• Accueil
  • > Recherche : trieves marcel calvat

Résultat pour la recherche 'trieves marcel calvat'

De nouveaux signataires pour notre comité de soutien !

L’image contient peut-être : texte qui dit ’Vous aussi, rejoignez le Comité de soutien’

Voter pour la liste  » Preservons Innovons »

Les élections municipales du 15 mars seront déterminantes pour l’avenir de Mens. Il faudra dire clairement si les Mensoises et Mensois veulent poursuivre l’élan donné par l’équipe municipale précédente, ou s’ils veulent expérimenter un nouveau style de gestion communale aux issues encore incertaines.
Une dynamique est maintenant installée, il faut que ça continue. Il n’y a pas de temps à perdre.
Mens doit conforter son rôle de Bourg-centre du Trièves, nécessaire pour nous autant que pour beaucoup de communes voisines. C’est la condition pour garder les services scolaires, médicaux, commerciaux et administratifs indispensables pour la vie quotidienne de tous.
Il faut une équipe soudée, efficace, conduite par un chef de file qui ne sera pas tenté de se servir de Mens comme marche pied pour commencer une carrière politique :

Jean Louis GOUTEL, dont nous connaissons, nous, signataires de ce courrier, les compétences, le dévouement et le sens de l’écoute, qui a pleinement conscience de la réalité du terrain local, par son métier et par son expérience d’élu. Il saura agir pour Mens et pour cela « être au niveau » face à la complexité croissante des affaires publiques et des dossiers.
7 élus sortants, parfaitement rodés à la vie municipale et communautaire ayant démontré leur compétence, et leur efficacité, garants de l’aboutissement des dossiers en cours.
A leurs côtés, les 9 nouveaux candidats apporteront un renouveau d’idées, plus de jeunesse, plus d’esprit d’innovation et des compétences confirmées par des vies professionnelles qui les ont formés à trouver des réponses aux questions qui touchent quotidiennement les Mensoises et les Mensois.
Au lendemain de l’élection, l’équipe de la liste «Préservons, Innovons » sera opérationelle.
On sait que les Intentions généreuses et les déclarations enthousiastes ne suffisent pas. C’est en concevant des actions à but clairement défini, démocratiquement élaborées et techniquement étudiées au service de la population que le mouvement amorcé continuera.
Nous avons besoin de cette force, et de cette ambition pour Mens.
Voilà pourquoi nous sommes déterminés à soutenir « Préservons, Innovons », l’équipe qu’il faut absolument pour Mens.

Nos soutiens :
Clément Alarcon, Gilbert Baup, Olivier Bonniot, Claude Bronner, Patrick Butté, Marcel Calvat, Françoise et Alain Chabert, Véronique et Raymond Chevalier, Bernard Coquet, Gérard Dangles, Claire Debuisson et Thomas Chabert, François de Valence, Marielle Dubourdeaux, Geneviève Folmer, François Fourment, Mireille Garat, Rose Mary et Jean Pierre Giovanetti, Thomas Goujon, Eliane et Maurice Joubert, Joëlle Joubert, Vanessa et Baptiste Lefebvre, Michèle Lortsch et Philippe, Marie Lise Faure-Mattéi, André Mattéi, Sophie Mendelsohn, Philippe Moncada, Alexandre Pertille, Constant Plançon, Arlette Poite, Mireille et Jean Jacques Rameau, Dominique Repellin, Sandrine Roullet, Nicole Servizet, Michèle et Philippe Sesboue., Danièle et Vincent Thuret.

Les maires et conseillers de la Communauté De Communes (CDC) qui nous soutiennent :
Jérôme Fauconnier : maire d’Avignonet, président de la CDC
Guy Percevault : maire de Saint Maurice en Trièves, 3ème vice-président aux vies scolaire et associative de la CDC
Marie Joseph VILLARD, Conseillère municipale de Monestier de Clermont, 9ème vice-présidente au Centre Intercommunal d’Action Sociale
Marie Claire Terrier, maire de Clelles, déléguée communautaire de la CDC
Solange Saulnier, maire de Saint Andeol, déléguée communautaire de la CDC
Jean Louis Garat : conseiller municipal sortant et tête de liste à Saint Jean d’Hérans

Voter pour la liste  » Preservons Innovons » !

comite-de-soutien-1

Les élections municipales du 15 mars seront déterminantes pour l’avenir de Mens. Il faudra dire clairement si les Mensoises et Mensois veulent poursuivre l’élan donné par l’équipe municipale précédente, ou s’ils veulent expérimenter un nouveau style de gestion communale aux issues encore incertaines.

Une dynamique est maintenant installée, il faut que ça continue. Il n’y a pas de temps à perdre.

Mens doit conforter son rôle de Bourg-centre du Trièves, nécessaire pour nous autant que pour beaucoup de communes voisines. C’est la condition pour garder les services scolaires, médicaux, commerciaux et administratifs indispensables pour la vie quotidienne de tous.

Il faut une équipe soudée, efficace, conduite par un chef de file qui ne sera pas tenté de se servir de Mens comme marche pied pour commencer une carrière politique :


Jean Louis GOUTEL, dont nous connaissons, nous, signataires de ce courrier, les compétences, le dévouement et le sens de l’écoute, qui a pleinement conscience de la réalité du terrain local, par son métier et par son expérience d’élu. Il saura agir pour Mens et pour cela « être au niveau » face à la complexité croissante des affaires publiques et des dossiers.

7 élus sortants, parfaitement rodés à la vie municipale et communautaire ayant démontré leur compétence, et leur efficacité, garants de l’aboutissement des dossiers en cours.

A leurs côtés, les 9 nouveaux candidats apporteront un renouveau d’idées, plus de jeunesse, plus d’esprit d’innovation et des compétences confirmées par des vies professionnelles qui les ont formés à trouver des réponses aux questions qui touchent quotidiennement les Mensoises et les Mensois.

Au lendemain de l’élection, l’équipe de la liste «Préservons, Innovons » sera opérationelle.

On sait que les Intentions généreuses et les déclarations enthousiastes ne suffisent pas. C’est en concevant des actions à but clairement défini, démocratiquement élaborées et techniquement étudiées au service de la population que le mouvement amorcé continuera.

Nous avons besoin de cette force, et de cette ambition pour Mens.

Voilà pourquoi nous sommes déterminés à soutenir « Préservons, Innovons », l’équipe qu’il faut absolument pour Mens.

Clément Alarcon, Gilbert Baud, Olivier Bonniot, Gerard Dangles, Marcel Calvat, Bernard Coquet, François Fourment, Rose Mary Giovanetti, Joëlle Joubert, Sophie Mendelsohn, Dominique Repellin, Philippe et Michéle Lortsch, Marie Lise Faure-Mattéi, André Mattéi, les conseillers communautaires Guy Percevault (écoles), Marie –Jo Villard (Social), Solange Saunier.

 

NB : Vous pouvez rajouter votre nom à la liste des signataires par un message sur notre page Facebook ou en nous écrivant à mens.preservons.innovons@gmail.com

 

 

SUR LES PAS DES HUGUENOTS

Du 30 septembre au 2 octobre 2016

De Mens à Laffrey

Vendredi 30 septembre.

Hebergeur d'image

  • Accueil des participants ;
  • Visite de Mens, histoire du village et découverte de l’architecture et des rues ;
  • Visite du musée et de l’exposition « Le fait religieux en Trièves » ;
  • Apéritif offert par la municipalité avec musique à l’orgue de barbarie par Marcel Calvat ;
  • Repas au centre culturel.

Samedi 1er octobre.

Hebergeur d'image

  • Départ à 9 heures de Mens.
  • Remontée par la rue du Temple, la place de la halle et la rue du Bourg, la Croix, Pierre longue, Doya, Château vieux, Bongarrat, Saint-Jean d’Hérans. Pluie constante de 9 heures à midi heure d’arrivée à Saint-Jean d’Hérans.
  • Saint Jean d’Hérans : accueil à la salle des fêtes par la municipalité qui offre l’apéritif, le café et la possibilité de pique-niquer au sec et d’écouter les exposés de Michel Court sur l’association « Sur les pas de Huguenots » et de Jean-Pierre Feuvrier sur l’histoire de la création des chemins de Grande randonnée.
  • A 13 heures reprise de la marche sous un pâle soleil.
  • Arrêt au cimetière de Saint-Jean qui possède encore un cimetière coupé en deux, un côté catholique, un côté protestant, plus un cimetière plus récent, (réservé aux mécréants ?).
  • Descente vers les Rives et passage du pont de Cognet.
  • Remontée vers Cognet et reprise de la pluie.
  • Arrivée à La Mure vers 17 heures, tous trempés jusqu’aux os. 18 km et 750 mètres de dénivelé positif.
  • A 18 heures superbe apéritif à la mairie, offert par la municipalité de La Mure. Exposé de la Confrérie du Murçon sur la fabrication de cette spécialité muroise.
  • A 20 heures repas à l’hôtel Murtel et prestation durant le repas de Dansons en Trièves avec une quinzaine de danseurs : Rigodons, bourrée, valses, etc..

Dimanche 2 octobre.

Hebergeur d'image

  • Départ à 9 heures de la mairie.
  • Arrêt aux « Trois croix » où le responsable de l’office de tourisme nous compte les exploits des huguenots murois contre les troupes royales.
  • Tors, puis Villard Saint-Christophe où nous déjeunons.
  • A 15 heures arrêt à Cholonge où le maire, Georges Ruelle nous accueille avec sa faconde légendaire.
  • Nous repartons pour Laffrey où nous sommes accueillis par Dominique Viallet, 1er adjoint de la commune. Nous avons parcouru 16 km et 450 mètres de dénivelé positif. Dominique Viallet nous conte quelques moments forts de la vie de Napoléon. C’est sur ce moment très sympathique que se termine notre randonnée. Nous nous quittons et repartons chacun vers nos contrées respectives : Trièves bien sûr, mais aussi Matheysine, Savoie, Drôme, Suisse, etc…

Un grand merci :

  • à tous les participants, environ 80 sur les 3 journées, qui ont subi sans fléchir et dans la bonne humeur les intempéries calamiteuses ;
  • Aux 5 municipalités qui nous ont reçus de fort belle manière : Mens, Saint Jean d’Hérans, La Mure, Cholonge et Laffrey ;
  • A nos accompagnateurs Maryse, Régine et Elie qui nous ont mené sans encombre de Mens à Laffrey ;
  • A Hervé Labadie qui a assuré le transport des troupes ;
  • A Michel et Jean-Luc qui ont assuré chacun leur tour le rôle de voiture balai ;
  • A Michel qui a assuré le transport des bagages ;
  • Et aux organisateurs : Rosemary, Marie-Christine, Bernadette, Michel et Gérard, qui ont permis la réalisation de ces 3 jours dont les participants les ont chaleureusement remercié. Ils se promettent de remettre ça.

Nous nous sommes promis de nous retrouver l’année prochaine pour un projet encore plus ambitieux : la traversée de l’Isère du Percy en Trièves à Barraux.

Plus : http://www.dejantes-du-trieves.fr/souvenirs.html

Réunion covoiturage à Mens

Hebergeur d'image
Jeudi 21 avril à l’initiative de la commission Vie quotidienne de la mairie de Mens, s’est tenu une réunion réunissant environ 25 personnes, concernant le covoiturage et l’utilisation du nouveau parking dédié place du Vercors. Le hasard faisant bien les choses, le panneau covoiturage a été posé quelques heures auparavant, il reste à terminer le marquage au sol des 2 places.
Après une introduction de Marcel Calvat premier adjoint, Florin Malafosse, de la CDC du Trièves, a présenté un passionnant diagnostic des déplacements sur le territoire.
Puis Raphael Szmalc, stagiaire du département de l’Isère, chargé d’une étude sur les transports, a expliqué avoir observé au moins 8 personnes pratiquant le covoiturage depuis la place du Vercors entre 7h30 et 9h du matin. Or l’expérience montre que l’officialisation d’une pratique informelle en multiplie les pratiquants.
Hebergeur d'image
On a défini les règles d’utilisation du parking : nécessité de retirer un autocollant spécifique en mairie, en donnant ses coordonnées. Le policier municipal sera chargé du contrôle des lieux.

Les différentes possibilités de « rencontres covoitureuses » :

- Attente au parking. Réservé aux personnes n’ayant pas d’impératif horaire. Surtout le matin ou pour les soirées type cinéma à Clelles.

- Le bouche à oreille par réseau : La secrétaire de mairie de Mens peut aider, dans les limites de sa disponibilité.

- Le réseau de correspondant par SMS « Mon Trièves » qui regroupe déjà 130 personnes  Il n’est pas spécifique au covoiturage et est réservé aux services gratuits. Cependant une mise en relation débouchant sur un covoiturage régulier pourrait amener un dédommagement du conducteur. Renseignement auprès de Fouad Lhocine au 07 81 82 73 84.

- Les sites internet.

Yvan Martinod, du conseil départemental de l’Isère a présenté en détail  Ecovoiturage, le site de covoiturage du département de l’Isère (http://www.ecovoiturage.itinisere.fr/), plus spécifiquement dédié au aller-retour domicile travail et dont l’utilisation est gratuite.
On a aussi évoqué le célèbre Blablacar (https://www.covoiturage.fr/), qui prélève une commission sur les trajets de plus de 75 kilomètres. En dessous de cette limite, le service est gratuit mais ne permet pas de réserver un trajet, le paiement se faisant en direct au conducteur.
Pour l’un et l’autre site, il est conseillé de noter le numéro de téléphone de son covoitureur pour éviter les  »loupés » au lieu de rendez vous.
Olivier Dodinot se propose d’aider à l’inscription les personnes allergiques à l’informatique.

- En réflexion :  un tableau effaçable ou classeur avec formulaire en mairie ou sur le parking.

- A noter : on peut cumuler covoiturage et transport en commun. Exemple : descente de Mens à Grenoble en covoiturage. Remontée par  le bus 4500 du lundi au samedi, départ de la gare routière à 17h40, arrivée place du Vercors à Mens à 19h15.

http://www.autocars-grindler.com/telechargement/Ligne4500.pdf

QUESTIONS DIVERSES :

Courtoisie : Véhicule propre, être à l’heure, éviter le ransport de bétail (3 personnes en doudoune sur la banquette arrière…)

Assurance : les passagers covoitureurs sont couvert par assurance  du conducteur si la rémunération demandée se limite au partage de frais et n’entraine pas de bénéfice.Avec blablacar, le trajet Mens – Grenoble est proposé par défaut à 3 euros (tarif vert), le conducteur peut demander jusqu’à 4 euros (on passe au tarif orange), mais le système bloque au dessus. A l’inverse, on peut baisser le tarif jusqu’à un minimum de 1 euros. Blablacar suggère également de signaler la pratique du covoiturage à son assureur.

 Prêt de volant au covoitureur : à voir impérativement avec son assureur :

Mineur et covoiturage :

« Mon Trièves » accepte qu’un mineur communique son numéro de portable au réseau, dans la mesure ou ses parents sont d’accord.

Un mineur ne peut avoir son propre compte sur un site de covoiturage. Mais ses parents peuvent faire une demande de covoiturage  à travers leur propre compte parent. Blablacar propose une décharge à signer par les parents :

Fiscalité : les revenus venant du covoiturage, s’apparentant à un partage de frais, ne sont en principe pas imposable.

https://www.covoiturage.fr/faq

ECONOMIE, ECOLOGIE, SECURITE…

Economie : le barème  kilométrique indique un cout de revient de 33 cts pour une simple 4 CV.  Donc un aller retour de 100 km sur Grenoble revient à 33 euros, soit 165 euros par semaine de 5 jours, 700 euros par mois, 7500 euros par an ! En covoiturant à 2, on économise donc 350 euros par mois chacun, en allant par 3 on monte à 230 euros d’économie.

Source : http://www.service-public.fr/actualites/007570.html

Ecologie : avec une voiture extrêmement sobre à 80 gr de CO2 par km, on émet 8 kg sur un aller retour à Grenoble, 40 kg par semaine, 1.8 tonnes par an. En covoiturant à 2 on économise donc 900 kg chacun, 1.2 tonnes en allant à 3.

Source : http://carlabelling.ademe.fr/,

Le covoiturage, en limitant le nombre de voitures, contribue également à la fluidification du trafic. La pratique des Trièvois dans ce domaine risque cependant d’avoir des effets limités sur le carrefour du Rondeau, qui compte presque 200 000 véhicules/jour

Source : http://www.citylocalnews.com/actualite/2012/06/14/des-croisements-multiples

Sécurité : plusieurs études le démontrent : on conduit de manière plus apaisée avec un passager que seul au volant.

Solidarité : Le covoiturage, c’est aussi la possibilité d’échange, de rencontres qui ne se font pas nécessairement dans un autre contexte.

 CONCLUSION :

L’idée de la réunion était de contribuer à créer la masse critique pour favoriser les  »rencontres covoitureuses » aux mêmes horaires. On sait qu’il y a 1700 navetteurs quotidiens entre le Trièves et Grenoble !

On peut espérer dans le futur voir une multiplication de petits parkings dédiés au covoiturage dans le Trièves.

Hebergeur d'image

 

Coquet première : l’intégrale !

C’est fini. On peut lire jusqu’au bout…

hebergeur d'image

 

Salle Chatel pleine avec des chaises jusque dans l’entrée pour la première réunion de la liste Coquet. Environ 80 personnes dont pas mal d’opposants notoires, y compris quelques membres de la liste d’en face (Hugueny, Zanders).

Deux parties très contrastées : la présentation de la liste, la discussion sur le programme.

PRESENTATION DE LA LISTE : durée 1h20

Bernard Coquet décrit sa liste comme étant sans étiquette, il dit ne pas connaitre la couleur politique de ses colistiers. Tous déclarés comme divers au nuançage de la préfecture.

Il commence par excuser Lauriane Josserand, 26 ans, la benjamine de l’équipe, en CDD à Saint Etienne en Dévoluy. A la recherche d’un emploi stable, une petite jeune qui veut travailler ! Elle arrivera finalement en toute fin de réunion.

Les candidats se présentent en partant du fond de la liste.

Joël Gérin : né à Mens, carrière chez HP, conseiller municipal de 2001 à 2008 avec Philippe Gazin. A travaillé à la vie quotidienne, sur l’accessibilité (il se déplace en fauteuil roulant), sur la zone bleue. Président de l’association cueille la vie ,qui fait de l’animation à la maison de retraite, depuis 6 ans.

Propose de refaire le chemin pour handicapés de Châtel dont le revêtement ne permet pas de circuler en chaise roulante. Aussi un état des lieux à Mens et dans le Trièves de l’accessibilité pour handicapés, personnes agées, poussettes.

Evelyne Garnier : 72 ans, arrière grand mère, né à Oran en Algérie d’un père militaire, revenue en 1951.

Secrétaire de direction puis gérante de discothéque. A Mens depuis 1988, mariée à un vieux Mensois qui fut conseiller de 2001 à 2008.

Intéressée par l’aspect du village, les petites rues, les entrées de la commune, le fleurissement…

Jean Louis Goutel : Dans le Trièves depuis 2000, 3 filles.

Directeur adjoint de la chambre d’agriculture.

4ème adjoint à l’économie dans la municipalité sortante, en charge de l’écotourisme et du tourisme adapté.

2 ans président de l’office du tourisme, s’est occupé de la foire du 1er mai et de la foire bio devenue foire du Trièves.

Daniel Dussert : né à MENS, 67 ans, 4 enfants, agriculteur bovin, céréales.

Souhaite soutenir l’agriculture et le tourisme à travers la conservation des paysages. Et s’occuper des routes et chemins communaux.

Aurore Chauvin : 27 ans, originaire de Champagne Ardennes, étude à Lyon, à Mens depuis Aout 2010, secrétaire comptable.

Souhaite s’occuper des nouvelles solutions de transport, navettes Clelles-Mens, le covoiturage.

Bernard Chevalier : né à Mens, 59 ans, travaille à France télécom, à la retraite en mai.

Conseiller municipal de 2001 à 2008, à lancé le trait d’union Mensois et le 1er site internet de la mairie. A travaillé à la commission vie associative.

Carole Sauze : Famille de Mens, enfance à Mens, pompier volontaire, infirmière à la Mure.

Veut représenter la jeunesse Mensoise, conserver les services publics et médicaux.

Jean Paul Chabert : né à Mens, étude à Grenoble. Travail au crédit agricole de Mens de 1975 à la retraite en 2011;

A constaté les pertes d’emplois dans l’agriculture, le batiment, l’artisanat. Une certaine compensation pour les EHPAD, SIAD, ADMR et secteur associatif.

Est trésorier de l’association Trièves tourisme. Intéressé au développement économique.

Rosemary GIOVANETTI : d’origine Batave, 63 ans.

A créé une entreprise qu’elle a vendu, aussi gérante d’hôtel 4 ans. 20 ans à Grenoble.

En retraite à Menglas depuis 18 mois.

Intéressée par l’avenir des jeunes, par leur travail. Et par le développement du tourisme.

Gérard Dangles : 67 ans

A Grenoble depuis 1982 dans le secteur informatique;

Mens depuis 2005, conseiller municipal en 2008

DGS informel pendant 3 ans, s’est occupé de l’informatique municipale, du journal le TUM, des associations, a pris beaucoup de plaisir.

La voix s’élève : on a une confrontation entre 2 visions respectables mais différentes. On a une chance extraordinaire avec Coquet. Stop au ronron.

Applaudissement dans la salle, presque une bronca !

Véronique Menvielle :

D’origine Lyonnaise, 4 générations d’enseignants. Institutrice depuis 23 ans atteinte de pédagogite aigu. Aime la rigueur, le travail bien fait.

A Mens depuis 2005, conjoint Mensois.

Souhaite s’occuper de la jeunesse et des sports, créer deux conseils municipaux pour les jeunes de 8-12 et 13-17 ans pour un apprentissage de la citoyenneté et de la démocratie. Aussi un jumelage Européen pour des échanges culturels et linguistiques.

Tiens ? http://dodiblog.unblog.fr/2014/02/14/jumelage-echange-linguistique/

Marcel Calvat : né le 27-4-1943 (à quelle heure ?).

Famille modeste, progression professionnelle instit, prof d’EPS, principal adjoint puis principal d’établissement scolaire.

Fonction à la Fédération Française de ski au niveau régional, national et international.

Pour le développement du tourisme et de l’industrie. Pas de rêve et d’utopie, du réalisme et du pragmatisme.

1er adjoint de la municipalité sortante, président de la CDC de Mens pendant 4 ans.

Anne Marie Barbe : 62 ans, à Mens depuis 37 ans.

Travail administratif à la fac de Grenoble pendant 43 ans.

Motivée et disponible, souhaite s’occuper des personnes âgées.

Bernard Coquet : la tête de liste, on entre dans une autre dimension…

A commencé comme géomêtre, reprend quelques études, quelques petits postes dans des cabinets ministériels et préfet dans quelques départements…

Rugbyman , il se blesse, soigné aux Alouettes à Mens où il rencontre la future Madame Coquet, issue d’une vieille famille Mensoise, il y a 50 ans.

A bien connu Pierre Rolland, maire de Mens 1977-1983 et  Philippe Richard, maire de 1989 à 2001 auquel il a succédé à la présidence du fond documentaire Trièvois.

La liste équilibre et renouveau :

L’équilibre : besoin de mesure, éviter les conflits stériles, l’aveuglement militant.

Liste équilibrée par l’origine des candidats : 9 Mensois de souche, 6 néo Mensois depuis 18 mois à 50 ans.

7 en activité, 8 retraités, 1 agriculteur. Echelonnement des âges de 26 à 74 ans;

Pas de militants politiques déguisés !

Le renouveau : il faut faire des projections à moyen terme, le long terme est imprévisible.

Mens a une économie résidentielle, en boucle, fragile.

Les structures administratives vont changer considérablement dans les 3 ans à venir. Le futur canton s’étendera du Trièves au Valbonnais.

Mens est maintenant intégré dans le SCOT, approuvé il y a 18 mois, qui donne une vocation agricole et touristique au Trièves. Son sort est lié avec Grenoble.

L’accent devient Gaullien, un peu de tremblement dans la voix : Mens est à redresser, il faut se remettre debout, demain il sera Trottoir (au lieu de trop tard…).

Vous aurez plus de chance avec nous ! On attend presque un « Mensois, je vous ai compris », les bras en croix, qui ne vient malheureusement pas…

Applaudissements nourris de la salle.

Du grand art, de l’Enarque, la haute administration Française qui sait faire un magnifique discours sans aucune note !

Le ton se calme. Ses 2 parents sont DCD à 88 ans, il devrait donc avoir encore quelques années devant lui.

Il n’a aucun intérêt pécunier ni professionnel dans cette affaire, ce qu’on peut lui accorder.

Répond aux critiques sur sa « résidence alternée » à Mens : il sera présent autant qu’il le faudra (sans préciser combien de temps dans l’année). Le rôle d’un maire n’est pas nécessairement de s’occuper des poubelles qui débordent où des coqs qui chantent trop tôt. Il faut savoir déléguer. Il est de consulter, prendre des décisions, assumer une responsabilité juridique.

DISCUSSION SUR LE PROGRAMME :  durée 1h10

Là aussi, je met mes réflexions en italique.

Bon, vous avez notre programme en main (une feuille recto-verso), allez y posez nous des questions !

Là, ça tombe un peu à plat. Je m’attendais à une présentation du programme par thème puis à des questions en fonction. Quelque chose d’un peu structuré.

Du coup, ça part dans toutes les directions. Emmanuel se lance avec une déclamation sur la fin dans le monde et la responsabilité planétaire des Mensois. Un autre : « Vous dites faire venir du monde à Mens OK. Mais pas des écolos qui branlent rien ! »

Goutel : On peut attirer dans le secteur de l’agriculture, de l’écologie, des personnes agées. il faut créer les conditions d’accueil.

Dangles : attirer les technologies nouvelles, créer un espace pour le télétravail.

Claude Brand à Marcel Calvat : pouvez vous nous parler de votre bilan ?

Manifestement il a prévu la question le Marcel. Y sort une feuille et lit :

 - A la CDC de Mens :

Réalisation de la chaufferie bois, subventionnée à 80%,  économe en CO2, qui permet de chauffer l’EHPAD, les écoles, le centre social, le collège, la piscine et le camping.

Etude de faisabilité sur un plan d’eau biotype comme à Valbonnais. Mais il faut un espace approprié et beaucoup d’eau. Encore une étude qu’on aimerait pouvoir consulter sur internet, après tout elle a été payé avec nos impôts…

La fusion des CDC : il a pris beaucoup de temps pour y réfléchir et se décider. Temps qui n’a peut être pas été perdu. Il rappelle que le conseil de Mens avait voté contre sous Gazin. La fusion a finalement été votée à l’unanimité, avant qu’elle soit rendue obligatoire par le préfet. Cela a aussi permis de mener à bien la répartition des compétences et l’étude financière.

Il a participé au comité de pilotage d’Energie et territoire. Devant la prochaine mise en concurrence de la concession des barrages, EDF est devenue soudain très généreuse en donnant 240 000 euros par an pour les six CDC des bords du Drac. Le Trièves étant peu présent ne touche malheureusement qu’une faible part du pactole.

Travail au CDRA (Comité de Développement Rhône Alpes) dans le secteur tourisme.

Sur le dossier de l’ARB (Association de Réhabilitation de l’Herboristerie) qui compte s’installer prochainement à Beaumet.

 - Au niveau de la commune :

A travaillé au niveau du centre de gestion départemental qui gère le personnel municipal.

Mise en place du DGS (Directeur Général des Services).

Commission Vie Quotidienne, sur l’évenementiel, gestion et réhabilitation de la piscine, accessibilité pour les handicapés.

Augmentation du foncier de la commune en achetant 6500 m2 supplémentaires aux terres du Ruisseau.

Question d’Hervé Hugueny :

L’écologie créé de l’emploi, exemple de la SCOP (Société COopérative et Participative)  Terre vivante et de Trièves compostage qui est passé de 1 à 7 salariès.

Réponse Bernard Coquet : oui l’écologie créé de l’emploi, l’édition est à la peine, la structure SCOP peut provoquer des tiraillements, la commune pourra aider mais à peu de marge de manœuvre financière.

Petite digression :  la situation financière de Mens : elle est saine, taux d’investissement le plus faible et taux d’épargne le plus fort de l’Isère.

Il faut fixer des priorités, ne pas passer des mois à discuter, les discussions doivent être suivies de décisions.

Question de Nathalie Behiels : Quelles seront vos priorités ?

Réponse un peu dans tous les sens.

Faut il relancer la déviation où bricoler le stationnement dans Mens ?

Aide à la formation : le niveau à Mens est souvent CAP-BEP, les plus diplômés partent.

Le haut débit, le travail de réseau.

Question Dodiblog : les transports, Internet

Réponse d’Aurore Chauvin : c’est de la compétence du conseil général, il faut coordonner bus et train, des actions pour la foire du 1er mai…

Là, il faut encore travailler les dossiers !

Reprise par Marcel Calvat : il y a l’exemple du taxi à la demande comme sur le canton de Clelles, créé au moment de la fermeture des gares secondaires sur la ligne Grenoble-Veynes avec l’aide de la région. Mens l’a refusé, sans doute par peur de voir disparaitre le car. Ca sera difficile de récupérer cette opportunité.

Bernard Chevalier : la fibre va bientôt arriver à la Mure, pour Mens il faut se renseigner…

Bien flou, j’aurais aimé des idées sur la politique des sites, les liens entre eux.

Départ de Bernard Coquet : il faut rassembler les initiatives locales, créé un effet réseau. Le maire doit vendre sa commune.

L’effet réseau sur internet ?

Question d’Arnaud Behiels : le logement ?

Réponse Coquet : le SCOT permet la création de 5.5 logements par an.

Il y a 70% de propriétaires.

La demande à Mens est à 75% pour des T1-T2 et à 65 à 70% de célibataires, séparés, isolés, petit revenu.

Il faut un équilibre entre nouveaux logements et réhabilitation. Il faut réhabiliter le centre historique sinon risque de désertification, prolétarisation. Ne pas hésiter à y supprimer des bâtiments en ruines, des dents creuses pour faire des puits de lumière.

On évoque une opération programmée d’amélioration de l’habitat permettant aux propriétaires d’obtenir des subventions.

Calvat : il faut arriver à décider les propriétaires, les biens sont souvent en indivision.

Claude Brand : ne pourrait on pas faire payer les taxes aux propriétaires de maisons vides pour les décider à vendre.

Florian Bordenave : le travail en commission est important, le TUM ne retranscrit plus les comptes rendus des conseils municipaux

Réponse : oui, il y aura des commissions, les comptes rendus sont affichés en mairie.

Il ne serait pas idiot qu’ils le soient également sur le site internet.

CONCLUSION :

Seconde partie décevante, décousue, sans aucune structure. De belles envolées lyriques qui cachent mal un flou artistique.

Mis à part la présentation de l’équipe et celle des activités multiples de Marcel Calvat, on a fait que survoler les thèmes, entrevoir des pistes.

On espère vivement une nette reprise en main pour la prochaine réunion. Il faut une présentation du programme par l’équipe suivi de questions. Deux heures et demi sur le thème : « Allez y, posez nous des questions » serait un gag. En bon centriste, je pense également que si l’équipe Mauberret en fait trop et épuise le public avec ses 5 réunions, celle de Coquet sera un peu juste avec seulement 2.

Pour le moment, La tentation de la pêche à la ligne reste très forte.

Entre une équipe qui joue à cache cache avec sa couleur politique et une autre qui joue à cache cache avec son programme, il ne faudra pas s’étonner si l’électeur joue à cache cache avec l’isoloir…

Votez Marcel !

Chose promise, chose due…

hebergeur d'image

Calvat, le choix des Mensois

Calvat, the Mensois’s choice

Marcel, Für Mens und Trieves

Plus : http://marcelcalvatlemeilleurchoixpourlevillagedemensettoutletrieves.fr

 

 

 

 

Etat généraux de la culture

INVITATION

Les états généraux de la culture en Trièves
Ouverture d’un chantier pour élaborer ensemble la politique    culturelle en Trièves
Samedi 8 juin au Pot au Noir (St Paul lès Monestier)
à partir de 9h
La culture c’est un truc de vieux? la culture c’est pour les riches?    La culture ça coûte cher? La culture ça se recycle? c’est urbain?    c’est comme la confiture…
Habitants, élus, associations, vous êtes invités à participer à    cette journée de rencontres et de réflexions, pour que vos idées et    envies soient présentes, venez apporter votre grain de sel!

9h-12h: Groupes d’interview mutuel et Gros débat!
12h-14h: L’Orchestre Itinérant du      Trièves
Interventions poétiques et décalées avec      Bastien Motspaumés
Orgue de barbarie et chansons avec Marcel      Calvat
Restauration sur place, auberge espagnole
14h-17h: Forum ouvert!
17h: Goûter musical avec Les Zhyppos!
Les enfants aussi auront leur place! Des animateurs seront      présents pour des ateliers, jeux, tout au long de
la journée.

19h30: Concert collectif Navire Argo:    résonance de la faille
avec Olivier Depardon, Nadj, Jull
dans le cadre du programme résonance de la résistance porté par le    Parc Naturel Régional du Vercors

Entrée libre et gratuite

Animé par la SCOP l’ORAGE: http://www.scoplorage.org/,    animatrice de débats créatifs!
Proposé par le service culture et patrimoine de la communauté de    communes du Trièves en partenariat avec la maison du territoire    (CG38) et un collectif d’habitants, élus et associations.
Renseignements: pôle culture et patrimoine de la communauté de    communes Trièves: 04 76 34 87 30 /21 95
d.pelloux@cdctrieves.fr    / n.ortega@cdctrieves.fr

Elections à la CDC du Trièves : l’intégrale

Voiçi donc le compte rendu in extenso de la soirée d’élection pour la présidence et les vice-présidences au sein de la nouvelle CDC du Trièves, mercredi 18 janvier à Saint Martin de Clelles.

La réunion est ouverte par Marcel Calvat, président sortant de l’ex CDC du canton de Mens, en tant que doyen d’âge des trois CDC fusionnantes.

Il se réjouit de cette fusion sur une base volontaire, cela vaut mieux qu’une union suite à un oukaze du préfet.

L’élection est ensuite présidée par Jean Pierre Sarret, doyen d’âge des délégués communautaires assisté de Guillaume Gontard, benjamin de l’assemblée, en tant que secrétaire.

Deux candidats se présentent à la présidence : Samuel Martin, maire de Monestier du Percy, président sortant de la CDC de Clelles et Jean Paul Mauberret, 2ème adjoint à Mens et président sortant du SAT.

Samuel Martin rappelle son expérience en tant que maire et président de CDC. Sa candidature a été encouragé par Marcel Calvat, président de la CDC de Mens, par Frédérique Puissat, présidente de la CDC de Monestier de Clermont et par de nombreux maires. Il souligne que la future CDC du Trièves sera essentiellement une communauté de services type écoles, enfance jeunesse, tourisme, culture, environnement, développement économique etc. Il s’agit d’affermir l’existant et de l’améliorer.

S’il est élu, il fera d’abord un état des lieux des finances et du personnel. Le mandat ne courant que sur 2 ans et demi, on ne pourra qu’esquisser un projet de territoire. Enfin, il souhait constituer autour de lui une équipe homogéne et issue de manière équilibrée du territoire;

Jean Paul Mauberret expose son programme à son tour. Voir içi : Déclaration de candidature

 

On procéde au vote pour la présidence

Samuel Martin est élu par 25 voix contre 16 à Jean Paul Mauberret.

Sans grand risque de se tromper, et malgré le vote à bulletin secret, on peut penser que Samuel a fait quasi le plein des voix sur le canton de Clelles sauf celle du  Percy, sur celui de Monestier (sauf Roissard, Saint Paul les Monestier ?) alors que celui de Mens a voté majoritairement pour Mauberret (quid de Lavars, Saint Jean d’Hérans ?). Un vote assez « ethnique » donc mais c’est la démocratie.

Le nouveau président remercie ceux qui ont voté pour lui. Il rend hommage à Marcel Calvat ainsi qu’aux anciens président du SAT dont Maurice Puissat et ses successeurs.

Il propose la création de 8 postes de vice-présidents, le maximum prévu par la loi à raison de 4 pour le canton de Monestier, 3 pour celui de Mens et 1 pour Clelles qui a déjà la présidence. Et de 3 membres supplémentaires pour le bureau, un pour chaque canton.

Le maire de Saint Baudille propose un nombre moins important afin de limiter le coup des indemnités.

Celui du Percy et celle de Saint Paul les Monestier objecte qu’il faudrait d’abord définir les fonctions avant de fixer le nombre de vice-présidents. Le président rétorque qu’il est de son ressort d’attribuer les fonctions à ceux qui seront élus. Le raisonnement surprend : imagine on un conseil des ministres où on annonce d’abord le nom des ministres et la semaine suivante leur attribution ?

On passe néanmoins au vote sur le nombre de vice-présidents :

par 35 voix contre 6 abstentions, on opte pour 8 postes.

Election du 1er vice président, poste attribué au canton de Monestier :

Samuel Martin propose le nom de Frédérique Puissat, maire de Chateau Bernard, conseillère générale du canton de Monestier et présidente sortante de la CDC. Une femme d’expérience, qualibrée pour le poste. Seul bémol : elle cumule 3 postes ce qui pour moi est « limite » (Pour mémoire la fameuse Lettre ouverte à Marie-Noëlle Battistel, députée de l’Isère)

Pas d’autres candidats, elle est élue par 38 voix et 3 blancs. A ce stade, on voit que les « Mauberristes » jouent en grande majorité le jeu du consensus.

Election du 2ème vice président, poste attribué au canton de Mens :

A ce stade, on aurait pu concevoir que par fair play et pour continuer dans la voie de la réconciliation,  on propose le poste à Jean Paul Mauberret. Mais tournant du match : Samuel Martin propose le nom d’Annette Pellegrin, maire de Mens et conseillère générale du canton. Elle n’était manifestement pas au courant ! Le maire de Roissard Christophe Drure demande une suspension de séance. Au retour, Annette Pellegrin refuse arguant de son manque de disponibilité, ce qui est tout à son honneur. Elle propose la candidature de Jean Paul Mauberret. SM propose alors le nom d’Alain Hermil Boudin, secrétaire sortant de la CDC de Mens qui accepte. Le coup était manifestement préparé à l’avance. Jean Paul Mauberret présente également sa candidature.

Vote : 25 voix pour Hermil boudin, 16 pour Mauberret. On voit donc que les deux blocs se sont immédiatement reconstitué.

Election du 3ème vice président, poste attribué au canton de Clelles

Samuel Martin propose Marie Claire Brizion, maire de Clelles et conseillère générale suppléante du canton de Clelles. Les choses étant lancés, JP Mauberret se présente de nouveau et on retombe sur les scores habituels : Brizion 25, Mauberret 15, 1 blanc.

Election du 4ème vice président, poste attribué au canton de Monestier

Samuel Martin propose Robert Riotton, maire de Saint Martin de la Cluze et conseiller général suppléant du canton de Monestier.

Là dessus, Christophe Drure, intervient  pour dire que la méthode employée consiste à évincer les gens et à ne pas utiliser les compétences et l’expérience. Samuel Martin répond que ce n’est que la démocratie et qu’il ne voit pas en quoi les gens qu’il propose son moins compétent. Mauberret de nouveau candidat.

JP Mauberret se présente : Riotton 24, Mauberret 15, Marie Jo Villard 1, blanc 1

Election du 5ème vice président, poste attribué au canton de Mens

Grand prince mais un peu tard, Samuel Martin annonce qu’il ne présentera pas de candidat. Mauberret candidat et pas mal de dispersion

Mauberret 28, Michel Guiguet 2, Annette Pellegrin, Marie Jo Villard et Fabrice Bon 1, blanc 8

Election du 6ème vice président, poste attribué au canton de Monestier

Samuel Martin propose Marie Jo Villard, maire de Monestier de Clermont. Christophe Drure se présente, histoire de faire 16-25 dit il !

Pas loin… Villard 25, Drure 14, Hermil Boudin 1 !, blanc 1

Election du 7ème vice président, poste attribué au canton de Mens

Samuel Martin propose Eric Bernard, le second plus jeune de l’assemblée, conseiller municipal à Saint Jean d’Hérans. Demande de suspension de séance des Mauberristes qui pensait à Nadine Serpollet, maire de Saint Sébastien pour être vice présidente à l’enfance et à la jeunesse, sa spécialité au sein de la CDC de Mens. Retour, Eric Bernard maintient sa candidature et est le seul candidat.

Bernard : 30, Serpollet : 5, blanc : 6

Eric Bernard aurait annoncé qu’il convoiterait la vice présidence à l’urbanisme, un dossier extrémement technique et spécialité de Jean Paul Mauberret. Wait and see…

Election du 8ème vice président, poste attribué au canton de Monestier

Samuel Martin propose Jérome Fauconnier, maire d’Avignonet.

Fauconnier 28, Drure 2, blanc 11

Conclusion

Une victoire indiscutable et démocratique de Samuel Martin qui a réussi à s’allier avec Frédérique Puissat pour constituer un bloc Clelles – Monestier. Après une victoire, il n’est pas indispensable d’humilier et de cliver. Le bon sens, le fair play aurait constitué à donner quelques gages aux perdants en leur accordant la seconde vice présidence. D’autant que l’élection de la première vice présidente avait montré que la quasi unanimité pouvait être obtenue. Le président nouvellement élu en a décidé autrement en recréant instantanément un clivage d’autant plus génant qu’il donne au canton de Mens le sentiment d’être laissé au bord de la route, le siège de la CDC et le poste de directrice des services ayant été attribué à Monestier. Un bien mauvais démarrage pour ce qui est censé être une fusion. Il est vrai que notre nouveau président de CDC a plaidé pour une équipe homogéne…

Deuxième session le 31 janvier. On y élira entre autres 3 suppléants au bureau de la CDC, à raison d’un pour chaque canton.

Suggestion :

Est il inconcevable de désigner à l’unanimité Nadine Serpollet, maire de Saint Sébastien et spécialiste de l’enfance et de la jeunesse ? Cela donnerait quelques gages au clan Mauberriste, apaiserait les tensions sans rien modifier à l’équilibre politique globale. Chacun peut suggérer ce type d’idée à son propre maire ou délégué communautaire. C’est aussi cela la démocratie !

 

 

Les élections Trièvoise selon le Dauphiné libéré

Les élections Trièvoise selon le Dauphiné libéré dans Non classé radB1DC8

Dans son édition d’aujourd’hui, le Dauphiné publie un article assez percutant sur les élections au sein de la nouvelle CDC du Trièves.

Certes 24 heures après votre dodiblog :Elections à la CDC du Trièves

Et qui n’est qu’un pale résumé de la version complète que je vais vous livrer dans quelques heures, le temps d’agiter les doigts sur le clavier.

Une contre vérité à souligner. Il y est dit que JP Mauberret était le seul à porter une cravate, espérant sans doute être président et s’étant habillé en conséquence. Cela est faux. Tout le monde savait pertinement que les jeux étaient fait, Samuel Martin ayant rallié, avec l’aide de Frédérique Puissat, la grande majorité des votes des cantons de Clelles et Monestier. J’avais d’ailleurs fait un pronostic sur le résultat du vote, pronostic qui s’est révélé parfaitement juste. Il suffisait de voir, en début de réunion,  la mine consternée des délégués de Mens et celles réjouies de Samuel Martin et de Marcel Calvat pour se faire une idée des résultats à venir.

Duel

Duel dans Trièves: politique locale rad9E1D4

Aujourd’hui, le dodiblog ne peut qu’inciter ses lecteurs à se jeter sur l’édition d’hier et d’aujourd’hui de notre bon vieux média papier, notre canard local, j’ai nommé le Dauphiné Libéré.

Hier, tribune sur le mode « Jean Paul m’a tuer ! » de Marcel Calvat, alias « Tonton Marcel », premier adjoint à Mens et président sortant de la CDC de Mens. Il a été fort marri de ne pas avoir été élu conseiller communautaire pour la future CDC du Trièves, ce qui le stoppe net dans ses ambitions de futur vice-président de ladite CDC. Il n’a obtenu que 6 voix sur 14 et parle d’un complot ourdi contre lui par ses collègues de Mens sous la houlette du pernicieux Jean Paul.

Aujourd’hui, réponse du type « Il l’a bien cherché Marcel  » de Jean Paul Mauberret, deuxième adjoint à Mens, président sortant du SAT (Syndicat d’Aménagement du Trièves) et candidat déclaré à la présidence de la future CDC du Trièves. Lui a été élu conseiller communautaire à l’unanimité des 14 votants (donc avec celle de tonton Marcel).

Le même journal nous apprend que Sainte Annette, notre bien aimée maire de Mens, un peu coincée dans cette bataille entre mâles dominants n’a pas souhaité s’exprimer.

12



Vivre la République du Progrès |
l'avenir vue par un militan... |
LCR Section Calaisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rassemblement des français
| Les lumières en héritage
| L'Afrique de toutes nos forces