• Accueil
  • > Recherche : trieves au centre

Résultat pour la recherche 'trieves au centre'

Page 9 sur 9

Conférence Montessori

                                      Page d’accueil: dodiblog.unblog.fr/       

                     montessorismall.jpg

Les points forts de la conférence sur la pédagogie Montessori, proposée par l’association « Grandir Ensemble » et animée par le Centre Pédagogique Papachapito, qui s’est tenue le 14 septembre 2007 à l’Espace Culturel de Mens:

Maria Montessori est la première femme médecin d’Italie. Née en 1870, elle s’intéresse aux enfants anormaux et part de l’idée que leur cas ne peut être désespéré. Elle entreprend de les rééduquer selon des méthodes adaptées  à leur état. Les résultats sont tellement probants que la Reine d’Italie luidemande de réformer l’éducation nationale pour généraliser sa méthode à tousles enfants. En 1908, sa renommée est mondiale.

En quoi consiste cette pédagogie ? Elle prend en considération « l’esprit absorbant » de l’enfant, cette intelligence particulière propre à enfant, qui lui permet de faire des acquisitions dans l’enthousiasme. L’acquisition des connaissances peut être spectaculaire et remet en cause nos préjugés sur le progrès uniforme de l’intelligence et sur l’effort nécessaire aux apprentissages. L’enfant peut apprendre avec facilité l’écriture, la lecture, les mathématiques.

Le matériel pédagogique est scientifiquement élaboré, il présente les faits et les rapports entre les choses d’une manière attrayante et claire. Il est conçu en isolant les difficultés : l’enfant ne se sent pas dépassé et développe de la confiance en lui. Il est auto-correctif : l’enfant gagne en autonomie. Il permet un apprentissage dans le réel et le concret : l’enfant comprend d’une manière physique et sensorielle des données qu’il abordera plus tard dans l’abstraction. L’apprentissage est individuel (il n’y a pas de cours collectif). L’enfant évolue à son propre rythme : sans comparaison ou compétition, il satisfait naturellement sa soif de connaissance.

La méthode vise l’épanouissement de l’enfant. L’objectif du matériel n’est pas de démontrer d’une façon claire et concrète ce que l’on enseigne ailleurs d’une manière abstraite; mais d’offrir à l’enfant le pouvoir de découvrir par lui-même. Lorsqu’il découvre par lui-même, il ressent l’apprentissage comme une conquête, et son intérêt est stimulé. Il se développe alors à son rythme, dans le respect de ses priorités, qui sont propres à lui seul. Il peut par exemple montrer une passion pour les
invertébrés, ou pour l’histoire, qu’il pourra complètement satisfaire et il aura des connaissances très poussées dans ce domaine.

L’éducateur montessorien est présent pour seconder l’enfant dans sa quête de développement. Il est à l’écoute de ses besoins (et non à ce qu’il demande). Il fait en sorte que sa présence et sa disponibilité soient ressenties par l’enfant qui cherche, mais demeurent cachés à celui qui a déjà trouvé. Il montre le chemin vers l’auto-discipline, la concentration, la
connaissance de soi et du monde et ceci en toute discrétion !

En Montessori, la salle est aménagée pour que les enfants soient libres d’aller et de venir, de choisir leurs occupations, de travailler, de causer entre eux ou même de ne rien faire. La méthode Montessori donne la liberté à l’enfant dans la mesure où elle l’aide à se rendre indépendant. L’enfant doit respecter le travail d’autrui et l’emploi correct du matériel.

Dans la société, bien que l’enfant soit aimé, soigné et dorloté, il est souvent privé de toute activité sérieuse. Son activité ne trouve de refuge que dans le jeu ou dans un monde imaginaire. Maria Montessori considérait qu’il était temps de considérer l’enfant comme une personnalité humaine qui a des intérêts sérieux, et qui pour s’épanouir à besoin d’agir.
L’enfant a besoin, surtout entre 0 et 6 ans, de repères vrais, réels et tangibles, afin qu’il puisse se construire psychologiquement d’une manière saine. L’abstraction et le symbolisme ne devraient lui être présentés qu’après ses 6 ou 7ans.

Cette pédagogie répond particulièrement bien aux problèmes spécifiques des enfants précoces, mais aussi en difficulté scolaire, car ils peuvent se développer dans un environnement qui leur est favorable, à leur rythme. Les enfants apprennent à se respecter, ils ne se comparent qu’à eux-mêmes, pas aux autres ! L’enfant n’attire ni la moquerie, ni la jalousie desautres. Lorsque l’enfant est respecté dans le choix de ses apprentissages et  dans son rythme, il gagne enautonomie et en confiance en lui. Il peut choisir son activité selon une motivation interne, profonde. Ainsi, l’enfant se
sent capable, responsable, et développe naturellement l’autonomie, l’estime de lui, l’entraide et le respect mutuel.

La création d’une structure Montessori dans le Trièves est en projet.
Si vous êtes intéressés en tant que parent, ou en tant que personne qui peut contribuer à sa création, vous pouvezcontacter Mireille Roux au 04 76 34 37 23. Nous cherchons notamment des locaux sur Mens.

Une prochaine réunion aura lieu le Jeudi 11 octobre 2007 à 19 heures à l’Espace Culturel de Mens avec Frédérique Perron, résidente à Monestier, co-fondatrice de l’école maternelle Montessori « Aide-moi à faire seul » à Grenoble en 1988, et sa fille Adèle Perron, scolarisée à l’école Montessori jusqu’à sa rentrée en CP. Elles seront présentes pour transmettre leurs
expériences et leur vécu avec la pédagogie Montessori et répondre à vos questions.

Témoignage sur la pédagogie Montessori

Retour page d’accueil: dodiblog.unblog.fr/    

La 11ème foire bio de Mens

                             Page d’accueil: dodiblog.unblog.fr/    

Foule nombreuse et grosse ambiance les samedi 15 et dimanche 16 septembre à la 11ème foire bio de Mens. 123 exposants étaient présent répartis en 4 secteurs: l’habitat sur la place du Vercors, l’alimentaire sous la halle et un petit mélange place de l’église et de la mairie.

                                         ———————————-

L’atelier de démonstration de vélo à assistance électrique a été élu « stand de la décennie » à 99.7% lors d’un sondage sortie des urnes auprès des participants à la foire. Il a enthousiasmé la foule à la fois par son originalité, par sa recherche esthétique et par les qualités didactiques et le sex appeal exceptionnel de ses exposants. Plus de 300 personnes ont fait un essai (des vélos!) lors de ces 2 journées.

img2631small.jpg

A gauche: un participant, au centre et à droite: les exposants

img2651small.jpg

                                  Le stand !!!

2 vélos à assistance électriques étaient présenté, gracieusement prétés par un Mensois et le magasin de cycle Zazou loisirs, place Perrouzat à La mure (tél: 04 76 81 15 44) .

Celui de gauche posséde une batterie unique de 9 Ampère heure qui se recharge sur le secteur en 4 heures environ. Il ne recharge pas dans les descentes. Cela lui donne une autonomie de 30 à 60 kms selon l’utilisation.Il posséde un dérailleur à 7 vitesses et 2 niveaux de puissance électrique. Il pèse 23 kgs et coute 1000 euros. On peut le conseiller pour un usage citadin.

Celui de droite vise surtout une grande autonomie. Il  comporte 2 batteries de 9 Ampère heure et recharge dans les descentes. ce qui permet une autonomie de 60 à 120 kms.Il a également un dérailleur à 7 vitesses mais 3 niveaux de puissance électrique. Il est plus lourd: 29 kgs et plus cher: 1450 euros. Il vise plutôt un public habitant en montagne. On se fait aider en montant un col, on recharge en le redescendant !

Le vélo électrique vise un public très divers: le jeune cadre qui veut arriver au bureau en faisant 10 kms en vélo sans transpirer, le sexagénaire qui commence à peiner dans les côtes, le couple qui aimerait se passer d’une deuxième voiture ou même le célibataire citadin qui voudrait se débarasser d’un véhicule bien encombrant et onéreux.

De nombreux élus et VIP se sont pressés autour du stand, certains poussant l’audace jusqu’à risquer un essai.

img2652small.jpg  

Marie-Noelle BATTISTEL, maire de la Salle en Beaumont, adjointe de Didier MIGAUD

img2653small.jpg

Philippe GAZIN, maire de Mens. Il fut le précurseur du vélo électrique dans le Trièves en en achetant un il y a plus de 5 ans.

Pour en  savoir plus sur ce mode de déplacement alternatif, on peut se rendre auprès de la boutique H2RENT, le spécialiste du vélo électrique sur Grenoble. Il posséde toutes une gamme de vélos et scooter à assistance électrique qu’on peut également louer à la journée pour 24 euros afin de se faire une idée plus précise. H2RENT – 39, avenue Félix Viallet 38000 Grenoble – Tel: 04 76 17 21 15 – Email: h2rent@wanadoo.fr , site: http://www.h2rent.com/catalog/index.php

                                          ————————————–

Un autre stand très populaire: celui d’Alpes-AutoPartage de mon copain Daniel FAUDRY.

img2656small.jpg

L’autopartage est un système dans lequel une société, une agence publique, une coopérative, une association ou même un individu met à la disposition des membres du service d’autopartage une flotte de véhicules.

Plutôt que de disposer d’une voiture personnelle qui reste l’essentiel de son temps au parking, l’utilisateur d’autopartage dispose d’une voiture uniquement pour la durée de son besoin. Le reste du temps, la voiture est utilisée par d’autres membres. La diversité d’utilisation, donc de besoins sur des crénaux horaires différents selon les membres, est la clé du succès d’un tel système.

Les coûts d’achat, les efforts d’entretien des véhicules et les tracas de recherche de places de stationnement sont mutualisés au service d’autopartage. Depuis une décennie, il devient une véritable alternative à la propriété individuelle d’une voiture. Aujourd’hui (2007), on trouve des services d’autopartage dans plus de 600 villes dans le monde.

img2658small.jpg

Daniel a travaillé depuis 1997 sur le projet d’Auto partage sur Grenoble. Le projet n’a démarré qu’en mai 2005 après une longue phase d’étude et de recherche de financement.

      ——————————————-

pourbatirautrementmedium.jpg

Aussi remarqué, le stand de « Pour batir autrement », association qui organise des stages de formation à la construction écologique dans le Trièves. Pour en savoir plus: Pour batir autrement

 

Retour page d’accueil: dodiblog.unblog.fr/    

 

 

Covoiturage en Trièves: le projet du SAT

                         Page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/ 

covoiturage20mix2small.jpg 

Voici un extrait du mémoire réalisé par Baptiste Cambon de Lavalette dans le cadre d’un Master IUP Aménagement et Développement Territorial réalisé à l’université Pierre Mendés France de Grenoble, intitulé: « Pertinence du covoiturage pendulaire comme solution de mobilité alternative ».

Dans le cadre de ses études, Baptiste a  effectué un stage de plusieurs mois au sein des équipes techniques et décisionnelles du Syndicat d’Aménagement du Trièves. Voici donc la partie de son mémoire consacrée au Trièves.

Vous pouvez par ailleurs lui demander communication de l’ensemble de son mémoire en le contactant par mail: baptistecambondelavalette@yahoo.fr  

Olivier DODINOT 

——————————————————————

Le Trièves fait le choix de la mobilité alternative

Parmi l’ensemble des initiatives publiques ayant élaboré un projet de covoiturage, concentrons notre attention sur celle du Trièves (département de l’Isère) qui s’est particulièrement attachée à la question du covoiturage pendulaire. J’appartiens à l’équipe qui a construit ce projet. Ma mission a été d’étudier sa faisabilité et d’aider à la concertation.

Le plateau du Trièves est une région de moyenne montagne, marquée une forte identité rurale. Vaste de 647 km2, ce territoire compte environ 8500 habitants. Le Trièves est situées à cinquante kilomètres de l’agglomération grenobloise.

A. La philosophie d’un projet de territoire : L’Agenda 21 du Trièves

Suite à la réalisation, en concertation avec la population, d’un Schéma Directeur visant à réglementer l’aménagement de l’espace, les élus du Syndicat d’Aménagement du Trièves ont décidé en 2003 d’afficher clairement leur volonté de mener un projet de développement global sur leur territoire en respectant les critères du développement durable. Cette volonté politique est claire: elle unifie l’ensemble des communes du Trièves sous une même bannière.

L’entité Trièvoise est donc reconnue. Ce territoire n’a pas le désir de se transformer en espace « dortoir » de l’agglomération grenobloise. Il se dote en effet, des outils pour mener à bien un projet de territoire cohérent.Ce projet s’intitule « Agenda 21 pour le 21ème siècle

Il est le résultat d’uneconcertation active et régulière avec les habitants. Pour l’animer, plusieurs lieux d’échanges et de travail on été mis en place afin que les habitants, les élus et les techniciens des collectivités locales réfléchissent et fassent des propositions : les forums 21 (réunions publiques), les ateliers de travail (propositions concrètes), la cellule opérationnelle (faisabilité technique et juridique des actions proposées) et enfin le Conseil syndical du SAT (décisions).

« Se concerter, c’est « se mettre d’accord pour agir ensemble ».

Ce projet de territoire se traduit par un programme d’actions volontairement limité à une quarantaine d’actions prioritaires, parmi lesquelles un axe est consacré à la problématique de transports et de déplacements. Cet axe de développement intitulé « Améliorer la mobilité de tous les habitants via des modes de transports alternatifs » comprend quatre pistes d’actions :

- Un guichet unique pour une mobilité alternative

- Le covoiturage

- Favoriser l’utilisation des lignes de transports collectifs

- Le pédibus

B. Présentation du contexte

1. Un territoire en mutation démographique

L’expansion de l’agglomération grenobloise se fait de plus en plus ressentir dans le Trièves puisque nous constatons une croissance démographique de 36% entre 1982 et 2002, accompagnée d’une augmentation du nombre des naissances. Le Trièves connaît peu à peu le phénomène de périurbanisation, qui se traduit par l’installation de nouveaux habitants que l’on pourrait qualifier de « néo ruraux ». Cette population est résidente du Trièves mais, grâce à l’amélioration des conditions de transports, (construction de l’autoroute 51 notamment),elle peut travailler dans la principale zone d’emplois : l’agglomération grenobloise. Cette région subit, de fait, les conséquences d‘une infrastructure autoroutière censée à terme relierGrenoble et Nice, via Sisteron.

2. Répartition spatiale des activités

Trois chefs lieux de canton concentrent à les principaux services. Ce territoire a une densité faible s’élevant à treize habitants par km² (contre 98 habitant/km² en 1996) et quatre mille foyers. Ainsi, l’habitat y est diffus, c’est-à-dire peu concentré.

3. Des déplacements majoritairement automobiles

Une telle répartition spatiale des activités 70rend quasi indispensable l’utilisation del’automobile, comme le montre le taux de motorisation particulièrement élevé des ménagestrièvois s’élevant à 85%. Ce territoire rural est totalement dépendant de l’automobile, tant pour accéder aux services que pour se rendre sur leurs lieux de travail, malgré une offre detransports en commun 72existante mais hélas inadaptée du point de vue des horaires. Le seulatout des transports en commun réside dans la présence de la ligne T.E.R. Grenoble-Veynes qui, grâce au combat des élus locaux, maintient un niveau de service satisfaisant.

4. Les déplacements domicile-travail

Comme il est souligné précédemment, de plus en plus d’individus travaillant dans l’agglomération grenobloise vivent dans le Trièves. Presque le tiers des actifs trièvois se rendent quotidiennement dans l’agglomération. Ce phénomène n’est pas exclusif à la seule région du Trièves, il touche l’ensemble des territoires ruraux situés à proximité de l’agglomération.

Ces migrations pendulaires s’effectuent dans leur majorité en voiture particulière, avec un taux d’occupation faible (1,2 personne par véhicule), provoquant les phénomènes bien connus de congestion aux heures de pointe sur les axes situés au Sud de l’agglomération.

Les facilités de déplacement automobile sont constatables sur cette région. Elles permettent aux ménages de reconsidérer leurs modes de vie. Tout en gardant un emploi dans l’agglomération, l’automobile leur permet d’installer leur lieu de vie familial dans un cadre de qualité. L’automobile est donc un objet incontournable dans un tel type de région que l’on pourrait situer dans lé périurbain lointain. Néanmoins, avec l’arrivée de l’A51 aux portes du Trièves, le temps de distance avec l’agglomération grenobloise tend à diminuer.

C. La réalisation concertée d’une action innovante de mobilité alternative

1. Enjeux du territoire

Suite à ce diagnostic, l’élaboration d’une action de mobilité alternative devait reprendre les enjeux territoriaux. Il a donc fallu se concentrer sur un type de trajet et ce sont finalement les liaisons domicile-travail avec l’agglomération grenobloise, zone d’emploi attirant de plus en plus de salariés travaillant dans le Trièves, qui ont été retenues.

Les principaux leimotiv à la réalisation du projet étaient d’ordre économiques. Eneffet, d’après le Bulletin Officiel des Impôts, un aller-retour régulier entre le Trièves et l’agglomération grenobloise coûte à trente quatre euros. De plus, au niveau national, le second poste de dépenses du budget des ménages français (derrière le logement) est consacré aux transports, soit une somme annuelle de 5 140€ (15% de la part totale du budget annuel des ménages). En outre, dans un contexte d’individualisation des mœurs, le covoiturage apparaît comme un vecteur de nouvelles solidarités et pourrait renforcer la cohésion sociale au sein de ce territoire et éviter ainsi la dilution identitaire.

L’enjeu de développer le covoiturage pendulaire sur ce territoire est au cœur des processus de régulation des fonctions urbaines. En effet, avec la croissance de l’agglomération grenobloise, de plus en plus de ménages profitent des nouvelles accessibilités en matière de transports (Autoroute A51) pour venir habiter dans cette région située dans le périurbain. Ayant toujours eu la volonté de préserver son image écologique et ne pas devenir un « espace dortoir », le Trièves a donc cherché à appliquer une action de mobilité alternative telle que le covoiturage pour limiter les externalités négatives de la croissance urbaine : consommation d’espaces, dilution du corps social, exigences qualitatives en termes de services, cohabitation avec le monde rural,… En ce sens, l’Agenda 21 du Trièves est un réel projet politique en milieu rural.

2. Un processus de concertation

L’action est innovante dans la mesure où elle a été effectuée grâce à une concertation active entre divers groupes d’acteurs aux logiques différentes. Le projet englobe ainsi une pluralité de points de vue. L’intérêt d’une démarche de concertation est justifié par la présence d’acteurs aux logiques différentes75, parmi lesquels :

- l’Espace Ressources Emploi Formation, pôle d’insertion lié au Syndicat d’Aménagement du Trièves,

- le pôle Solidarité de la direction territoriale Trièves du Conseil Général de l’Isère,

- un groupe de travail composé d’une dizaine d’habitants,

- les équipes techniques et décisionnelles du Syndicat d’Aménagement du Trièves dont je faisais parti.

Ainsi, chaque acteur participant au processus de concertation amène sa propre vision du sujet. La mobilité alternative peut être vue sous divers aspects : favoriser l’usage des transports en commun, faciliter les échanges entre les habitants ou encore rationaliser les déplacements automobiles. L’équipe porteuse de ce projet ne s’est donc pas basée sur les services existants, comme ce fut proposé par l’un habitant, mais a fait le choix de l’innovation en mettant en place un logiciel inédit en France.

3. Un logiciel intermodal de covoiturage pendulaire

En octobre 2006, les élus du conseil syndical du Trièves ont décidé de développer un site intermodal de covoiturage pendulaire ayant les caractéristiques suivantes :

- Un répertoire des moyens de transports,

- Le covoiturage régulier de proximité : mise en relation, interface cartographique, notion de point d’embarquement local,

- Lien vers l’Autostop organisé,

- Des participants (re)connus

La principale caractéristique du logiciel de covoiturage réside dans sa nouveauté et notamment en terme de mise en relation de covoiturage. Il propose en effet une interface où le temps de parcours du conducteur est calculé à partir de son heure de départ et de son trajet.

Les routes du Trièves étant sinueuses et pas excessivement nombreuses, cette option est intéressante car elle crée la notion de point d’embarquement local. Ainsi, la base de données calcule automatiquement la concordance, à dix minutes près, des trajets proposés par l’ensemble des moyens de transport circulant dans le Trièves, à savoir Train Express Régional, bus du Conseil Général de l’Isère, lignes de bus longues distances, ainsi que la flotte de véhicules individuels ayant enregistré leur trajet régulier dans la base de données.

Ce logiciel reprend a lui seul les fonctionnalités d’une centrale de mobilité, à savoirune offre de renseignements précis sur les lignes de transports en commun (horaires, lignes, réductions tarifaires,…). De plus, il aborde la question du covoiturage comme un véritable moyen de transport en le couplant avec les transports publics. Par conséquent, ce logiciel donne la possibilité d’avoir une main mise sur l’ensemble des informations liés aux modes de transport présents sur le territoire.

Se pose néanmoins le problème de l’accès au logiciel via l’Internet. Un accès téléphonique pose la question du recrutement d’un(e) salarié(e) qui remplirait le rôle d’animation du système de covoiturage.

Cette action reflète plusieurs points. Tout d’abord, elle tend à réconcilier les transports en commun avec l’automobile. Cette complémentarité public / privé est certainement, du point de vue de la LOTI, l’avenir de la mobilité alternative. L’automobile est traitée à égalité avec les autres moyens de transport. Mais du point de vue de la législation, peut-on considérer le covoiturage pendulaire comme un nouveau système de transport ?

Baptiste Cambon de Lavalette

Retour page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/ 

La foire bio de Mens 2007

                     Page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/

11 ème FOIRE BIO DE MENS ‘Le Bio dans L’plat’ 

                                  affichefoirebio2007.jpg

samedi 15 et dimanche 16 septembre 2007

Résolument axée sur l’écologie pratique, la 11ème Foire bio de Mens offre un large panel de ce qui se fait de mieux aujourd’hui dans les domaines de la vie quotidienne : produits alimentaires, vêtements, cosmétiques, jardinage, éco-construction…

La foire bio de Mens 2007 dans Ecologie petitepuce

une centaine d’ exposants venant des 4 coins de France et d’ailleurs, invitent à la découverte au fil des ruelles et places du centre historique de Mens. Ambiance inimitable dans un cadre d’exception, le Trièves.

petitepuce dans Trieves evenements

Cette année, le thème de la Foire est Le Bio dans L’plat.
 
 
Des conférences…
Samedi 15 septembre

petitepuce

15h30/17h – Manger bio et changer de menus ?
Par Claude Aubert, ingénieur agronome et le Dr Nicolas Le Berre, auteurs de nombreux ouvrages sur l’alimentation saine

petitepuce

17h/18h30 – Fruits et légumes pour créer vos cosmétiques
Par Sylvie Hampikian, pharmacologue et toxicologue et auteur du livre « 
Créer vos cosmétique Bio « 

petitepuce

17h/18h30 – Le poisson : guide d’achat écologique
Par Claude Aubert, ingénieur agronome et auteur du livre
 » Il est bon mon poisson ! Guide d’achat écologique et recettes  » à paraître en septembre 2007
Dimanche 16 septembre

petitepuce

11h/12h30 – OGM, j’en veux pas ! Guide d’action pour le consommateur
Par Arnaud Apoteker, scientifique et responsable OGM de Greenpeace France

petitepuce

15h30/17h – Soyons moins lait
Avec Nicolas Le Berre, docteur en médecine et auteur du livre « 
Soyons moins lait « 

petitepuce

16h30/18h – Santé et environnement: l’impact de notre assiette
Par Lilian Le Goff, médecin nutritionniste et auteur du livre  »
Manger bio c’est pas du luxe « 

… pour comprendre les enjeux d’une alimentation saine

Des tables rondes…
Samedi 15 septembre

petitepuce

15h30/17h – Pourquoi devenir agriculteur bio aujourd’hui ?
Avec des agriculteurs du Trièves. Animée par Antoine Bosse-Platière, rédacteur de la revue  »
Les 4 saisons du jardin bio « 
Dimanche 16 septembre

petitepuce

14h/15h30 - Le vrai prix de la bio
Avec Lilian Le Goff, médecin nutritionniste et auteur, Jacques Minelli de l’enseigne de magasin bio Satoriz,
Vincent Leras, agriculteur bio dans le Trièves. Animée par Marie Arnould rédactrice en chef des  » 4 saisons du jardin bio « 

… pour mieux consommer Bio !

Des ateliers cuisines…
Samedi 15 septembre

petitepuce

14h30/16h – Cuisiner les légumineuses
Avec Jean Montagard et Lionel Goumy, chefs cuisiniers bio

petitepuce

16h15/17h45 – Cuisiner les légumes oubliés
Avec Brigitte Gros, cuisinière
Dimanche 16 septembre

petitepuce

10h30/12h – Accommoder les fruits
Avec Farida Rémila, cuisinière bio

petitepuce

15h30/17h – Soyons moins lait
Avec Nicolas Le Berre, docteur en médecine et auteur du livre  » Soyons moins lait « 

petitepuce

12h45/13h45 – La cuisine des enfants
Avec Lionel Goumy et Isabelle Frioud, cuisiniers bio

petitepuce

14h/15h30 – Cuisiner les algues
Avec Marika Parisse, cuisinière

petitepuce

16h/17h30 – Pâtes et pâtes à tartes
Avec Sylvain Truffet, cuisinier et glacier bio

… pour goûter, déguster et apprendre des secrets de recettes !

mais aussi…

 

petitepuce

Une exposition mycologique à l’espace culturel

petitepuce

Un espace enfants

petitepuce

Un service restauration

petitepuce

Un espace « Compost » explication et démonstrations
Et encore bien d’autres animations sur le feu !
   


Horaires : samedi de 14h à 19h et dimanche de 10h à 18h

Entrée : 3€/personne – gratuit pour les – de 18 ans

  

La Foire Bio est organisée par
Terre vivante (Tél. 04 76 34 80 80)
et par l’Office de Tourisme du canton de Mens (Tél. 04 76 34 84 25
)

Situation :

 * Mens, 50km au sud de Grenoble, 65km au nord de Gap.

Accès par la RN75 jusqu’à CLELLES ou bien par la RN85 jusqu’à LA MURE, puis la RD526.

En train par la gare de Clelles – Mens

Le site de l’office du tourisme de Mens: http://www.alpes-trieves.com/mens/

 * Centre Ecologique TERRE VIVANTE, à 10 mn de la foire. Ouvert dès 10h et jusqu’à 18h tout le week-end.

Le site de Terre vivante: http://www.terrevivante.org/

Retour page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/

Elections à Mens: résultats

                     Page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/ 

RESULTATS ET COMMENTAIRES LOCAUX
RESULTATS 2er tour
DIMANCHE 6 MAI 2007
Elections à Mens: résultats dans Politique nationale vide
   
  Nombre % Inscrits
Inscrits 1 097 100,00
Abstentions 121 11,03
Votants 976 88,97
  Nombre % Votants
Blancs ou nuls 49 5,02
Exprimés 927 94,98
  Voix % Exprimés
  M.  Nicolas  SARKOZY 460 49,62
  Mme  Ségolène  ROYAL 467 50,38

RAPPEL DES RESULTATS 1er tour
DIMANCHE 22 AVRIL 2007

  Nombre % Inscrits
Inscrits 1 098 100,00
Abstentions 146 13,30
Votants 952 86,70
  Nombre % Votants
Blancs ou Nuls 15 1,58
Exprimés 937 98,42
  Voix % Exprimés
  M.  Olivier  BESANCENOT 31 3,31
  Mme  Marie-George  BUFFET 7 0,75
  M.  Gérard  SCHIVARDI 3 0,32
  M.  François  BAYROU 141 15,05
  M.  José  BOVÉ 30 3,20
  Mme  Dominique  VOYNET 21 2,24
  M.  Philippe  de VILLIERS 28 2,99
  Mme  Ségolène  ROYAL 289 30,84
  M.  Frédéric  NIHOUS 9 0,96
  M.  Jean-Marie  LE PEN 84 8,96
  Mme  Arlette  LAGUILLER 9 0,96
  M.  Nicolas  SARKOZY 285 30,42

 

QUELQUES COMMENTAIRES:

Comme dans le reste du pays, la participation augmente encore entre les 2 tours en passant de 86.70 à 88.97%. Bel exemple de civisme! Le Pen qui pronait l’abstention a perdu son pari.

Le vote blanc fait plus que tripler son score, de 1.58 à 5.02%. Des Bayrouistes déçus?

La victoire échappe de 7 voix à Sarkozy avec 49.62%.

 

Le report des voix: c’est plus compliqué, calculons un peu.

La gauche (Royal, Besancenot, Buffet, Schivardi, Bovet, Voynet, Laguillier) obtenait 41.62% des voix

La droite (sarkozy, Nihous, De villiers, Le Pen) avait 43.33% des votes.

Le centre de Bayrou a eu 15.05% des voix.

Royal en obtenant 50.38% au second tour a augmenté le pourcentage des voix de gauche de 8.76%.

Sarkozy en ayant 49.62% n’augmente les voix de droite que de 6.29%.

On peut donc penser que les électeurs de Bayrou se sont davantage reportés sur Royal, un certain nombre allant  à l’abstention.

Olivier Dodinot, secrétaire départemental de l’UDF Isère pour le Trièves, membre du conseil national de l’UDF. Pour me contacter:       04 76 34 89 07, ododinot@hotmail.com

Retour page d’accueil: dodiblog.unblog.fr/

Apprendre à mieux apprendre

                          Page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/ 

 img2100small.jpg 

J’ai participé avec 9 autres parents à cette journée de formation organisée par la PEEP (fédération des Parents d’élèves de l’Enseignement Public) du Trièves le 30 avril au centre culturel de Mens.  

Interessant mais épuisant. Plus de détails dés que j’aurai récupéré…

img2099small.jpg

Retour page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/

UDF en Trièves

                         Page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/  

Réaction un peu tardive au 1er tour de la présidentielle:

Pour l’UDF, le temps n’est pas à la déception. Avec plus de 18,5% des voix, François BAYROU a inscrit spectaculairement le centre dans la vie politique française, un centre fort, libre et indépendant.Le regret légitime de ne pas être au 2ème tour ne doit pas occulter la grande fierté d’avoir accompli la plus grande progression jamais réalisée par un candidat entre deux élections présidentielles.Dans l’ensemble du Triéves comme dans le reste du pays, l’UDF a presque triplé ses voix en passant de 6.6% à 17.8%. Pour ce qui est de la commune de Mens, on est proche d’un quadruplement de 4.2% à 15%. Un grand merçi aux 1262 électeurs qui se sont portés sur son nom sur les 3 cantons.L’UDF puis le prochain parti social démocrate qui va lui succéder seront une force avec laquelle il faudra désormais compter tant sur le plan local que national.Pour retrouver les résultats de l’Isère et de chaque commune: Olivier Dodinot

Retour page d’acceuil: dodiblog.unblog.fr/

1...56789



Vivre la République du Progrès |
l'avenir vue par un militan... |
LCR Section Calaisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rassemblement des français
| Les lumières en héritage
| L'Afrique de toutes nos forces