• Accueil
  • > Recherche : velo autoroute

Résultat pour la recherche 'velo autoroute'

Foire de la transition

Oyez oyez
quellefoire2020
La fabuleuse foire de la transition de Mens, c’est cette semaine du 17 au 20 septembre :
Les transports seront particulièrement à l’honneur au marché des exposants le samedi 19 de 9h à 18h :
- Pierre animera le stand de l’AF3V (association pour le développement des véloroutes). Il présentera le projet de véloroute V64 Grenoble -Marseille qui passera par le Trièves.
Les véloroutes oui, les autoroutes non ! dans Autoroute A51 carte_site_af3v_15fev2013
- Jeremy présentera Movici, le site gratuit de covoiturage local proposé par la région Rhône Alpes.
Les Trièvois pourront s’inscrire dans la communauté Trièves :
movici
- Armand et Olivier tiendrons le stand d’autopartage Citiz Alpes Loire. Nous proposerons des essais gratuits d’une heure de la Zoé électrique Mensoise, avec prise en main de la borne de recharge et de la voiture. Essai de 9h à 10h, 10h15 à 11h15, 11h30 à 12h30, 12h45 à 13h45, 14h à 15h, 15h15 à 16h15 et 16h30 à 17h30. Pour pouvoir conduire la voiture en étant en règle avec l’assurance, il suffit de m’envoyer un scan de votre permis de conduire par mail à ododinot@gmail.com avant jeudi soir, en précisant le créneau horaire souhaité. Premier inscrit, premier servi ! Pour avoir une idée des essais précédents : http://dodiblog.unblog.fr/2020/08/23/apprentissage-electrique-2/
citiz-alpes-loire
Vous trouverez l’ensemble de nos stands côte à côte rue pas de l’aiguille avant le parking du garage Renault.
A samedi !

Evaporation ?

Communiqué de l’ami René de Grenoble :

LA MODIFICATION DU PLAN DE CIRCULATION AU CENTRE VILLE DE GRENOBLE OU L’ART DE FAIRE S’EVAPORER LES VOITURES ???

Un nouveau plan de circulation a été présenté pour Grenoble en septembre dernier. (Cf. Le Dauphiné Libéré : http://www.ledauphine.com/isere-sud/2016/09/16/cela-faisait-de-nombreuses-annees-que-le-plan-de-circulation-du-centre-ville-de-grenoble-n-avait-pas)

Pour le défendre, la Métro a présenté un dossier à la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement) qui peut être consulté sur les adresses :

http://www.auvergne-rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr/2016-isere-a4156.html

et http://www.auvergne-rhonealpes.developpement-durable.gouv.fr/IMG/zip/dossier_partie2-3.zip

L’une des mesures clés de ce nouveau plan est la suppression de la circulation sur le boulevard Agutte Sembat et la grande question que cela pose bien évidemment est l’impact du report de cette circulation sur les autres voies parallèles à ce boulevard, en particulier l’avenue Gambetta (devenue à double sens) et le cours Jean Jaurès. Or le document (en particulier celui correspondant à la seconde référence) s’attache à montrer que l’impact sera faible et pourtant les chiffres annoncés suscitent quelques interrogations…

La figure ci-après montre l’évolution globale voie par voie tous sens de circulation confondus selon l’étude commanditée par la Métro pour la DREAL.

Hebergeur d'image

La suppression de la circulation avenue Agutte Sembat conduit à une réduction de 950 véhicules par heure en période de pointe. D’après cette figure, cette réduction considérable ne se traduit que par un faible impact sur les voies parallèles, + 110 véhicules/h cours Gambetta et + 80 véhicules/h sur l’avenue Jean Jaurès.  

Par quel miracle cet impact est-il aussi faible ? La réponse se trouve sur un autre schéma de la même étude qui décrit, en fonction du sens de circulation, l’évolution cumulée de la circulation sur les trois axes, Agutte Sembat, Gambetta et Jean Jaurès. 

Hebergeur d'image

Toujours selon ce schéma, dans le sens sud-nord, la circulation passe de 1500 à 1290 véhicules/h soit moins 210 véhicules/h et, dans le sens nord-sud, elle est réduite de 550 véhicules (passant de 1930 à 1380 v/h), soit une réduction de l’ordre de 30% alors que la diminution globale du trafic attendue en centre ville par la mesure va de -5 à -15%. D’où viennent ces chiffres hypothèse ? Comment se justifient-ils ?  C’est une question fondamentale car ils conduisent au constat d’une très faible augmentation de la circulation cumulée sur les axes Gambetta et Jean Jaurès. Mais ce n’est pas tout.

Au total, ce sont donc 760 (210 + 550) véhicules/h qui vont disparaitre de la circulation dans le trafic nord-sud dans les deux sens de circulation. Cette diminution très conséquente devrait avoir un impact fort sur l’accès nord de Grenoble, c’est-à-dire à l’arrivée de l’autoroute A48 ou sur la circulation sur les quais. Et bien non, seule une diminution de 90 v/h est constatée sur l’A48 ; partout ailleurs la circulation augmente. Les 760 véhicules se sont littéralement volatilisés.

Ce constat est grave car tous les résultats présentés par la Métro ont servi à démontrer que l’impact de la modification de la circulation au centre de Grenoble serait positif du point de vue de la pollution sonore et de la qualité de l’air. Qu’en serait-il si les résultats intégraient la présence des 760 véhicules/h qui ont été oubliés, sauf si une erreur de raisonnement apparaissait dans cette analyse ???

Lettre ouverte à mes copains Mauberristes

Bonjour à tous

Vous avez été nombreux à me suggérer de faire partie de la liste Mauberret. « Olivier, avec toutes tes idées, tes projets, c’est là que tu dois être ! Il est communiste, tu es centriste, mais ce n’est pas cela qui compte, c’est le programme. »

 C’était effectivement le choix de la facilité. On monte dans le wagon, bien au chaud, les pieds sous la table et en route vers la mairie, voir le conseil communautaire !
J’ai fait un autre choix, beaucoup plus compliqué, celui de tenter de créer une troisième liste. Compliqué voir un peu « suicidaire », diront certains. Il faut :
 - Rassembler 15 personnes.
 - Faire 10% au premier tour pour pouvoir se maintenir au second.
 - Faire 12 à 13 % au second tour pour avoir un élu
 - Pour en avoir deux, il faudrait être la seconde liste, ce qui relève de la politique fiction.
Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple, pourquoi choisir les chemins tortueux quand l’autoroute Mauberrienne s’offre à vous ?
Je respecte la capacité de travail indiscutable de votre leader (maximo). J’ai plus de doutes sur ses méthodes de travail, sur l’efficacité et la rapidité des résultats de celui çi. J’y reviendrai.
J’observe chez certains de vous une véritable admiration pour le grand homme. J’ai entendu parler de « visionnaire ». Or le grand homme, s’il est élu, fera inévitablement des erreurs ! Saurez vous retomber sur terre et lui dire clairement ? D’autant que l’animal peut parfois se montrer rigide…
Vous le savez, sa couleur politique me pose aussi problème, même si elle vient d’un passé familial bien connu et tout à fait respectable. Il souligne qu’il sera marginal dans l’équipe mais s’il est élu, il en sera tout de même le maire ! Bon les petites blagues à propos des chars Russes sur le Breuil de Mens, sont évidemment à prendre au troisième degré !
Je suis allé à la première réunion de votre liste en Octobre. Je l’ai trouvé effroyablement longue, verbeuse, théorique. J’ai décidé de ne pas aller plus loin. Par la suite, les échos que j’ai eu des suivantes m’ont confirmé que j’avais fait le bon choix.
L’un d’entre vous semble conscient du problème, redoute le consensus mou et me demande encore une fois de venir faire le poil à gratter dans votre équipe.
Or un électron libre doit être totalement libre. Si par miracle je suis élu, j’aurai une attitude à priori constructive. J’étudierai vos projets avec bienveillance, je vous ferais part des miens avec insistance. Je pronerai la rapidité, l’efficacité, la modernité. Le fait de développer une économie écologique et pas seulement de quemander des subventions. Je saurai aussi être critique à l’intérieur de l’équipe municipale si elle venait à trop théoriser, à repousser les décisions d’études en études par exemple.
Mais en bon électron libre, ne devant rien à personne, je pourrai en cas de blocage persistant porter nos différents sur la place publique par des moyens que je maitrise parfaitement… Rentré dans le rang, solidaire de votre équipe, je ne pourrai évidemment pas m’offrir un tel luxe sauf à être déclaré traitre à la cause.
Bien amicalement à tous
Olivier Dodinot
Lettre ouverte à mes copains Mauberristes dans 2014 Municipales cleardot

NB : Tout ceci ne constitue pas une réponse aux questions de Perrine. Notre conseil politique a transmis ses interrogations pour analyse à notre bureau d’étude… Réponse lui sera faite en temps voulu. 

Nos chers conseillers du sud Isère…

 

 

hebergeur d'image

J’avais annoncé une suite pour le lendemain de l’article Dédé ne (nous) lache pas !, qui concernerait cette fois les conseillers généraux du sud Isère.

Coup de flemme, 2 jours après ce n’est pas fait et je me fais engueuler par un(e) de ces conseiller(e)s ! C’est pour quand l’article en question ? Y’en a qui sont accros au Dodiblog, c’est flatteur !

Bon, on peut donc lire dans le journal à Dédé : « L’initiative de relancer le projet d’achévement de l’A51 est soutenu par tous les conseillers généraux, de gauche comme de droite« . Là, je me dis : quelle belle unanimité ! De deux choses l’une : soit tous nos conseillers sont effectivement convaincus de la nécessité de ce chantier, ce qui est fort possible et je suis convaincu que la majorité le sont. Soit certains sont « aidés » dans leur prise de décision : une vote favorable pourrait « faciliter » les travaux du collège, de la piscine etc. Mauvaise langue ? Pas sur…

Si on se concentre sur nos trois conseillers du Trièves, deux de droite (Clelles et Monestier), une de gauche (Mens), on constate que les deux premiers ont une position claire. Ils sont pour l’autoroute, ils l’ont affirmé, répété et confirmé. On est pas d’accord mais ça a au moins l’avantage d’être net !

C’est nettement moins clair pour notre conseillère de Mens, sainte Annette. Dans cet échange de mail déjà pas très limpide : A51 : la position d’Annette Pellegrin, il semblait que la dame penchait plutôt pour une réfection des routes et notamment de la 1075. Ce qui ne l’empêche pas de signer aujourd’hui avec tous ses collègues : «  L’achèvement de ce tronçon autoroutier est vital pour le sud-Isère, et pour les Hautes Alpes car l’enclavement de nos territoires est un obstacle insurmontable pour le développement économique et notamment le tourisme etc « . Bon, seuls les imbéciles ne changent pas d’avis…

Dédé ne (nous) lache pas !

 

hebergeur d'image

Du bon et du beaucoup moins bon dans le dernier numéro d’Isère magazine :

Page 25, le merveilleux article sur les fantastiques loueurs de voiture du Trièves : La gloire départementale…

Page 9, le consternant retour de Dédé Vallini, toujours accro à son autoroute A51

Avec ses copains président du conseil général des Alpes de Haute Provence (soc comme lui) et des Hautes Alpes (droite), Dédé a envoyé une lettre à Ayrault pour demander l’accélération du chantier, récemment repoussé au delà de 2050. L’union sacrée pour le bitume et le béton ! Le chant du cygne du développement façon 20ème siècle ! Trop fort Dédé !!! Dédé fait de la pédagogie et nous explique : « le réaménagement de la N85 et de la D1075 couterait 500 millions d’euros et est impossible à financer tant par l’état que par les départements« . Un peu avant, il explique que le chantier de l’A51 est évalué à 2 milliard d’euros. Et là, Dédé la joue modeste car c’est plutôt 2.5 milliard d’après toutes les études et avant les inévitables dérapage budgétaire.

Bon Dédé, il me semble que je t’avais déjà expliqué mais on va tout reprendre depuis le début !

Donc la réfection des routes coute 500 millions et peut se faire progressivement en quelques années. On est d’accord.

L’autoroute, c’est 2.5 milliard. Or le rapport parlementaire ci dessous est formel : « les études menées montrent que les recettes de péage couvriraient à peine des coûts d’exploitation des nouvelles infrastructures et donc nécessiteraient compensation au concessionnaire par les collectivités publiques. Soit des subventions d’équilibre très importantes ». Ce qui veut dire en clair, mon cher Dédé, qu’il faudrait quasiment offrir l’autoroute à la société concessionnaire, société qui couvrirait tout juste les frais d’exploitation avec les recettes des péages. Donc ton autoroute, mon Dédé, c’est 2.5 milliard d’euros, 5x plus que la réfection des routes. Et pour une inauguration dans des décennies, quand tu ne seras plus président de l’Isère depuis bien longtemps… voir en train de mastiquer les pissenlits par la racine !

Source : http://www.hauteprovenceinfo.com/article/29/01/2013/le-dossier-du-prolongement-de-la51-debattu–lassemblee-nationale/1752#sthash.tdA5mG9u.dpuf

Alors Dédé, on se calme, on abandonne cette idée idiote et on attaque l’amélioration des routes.

Demain nouvel article : les conseillers généraux du sud Isère et l’autoroute A51…

 

Les véloroutes oui, les autoroutes non !

Les véloroutes oui, les autoroutes non ! dans Autoroute A51 carte_site_af3v_15fev2013

On constate sur cette carte du site des voies vertes et véloroutes de France (http://www.af3v.org/) que Dédé Vallini a une générosité sélective pour ce qui est des modes de transports. Le garçon ne lésinerait pas à mettre 2.5 MILLIARD d’euros pour une autoroute A51 « made in vingtième siécle » mais bloque lorsqu’il faut sortir quelques MILLIONS pour prolonger :

- La voie verte en aval de Grenoble (http://www.af3v.org/-Fiche-VVV-.html?voie=161) qui pourrait rejoindre celle du Rhone vers Valence.

 - Celle en amont de Grenoble (http://www.af3v.org/-Fiche-VVV-.html?voie=162) qui pourrait aller jusqu’à Chambéry et au lac du Bourget.

Rien ne bouge depuis plus de 5 ans à ce sujet. Avec un peu d’idée, on pourrait aussi imaginer une véloroute Trièvoise sur le modéle de ce qui s’est fait dans le Lubéron qui est une formidable vitrine touristique (http://www.af3v.org/-Fiche-VVV-.html?voie=145). Allez Dédé, fais ta révolution culturelle ! Tiens, la prochaine fois que tu viens nous voir à Mens, prends ton vélo ! Ca ira plus vite qu’avec les bus TransIsère…

 

 

Dédé ?

Dédé ? dans Autoroute A51 dede

Dédé a encore frappé !

http://www.maritima.info/depeches/faits-divers/region/19822/il-emprunte-l-autoroute-a51-a-velo-et-en-pleine-nuit.html

A51 : la position de Samuel Martin, président de la CDC du Trièves

 Extrait interview Samuel Martin pour les Nouvelles du Pays

Une dernière question d’actualité : quelle est la position de la CCT concernant l’autoroute A51 ?

Samuel Martin : « La CCT n’a pas de position commune sur l’A51, il n’y aura jamais consensus entre les élus sur ce point. Ma position personnelle est en revanche très claire : je pense que l’A51 est une erreur. Les responsables politiques ne peuvent pas d’un côté alerter sur le déclin du pétrole et le réchauffement climatique, et de l’autre côté développer des autoroutes. Sur l’A51, je rejoins les positions de Trièves en Transition : il faut anticiper la réduction de la mobilité liée à la fin du pétrole, non pas créer des autoroutes. Il y a d’autres viviers d’emplois possibles, par exemple dans l’isolation des bâtiments ou le photovoltaïque. »

Commentaire perso : sur ce coup là, je dis « Chapeau président !!! »

Pour mémoire :

A51 : la position d’Annette Pellegrin

A51 : la position de Marie Noelle Battistel ?

A51 : la position de Corinne Lepage

 

 

L’autoroute fantome

Image de prévisualisation YouTube

Je vous avais déja causé de la faillite de L’autoroute espagnole

Plus près de nous, l’autoroute Pau-Langon construite en dépit du bon sens, au tarif exorbitant, avec trafic et recettes surestimés, accumule les déficits.

 http://www.ladepeche.fr/article/2012/11/11/1486365-langon-pau-l-autoroute-fantome.html

Un brillant exemple de  »modéle de développement » qui va inspirer nos élus pour la poursuite de la construction de l’A51 ???

A 51 : l’explication de texte

A 51 : l'explication de texte dans 2012-législatives/ rad6B0B3

L'autoroute A51 :

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

26 votants, ce sondage commence à être un tout petit peu significatif. Il tend à prouver qu’une grosse majorité de personnes souhaitent la création de cette autoroute où l’amélioration des routes existantes. Seule une petite minorité souhaite ne rien faire. Or ne rien faire, si ce n’est des études à répétition, est précisément l’attitude des gouvernements de droite comme de gauche depuis bientôt 40 ans…

Ma position

Les gouvernements successifs envisagent la suite de cette autoroute. Deux tracés possibles, plein sud, en suivant la D1075, jusqu’au raccordement de Sisteron où en direction de Gap pour rejoindre l’Italie. Ce deuxième tracé couperait la vallée du Trièves en plein milieu. Les gouvernements de gauche soutiennent plutôt le passage par Sisteron, ceux de droite par Gap. Il est amusant de voir qu’à chaque alternance, une nouvelle étude est commandée sur l’opportunité de tel où tel tracé et que cette
étude conclue invariablement dans le sens souhaité par le gouvernement en place. L’explication est la suivante : on peut pondérer l’importance de tel où tel point dans une étude.

  • Si on souhaite faire pencher l’étude vers le tracé par Sisteron, on pondère fortement le coût de cette autoroute et la rapidité du trajet. Il y a moins de kilomètres par Sisteron donc il coutera moins cher et le trajet sera plus rapide…
  • Si on veut une étude penchant vers Gap, on pondère le critère de désenclavement des territoire et on obtient la réponse que l’on souhaite…

Il serait intéressant de savoir combien ont couté les multiples études commandées depuis 40 ans et ce qui aurait pu être réalisé avec cet argent !

Quoiqu’il en soit, la prolongation soulève des oppositions locales. Sur le tracé Sisteron, l’autoroute deviendrait un délestage de la vallée du Rhône avec un lourd trafic de poids lourds en provenance de l’est de l’Europe. Sur le tracé Gap, ce serait une voie d’accès à l’Italie pour les poids lourds. Dans les deux cas (plus lourdement dans le deuxième), la traversée d’un territoire très préservé soulève des questions environnementales.

Nous proposons un aménagement des nationales. On voit que l’augmentation du trafic qui était continue depuis des décennies, stagne voir régresse depuis quelques années au regard de la crise et du prix des carburants. Les nationales ne sont réellement saturées que quelques jours par an.

On peut imaginer la mise en place de zone de dépassement alterné par la création d’une troisième voie. Ces zones seraient espacées régulièrement et crées dans les zones favorables où elles coutent le moins cher. Ces zones seraient signalées à l’avance afin de faire patienter l’automobiliste qui perd ses nerfs derrière un camping car. On supprimerait aussi quelques « générateurs de bouchons » comme le fameux  feu rouge  d’Eyguians sur la 1075.

Cet aménagement a minima de la N75 s’argumente par le fait que plus on améliore la circulation, plus on la favorise. Le gros souci étant l’augmentation de la circulation des poids lourds (pas qu’ici mais sur tout le territoire). Transport routier = augmentation de l’entretien des routes, très polluant, dangereux pour la circulation, emplois « esclavagistes ». Il faut d’urgence développer les autres types de transport : ferroutage et voies navigables (canal Rhin Rhône).

Quelques chiffres donnés lors du débat public de 2006:
L’autoroute par Gap est donnée pour un coût de 2,2 milliard d’€, pour 12000 passagers / jour.
La même par Lus est donnée pour un coût de 1,8 milliard d’€ pour 14 000 passagers / jour.
La refonte « light » de la RN 75: 600 millions d’€
La modernisation de la voie ferrée Grenoble Veynes: 50 millions d’€ (une paille) pour une augmentation de trafic de 1500 passagers / jour.
Une simple règle de trois montrerait qu’il faut d’abord améliorer la voie ferrée, le passager qui y est transporté coûte infiniment moins cher et décongestionne d’autant
la route !

Données démographiques, sociales, économiques et environnementales
L’arrivée de l’autoroute jusqu’à Monestier de Clermont a modifié les données locales :
• Augmentation de la population.
• Augmentation des constructions et des lotissements
• Risques de banlieues dortoir,déplacements pendulaires, rupture du lien social (village déserts en journée, mort des commerces de proximité)
• Augmentation des besoins en services, et pénurie dans ce domaine. Peu de ressources en face, car les rurbains pendulaires payent seulement la taxe d’habitation mais pas la taxe professionnelle puisqu’ils travaillent et font leurs achats sur Grenoble!
• Flambée du foncier

Olivier Dodinot

L’ensemble du programme est içi : Moi, député de l’Isère…

Prochain dossier : le loup…

12



Vivre la République du Progrès |
l'avenir vue par un militan... |
LCR Section Calaisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rassemblement des français
| Les lumières en héritage
| L'Afrique de toutes nos forces