le dimanche 3 mai                  Le dimanche  7 juin
  de 9h30 à 16h30
   à la mairie salle de Danse de  LALLEY   
 
C’est simple! rentrer dans le mouvement avec une approche douce par la détente et dansez avec humour!
«  Semer c ’est rencontrer, échanger / Récolter c’est s’enrichir et tisser des liens » 
 Ce stage reflète la diversité du parcours professionnel de Céline Perroud. Un voyage dans le monde de la danse à travers l’expression corporelle et des propositions chorégraphiques. Le regard sur soi et les autres avec le travail de groupe solidaire, la créativité, le relâchement et la tonicité, la sincérité dans l’engagement du mouvement   Well Having fun dancing !  
 Public concerné :  ouvert à tous  amateurs, comédiens, toutes les personnes ayant suivi une pratique corporelle
 
Planning de la journée :
  •  9h30 - 12h30 : café, thé pour commencer dans la bonne humeur, échauffement avec    une mise en mouvement progressive.
  • 12H30-13h 30 : lunch time casse croûte partagé chacun amène de quoi partager.
  • 13h30 16h30: atelier de  danse                                                     
  • ( à savoir :  boulangerie sur la national ouverte toute la journée , épicerie  ouverte le matin  et café restaurants « l’auberge du grand champs »   ouvert jusqu’à 14h) 
 60 km de Grenoble. RD1075 route de Sisteron, prendre saint Maurice, Lalley traverser le village de St Maurice, arrivée à Lalley suivre la mairie  la  salle de Danse et au  Rez de chaussée. 
Tarif :  135€ les 3 stages, 55€ le stage+10€ Adhésion à l’association Rotations Culturelles
Possibilité d’hébergements sur le Trièves nous contacter.
Réserver une semaine avant le stage au moment de votre inscription par mail ou par téléphone. :
06 35 56 32 87 –  rotationsculturelles@gmail.com  

STAGE MENSUEL DANSE/MOUVEMENT

Nous poursuivons  les prochains stages dans  le Trièves au sud de Grenoble. Après les derniers rdv   dans le magnifique studio de danse au  Pacifique | CDC ( Centre de Développement chorégraphique) 30 chemin des alpins 38100 GRENOBLE, nous voilà au cœur des montagnes dans un magnifique environnement!

 Public concerné :  amateurs, comédiens, toutes les personnes ayant suivi une pratique corporelle.
  Le dimanche  8 mars  à la salle de danse de  LALLEY   de 9h30 à 16h30. RD1075 route de Sisteron, prendre saint Maurice, Lalley traverser le village de St Maurice, petite route de campagne  jusqu’à lalley. 
 
Planning de la journée :
  •  9h30 - 12h30 : café, thé pour commencer dans la bonne humeur, échauffement avec    une mise en mouvement progressive.
  • 12H30-13h 30 : lunch time casse croûte partagé chacun amène de quoi partager.
  • 13h30 16h30: atelier
Pour les grenoblois  passez un week-end agréable au cœur des montagnes, vous avez la possibilité de dormir le samedi soir pour être sur place le dimanche matin ( places limitées)
 
Réserver une semaine avant le stage au moment de votre inscription par mail ou par téléphone. :
06 35 56 32 87 –  rotationsculturelles@gmail.com  
D1075 direction Sisteron 
 ( 2 avril,   3 mai   et juin dates  à confirmer )

 

 «  Semer c ’est rencontrer, échanger / Récolter c’est s’enrichir et tisser des liens » 

 Ce stage reflète la diversité du parcours professionnel de Céline Perroud. Un voyage dans le monde de la danse à travers l’expression corporelle et des propositions chorégraphiques. Le regard sur soi et les autres avec le travail de groupe solidaire, la créativité, le relâchement et la tonicité, la sincérité dans l’engagement du mouvement   Well Having fun dancing !  


Intervenant Céline Perroud : Danseuse professionnelle  internationale durant 11 années conscécutives, enseignante artistique  à l’université de Grenoble, au Centre de danse contemporaine de Grenoble le Pacifique | CDC et dans les centres nationaux de la danse.

Directrice artistique de Rotations Culturelles elle mène des projets pédagogiques et chorégraphiques agri-culturels en liant l’art de la danse et l’agriculture.

Elle participe à l’élaboration d’un site de documentation de l’enseignement de la danse au niveau européen, porté  par Unesco. idoc-de.net .( international documentation of danse éducation)   et reste active sur le suivi du  projet  LEAP ( learn, exchange, apply, practice). pédagogie de l’enseignement depuis 3 ans.

 

Inscription  une semaine avant le stage tel : 06 35 56 32 87                                           Tarif : 45+10€ Adhésion à l’association Rotations   Culturelles                                                                    rotationsculturelles@gmail.com 

http://rotationsculturelles.blogspot.fr/ 

STAGE MENSUEL  DANSE/MOUVEMENT  dans Trièves culture & cinéma cleardot

Bechamelle remet le couvert

On se souvient avec émotion de l’invitation de Jean Marc Rouillan en Décembre par l’assoc Béchamelle :

« !G.A.R.i! » – Jean Marc Rouillan -George Besse

Mémoire sélective…

 

Or je viens de recevoir le message suivant d’un lecteur assidu du Dodiblog :

« Je me permets d’attirer votre attention sur notre association préférée qui sévit à nouveau avec un cycle de conférences qui semble être tout à fait passionnant : résistance créative, imagination insurrectionnelle, permaculture sociale, nouvelles formes de désobéissance (dont la transformation de vélos), armée de clowns, actions confrontationnelles de masse, sorcières activistes et autre batailles de boules de neige contre des banquiers dans le cadre du réchauffement climatique…
Il ne faut pas peut être pas perdre l’occasion de montrer que le Trièves n’est pas en retard sur Grenoble en terme d’imagination (délire?)  bobo-écolo-alternativo-libertaire.
D’autant qu’il nous est annoncé « des terrains de lutte que nous pourrions ouvrir localement »… bientôt une ZAD devant le composteur de la place de la Halle?  ou une déambulation protestative de soutien aux opposants aux interdictions d’occupation illégale du domaine public? »

 

Voiçi donc le programme des réjouissances de Bechamelle pour le mois de Mars :

« Dans le cadre du cycle Béchamelle, conférence théâtrale « Nous n’avons jamais été là avant » le jeudi 5 mars à 20h au cinéma de Clelles par John Jordan, du Laboratoire d’Imagination Insurrectionnelle

Il s’agit d’un spectacle autobiographique explorant la question de la résistance créative face aux catastrophes en cours, notamment le changement climatique. Prix libre.

Suite à cette conférence, 2 jours d’atelier Art, Activisme et Permaculture les 7 et 8 mars avec John Jordan à Mens.

La permaculture sociale part d’une observation des écosystèmes pour construire des systèmes sociaux qui sont énergétiquement efficaces, résilients, d’une grande diversité et très productifs. Pendant cet atelier, nous explorerons comment cette approche peut enrichir nos stratégies de résistance créative et l’élaboration de nouvelles formes de désobéissance, dans le cadre des problématiques politiques qui nous concernent au niveau local. Prix libre.

Parmi les actions menées par le Laboratoire d’Imagination Insurrectionnelle (www.labofii.net) : transformation de vélos en machines de désobéissance pendant le sommet de l’ONU sur le climat à Copenhague, bataille de boule de neige contre les banquiers dans le centre financier de Londres… »

 

Et l’invitation qui va avec :

« Bonjour !

J’ai organisé la venue de John Jordan dans le Trièves pour une conférence et un atelier de 2 jours, dans l’idée que ça pourrait nous aider à construire une culture politique commune, et du coup à agir ensemble en étant plus efficaces, sur les terrains de lutte que nous partageons déjà ou ceux que nous pourrions ouvrir localement. J’espère que ce seront des moments enrichissants, et que nous serons nombreux/ses à en profiter ! Alors c’est super si vous faites tourner l’info parmi vos copains/ines.

Voici 2 mots sur pourquoi j’ai invité John Jordan : en lisant Les sentiers de l’utopie, j’avais été heureusement surprise par l’approche que les auteurs John et Isabelle avaient des différents lieux collectifs, par leur regard à la fois enthousiaste et critique. Vous pouvez voir en ligne le docu fictionnel qu’ils ont fait à partir de leur périple : http://www.dailymotion.com/video/xj0jfx_les-sentiers-de-l-utopie-1-2_lifestyle

Plus tard, j’ai rencontré John à la ZAD, qui participait à la construction du « black bloc sanitaire » à la Chataîgne, et nous avons poursuivi nos discussions depuis. J’ai trouvé super intéressant à la fois son parcours militant (au coeur de mouvements comme Reclaim the Streets, de la lutte contre l’extension de l’aéroport d’Heathrow, à la fondation de l’arméé des clowns en Angleterre…) et ses questionnements actuels sur les actions confrontationnelles de masse. J’ai aussi été intriguée, parce que ça n’est pas du tout ma vision de choses, par les liens que John construit entre militantisme et spiritualité, dans la lignée de la sorcière activiste Starhawk. Et je me suis sentie proche de la préoccupation concernant le réchauffement climatique, beaucoup plus présente en Angleterre qu’en France dans les mouvements anticapitalistes. Le spectacle et l’atelier parlent un peu de tout ça et je crois que ça peut nous donner à mouliner.

Allez, vous venez ? »

 

Chacun(e) jugera…

Brèves de comptoir

A l’occasion de la séance de cinéma « Brèves de comptoir » le vendredi 21 novembre à 20h45 dans la salle Jean Giono à Clellesl’Ecran Vagabond du Trièves projettera 2 courts-métrages d’animation réalisés cet été en ateliers avec l’Association Mens Alors ! 

- Archibloc

Création (décors et animation) des enfants des centres de loisirs MEJ et Granjou

Les participants aux ateliers et les différents partenaires* sont très heureux de vous faire partager ces petites créations collectives,

à bientôt !

* Mens Alors, Service Enfance Jeunesse et Culture de la CdC, Maison du Territoire (Culture et lien social, CG), CDDRA, Ecran vagabond du Trièves, et les individuels qui ont soutenu le programme d’ateliers via un financement participatif.

Régions et départements

hebergeur d'image

Ainsi donc, tonton Hollande semble se réveiller un peu et proposer enfin quelques réformes…

LA FUSION DES REGIONS

Une bonne chose, des fusions logiques : les Normandies, l’Alsace Lorraine et d’autres.

D’autres sont plus curieuses : sans parler de la proteiforme future région Poitou-Charente-Centre-Limousin, Rhône Alpes 6.3 millions d’habitants a été jugé trop petite et doit fusionner avec l’Auvergne pour constituer une région de 7.650 millions d’habitants.

A l’inverse, la Corse avec ses 322 000 habitants tous mouillés (en comptant les morts ?) reste indépendante. On se rappelle pourtant que la Corse faisait partie de la région PACA jusqu’en 1970 avant d’être scindée en 2 départements en 1976, histoire de créer un maximum d’administration et de bureaucratie.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Corse#Administration

On nous annonce des « économies d’échelle ». Marrant, ça me rappelle exactement ce que l’on nous promettait avec la fusion du SAT et  des 3 CDC de Clelles, Mens et Monestier en l’unique CDC du Trièves. De quatre directeurs, on allait passer à un directeur et un adjoint en profitant de départ à la retraite opportuns. Tout cela pour qu’on nous explique benoitement au moment des dernières élections, qu’il avait fallu finalement embaucher (notamment un directeur des ressources humaines) pour gérer le mammouth. Et qu’en conséquence les dépenses avaient augmenté, déficit de 600 000 euros et augmentation prévisible de la pression fiscale !

D’ailleurs Dédé Vallini, notre regretté président 38 et actuel sous ministre à la réforme territoriale reste prudent, parlant d’une STABILISATION du nombre de fonctionnaires territoriaux. J’ai le certificat d’étude ! Pour moi, en stabilisant le nombre de fonctionnaires, au mieux on stabilise les dépenses, je n’y vois pas l’ombre d’une économie.

http://www.ledauphine.com/politique/2014/06/03/la-reforme-est-necessaire-svsy

 

LA DISPARITION DES DEPARTEMENTS

En voilà une idée quelle est bonne !!! Dégraisser le mille feuilles administratifs, se débarasser d’une structure vieille de plus de deux siècles, taillée pour qu’on puisse se rendre au chef lieu en une journée de cheval ! On sera bien content de savoir que collèges et lycées, bus et train TER seront gérés par la même structure.

Mais alors pourquoi attendre 2020, un autre mandat, le quinquennat suivant pour mettre en place une aussi bonne réforme. Un peu de vitesse, d’entrain, d’audace ! Ah rien j’oubliai : le changement c’est maintenant…

CDC du Trièves : Guillaume Gontard

Ci dessous, le discours de Guillaume Gontard, maire du Percy, pour sa candidature à la présidence du Trièves. Pour mémoire, Jérôme Fauconnier a été élu avec 24 voix contre 17 à Guillaume Gontard.

————————-

hebergeur d'image

Mesdames, Messieurs les délégués communautaires,

Je voudrais d’abord vous souhaiter à tous bienvenue au sein de ce conseil communautaire. Nous allons pendant 6 années, jusqu’à l’horizon 2020 devoir travailler ensemble dans l’intérêt de notre territoire, au service de nos concitoyens.

C’est une formidable aventure qui ne peut être que partagée. Nous sommes ici les élus de la diversité d’un territoire de presque 10000 habitants qui ne peut être que la simple juxtaposition de 28 communes. Ce territoire Trieves a un sens, des liens nous unissent, et nous avons les capacités ensemble d’être audacieux, imaginatif et donner un bel avenir à notre territoire et ses habitants.

Aujourd’hui je suis ému mais aussi très fier de solliciter vos suffrages pour la présidence de notre communauté de communes. Fier de pouvoir porter un projet collectif de rassemblement.

Je vis et habite le Trieves depuis plus de quarante ans, j’ai suivi le cursus de tous les jeunes Trievois : l’école communale à Monestier du Percy, le collège à Mens, puis Grenoble. Aujourd’hui, gérant d’une sarl d’architecture, j’ai la chance de pouvoir travailler en parti au pays. Même si ces dernières semaines on m’a collé beaucoup d’étiquettes, je n’ai jamais adhéré à aucun parti. J’ai un profond respect pour les militants, mais je préfère ma liberté. Maire du Percy depuis 2008, c’est d’abord l’avenir de ma région qui me passionne. Je crois en ce pays Trieves, je crois en la force et la créativité de ses habitants.

Mon enthousiasme est intact, j’ai cependant un regret, une déception.

Depuis quelques semaines un certains nombres d’élus d’horizons et de sensibilité différentes travaillent sur un projet de rassemblement. Avec comme volonté de trouver une plateforme commune de travail, une organisation qui donne une place à chacun, une gouvernance partagée. Donner tout simplement à nos concitoyens l’image d’élus responsables avec comme seule ambition l’avenir de notre territoire.

Symbole de ce désir d’entente, une proposition a été faite, la candidature unique de Jérôme Fauconnier à la présidence de notre collectivité à laquelle nous nous étions ralliés. Malgré une volonté largement partagée cet accord n’a pas pu aboutir. J’en suis navré.

Seule proposition avancée : 3 vices présidences sur un exécutif de 11 membres. Est-ce représentatif de notre territoire, de sa population, de sa diversité ? Drôle de manière de concevoir le travailler ensemble. Une vision comptable des responsabilités, peut-être de vieilles rancœurs, ont eu raison de ce beau projet. L’intérêt de notre Trieves est hélas bien loin.

Pourtant dans chacune de nos communes nous savons nous rassembler.

Je suis déçu mais loin d’être résigné. Je sais, nous savons qu’aujourd’hui nous sommes une large majorité à vouloir travailler ensemble, sereinement, loin des querelles de personnes ou de clochés et des combines politiques. Alors ce soir qu’allons nous choisir, une confrontation stérile camp contre camp avec des vices présidences brandies comme des carottes?

et si nous choisissions plutôt la voie de la raison ?

Ce soir, je vous propose un contrat, une démarche collective pour 28 communes solidaires.

De quoi s’agit-il ?

Nous souhaitons tous une collectivité proche de ses habitants en mettant l’échelon communal au centre comme lien de proximité et d’échange avec les citoyens.

Chacune de nos 28 communes doit trouver une juste place dans notre entreprise collective. Chacun d’entre nous ici, sait, qu’il nous reviendra, tous ensemble, de prendre les bonnes décisions pour assurer l’avenir du territoire et de ses habitants.

Pour que cette entreprise collective fonctionne, il faut aller au delà des divergences individuelles, créer un climat de confiance, trouver les bases d’un travail apaisé.

Cela passe par 3 axes de propositions :

Le premier axe : définir une nouvelle organisation de travail :

-  Mettre en place un exécutif resserré avec 7 vices présidences et une réduction de l’enveloppe des indemnités passant annuellement de 75 000€ à 55 000€ soit 20 000€ d’économie, Symbolique dirons certain, c’est quand même l’équivalent de ce qu’a dégagé le budget cette année. C’est un message de rigueur indispensable en ces temps de crise.

- Construire un exécutif équilibré (4/4) basé sur les compétences qui respectent les équilibres politiques et sociologiques du territoire.

- Créer un bureau élargi ouvert aux 28 communes, une nouvelle instance en charges des affaires courantes et des délibérations techniques qui redonnent au conseil communautaire sa véritable fonction d’animateur de projets.

- Se doter d’un règlement intérieur, qui permette d’ouvrir l’ordre du jour, de donner aux commissions leur rôle de proposition.

- Favoriser une gestion participative en ouvrant les commissions aux personnes intéressées.

- Porter une attention particulière et continue à la communication vers les habitants du Trieves.

 

Le deuxième axe : Définir des objectifs communs, un projet fédérateur :

En priorité retrouver des marges de manœuvre financière. L’augmentation des impôts ne peut être la seule solution. Notre collectivité est dans une situation critique. Il faudra rapidement travailler sur l’organisation et le fonctionnement des services. Il n’y a pas de petites économies. Cela passe par un suivi du budget avec des rapports d’étape et une commission des finances qui joue pleinement son rôle. Il sera indispensable de mesurer à chaque fois l’incidence sociale des décisions prises.

Les écoles et notamment le dossier du groupe scolaire de Monestier de Clermont devront être une priorité. Nous ne pouvons plus avancer au jour le jour. Il faut fixer des objectifs clairs basés sur des projections à moyen termes.

Le projet de halte garderie de Mens devra également être mené à bien.

Le développement économique devra être en phase avec le territoire en soutenant l’emploi local, autour des filière agricoles, des ressources naturelles, du tourisme mais aussi des nouvelles technologies, de l’économie verte ou de l’insertion.

Le lien avec les habitants devra être au cœur de nos décisions en s’appuyant sur un tissu associatif fort et dynamique richesse de notre territoire.

Nous avons la chance d’avoir un service culturel fort que de nombreuses collectivités nous envies. Nous devons poursuivre cette politique culturelle qui ouvre notre territoire sur l’extérieur et dégage des retombées incontestables.

Chaque commission devra définir une priorité, un objectif à court, moyen et long terme.


Le troisième axe de proposition passe par un cadrage à long terme qui structure l’ensemble de nos projets et de nos décisions. Nous avons la chance d’avoir un Agenda 21 et d’avoir été retenu sur le projet TEPOS (territoire à énergie positive).  C’est un moyen d’aborder les enjeux avec une approche globale du développement du territoire que ce soit autour des critères économiques, sociaux, démocratiques ou environnementaux.

Voilà en quelques mots une démarche Trieves pour 28 communes solidaires. Nous avons 6 années devant nous, 6 années pour travailler ensemble, 6 années pour prouver que l’on peut construire un véritable pays Trieves en valorisant chacune de nos communes.

Car oui, je crois à l’échelon communal, à sa proximité, à ce lien direct avec les habitants. Je suis persuadé que chaque commune peut sortir grandi et renforcée avec une intercommunalité réfléchie et partagée.

Il est encore temps ce soir de nous rassembler d’agir pour l’intérêt général, de faire preuve d’un esprit constructif et ouvert. Notre territoire le vaut bien.

Si je suis élu je m’engage avec vous à travailler dans ce sens, à mettre en place un exécutif strictement partagé (4/4) gage d’un travail en confiance dans l’intérêt de nos concitoyens.

Aujourd’hui nous avons cette responsabilité devant l’ensemble des Trievois. Nous devons leur montrer notre capacité à travailler ensemble.

Je viens de vous présenter le socle d’engagements, sur lequel s’appuie ma candidature. Un  socle d’engagements auquel j’ajoute ma disponibilité et mon écoute au service des élus, des agents intercommunaux et des habitants.

Je terminerais par une note d’espoir :

Certains peintres transforment le soleil en point jaune, d’autres transforment un point jaune en soleil,  ce soir unis, nous pouvons faire briller notre territoire.

Merci  de votre attention et bon vote,

 Guillaume Gontard,

28/04/2014

Coquet dernière : un peu plus

hebergeur d'image

Environ 70 personnes à la deuxième et dernière de la liste Coquet. La liste des « amis d’en face » est présente en force, Sophie Reichmuth, Hervé Hugueny aussi prolixe dans la vrai vie que sur le blog, Michel Guiguet, Gerd Zanders, Françoise Streit, le directeur de campagne Noel Chevalier et même Madame Mauberret elle même !

4 mecs au bureau central : Misters Coquet, Calvat, Dangles et Chabert. Les futurs adjoints ? Les autres sont répartis de part et d’autre.

On sentira une équipe moins volubile et plus concentrée que lors de la première réunion. Un rien de fatigue et de tension également, normal c’est la fin de la campagne !

On commence par un peu d’instruction civique en 3 points :

- Il n’y a que deux listes (malheureusement), il n’y aura donc qu’un seul tour à l’issue duquel, selon toute vraisemblance, une des listes obtiendra 12 conseillers et l’autre 3.

- Pas de panachage, ni de ratures, sinon bulletin nul.

- Carte d’électeur + pièce d’identité avec photo obligatoire.

Quelques considérations générales :

Mens qui était le bourg centre du Trièves perd peu à peu ce statut. Sa population n’augmente plus.

Il faut des relations solides avec les centres de décision institutionnels, la CDC où il voudrait mieux ne pas être dans la minorité, le département qui a tendance à baisser ses subventions, le CDDRA émanation locale de la région. Il faut une équipe unie qui donne confiance aux financeurs.

Nanard nous répète qu’il sera présent autant qu’il le faudra. Il connait bien le rôle du maire, en ayant remplacé deux par délégation durant ses fonctions de préfet. L’efficacité du maire se mesure surtout par une présence opiniatre dans les dossiers, une capacité à trancher, de décider après un travail collectif. Egalement veiller à éviter la constitution d’ilots de pouvoir au sein de son équipe, veiller à la cohésion de celle ci, à faire circuler l’information.

Il s’est engagé dans la campagne en ressentant une manque de cohésion et des divisions dans l’équipe sortante, peu apte à inspirer confiance aux décideurs. Il a eu l’occasion durant ses 39 ans de carrière d’exercer une autorité dans le bon sens du terme, ne pense pas avoir un déficit de compétence.

La manière de gérer :

1 – Il faut éviter de se disperser dans des études interminables qui repoussent la décision.

Exemple : l’urbanisme avec le PLU et l’AVAP. Le PLU est engagé depuis 4 ans et ne progresse plus guère depuis 1 an.

2 – Il faut avancer dans l’ordre

Exemple du boulevard Edouard Arnaud : la désynchronisation des chantiers va conduire à près d’un an de travaux.

Il faut aussi faire la concertation et l’information nécessaire.

Myriam Capelli

Elle n’est pas présente sur la liste car ses fonctions dans le corps des sapeurs pompiers lui interdisait d’être maire ou adjointe. Elle a donc préféré s’abstenir.

Carole Sauze qui doit s’absenter

Compte s’occuper des personnes agées (son métier, elle est infirmière à la Mure), des questions de sécurité (elle est sapeur pompier) et des festivités pour les jeunes.

Mister Coquet reprend la parole pour décliner les trois thèmes de la campagne.

1 – Attirer et accueillir :

Il faut accélérer la conclusion du PLU, lancé depuis 2010, pour conclure si possible avant fin 2014. Il doit être ajusté au SCOT.

La déviation : Dangles se lance.

Serpent de mer, on en cause depuis 25 ans. On  a été content quand le département a repris le dossier. Mais il n’y a que 700 véhicules/jour, le conseil général a d’autres priorités. La commune soit se réapproprier le dossier. Il faut aller au delà de la déviation Monestier – Saint Jean d’Hérans et faire une seconde section jusqu’à Pouillane et la route de Corps. Par contre, le projet de déviation par la gendarmerie n’est pas à l’ordre du jour. La déviation doit être réservé aux poids lourds et engins agricoles, il faut garder les véhicules particuliers et les touristes. Idée de faire un premier jet en tout venant pour le passage des seuls véhicules agricoles.

Objection de la salle : ce projet dépasse de loin le budget communal !

L’autoroute A51 :

Grenoble se cherche une sortie vers le sud. Le projet Gayssot d’amélioration des nationales en 3-4 voies avec déviation des villages était intéressant. Tout cela n’est plus à l’ordre du jour, ce n’est plus un sujet.

Restaurer et embellir : Calvat y va !

Il faut impliquer la population.

Les entrées de Mens : il faut échanger avec les entrepreneurs.

Propreté des rues : il faut sous traiter avec des entreprises disposant de matériel lourd et garder les employés communaux pour les interventions urgentes.

Chiens errants : le policier municipal devait avoir un véhicule, une perche télescopique, un manchon de protection…

Les crottes de clébards : il faut verbaliser, prévoir des distributeurs de sacs plastique.

L’accessibilité : pour Joel Gérin

Nécessité d’étendre l’éclairage publique notamment au chemin des philosophes.

Le balayage et l’entretien des petites rues.

Un parking pour handicapés à la salle des fêtes.

Nettoyage des allées du cimetière.

Achèvement et fleurissement du rond point du collège. Michel Guiguet : il n’est pas terminé car il faut faire des travaux sur une canalisation en dessous. Coquet : ce qui prouve qu’il faut faire les choses dans l’ordre !

Le plan d’eau : stationnement à faire respecter, petites poubelles et bancs.

Nécessité de faire un état des lieux sur l’accessibilité au niveau de la commune et de la CDC.

Chemin pour handicapés de Barret : goudron trop mou, colle aux roues, exemple d’argent mal utilisées. Réponse de Goutel : on avait fait appel à un bureau d’étude…

J’en met une petite couche sur mon expérience personnelle : pour ce type de projet, faire venir un handicapé sur sa chaise roulante vaut toutes les études du monde !!!

Digression philosophique de Bernard Coquet : il y a deux façons d’envisager les projets

  – Chercher des lignes de financement, type tourisme adapté en milieu forestier et faire un projet qui rentre dans le cadre.

 - Ou faire un projet puis chercher les financements qui vont avec. Il préfère la seconde méthode (moi aussi !).

Mais dans tous les cas, ne pas oublier que les financeurs financent l’investissement, pas l’entretien qui reste à la charge de la commune.

La zone artisanale :

Des achats de terrain ont été fait, d’autres restent à faire.

Il faut faire une végétalisation pour compenser l’architecture agressive. On disait la même chose il y a 6 ans…

Le logement :

Le SCOT prévoit une croissance linéaire pour arriver à 1650 habitants en 2021. Autorisation pour 7 à 8 logements par an soit 21 personnes.

Il faudra répartir entre la réhabilitation du centre et les nouveaux logements.

La très longue réflexion sur le pré Colombon a abouti à une proposition banale de cité jardin avec maison en bande. Ce projet n’absorbera qu’une petite partie des nouveaux logements, ne sera pas une priorité.

Le conseil municipal enfant : Véronique Menvielle

Elle propose de faire un conseil municipal pour les enfants de 8 à 12 ans, en charge du cadre de vie et des espaces ludiques.

Ils seront en charge des projets, devis, planification, réalisation; De l’entretien de base, de tenir la liste des interventions, du registre de contrôle.

Une voix aigue au fond de la salle : c’est beaucoup trop dangereux, au secours !

Très beau projet qui me rappelle le train des enfants à Budapest

http://www.petitfute.com/adresse/etablissement/id/140661/train-des-enfants-gyermek-vasut-visites-points-d-interet-budapest

http://www.dailymotion.com/video/xb4yva_le-train-des-enfants-de-budapest_travel

 

Au boulot, la suite à venir

 

Coquet première : l’intégrale !

C’est fini. On peut lire jusqu’au bout…

hebergeur d'image

 

Salle Chatel pleine avec des chaises jusque dans l’entrée pour la première réunion de la liste Coquet. Environ 80 personnes dont pas mal d’opposants notoires, y compris quelques membres de la liste d’en face (Hugueny, Zanders).

Deux parties très contrastées : la présentation de la liste, la discussion sur le programme.

PRESENTATION DE LA LISTE : durée 1h20

Bernard Coquet décrit sa liste comme étant sans étiquette, il dit ne pas connaitre la couleur politique de ses colistiers. Tous déclarés comme divers au nuançage de la préfecture.

Il commence par excuser Lauriane Josserand, 26 ans, la benjamine de l’équipe, en CDD à Saint Etienne en Dévoluy. A la recherche d’un emploi stable, une petite jeune qui veut travailler ! Elle arrivera finalement en toute fin de réunion.

Les candidats se présentent en partant du fond de la liste.

Joël Gérin : né à Mens, carrière chez HP, conseiller municipal de 2001 à 2008 avec Philippe Gazin. A travaillé à la vie quotidienne, sur l’accessibilité (il se déplace en fauteuil roulant), sur la zone bleue. Président de l’association cueille la vie ,qui fait de l’animation à la maison de retraite, depuis 6 ans.

Propose de refaire le chemin pour handicapés de Châtel dont le revêtement ne permet pas de circuler en chaise roulante. Aussi un état des lieux à Mens et dans le Trièves de l’accessibilité pour handicapés, personnes agées, poussettes.

Evelyne Garnier : 72 ans, arrière grand mère, né à Oran en Algérie d’un père militaire, revenue en 1951.

Secrétaire de direction puis gérante de discothéque. A Mens depuis 1988, mariée à un vieux Mensois qui fut conseiller de 2001 à 2008.

Intéressée par l’aspect du village, les petites rues, les entrées de la commune, le fleurissement…

Jean Louis Goutel : Dans le Trièves depuis 2000, 3 filles.

Directeur adjoint de la chambre d’agriculture.

4ème adjoint à l’économie dans la municipalité sortante, en charge de l’écotourisme et du tourisme adapté.

2 ans président de l’office du tourisme, s’est occupé de la foire du 1er mai et de la foire bio devenue foire du Trièves.

Daniel Dussert : né à MENS, 67 ans, 4 enfants, agriculteur bovin, céréales.

Souhaite soutenir l’agriculture et le tourisme à travers la conservation des paysages. Et s’occuper des routes et chemins communaux.

Aurore Chauvin : 27 ans, originaire de Champagne Ardennes, étude à Lyon, à Mens depuis Aout 2010, secrétaire comptable.

Souhaite s’occuper des nouvelles solutions de transport, navettes Clelles-Mens, le covoiturage.

Bernard Chevalier : né à Mens, 59 ans, travaille à France télécom, à la retraite en mai.

Conseiller municipal de 2001 à 2008, à lancé le trait d’union Mensois et le 1er site internet de la mairie. A travaillé à la commission vie associative.

Carole Sauze : Famille de Mens, enfance à Mens, pompier volontaire, infirmière à la Mure.

Veut représenter la jeunesse Mensoise, conserver les services publics et médicaux.

Jean Paul Chabert : né à Mens, étude à Grenoble. Travail au crédit agricole de Mens de 1975 à la retraite en 2011;

A constaté les pertes d’emplois dans l’agriculture, le batiment, l’artisanat. Une certaine compensation pour les EHPAD, SIAD, ADMR et secteur associatif.

Est trésorier de l’association Trièves tourisme. Intéressé au développement économique.

Rosemary GIOVANETTI : d’origine Batave, 63 ans.

A créé une entreprise qu’elle a vendu, aussi gérante d’hôtel 4 ans. 20 ans à Grenoble.

En retraite à Menglas depuis 18 mois.

Intéressée par l’avenir des jeunes, par leur travail. Et par le développement du tourisme.

Gérard Dangles : 67 ans

A Grenoble depuis 1982 dans le secteur informatique;

Mens depuis 2005, conseiller municipal en 2008

DGS informel pendant 3 ans, s’est occupé de l’informatique municipale, du journal le TUM, des associations, a pris beaucoup de plaisir.

La voix s’élève : on a une confrontation entre 2 visions respectables mais différentes. On a une chance extraordinaire avec Coquet. Stop au ronron.

Applaudissement dans la salle, presque une bronca !

Véronique Menvielle :

D’origine Lyonnaise, 4 générations d’enseignants. Institutrice depuis 23 ans atteinte de pédagogite aigu. Aime la rigueur, le travail bien fait.

A Mens depuis 2005, conjoint Mensois.

Souhaite s’occuper de la jeunesse et des sports, créer deux conseils municipaux pour les jeunes de 8-12 et 13-17 ans pour un apprentissage de la citoyenneté et de la démocratie. Aussi un jumelage Européen pour des échanges culturels et linguistiques.

Tiens ? http://dodiblog.unblog.fr/2014/02/14/jumelage-echange-linguistique/

Marcel Calvat : né le 27-4-1943 (à quelle heure ?).

Famille modeste, progression professionnelle instit, prof d’EPS, principal adjoint puis principal d’établissement scolaire.

Fonction à la Fédération Française de ski au niveau régional, national et international.

Pour le développement du tourisme et de l’industrie. Pas de rêve et d’utopie, du réalisme et du pragmatisme.

1er adjoint de la municipalité sortante, président de la CDC de Mens pendant 4 ans.

Anne Marie Barbe : 62 ans, à Mens depuis 37 ans.

Travail administratif à la fac de Grenoble pendant 43 ans.

Motivée et disponible, souhaite s’occuper des personnes âgées.

Bernard Coquet : la tête de liste, on entre dans une autre dimension…

A commencé comme géomêtre, reprend quelques études, quelques petits postes dans des cabinets ministériels et préfet dans quelques départements…

Rugbyman , il se blesse, soigné aux Alouettes à Mens où il rencontre la future Madame Coquet, issue d’une vieille famille Mensoise, il y a 50 ans.

A bien connu Pierre Rolland, maire de Mens 1977-1983 et  Philippe Richard, maire de 1989 à 2001 auquel il a succédé à la présidence du fond documentaire Trièvois.

La liste équilibre et renouveau :

L’équilibre : besoin de mesure, éviter les conflits stériles, l’aveuglement militant.

Liste équilibrée par l’origine des candidats : 9 Mensois de souche, 6 néo Mensois depuis 18 mois à 50 ans.

7 en activité, 8 retraités, 1 agriculteur. Echelonnement des âges de 26 à 74 ans;

Pas de militants politiques déguisés !

Le renouveau : il faut faire des projections à moyen terme, le long terme est imprévisible.

Mens a une économie résidentielle, en boucle, fragile.

Les structures administratives vont changer considérablement dans les 3 ans à venir. Le futur canton s’étendera du Trièves au Valbonnais.

Mens est maintenant intégré dans le SCOT, approuvé il y a 18 mois, qui donne une vocation agricole et touristique au Trièves. Son sort est lié avec Grenoble.

L’accent devient Gaullien, un peu de tremblement dans la voix : Mens est à redresser, il faut se remettre debout, demain il sera Trottoir (au lieu de trop tard…).

Vous aurez plus de chance avec nous ! On attend presque un « Mensois, je vous ai compris », les bras en croix, qui ne vient malheureusement pas…

Applaudissements nourris de la salle.

Du grand art, de l’Enarque, la haute administration Française qui sait faire un magnifique discours sans aucune note !

Le ton se calme. Ses 2 parents sont DCD à 88 ans, il devrait donc avoir encore quelques années devant lui.

Il n’a aucun intérêt pécunier ni professionnel dans cette affaire, ce qu’on peut lui accorder.

Répond aux critiques sur sa « résidence alternée » à Mens : il sera présent autant qu’il le faudra (sans préciser combien de temps dans l’année). Le rôle d’un maire n’est pas nécessairement de s’occuper des poubelles qui débordent où des coqs qui chantent trop tôt. Il faut savoir déléguer. Il est de consulter, prendre des décisions, assumer une responsabilité juridique.

DISCUSSION SUR LE PROGRAMME :  durée 1h10

Là aussi, je met mes réflexions en italique.

Bon, vous avez notre programme en main (une feuille recto-verso), allez y posez nous des questions !

Là, ça tombe un peu à plat. Je m’attendais à une présentation du programme par thème puis à des questions en fonction. Quelque chose d’un peu structuré.

Du coup, ça part dans toutes les directions. Emmanuel se lance avec une déclamation sur la fin dans le monde et la responsabilité planétaire des Mensois. Un autre : « Vous dites faire venir du monde à Mens OK. Mais pas des écolos qui branlent rien ! »

Goutel : On peut attirer dans le secteur de l’agriculture, de l’écologie, des personnes agées. il faut créer les conditions d’accueil.

Dangles : attirer les technologies nouvelles, créer un espace pour le télétravail.

Claude Brand à Marcel Calvat : pouvez vous nous parler de votre bilan ?

Manifestement il a prévu la question le Marcel. Y sort une feuille et lit :

 - A la CDC de Mens :

Réalisation de la chaufferie bois, subventionnée à 80%,  économe en CO2, qui permet de chauffer l’EHPAD, les écoles, le centre social, le collège, la piscine et le camping.

Etude de faisabilité sur un plan d’eau biotype comme à Valbonnais. Mais il faut un espace approprié et beaucoup d’eau. Encore une étude qu’on aimerait pouvoir consulter sur internet, après tout elle a été payé avec nos impôts…

La fusion des CDC : il a pris beaucoup de temps pour y réfléchir et se décider. Temps qui n’a peut être pas été perdu. Il rappelle que le conseil de Mens avait voté contre sous Gazin. La fusion a finalement été votée à l’unanimité, avant qu’elle soit rendue obligatoire par le préfet. Cela a aussi permis de mener à bien la répartition des compétences et l’étude financière.

Il a participé au comité de pilotage d’Energie et territoire. Devant la prochaine mise en concurrence de la concession des barrages, EDF est devenue soudain très généreuse en donnant 240 000 euros par an pour les six CDC des bords du Drac. Le Trièves étant peu présent ne touche malheureusement qu’une faible part du pactole.

Travail au CDRA (Comité de Développement Rhône Alpes) dans le secteur tourisme.

Sur le dossier de l’ARB (Association de Réhabilitation de l’Herboristerie) qui compte s’installer prochainement à Beaumet.

 - Au niveau de la commune :

A travaillé au niveau du centre de gestion départemental qui gère le personnel municipal.

Mise en place du DGS (Directeur Général des Services).

Commission Vie Quotidienne, sur l’évenementiel, gestion et réhabilitation de la piscine, accessibilité pour les handicapés.

Augmentation du foncier de la commune en achetant 6500 m2 supplémentaires aux terres du Ruisseau.

Question d’Hervé Hugueny :

L’écologie créé de l’emploi, exemple de la SCOP (Société COopérative et Participative)  Terre vivante et de Trièves compostage qui est passé de 1 à 7 salariès.

Réponse Bernard Coquet : oui l’écologie créé de l’emploi, l’édition est à la peine, la structure SCOP peut provoquer des tiraillements, la commune pourra aider mais à peu de marge de manœuvre financière.

Petite digression :  la situation financière de Mens : elle est saine, taux d’investissement le plus faible et taux d’épargne le plus fort de l’Isère.

Il faut fixer des priorités, ne pas passer des mois à discuter, les discussions doivent être suivies de décisions.

Question de Nathalie Behiels : Quelles seront vos priorités ?

Réponse un peu dans tous les sens.

Faut il relancer la déviation où bricoler le stationnement dans Mens ?

Aide à la formation : le niveau à Mens est souvent CAP-BEP, les plus diplômés partent.

Le haut débit, le travail de réseau.

Question Dodiblog : les transports, Internet

Réponse d’Aurore Chauvin : c’est de la compétence du conseil général, il faut coordonner bus et train, des actions pour la foire du 1er mai…

Là, il faut encore travailler les dossiers !

Reprise par Marcel Calvat : il y a l’exemple du taxi à la demande comme sur le canton de Clelles, créé au moment de la fermeture des gares secondaires sur la ligne Grenoble-Veynes avec l’aide de la région. Mens l’a refusé, sans doute par peur de voir disparaitre le car. Ca sera difficile de récupérer cette opportunité.

Bernard Chevalier : la fibre va bientôt arriver à la Mure, pour Mens il faut se renseigner…

Bien flou, j’aurais aimé des idées sur la politique des sites, les liens entre eux.

Départ de Bernard Coquet : il faut rassembler les initiatives locales, créé un effet réseau. Le maire doit vendre sa commune.

L’effet réseau sur internet ?

Question d’Arnaud Behiels : le logement ?

Réponse Coquet : le SCOT permet la création de 5.5 logements par an.

Il y a 70% de propriétaires.

La demande à Mens est à 75% pour des T1-T2 et à 65 à 70% de célibataires, séparés, isolés, petit revenu.

Il faut un équilibre entre nouveaux logements et réhabilitation. Il faut réhabiliter le centre historique sinon risque de désertification, prolétarisation. Ne pas hésiter à y supprimer des bâtiments en ruines, des dents creuses pour faire des puits de lumière.

On évoque une opération programmée d’amélioration de l’habitat permettant aux propriétaires d’obtenir des subventions.

Calvat : il faut arriver à décider les propriétaires, les biens sont souvent en indivision.

Claude Brand : ne pourrait on pas faire payer les taxes aux propriétaires de maisons vides pour les décider à vendre.

Florian Bordenave : le travail en commission est important, le TUM ne retranscrit plus les comptes rendus des conseils municipaux

Réponse : oui, il y aura des commissions, les comptes rendus sont affichés en mairie.

Il ne serait pas idiot qu’ils le soient également sur le site internet.

CONCLUSION :

Seconde partie décevante, décousue, sans aucune structure. De belles envolées lyriques qui cachent mal un flou artistique.

Mis à part la présentation de l’équipe et celle des activités multiples de Marcel Calvat, on a fait que survoler les thèmes, entrevoir des pistes.

On espère vivement une nette reprise en main pour la prochaine réunion. Il faut une présentation du programme par l’équipe suivi de questions. Deux heures et demi sur le thème : « Allez y, posez nous des questions » serait un gag. En bon centriste, je pense également que si l’équipe Mauberret en fait trop et épuise le public avec ses 5 réunions, celle de Coquet sera un peu juste avec seulement 2.

Pour le moment, La tentation de la pêche à la ligne reste très forte.

Entre une équipe qui joue à cache cache avec sa couleur politique et une autre qui joue à cache cache avec son programme, il ne faudra pas s’étonner si l’électeur joue à cache cache avec l’isoloir…

Jumelage & Echange linguistique

 

hebergeur d'image

Mens est la capitale du Trièves, personne n’en doute… Mais le Trièves n’est pas le centre du monde !  Un peu d’ouverture vers l’extérieur, d’échange avec l’étranger ne nuit pas. Le Trièves pourrait profiter de la présence de nombreux Britanniques sur son territoire pour envisager un rapprochement, suivi d’un éventuel jumelage avec une commune Anglaise de taille comparable.

Le guide du jumelage :

http://www.jumelages-limousin.eu/wp-content/uploads/2011/05/Guide_des_jumelages.pdf

Un jumelage ayant un certain cout, il serait préférable de le mutualiser au niveau intercommunal. Cela a déjà été fait ailleurs.

http://www.thouars-communaute.fr/jumelages.html

On a tout près de nous, l’exemple réussi du jumelage de La Mure avec la commune Allemande de Marktredwitz. Or la commune de la Mure compte moins d’habitants que la CDC du Trièves, la tâche n’est donc pas insurmontable.

http://www.ville-lamure.com/tourisme/anniversaire%20du%20Jumelage.pdf

hebergeur d'image

Le mono-linguisme Franco-français est un danger qui guette les jeunes Français en général et les jeunes Trièvois en particulier. Or l’apprentissage des langues étrangères, au premier rang desquelles l’Anglais, est une des conditions de la réussite personnelle et professionnelle. Les formules traditionnelles de séjour linguistiques sont le plus souvent une ruine financière et un désastre pédagogique, les enfants étant le plus souvent reçus dans des familles pour des raisons essentiellement économiques.

Un jumelage pourrait permettre d’organiser des échanges scolaires et des séjours linguistiques croisés, donc à moindre cout, le transport restant seul à charge des familles.

Une façon de faire l’Europe par la base, isn’t it ?

12345...9



Vivre la République du Progrès |
l'avenir vue par un militan... |
LCR Section Calaisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rassemblement des français
| Les lumières en héritage
| L'Afrique de toutes nos forces